background preloader

Transhumanisme: un corps pièces et main d'oeuvre

Transhumanisme: un corps pièces et main d'oeuvre
«Quand on me demande mon âge, j’ai envie de répondre : mon bras gauche a 10 ans, mon sein droit a 2 ans, mes dents 5 ans…» Cette bonne blague, lancée par la bien nommée Natasha Vita-More («vivre plus») lors du colloque Transvision sur «les implications sociétales du transhumanisme» (1), en dit long sur le projet de ce courant de pensée en pleine ascension qui prône «l’augmentation» du genre humain par la technologie… Silhouette avantageusement moulée dans sa robe de créateur, l’artiste, auteure et culturiste ne fait pas ses 64 ans. Loin s’en faut. Mais de plus près, on voit en effet que toutes les pièces ne sont pas d’origine… La notion de corps alternatif, c’est justement le business de cette Californienne, à l’origine d’un prototype de corps post-humain, bardé de techno-produits. Egérie de l’organisation internationale Humanity+, qui compterait quelque 6 000 membres, elle défend une «utilisation éthique» des technologies émergentes pour renforcer les capacités humaines. «Tuer la mort»

http://www.liberation.fr/economie/2014/12/07/transhumanisme-le-serment-d-hypocrites_1158730

Related:  genevois39Médias transhumanismeVers l'homme parfait ?psitacco

Google : La stratégie secrète pour transformer l'humanité Date de dernière mise à jour : le 2 décembre 2014 à 19 h 23 min Lors d’une interview accordée au journal JDD, Laurent Alexandre, cerveau français ultra-diplômé, présent dans le secteur du séquençage de l’ADN et spécialiste du transhumanisme, explique ce que Google semble bâtir sous nos yeux. Le constat est à la fois fascinant et effrayant. L’homme vivra 1000 ans, selon le biogérotonlogue Aubrey de Grey 01net. le 25/11/14 à 15h08 Le chercheur britannique Aubrey de Grey Aubrey de Grey est une sommité pour les transhumanistes. Cet ingénieur en informatique devenu biogérontologue pense que la vieillesse est une maladie qui peut se traiter comme les autres. Avec en filigrane la promesse de vivre plus longtemps en bonne santé.

Homme réparé ou augmenté, les défis de la médecine de demain Courir un 400 mètres en 46'54'', soit trois secondes de plus que le médaillé d'or des Jeux olympiques de Londres, le tout avec des lames en carbone en guise de jambes. C'est la prouesse qu'a accomplie Oscar Pistorius l'année dernière, devenant ainsi le premier handicapé à affronter des valides dans l'histoire de l'athlétisme. Véritable icône de l'homme réparé, le coureur sud-africain bénéficie des avancées scientifiques en matière de reconstruction du corps humain. De la guérison des maladies génétiques au traitement des signes du vieillissement, la science semble en effet en passe d'ouvrir la voie à une ère où le handicap et la maladie, innés comme acquis, ne seraient plus des fatalités. À l'image d'Oscar Pistorius, certains tétraplégiques retrouvent ainsi l'usage de leurs membres grâce à des électrodes implantées directement dans la moelle osseuse sectionnée ou à des exosquelettes particulièrement maniables. Mais les progrès de la science ne s'arrêtent pas là.

Le transhumanisme n'est pas un humanisme FIGAROVOX/TRIBUNE - A l'occasion du 1er colloque international sur le transhumanisme en France, Théophane le Méné s'interroge sur les dérives de la volonté humaine de toute-puissance. Théophane Le Méné est journaliste. Il écrit pour Causeur et FigaroVox. C'est aujourd'hui que s'ouvre 1er colloque international sur le transhumanisme en France, sous la houlette de l'Association Française Transhumaniste.

Pourquoi le travail et l'emploi vont disparaître INTERVIEW - Paul Jorion, chercheur en sciences sociales, explique comment «l'ordinatisation» des métiers va tuer - et tue déjà - l'emploi à petit feu. Selon une étude réalisée par deux chercheurs de Harvard, 47% des emplois pourront être confiés à des ordinateurs d'ici 20 ans. Pis, il faudra trouver des moyens de «s'occuper», de passer le temps. Il y a quelques mois, Le Figaro vous parlait de David Graeber, cet anthropologue américain qui avait écrit une tribune sur des métiers «inutiles»... En 1930 déjà, l'économiste anglais John Maynard Keynes prédisait - dans une fiction - qu'un siècle plus tard, on pourrait se contenter de travailler 15 heures par semaine, et que le principal problème résiderait dans la répartition du travail.

Le transhumanisme en cinq questions 01net. le 20/11/14 à 12h17 C'est quoi, le transhumanisme ? A l'occasion du colloque Transvision, qui a lieu à partir d'aujourd'hui à Paris, nous consacrerons quelques articles et interviews dans les jours à venir à ce mouvement très peu connu en France, mais très populaire outre-Atlantique. Il est à notre avis important d'avoir quelques notions de la pensée transhumaniste, car de nombreuses innovations actuelles en sont le fruit et elle est courante dans de nombreuses entreprises et universités américaines que nous évoquons sur ce site régulièrement. Voici une courte FAQ pour débuter. Transhumanisme : l’Homme du futur sera-t-il amélioré ? L'Homme modifié deviendra-t-il la règle dans le futur ? Neil Harbisson, que l'on voit sur l'image, est le premier cyborg de l'histoire, du moins le premier à être reconnu par un gouvernement grâce à son implant oculaire. Le transhumanisme pourrait se banaliser dans les décennies à venir. © Carlos Ramirex, Wikipédia, DP Transhumanisme : l’Homme du futur sera-t-il amélioré ?

Transhumanisme, bienvenue au Googlistan XEnvoyer cet article par e-mail Transhumanisme, bienvenue au Googlistan XEnvoyer cet article par e-mailTranshumanisme, bienvenue au Googlistan Fusion homme-machine Clones et bébés parfaits : c’est pour demain, et on fonce les yeux fermés Des embryons clonés par l’université nationale de Séoul, en février 2004 (AP Photo/Seoul National University) Imaginons un monde où l’on croiserait des animaux étranges, hybrides artificiels de plusieurs espèces créés pour complaire aux exigences de la mode. Le lapin-chat serait la dernière tendance de la collection animale estivale. Dans ce monde, on aurait également modifié le génome de nos cousins chimpanzés pour les rendre plus intelligents. Une réussite : ils nous auraient débarrassé des tâches manuelles contraignantes sans exiger de salaire – ni de droits.

Related: