background preloader

Le mythe de l’humain augmenté

Le mythe de l’humain augmenté
Ce troisième TopTen de l'été nous emmène du côté des groupes transhumanistes. Alors que ce mouvement prône le dépassement de notre condition biologique, le chercheur Nathanaël Jarrassé nous engage à revenir aux réalités des personnes appareillées qui ne sont pas des hommes machines. « Rendre une sensation de toucher à un sujet amputé appareillé », « dévier des nerfs pour améliorer la commande de prothèses robotiques », « fixer directement une prothèse de bras sur l’os » : autant d’innovations de laboratoires porteuses d’espoir pour les patients. Pourtant, cela semble peu face au spectacle technologique qu’offrent les films de science-fiction. Une perception biaisée de la réalité technique Ce décalage entre l’attrait fantasmé de notre société pour les technosciences et nos travaux se trouve amplifié par la vulgarisation parfois simpliste des avancées technologiques. L’opinion portée sur les prothèses subit le même type de déformation ou de dévaluation.

https://lejournal.cnrs.fr/billets/le-mythe-de-lhumain-augmente

Related:  Impact du numérique sur les processus sociocognitifsEPIConnecter le cerveau et les ordinateurs

Le transhumanisme est un nihilisme Dans le fond, l'affaire n'est pas nouvelle. Dante nous prévenait déjà, au premier chant du Paradis : « Outrepasser l'humain ne se peut/ signifier par des mots ; que l'exemple suffise/ à ceux à qui la grâce réserve l'expérience (1). » Or, au seuil de son ascension vers le ciel - et pour exprimer cette idée d'un homme s'élevant au-delà des limites humaines -, le poète forge le néologisme trasumanar : un verbe exprimant l'action transformatrice qui l'ébranle, dès lors qu'il fixe ses regards dans les yeux pénétrés d'éternité que lui propose Béatrice, son amour et son guide vers la béatitude. Mais, s'il s'agit, dans La Divine Comédie, d'entrer dans la vision de Dieu, de déifier l'homme créé, afin qu'il vive de cet « amour qui meut le soleil et les autres étoiles (2) », c'est une dynamique radicalement inverse qui magnétise l'idéologie transhumaniste. En un sens, il est maintenant possible d'appréhender - et comme jamais auparavant !

Handicap : un paraplégique en vedette du Mondial de football Par La rédaction d'Allodocteurs.fr Rédigé le Handicap : un paraplégique en vedette du Mondial de football Après cette mise en lumière du projet, Walk Again a été reconduit pour deux ans avec deux objectifs : diminuer de 70 kg le poids de l'exosquelette et améliorer la lecture de l'activité cérébrale sans placer des électrodes dans la boîte crânienne. En savoir plus

Le laboratoire de Frankenstein En ce 16 juin 1816, le ciel est menaçant au-dessus du lac Léman, la température glacée, à peine 14 °C. La jeune Mary Godwin est venue avec son amant, le poète Percy Shelley, passer la soirée dans la majestueuse villa Diodati chez leur ami et voisin lord Byron et son médecin John Polidori. Ces jeunes lettrés à l'imagination débordante et aux moeurs libérales se sentent oppressés par cette sombre « année sans été ». L'éruption du volcan indonésien Tambora en avril 1815 a enténébré la planète tout entière, ses nuages de cendres ont déréglé le climat, dévasté les cultures allant jusqu'à provoquer des émeutes de la faim. Certains cas de cannibalisme dans les montagnes reculées de Suisse sont même rapportés.

Steve Austin VS Hugh Herr : quand la réalité rattrape la fiction L’homme amélioré et les cyborgs font partie des thèmes privilégiés de la science-fiction depuis plusieurs décennies. Pouvoir réparer voire améliorer un Homo sapiens ont longtemps été des fantasmes pour l’industrie cinématographique, mais aussi pour la science! Pourtant, depuis quelques années, la réalité est en train de rattraper la fiction. Est-ce pour le meilleur ou pour le pire? Surpasser la nature est la raison de vivre du transhumanisme, «un courant né aux États-Unis dans les années 80 qui prône le développement et l’utilisation des nouvelles technologies pour réparer, améliorer, surpasser l’être humain.» On pourra lire à ce sujet ce billet assez détaillé de Sophie Félix sur le site de l’Agence Science-Presse.

Les rivages du posthumain C'est le legs de Prométhée : l'homme, sans griffes, sans crocs, sans poils, sans force, reçoit en compensation le feu sacré du savoir qui lui permet de s'augmenter - et, du premier propulseur au dernier ordinateur, nous ne nous en sommes pas privés. C'est le legs de toutes les Genèses : de l'Enkidou de Gilgamesh à l'Adam du Livre, l'homme est une créature façonnable, de la glaise pour les dieux, et plus tard pour les savants de fiction qui s'arrogent leur pouvoir, du docteur Frankenstein au rabbin Loew, inventeur du golem. Alors que la planète peine sous le poids des transformations d'origine humaine, il semble que nous soyons sur le point de toucher l'essentiel de ces deux héritages.

Contrôler, commander un hélicoptère par la pensée Alors que les drones et autre objets volants commandés à distance se popularisent, une nouvelle génération d’appareils émergent. Il y a quelques jours, un hélicoptère télécommandé a volé au travers d’une série d’arceaux, dans un gymnase de l’université du Minnesota. Cela semble être un projet classique d’étudiant, mais il y a une « petite » nouveauté… La machine volante est contrôlée en utilisant seulement la puissance de la pensée. Les expérimentations ont été réalisées par des chercheurs qui espèrent développer de futurs robots capables d’aider à restaurer l’autonomie des victimes paralysées ou souffrant de troubles neurodégénératifs. L’étude a été publiée le 4 juin 2013, dans le journal d’ingénierie neurale de l’université (IOP Publishing’s Journal of Neural Engineering), et a été accompagnée d’une vidéo montrant l’hélicoptère en action (voir en bas de l’article).

Le cas Pistorius : homme augmenté ou réparé ? - Sciences J-M Besnier, F. Ansermet, D. Cerqui, J-C Ameisen, R. Frydman Catherine Donné © Radio France L’homme réparé ou l’homme augmenté ? Le développement de l’informatique associé aux nanotechnologies d’une part et la connaissance du génome humain d’autre part, vont-ils aboutir à transformer l’homme ?

Le pouvoir de la force existe Derrière la porte verrouillée d'une pièce aux murs blancs, au sous-sol d'un centre de recherches de Tempe, Arizona, un singe impassible est assis sur une chaise, les yeux rivés sur l'écran d'un ordinateur. De sa tête dépasse un entremêlement de câbles, de sa bouche un tube de cuivre. Devant ses yeux, sur un écran noir, une boule verte s'agite et vient frôler le coin d'un cube. Le singe est en train de la déplacer par la force de sa pensée. Le singe, un macaque rhésus baptisé Oscar, a des électrodes implantées dans son cortex moteur. Elles détectent les impulsions électriques, signes d'activité cérébrale, et les traduisent en mouvement de la balle sur l'écran.

Related: