background preloader

« Les biens communs nous offrent davantage de liberté et de pouvoir que ne le font l’État et le marché »

« Les biens communs nous offrent davantage de liberté et de pouvoir que ne le font l’État et le marché »
La notion de « biens communs » attire de plus en plus l’attention et l’intérêt de divers acteurs du changement social. Qu’il s’agisse d’écologie, de défense des services publics, de culture ou de technologie, les biens communs – ou, plus simplement, les « communs » – ont pour principal attrait de dessiner une alternative pratique aux logiques de commerce et de contrôle, mettant l’accent sur la coopération et le partage, et redonnant du pouvoir et de l’autonomie aux simples citoyens. La notion de « biens communs » est invoquée à propos de choses très différentes entre elles, depuis la gestion collective des ressources naturelles jusqu’à Linux et Wikipedia, en passant par la préservation des traditions indigènes, les services et infrastructures publics, les coopératives et l’économie solidaire, les jardins partagés et les AMAP… Difficile parfois de trouver un fil conducteur. Basta ! Pourquoi est-il utile de réfléchir à ce qu’il y a de commun entre les communs ? Photo : CC Bindalfrodo

http://www.bastamag.net/Les-biens-communs-nous-offrent

Related:  COMMUNSUn projet de sociétéRéflexionscreative commons & open source[LES COMMUNS]

L'espace et ses technologies comme biens communs J’écris ce texte en écoutant la Symphonie des planètes composée en 1992 à partir des captations des sondes Voyager I et II. On y entend des champs électromagnétiques et des ondes radio qui circulent entre les planètes, leur atmosphère, leurs anneaux, leurs lunes et les vents solaires. Ces témoignages sonores sont issus d’un voyage de milliards de kilomètres au-delà de la planète Terre. Cette écoute me plonge dans l’espace hertzien : l’univers des ondes qui circulent entre nous, humains et non humains, objets électromagnétiques et masses planétaires. L’espace hertzien permet de penser ces relations dans une vision élargie, qui englobe la planète Terre et sa stratosphère, ses machines et ses habitant.e.s dans un même espace de vie et de communication. Contre le monopole satellitaire en cieux équatoriaux : le Movimiento de los sin satelite

Des salariés au conseil d’administration : un pas vers la cogestion ? Crédits photo : CMS Bureau Francis Lefebvre Caroline Froger-Michon, avocat, département social, CMS Bureau Francis Lefebvre. Plusieurs dispositifs permettaient déjà aux salariés de participer aux organes de direction (en application des statuts dans les SA, en tant que représentants des salariés actionnaires, ou en tant que représentants du comité d’entreprise). Le jour où l’espace a cessé d’être un bien commun… Plusieurs sites de presse comme Rue89 ou Slate se sont faits aujourd’hui l’écho d’une nouvelle que j’ai trouvée particulièrement glaçante : Barack Obama a promulgué la semaine dernière une loi (HR 2262) qui va autoriser des compagnies privées à s’approprier les ressources naturelles figurant dans l’espace extra-atmosphérique. La portée de ce texte est potentiellement énorme et peut-être que dans un siècle, on citera encore la date de son adoption comme un des événements majeurs de l’histoire de l’Humanité. Car on peut considérer ce 25 novembre 2015 comme le jour où l’espace cessa d’être un bien commun, par l’effet d’une décision unilatérale des Etats-Unis d’Amérique. L’espace comme bien commun

La licence est dans le pré ? Intérêt et limites des licences libres appliquées aux semences La semaine dernière, Numerama a consacré un article à des "graines open source" produites dans le cadre du projet américain Open Source Seeds Initiative, lié à l’Université du Wisconsin. 22 variétés végétales de plantes et de légumes produites par des sélectionneurs participants à l’initiative ont été placées sous une licence libre, inspirée de celles que l’on trouve dans le monde du logiciel libre, afin de garantir leur libre réutilisation. La démarche peut paraître au premier abord incongrue , mais elle ne l’est pas dans la mesure où les variétés végétales peuvent faire l’objet de droits de propriété intellectuelle, sous la forme de brevets aux États-Unis ou de Certificats d’Obtention Végétale en Europe (COV). Vectored Vegetables. Par Nancy, Regan. CC-BY-NC. Source : Flickr.

Passé et présent des biens communs Ouverture et enclosure Dans son film documentaire, Les Glaneurs et la glaneuse (2000), Agnès Varda revisite la pratique traditionnelle du glanage dans la France d’aujourd’hui. Son voyage à travers le pays à la recherche de déchets et d’objets de rebuts variés commence justement par la terre et par les tonnes de pommes de terre trop peu uniformes pour la vente en supermarché. En fouillant le tas de légumes imparfaits, elle trouve rapidement la première des pommes de terre en forme de cœur qui deviendra le symbole de son film et de sa suite, Les glaneurs et la glaneuse : deux ans après en 2002. Des grappes de raisin à l’art du collage, des pommes aux installations, Varda juxtapose avec fluidité nos usages de ressources tangibles et plus intangibles – ce qui « tombe entre les mots », comme le viticulteur et psychanalyste Jean Laplanche le dit poétiquement de son œuvre. Le film de Varda me servira ici de point de départ pour explorer les deux processus parallèles d’ouverture et d’enclosure.

L'association Outils-Réseaux dynamise le partage des biens communs. Outils-Réseaux développe des services informatiques et d’animation pour livrer les clefs de la coopération, du partage, bouleverser nos structures organisationnelles, bref, stimuler l’innovation. Il faut accorder plus de place aux expérimentations Le projet Outils-Réseaux est la création de plusieurs acteurs engagés dans le champ de l’éducation et de l’animation environnementale. Réunis dans un réseau sectoriel, Tela Botanica, le Réseau Ecole et Nature, les Ecologistes de l’Euzière et l’Apieu développent ce que Laurent Marseault, directeur de l’association Association Définition, appelle la fonction exploratoire de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS ESS Économie sociale et solidaire | Présentation). Cette fonction permet à cette économie de pouvoir envisager du neuf, le créer, et l’intégrer dans ses pratiques au service de son développement.

Bernard Friot : « Le management capitaliste entrave notre désir de participer au bien commun » Basta ! : On parle désormais davantage de « pouvoir d’achat » que de salaires. En quoi est-ce différent ? Pourquoi préférez-vous le terme « salaire » ? Bernard Friot [1] : La « défense du pouvoir d’achat » ne passe pas par une hausse du salaire mais par la baisse des prix – et donc des salaires – ou par des formes de rémunération sans cotisations sociales : épargne salariale, intéressement, primes… Utiliser le terme « pouvoir d’achat », c’est aussi nous réduire à nos seuls besoins à satisfaire par ce pouvoir d’achat, c’est accepter de réduire le salaire au seul prix de notre force de travail. Or, le sens du salaire a changé depuis les conquêtes ouvrières du 20ème siècle.

Les habitations d’un genre nouveau. Le squat urbain et la possibilité du « conflit négocié » sur la qualité de vie Le squat urbain et la possibilité du « conflit négocié » sur la qualitéde vie Réf. : Michel Bauwens : « Un mode de production postcapitaliste émerge » Dans le cadre du nouveau numéro d’Usbek & Rica, consacré à l’avenir du capitalisme, nous avons interviewé Michel Bauwens. Théoricien belge du modèle peer-to-peer, créateur de la Fondation P2P, il travaille aujourd’hui avec le gouvernement équatorien pour mettre en place une politique de transition vers ce qu’il appelle une « social knowledge society ». Depuis Quito, il a pris le temps de nous répondre par Skype. Le peer-to-peer est-il un modèle anticapitaliste ? Peut-il constituer un système global alternatif ? La crise de l'idéologie propriétaire et le retour des communs Dans cet entretien Benjamin Coriat, économiste au Centre d'Économie Paris Nord (Université Paris 13 / CNRS) revient sur les ressorts théoriques de l'idéologie propriétaire. Il montre comment celle-ci est devenue une force agissantes aux effets délétères. Étroitement associée aux mécanismes qui ont conduit aux grandes turbulences économiques actuelles, cette idéologie est aujourd'hui en crise. Dans le même temps, le regain d'intérêt pour la question des communs ouvre d'immenses ressources pour refonder une politique émancipatrice dans le domaine économique et social. Contretemps - Qu'entends-tu par « idéologie propriétaire » ?

FLOK Society, la société pour la connaissance libre et ouverte. FLOK est l’acronyme de Free/Libre Open Knowledge Society, la société pour la connaissance libre et ouverte. Parmi les actions prévues, il y a la mise en place d’un réseau mondial de chercheurs sur la transition, emmené par Michel Bauwens dont le point d’orgue devrait être une grande conférence internationale organisée sous peu (Jérémie Zimmerman et Bernard Stiegler sont par exemple dans la boucle, parmi les Français). Nous avons voulu en savoir plus en traduisant cette interview de quelques-uns des ses acteurs. Remarque : Les vieux lecteurs du Framablog se souviendront peut-être de cette vibrante allocution de président Correa en faveur du logiciel libre (2007 déjà). Et on n’oublie pas que Julian Assange vit actuellement à l’ambassade d’Équateur à Londres depuis juin 2012.

Une autre politique pour l’ESS est-elle possible ? La question du périmètre de l’économie sociale et solidaire est, depuis vingt ans, une tarte à la crème que l’on aime resservir. Le jeu du qui est in, qui est out, en même temps qu’il nourrit les quêtes identitaires, fournit nombre d’énigmes insolubles et amusantes : pourquoi les comités d’entreprise ne sont-ils jamais cités comme parties prenantes de l’ESS ? Pourquoi Henry Ford ou Édouard Leclerc ne sont-ils pas considérés comme des entrepreneurs sociaux ? Etc. Si la « catégorie de pensée ESS » est difficile à appréhender, c’est qu’on prétend lui déterminer un contour objectif.

Repenser les biens communs Depuis la Révolution française, la propriété se définit comme un droit fondamental de l’homme et comme le corollaire nécessaire de toute liberté individuelle réelle. Dans Repenser les biens communs, la propriété constitue d’abord, au gré de contributions rassemblant professeurs de droit public, privé et historiens des institutions, l’objet juridique au travers duquel un des plus grands défis que l’humanité aura à affronter dans les années à venir est abordé. Celui de la raréfaction ou de l’altération de ressources, notamment naturelles, alors même que de nouvelles, plus immatérielles, sont apparues, comme Internet, sans avoir été suffisamment pensées. L’absolutisme de la propriété privée, défendu silencieusement par les grands groupes économico-financiers, réduit considérablement les chances de remporter ce défi, et s’oppose à la notion de « biens communs ».

Related: