background preloader

ANSES 05/12/14 Bulletin épidémiologique N°65 Evaluation de la contamination des saucissons secs de porc par Salmonella spp. au stade de la production

ANSES 05/12/14 Bulletin épidémiologique N°65 Evaluation de la contamination des saucissons secs de porc par Salmonella spp. au stade de la production
Related:  VEILLE SANITAIRE SALMONELLA EN FRANCEVeille sanitaire santé animale en Europe

EUROSURVEILLANCE 09/01/14 Au sommaire: The French human Salmonella surveillance system: evaluation of timeliness of laboratory reporting and factors associated with delays, 2007 to 2011 Given the regular occurrence of salmonellosis outbreaks in France, evaluating the timeliness of laboratory reporting is critical for maintaining an effective surveillance system. Laboratory-confirmed human cases of Salmonella infection from whom strains were isolated from 2007 to 2011 in France (n=38,413) were extracted from the surveillance database. Three delay intervals were defined: transport delay (strain isolation, transport from primary laboratory to national reference laboratory), analysis delay (serotyping, reporting) and total reporting delay. We calculated the median delay in days and generated the cumulative delay distribution for each interval. Introduction A primary aim of infectious disease surveillance is to detect changes in disease incidence in order to mount an appropriate public health response [1]. Figure 1. Methods Reporting delays We defined five stages in the reporting chain (Figure 2). Figure 2. Results Figure 3. Figure 4. Figure 5. Table. value a shorter delay.

EFSA Features: Transboundary animal diseases: what are the risks in the EU and what does EFSA do? Dossier13 janvier 2015 Transboundary animal diseases are highly contagious diseases that can spread rapidly across national borders. They can cause high rates of death and disease in animals, thereby having serious socio-economic and sometimes public health consequences in affected countries. The Chair of EFSA’s Animal Health and Welfare Panel, Simon More, explains what the risks for the European Union are and what EFSA does in this field. Simon More Chair of EFSA’s Animal Health and Welfare Panel What are the diseases most likely to enter the European Union? S.M.: Well, African Swine Fever, for example, is a disease that affects pigs and is present in countries on the eastern borders of the European Union. Are there any other examples? S.M.: On the EU’s southeast borders, there are several transboundary diseases affecting cattle and sheep. What has EFSA done? S.M.: EFSA provides scientific information to support policy decision-making within the European Union.

PASTEUR - 2014 - Activités de recherche du CNR des Escherichia coli, Shigella, Salmonella Les recherches de l’Unité des Bactéries Pathogènes Entériques concernent, la structure et l’évolution génétique des populations bactériennes entéropathogènes (E. coli, Shigella, Salmonella et vibrions), en particulier les populations émergentes, et/ou épidémiques et/ou résistantes aux antibiotiques et le développement de nouveaux outils diagnostiques. Ainsi certaines méthodes de typage moléculaire ont été validées (MLST, MLVA) d’autres été mises au point (CRISPOL) L’utilisation du séquençage complet de génome bactérien est actuellement en cours de validation dans un cadre d’épidémiologie moléculaire. Rapports d'activité de l'Unité Liste des publications du Centre National de Référence des E. coli, Shigella et Salmonella Bouchrif, B., Le Hello, S., Pardos, M., Karraouan, B., Perrier-Gros-Claude, J.D., Ennaji, M.M., Timinouni, M., and Weill, F.X. (2009). Doublet, B., Praud, K., Weill, F.X., and Cloeckaert, A. (2009). Badri, S., Fassouane, A., Filliol, I., Hassar, M., and Cohen, N. (2009).

COUR DES COMPTES EUROPEENNE 26/04/16 Les programmes concernant les maladies animales: globalement adaptés mais présentant un rapport coût-efficacité difficile à déterminer ​Les programmes de l'UE parviennent à endiguer la progression des maladies animales, mais il est difficile d'apprécier leur bon rapport coût-efficacité, révèle un nouveau rapport de la Cour des comptes européenne. Même si des succès notables ont été enregistrés, par exemple la diminution des cas d'encéphalopathie spongiforme bovine chez les bovins, les auditeurs lancent une mise en garde concernant des contrôles insuffisants et certains coûts exagérément élevés. Les programmes zoosanitaires de surveillance, de lutte et d'éradication concernant des maladies animales spécifiques, mis en place par les États membres, ont mobilisé un financement de l'UE de 1,3 milliard d'euros pour la période 2009-2014 et comportent des mesures telles que la vaccination des animaux, les tests et l'indemnisation pour les animaux abattus. Néanmoins, le rapport coût-efficacité des programmes est difficile à déterminer en raison du manque de modèles disponibles pour réaliser une telle analyse.

LE PARISIEN 08/04/15 Les salmonelloses ont diminué de moitié en 10 ans selon l'Anses 08 Avril 2015, 12h43 | MAJ : 08 Avril 2015, 12h43 L'Organisation mondiale de la santé a choisi de mettre l'accent sur la sécurité alimentaire et rappelle que les maladies gastro-intestinales d'origine alimentaire ont été responsables de plus de 350.000 décès en 2010. On compte parmi ces quelque 200 pathologies la salmonelle, une bactérie pouvant provoquer la salmonellose. Cette toxi-infection alimentaire compte comme la deuxième cause de maladie d'origine alimentaire en Europe selon l'Anses. Le ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt en recense environ 300 cas par millions d'habitants et par an en France. Une bactérie pathogène fréquente On retrouve généralement ces bactéries dans les tubes digestifs des animaux, principalement des oiseaux. Les salmonelloses, relativement bénignes, provoquent des symptômes similaires à ceux d'une gastro-entérite qui peuvent se traduire par des vomissements, de la diarrhée et des maux de ventre, associés ou non à de la fièvre.

MAAF 15/11/12 Lutte contre les maladies animales et zoonoses : coopération et échanges des vétérinaires du pourtour méditerranée Le Réseau Méditerranéen de Santé Animale (REMESA (1)) qui réunit les chefs des services vétérinaires de 10 pays du pourtour méditerranéen et des représentants de la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) et de l’OIE (Organisation mondiale de la santé animale), a signé le 12 novembre lors de son comité permanent conjoint, un cadre de coopération pour définir ses modalités de fonctionnement. Cette réunion, co-présidée par la France et le Maroc et organisée à l’initiative du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt et avec le soutien de France Vétérinaire International (FVI) et du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), a eu lieu les 12 et 13 novembre à Montpellier. Crée en 2009, le REMESA (1) s’inscrit dans les projets visant à renforcer les échanges et la coopération entre les pays de la Méditerranée. Pour en savoir plus sur le REMESA :

JDLE 04/02/15 Salmonelloses: en baisse partout, sauf en France +22,5% entre 2009 et 2013dr Les salmonelloses poursuivent leur recul dans l’Union européenne, révèlent l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) et le Centre européen pour la prévention et le contrôle des maladies (ECDC) dans leur dernier bilan annuel. Exception notable, la France, où la maladie ne cesse d’augmenter. Révélées par le rapport annuel sur les zoonoses dans l’UE publié fin janvier, les tendances européennes se confirment. Notamment du côté des campylobactérioses, infections alimentaires les plus fréquentes: après plusieurs années à la hausse, et une année 2012 enfin à la baisse, elles se sont stabilisées en 2013, à 214.779 cas rapportés cette année-ci. Quant aux salmonelloses, elles poursuivent leur baisse, de 7,9% entre 2012 et 2013. Hasard des chiffres ou non, elle est même le seul dont le nombre de cas de salmonellose a continuellement augmenté depuis 2009, de 22,5% jusqu’en 2013. Biais de surveillance ou hausse réelle? Listériose et E. coli toujours en hausse

INRA 04/04/17 Lancement du projet européen VetBioNet pour lutter contre les maladies infectieuses animales Le caractère non prédictible et hautement transmissible des nombreuses maladies animales pouvant contaminer l’homme nécessite une coopération internationale entre des instituts de recherche académiques, des entreprises privées, des organisations internationales telles que l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et l’Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) ainsi que les pouvoirs publics. Le projet d’infrastructures intégrées VetBioNet (Veterinary Biocontained research facility Network) intègre deux unités de recherche, trois plates-formes Inra1 et il fédère 30 partenaires issus de 14 pays (dont 9 de l’UE). L’objectif est de renforcer la coopération et l’accessibilité de l’ensemble des plateformes d’infectiologie pour une meilleure connaissance des maladies infectieuses animales et des capacités accrues de contrôle et de prévention de leurs effets dévastateurs. 1.

Related: