background preloader

Accord des CNIL européennes: la protection des données personnelles devient « un droit fondamental »

Accord des CNIL européennes: la protection des données personnelles devient « un droit fondamental »
«La protection des données à caractère personnel est un droit fondamental» : C’est ainsi que débute la «Déclaration commune des autorités européennes de protection des données» officialisée lundi 8 décembre par les CNIL européennes. Le texte, adopté depuis le 25 novembre 2014, est une forme de réponse à la défiance des citoyens face à la captation et à l’exploitation de leurs données personnelles. Un sujet de société qui a connu un fort regain d’intérêt depuis les révélations d’Edward Snowden. «Les données à caractère personnel constituent la particule élémentaire de [du] monde numérique» soulignent les autorités européennes. C’est ainsi que les CNIL justifient cette Déclaration commune: «Le caractère massif et routinier de cet accès a choqué le monde entier. Voici les 15 points clés de la Déclaration: [Valeurs européennes] [Surveillance à des fins de sécurité] [Influence européenne] Cette Déclaration devrait s’appliquer aux Etats ainsi qu’aux entreprises. Lire aussi: Related:  dataDroit de l'internet

Datavisualisation et cybercitoyenneté by CLEMI Bordeaux on Prezi Comment donner un sens à l’image numérique ? Un être humain est capable d’identifier les individus et objets qui se trouvent dans son champ visuel. Réussir à ce qu’un ordinateur puisse faire de même représente un défi immense : il s’agit de parvenir à ce que la machine interprète chaque élément d’une image, fixe ou animée. Dans notre jargon informatique, cela s’appelle l’analyse de scènes. Au-delà de leur aspect fondamental, les recherches en la matière ont des retombées dans divers secteurs, de la robotique aux effets spéciaux, en passant par la recherche de photos dans des bases en contenant plusieurs millions. Le repérage des éléments de cette image (personne, verre, bougie, etc.) et des actions qui s’y déroulent (l’homme qui boit), évident pour un être humain, est loin de l’être pour une machine.© I. L’une des difficultés majeures tient à l’énorme variabilité des images d’une même catégorie d’objets : variabilité des points de vue, de l’arrangement des sources lumineuses, des couleurs, des textures, des formes, etc.

Des chercheurs volent des données en utilisant le bruit des ventilateurs d'un PC La modulation de la vitesse des pales d'un ventilateur permet de transmettre des données via des ondes sonores. (Crédit D.R.) Créé par des chercheurs en sécurité israéliens, le malware Fansmitter exploite les ventilateurs d'un ordinateur pour transmettre des données. Même le bruit des ventilateurs d’un PC peut être utilisé pour transmettre des données volées sur des machines non connectées à un réseau. Des chercheurs de l'Université Ben Gourion du Néguev en Israël ont en effet trouvé le moyen d’exploiter la vitesse des pales d’un ventilateur équipant un PC classé sensible pour générer des sons particuliers. Pour leurs tests, les chercheurs ont utilisé un simple PC tour Dell et un mobile Samsung. Des recherches antérieures ont montré qu’une fois le PC infecté, les données pouvaient être transmises à partir des haut-parleurs de l'ordinateur sous forme de signaux sonores. Les ondes sonores interceptées par le mobile sont décodées puis retransmises. Bien sur, ce malware affiche des limites.

Projet de loi renseignement : ce qui inquiète les professionnels du numérique Ce 13 avril, plusieurs dizaines de personnes se sont réunies devant l’Assemblée nationale, au moment où les députés commençaient à examiner le projet de loi relatif au renseignement. Une mobilisation encore timide sur le terrain, mais, sur les réseaux sociaux, le texte est de plus en plus critiqué. Après Amnesty International, la Ligue des Droits de l’homme, la Quadrature du Net et le Syndicat de la magistrature, entre autres, ce sont des acteurs du numérique qui montent aux créneaux. Sept hébergeurs français ont envoyé une lettre ouverte à Manuel Valls et menacent de délocaliser leurs data centers hors de France si le projet est adopté. La loi vise à fournir aux services de renseignement un nouveau cadre juridique pour leur permettre d’opérer plus rapidement, plus efficacement et – théoriquement – dans une plus grande transparence, sur fond de nouvelles menaces terroristes (y compris cybernétiques). Absolument pas. Sylvain Arnulf Le texte du projet de loi

L'éveil à la trace numérique laissée derrière nous | La sphère Science et technologie L'éveil à la trace numérique laissée derrière nous Le samedi 13 décembre 2014 Le caractère privé de nos données a été au coeur de nos préoccupations en 2014. Notre sensibilité à l'égard de la sécurité s'est affirmée, de même que notre intérêt pour la préservation de l'anonymat dans nos communications sur les réseaux. De nouveaux services et des applications voient le jour afin de répondre à ces besoins. Créer un compte Maîtrisez les réglages « vie privée » de votre smartphone Réglez la géolocalisation en fonction de vos besoins Pourquoi c’est important ? Environ 30 % des applications utilisent la géolocalisation, parfois plusieurs fois par minutes. Ces informations pourraient permettre de déduire des informations sur les habitudes et modes de vie des utilisateurs (lieux de vie, de travail, habitudes de fréquentation, mobilité, fréquentation d’établissements de soins ou de lieux de culte) Si vous voulez avoir un aperçu de l’impact de l’activation permanente de l’outil de géolocalisation sur votre smartphone androïd, rendez- vous sur Google Location Pour désactiver ce service, rendez vous sur la page google location. Si vous ne souhaitez plus que la localisation soit enregistrée à l’avenir, il vous faudra désactiver l’option « partager ma localisation » dans les paramètres google de votre téléphone. Comment faire ? Sur Androïd, le paramétrage de la géolocalisation est global pour l’ensemble du téléphone. Limitez le suivi publicitaire Comment faire ?

Identité personnelle et identité numérique Un article de JurisPedia, le droit partagé. Clara.B, Contributions L’explosion des réseaux sociaux et plus globalement, d’internet, a favorisé la multiplication des données personnelles sur internet et leur circulation sur la toile. Tout utilisateur dispose aujourd’hui d’une identité à plusieurs dimensions : à la fois personnelle, et fait tout récent, d’une identité numérique qu’il doit savoir et pouvoir gérer et protéger pour ne pas se laisser dépasser par la collecte et le stockage de données personnelles. L’identité personnelle peut se définir comme l’ensemble des informations qui font qu’une personne est un être singulier. Le nom, le prénom, l’adresse de l’internaute font partie de ces informations. Cette notion aux contours flous difficilement définissable fait l’objet de réflexions depuis cinq ans. Ce terme est lié à la notion même d’identité. La maîtrise de son identité numérique est notamment apparue avec l’émergence des réseaux sociaux. Le rôle de la CNIL Charte du 13 octobre 2010

Cybersécurité : comment la France veut protéger ses entreprises les plus sensibles Plans d'études volés, données R&D et commerciales pillées, réponses à des appels d'offres sauvagement dérobées par la concurrence... Les grandes entreprises françaises sont couramment la cible d'attaques par le biais de leur réseau informatique. "Ce qui est visé, c'est surtout du savoir-faire technologique à partir d'attaques de haut niveau menées par des groupes organisés depuis l'étranger", explique Guillaume Poupard, directeur général de l'ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information). L'agence française de cybersécurité craint également d'autres risques comme le cyber-sabotage des installations industrielles. Il fallait pour cela conférer à l'ANSSI de nouveaux pouvoirs: c'est chose faite avec la parution au journal officiel le 27 mars dernier de différents décrets prévus dans le cadre de loi de programmation militaire (LPM) votée en décembre 2013. Accès au code source des logiciels commerciaux Un impact financier non négligeable Hassan Meddah

Cache-cache numérique 2 : veiller ceux qui nous surveillent Quand, sur l'un des réseaux sociaux que vous fréquentez, on vous propose de «trouver des amis», ceci est réalisé en croisant les noms contenus dans votre carnet d'adresse avec les noms des abonnés au réseau en question. Vous imaginez la base de données nécessaire quand vos amis se comptent par centaines et que les abonnés du service se comptent par millions ! Ces données peuvent aussi vous servir… Visualiser son réseau Vous pouvez visualiser votre réseau Facebook avec Algopol, un projet de l’Agence nationale de la recherche. Algopol est une application très riche et pratique pour comprendre les relations entre vos amis et une partie de ce que Facebook permet de faire avec les données compilées. Savoir ce que l’on veut savoir de vous Des cookies, la plupart des sites en installent sur votre poste pour pouvoir vous offrir une navigation performante. Là où ça se gâte, c’est lorsqu’un site a des amis qui en installent eux aussi et on ne sait pas trop lesquels. LightBeam et CookieViz

Chartes de données personnelles : Bonnes pratiques Aujourd’hui, devant les questions et préoccupations des internautes et mobinautes sur les données privées utilisés par les sites, applications et services en ligne (réseaux sociaux…), les chartes de données privées mises à disposition par les espaces Web se multiplient pour souhaiter établir un rapport de confiance entre le service en ligne et l’internaute. Cela devient une nécessité de transparence pour les entreprises, institutions et associations présentes sur le Web. Nouvelle charte de données personnelles de France Télévisions : espace didactique Ainsi, après plusieurs mois de travail, France Télévisions a publié en juin 2014 une charte concernant les données personnelles déclarées (adresses email, nom, prénom, âge…), comportementales (centres d’intérêts…) et données anonymes (cookies, traceurs…). Cette charte baptisée « data friendly » se veut avant tout didactique en s’appuyant sur 3 engagements principaux : transparence, utilité, sécurité.

Droit à l'oubli : Google instaure un formulaire pour les Européens En réponse à un arrêt de la justice européenne, le géant a mis en place un formulaire pour demander la suppression de liens vers des pages contenant des données personnelles. "Pour se mettre en conformité avec l'arrêt récent de la justice européenne, un formulaire est désormais disponible pour les Européens qui veulent demander la suppression de résultats sur notre moteur de recherche", vient de déclarer Google dans un communiqué de presse. Le géant fait allusion à un arrêt rendu au début du mois de mai par la Cour de justice de l'Union Européenne (CJUE), stipulant que Google se doit de supprimer les résultats menant vers des sites contenant des données personnelles, en cas de demande de la personne concernée.... Mais pas systématiquement : la CJUE délègue au géant l'obligation d'étudier chaque requête pour juger de son opportunité, en pesant le droit à l'oubli mais aussi le droit à l'information des citoyens.

Espace B2i Lycée : documents d'appui - Repérer, lors des recherches et de la navigation, les traces personnelles issues de la collecte Retour à l'espace B2i lycée Il s'agit de repérer les circonstances qui permettent à un tiers de collecter via le web des données personnelles pour les utiliser dans un but commercial. Les éditeurs de ces moteurs de recherche mettent à profit les informations qu'ils ont pu collecter sur l'internaute (par l'intermédiaire notamment des cookies) pour améliorer la pertinence des listes de résultats proposées. Peuvent être pris en compte par exemple les termes saisis lors de ses précédentes requêtes, la localisation de l'ordinateur ou de l'internaute, les sites précédemment visités avec le même navigateur... La fiche Légamédia sur les cookies du portail Internet responsable explique comment les informations sont stockées à la demande des serveurs web sur l'ordinateur de l'internaute, lors de sa navigation.

Le défaut de mentions légales des sites internet sanctionné pénalement De nombreux procès contre des sites Internet et dont j’ai la charge démontrent que la réglementation sur l’Internet est méconnue de la majorité de ces sites. Cet article a donc pour vocation de rappeler la réglementation applicable et les sanctions encourues en cas de non respect de ces dispositions par les éditeurs et les hébergeurs de sites Internet. La loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique (dite LCEN) prévoit les mentions obligatoires qui doivent figurer sur un site Internet. Ces mentions divergent en fonction de la personne qui édite le site. Si l’éditeur du site est une personne morale (société, association) ces mentions sont : A titre de bon exemple, le site legavox.fr précise dans ses Conditions Générales d’Utilisation (C.G.U) : Si l’éditeur du site est une personne physique (particulier) ces mentions sont : Le non respect des obligations précitées est pénalement sanctionné. En effet, les peines maximales prévues sont : Email : abem@cabinetbem.com

Droit à l'oubli : Google met à disposition un formulaire A la suite de la décision rendue par la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) le 13 mai dernier, la société Google propose désormais aux internautes européens un formulaire en ligne destiné à leur permettre de demander la suppression des résultats de recherche associés à leur nom, lorsque les données concernées apparaissent inappropriées, hors de propos ou plus pertinentes. L’application, que de nombreuses voix réclamaient, par le géant américain des règles européennes de protection de la vie privée, contraint la société Google à se doter d’une équipe capable de gérer les demandes, qui devront faire l’objet d’une appréciation au cas par cas. La firme californienne aura aussi à gérer les difficultés résultant de la diffusion, rapide sur le net, de toutes les informations via notamment les réseaux sociaux, forums et blogs… Viviane Gelles

Related: