background preloader

Comment passer de la rémunération à la reconnaissance de l'individu au travail

Comment passer de la rémunération à la reconnaissance de l'individu au travail

[Les conditions de travail chez Google], vidéo [Les conditions de travail chez Google], vidéo Economie et société Vie économique - Archives vidéos Economie et société Vie économique GPEC : comment allier professionnalisme individuel et compétences collectives ? Pourquoi est-il si important d’accorder de l’importance aux compétences collectives des organisations ? Les entreprises et les organisations ont beaucoup investi sur les compétences individuelles, et peu sur les compétences collectives. Or les gains en performance, en qualité, en réactivité et en sécurité vont dépendre de plus en plus de la bonne gestion des interfaces. Un professionnel peut de moins en moins être compétent tout seul, avec ses seules "ressources" personnelles. Il a besoin des autres pour traiter des situations professionnelles de plus en plus complexes, faire face à des situations inédites, travailler en réseau, contribuer aux exigences pressantes de l’innovation. Comment décrire et évaluer ces compétences collectives ? Dans le modèle que j’ai développé et que je mets en pratique dans diverses organisations, je décris les compétences collectives en termes de coopération. Quelles conclusions en tirez-vous ? A mon avis trop peu. Propos recueillis par Frédérique Guénot

La rémunération peut-elle encore être un outil de motivation du salarié ? Pour adapter les rémunérations des salariés à leur activité, l'employeur doit s'appuyer sur des critères de différenciation objectifs. De récentes décisions de justice le rappellent. Dans quelle mesure l'employeur a-t-il la possibilité d'adapter les rémunérations à l'activité des salariés, à la qualité de leur travail et encourager ainsi la motivation qu'ils déploient lors de la réalisation de leur prestation ? Au niveau collectif, la participation des salariés aux bénéfices de l'entreprise vise à permettre aux salariés de bénéficier de l'expansion économique de l'entreprise, et donc à accroître leur implication dans la bonne marche de leur entreprise. La Cour de cassation vient ainsi récemment de décider que la nature discrétionnaire d'une prime n'autorise pas l'employeur à s'affranchir du respect du principe (Cass. L'octroi d'un avantage en nature ne permet pas d'échapper à l'application du principe.

La recherche du mieux-vivre au travail est-elle compatible avec des objectifs de performance ? - Réviser le cours - Ressources Humaines et Communication Le mieux-vivre au travail dépend des conditions de travail vécues par les salariés dans leur organisation. Beaucoup d'organisations mettent en œuvre les mesures appropriées pour préserver des conditions de travail favorables à tous les salariés. Néanmoins, les risques professionnels existent et sont inhérents à l'activité de l'organisation (secteur pétrochimique, nucléaire, chimique…). Investir dans la sécurité et la santé des salariés permet aux entreprises de protéger leurs salariés des risques professionnels et impacte favorablement la performance. 1. À propos des conditions de travail 1.1. Les employeurs doivent prendre toutes les mesures pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de leurs salariés. En cas de non-respect de cette obligation de sécurité, l'employeur engage sa responsabilité et encourt une condamnation devant la justice pour indemniser le salarié pour faute inexcusable. 1.2. 1.3. 1.4. 2. 2.1. 2.2. 2.3. 2.4. 3. À retenir

Salariés, soyez vos propres chefs ! Bérangère Lepetit | 13 Mars 2015, 07h00 | MAJ : 13 Mars 2015, 07h14 Saint-Herblain (Loire-Atlantique) Dans l'entrée, une ribambelle de tee-shirts colorés accrochés à une corde à linge et les photos du concert de rock de l'été dernier accueillent les visiteurs. Ne vous méprenez pas, ceci n'est pas une salle des fêtes, mais un centre d'appels de 400 salariés en pleine ébullition, IMA Technologies. Sauf que cette entreprise en banlieue de Nantes a été « libérée » en 2012 par son PDG, Christophe Collignon. Comme des dizaines d'autres pionnières en France et dans le monde, PME ou multinationales à l'instar de Gore ou Harley-Davidson aux Etats-Unis, l'entreprise Favi en Picardie, Kiabi, Decathlon, Michelin ou encore deux ministères en Belgique, IMA Technologies a décidé de rompre avec les codes traditionnels de l'entreprise. Concrètement, comment ça marche ? Résultats, en trois ans, IMA Technologies a vu le turnover de ses salariés tomber de 20 % à 11 %, l'absentéisme a été réduit de 3 %.

EDF : un serious game pour préparer l'entretien annuel d'évaluation La direction commerciale du fournisseur d'énergie a ouvert aux salariés son serious game dédié à la préparation des entretiens individuels d'évaluation. C'est la solution Daesign qui a été choisie. Etape clé dans la vie du collaborateur, l'entretien individuel d'évaluation nécessite un minimum de préparation pour les managers. Chez EDF, et en particulier au sein de la direction commerciale, la direction des ressources humaines a mis en place en 2009 un serious game pour aider les responsables à mener au mieux les entretiens avec leurs équipes. Jusqu'alors réservé aux managers, le serious game de préparation à l'entretien individuel, baptisé chez EDF "Entretien annuel de progrès", a été proposé en 2011 aux collaborateurs salariés. "Nous souhaitions que le salarié ne soit plus dans une situation passive" (Lionel Zecri - EDF) Après une première expérimentation en 2011, les premières sessions de formation ont eu lieu début 2012.

La rémunération Liens avec le programme Thème : 3 – 2 : Le déroulement de carrière Le métier et les emplois du secteur professionnel, la valeur ajoutée, le management des ressources humaines, le contrat de travail, les facteurs de production et leur combinaison. Pré-requis Le management des ressources humainesLe contrat de travailLa durée du travail Axes de réflexion La politique de rémunération de l'entrepriseLe cadre juridique de la rémunération Objectifs Identifier les éléments de la rémunérationRepérer les différentes formes de rémunérationRespecter le cadre juridique de la rémunérationRepérer les revenus du dirigeant Notions Les éléments constitutifs de la rémunération d’un salarié : le salaire de base, les compléments de salaire individuels et collectifsLe cadre juridique de la rémunération : salaire minimum, accords collectifs, éléments obligatoires sur le bulletin de salaireLes principaux éléments de revenus des dirigeants Le complément du référentiel concernant ce point : La rémunération 2 heures Auteurs

Ces entreprises qui chouchoutent leurs salariés Microsoft, Accenture, Total et d'autres rivalisent d'originalité pour accroître le confort au travail de leurs salariés. Objectif: motiver leurs troupes et valoriser leur marque employeur. Les bureaux de Google France.Crédits photo : Jean-Christophe MARMARA/Le Figaro Dans le hall, une 2CV rouge trône sur une moquette bleue. Derrière, un espace cuisine à l'ambiance familiale. Bien loin d'impersonnel «open space», Google France a joué la carte du bien être en dévoilant, début décembre, le nouveau cadre de travail de ses 350 salariés. Comme Google, les entreprises qui investissent pour le confort au travail de leurs salariés sont de plus en plus nombreuses. Une piscine chez Total L'espace pwCool de PricewaterhouseCoopers. Dans le cadre de son projet «Moving forward» («Allons de l'avant»), la succursale française d'Accenture a par exemple installé des cocons design pour les conciliabules de ses employés, et un «happenspace» où se déroulent spectacles, concerts ou projections.

Cantines : ces entreprises qui soignent leurs salariés aux petits oignons Et si manger mieux faisait travailler mieux ? En offrant à leurs équipes une cuisine savoureuse et variée dans un décor agréable, ces groupes comptent bien leur donner du cœur au ventre. Ce qui frappe le visiteur qui pénètre dans le QG de Facebook, en Californie, ce sont... les odeurs de cuisine. Gril à hamburgers. «Le contexte géographique nous a poussés à nous montrer très créatifs, résume Franck Hervet, directeur des services généraux. Surprise gourmande. Comme le dit un adage dans la profession, un banquier ne sait faire que deux choses : déjeuner et lire un bilan... Lobby bar prisé. En attendant la disparition du repas «traditionnel», le restaurant d'Axa, géré par Eurest, suit à la lettre les attentes des utilisateurs, au point de leur proposer les services d'une diététicienne. Grandes tablées. Ici, les stars sont non pas des chefs étoilés, mais les 60 employés de la cantine, tous salariés du comité d'entreprise de France télévisions. Antoine Couder

Related: