background preloader

[DATA] Budget 2012 : 366 milliards, mais pour financer quoi ?

[DATA] Budget 2012 : 366 milliards, mais pour financer quoi ?
Related:  Public Expenditures and AuditFinance

Encadrement des loyers : véritable solution ou outil de propagande politique ? Selon une étude IFOP de septembre 2011, 50% des ménages consacrent entre 30 et 50% de leurs revenus disponibles au logement, 15% déclarent même être obligés de réduire leur budget alimentation. Le loyer étant le principal poste de dépenses des ménages, il suffirait donc de bloquer les loyers pour faciliter l’accès au logement des locataires. Certains proposent de bloquer strictement les loyers, d’autres de limiter la hausse à l’IRL même en cas de relocation. Les opposants estiment que le marché s’autorégule et que cette mesure serait même contre-productive. Chaque camp propose des arguments recevables, mais je propose d’autres pistes de réflexion qui s’attaquent au réel problème : le manque de logements à prix abordables. Encadrer les loyers pour favoriser l’accès au logement Selon les partisans de cette mesure, cela permettrait à court terme de relancer le pouvoir d’achat des ménages et donc de relancer la consommation. Même si M.

Money Chart Déclaration de Thomas Jefferson, 1902 - Le blog des potes Mercredi 10 décembre 2008 3 10 /12 /Déc /2008 16:37 I believe that banking institutions are more dangerous to our liberties than standing armies. If the American people ever allow private banks to control the issue of their currency, first by inflation, then by deflation, the banks and corporations that will grow up around the banks will deprive the people of all property until their children wake-up homeless on the continent their fathers conquered.' Thomas Jefferson 1802 Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat. Partager l'article ! inShare Par Emmanuelle - Publié dans : Culture

Guillaume Sarlat Public Expenditure Statistical Analyses - HM Treasury PESA Objectives Public Expenditure Statistical Analyses (PESA) is the regular publication of information on government spending. PESA has two main objectives and is therefore based on two datasets: Budgets: To provide information on government spending plans and outturn expressed in terms of budgeting aggregates. PESA Publications The main annual PESA release comprises two separate documents: a National Statistics release of recent outturn data published on the HM Treasury website in late spring; and a PESA Command Paper published shortly after and consistent with the National Statistics release, which additionally includes estimated outturn for the latest year and spending plans for the rest of the Spending Review period. In addition to this: PESA 2010 Command Paper PESA 2010 was published on Thursday 1 July 2010. PESA 2010 Command Paper Consistency of PESAs Archived publications Related links Back to top

Construction de tours et crises Alors que l’émirat de Dubaï commence à peine à rembourser les dettes abyssales qui l’ont conduit au bord de la faillite en 2009, revenons sur les prémisses de cette crise boursière. Comment l’émirat que l’on croyait si puissant a-t-il basculé sans que l’on ne le voit venir ? Selon une théorie d’un analyste boursier, l’inauguration de la tour la plus haute du monde, le Burj Khalifa (828 mètres) aurait du nous mettre la puce à l’oreille… Christopher Rathke a en effet développé au milieu des années 1990 une théorie démontrant une corrélation entre la construction de grattes ciels de taille record et l’apparition de crises boursières et financières. Il s’avère que jusqu’à présent presque à chaque fois qu’un pays bat le record du plus haut gratte-ciel du monde, cela préfigure une crise boursière et financière. Un gratte-ciel, signe de richesse ? Un gratte-ciel, signe de faiblesse ? La théorie présentée ici ne s’applique qu’à ces tours surdimensionnées. Des tours de Babel moderne ? Like this:

Le choix français de la compétitivité-prix est contre-productif Deux stratégies dominantes sont possibles en la matière : d’une part celle de la « compétitivité/prix » qui recherche et maintient les avantages concurrentiels des entreprises nationales grâce à la réduction des coûts, notamment salariaux, et, d’autre part, celle de la compétitivité/hors-prix qui, grâce à une capacité permanente d’innovation différenciatrice, crée et renouvelle des positions de monopoles et de leaderships sur des créneaux à fort potentiel de développement. Pour un pays anciennement développé comme la France, la première politique est contre-performante compte tenu des avantages comparatifs des pays en développement et de la globalisation des marchés financiers; c’est pourtant celle sur laquelle notre gouvernement sous la pression de ses industries traditionnelles, polarise actuellement ses efforts et les ressources publiques. La conquête des marchés par la baisse des coûts et des prix est une voie de garage Danièle Blondel Economiste professeur émérite à Paris-Dauphine

Office for Budget Responsibility » What we do The Office for Budget Responsibility was created in 2010 to provide independent and authoritative analysis of the UK’s public finances. It is one of a growing number of official independent fiscal watchdogs around the world. We have four main roles: We produce five-year forecasts for the economy and public finances twice a year. These four roles all focus on the public finances at a UK-wide level. In support of these activities, we undertake a variety of research projects through the year. We answer parliamentary questions on our forecasts and give evidence to parliamentary committees. BRC members and OBR staff also give talks and presentations at external events. We summarise our activities each year in our Annual Reports.

Related: