background preloader

Trois graphiques pour comprendre la baisse des cours du pétrole

Trois graphiques pour comprendre la baisse des cours du pétrole
Le Monde | • Mis à jour le | Par Mathilde Damgé A New York, le baril du light sweet crude est passé sous les 50 dollars pour la première fois depuis 2009. Entamé en juin, le recul des prix de ce pétrole léger est à l'image de l'ensemble du marché pétrolier. Quelles sont les causes de cette dégringolade du cours du pétrole ? Le principal producteur d'or noir lance une guerre des prix L'Arabie Saoudite est engagée dans une guerre des prix contre le pétrole de schiste américain dont le boom menace les parts de marché des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). Contrairement à d'autres membres du cartel comme le Venezuela ou le Nigeria, qui militent pour une baisse de la production, l'Arabie Saoudite a choisi de laisser agir les mécanismes du marché : une consommation trop faible par rapport à une production forte favorise inévitablement une érosion des cours. Le pétrole de schiste américain gonfle la production mondiale Related:  Concurrence dans la mondialisationlucasro

PÉTROLE • Même à 20 dollars le baril, l'Opep n'empêchera pas la dégringolade Même si le prix du baril a baissé de 50 % depuis le mois de juin et avoisine actuellement les 60 dollars, le cartel des pays pétroliers tient bon. Quoi qu'il arrive, le brut coulera à flots, prévient le ministre du Pétrole saoudien. 23 Décembre 2014 | Partager : Voici de quoi donner des sueurs froides au secteur mondial de l'énergie : quoi qu'il arrive, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) continuera à pomper autant de brut, et laissera donc la chute des cours se poursuivre. "Avec une franchise inhabituelle", le ministre du Pétrole saoudien, Ali Al-Naimi, leader de fait de l'Opep, affiche aujourd'hui sa volonté de défendre ses parts de marché "à tout prix", constate le Financial Times. "Quel que soit le prix, il n’est pas dans l'intérêt des membres de l’Opep de réduire leur production (…). Période effrayante "Nous entrons dans une période effrayante pour le marché pétrolier", commente un analyste interrogé par le quotidien britannique.

Comment le covoiturage fait baisser le prix du train Une envie soudaine de quitter la grisaille francilienne pour les couleurs de la Provence ? Dépêchez-vous, à l’approche des ponts et viaducs de mai, il ne reste que quelques places dans les trains, et pas davantage dans les voitures. Car celui qui veut voyager sans trop se ruiner pense de moins en moins au TGV, et se tourne vers le covoiturage. Compagnons de route. (Essence + péage)/3. réponse de la compagnie ferroviaire a pris une double forme. « Le car IDBus et le train Ouigo, récemment lancés, se sont alignés sur le prix du covoiturage », observe le consultant. Même concurrence en Allemagne. En France, Ouigo et IDBus parviendront-ils à capter cette clientèle qui rechigne à monter dans les chers TGV ? considérée comme très chère, s’affiche entre 24 et 27€, contre 36€ minimum en TGV et 15€ en covoiturage. Signaler ce contenu comme inapproprié

La baisse de l'euro peut-elle sauver l'Union européenne? Les temps changent. Il y a un an encore, l'euro était accusé de tous les maux parce qu'il était trop fort pour les économies du sud de l'Europe, dont la France. Bridant leur compétitivité et compromettant leurs chances de sortie de crise, au bénéfice quasi-exclusif de l'Allemagne, dont les excédents commerciaux justifient une devise forte. Deux ans d'euro faible Cette baisse tient à la langueur de l'économie en zone euro, mais elle est aussi un effet de la politique de "quantitative easing" annoncée depuis plusieurs mois par le président de la BCE Mario Draghi. Dans le même temps, la Fed annonce qu'elle est prête à relever ses taux dans le courant de l'année, mettant fin à son propre "quantitative easing" après être parvenue à faire redémarrer l'économie américaine. "La Grèce potentiellement avantagée" "La baisse de l'euro est certainement une bonne chose", reconnaît Jacques Sapir pour L'Expansion. "Rééquilibrer face à l'Allemagne" L'Allemagne en profite aussi...

Fonctionnement de la politique européenne de la concurrence La politique européenne de la concurrence est née avec le marché commun. La plupart de ses fondements sont contenus dans le traité de Rome de 1957. Par la suite, un véritable droit européen de la concurrence s'est mis en place, avec une accélération notable depuis 1990, lorsque de nombreux secteurs auparavant confiés à des monopoles nationaux ont été ouverts à la concurrence. La concurrence dans l’idée européenne Pour les rédacteurs du traité de Rome, la concurrence n'est pas une fin en soi, mais une condition indispensable à la réalisation du marché commun (devenu par la suite marché intérieur). La concurrence est également perçue comme un facteur d'amélioration économique. Le fonctionnement du droit de la concurrence Depuis 2003, un système de responsabilités partagées a été instauré en matière de politique européenne de la concurrence. Depuis novembre 2014, la Danoise Margrethe Vestager est le commissaire européen à la Concurrence. Concurrence et services publics Exemples d'application

Communauté Européenne: les pays membres qui n'utilisent pas l'euro en mars 2014 - J. Barthet , blog personnel. Maj dernière juillet 2015 Carte de la Communauté Européenne et de l'Euro, s'y ajoutent Mayotte et St Pierre et Miquelon INFO EURO 02-07-2015: au 2 juillet 2015, malgré tout ce qui s'est dit, la Grèce est toujours un pays membre de cette zone Euro... Pour combien de temps: (?) c'est toute la question ! GRECE, crise de la dette: Une affaire sans fin, certains pays rechignent... MAJ Blog J.Barthet 03-01-2015: Le 1er janvier 2015, la zone euro a accueilli son 19ème membre, la Lituanie, l'une des fameuses Républiques Baltes (qui se composent de l'Estonie, de la Lettonie et de la Lituanie). drapeau de la Lituanie La Lettonie avait rejoint la zone le 1er janvier 2014, quant à l'Estonie, elle était membre depuis le 1er janvier 2011. Au 7 mars 2014, la monnaie officielle de la communauté Européenne est l'Euro...mais tous les pays membres ne l'utilisent pas forcément, seulement 18 sont en zone Euro, ce sont: La Bulgarie, la Croatie, la Hongrie, la Pologne, la Roumanie, la Tchéquie...

Le cartel des farines à nouveau épinglé Les meuniers français sont à nouveau dans le pétrin. L’Autorité de la concurrence a annoncé, jeudi 26 mars, avoir sanctionné trois d’entre eux. Elle leur inflige une amende globale de 1,138 million d’euros. Dont 518 000 euros pour Grands Moulins de Strasbourg, 320 000 euros pour Minoteries Cantin et 300 000 euros pour Axiane Meunerie. Motif de la condamnation : s’être entendus sur les prix de la farine vendue aux boulangers. Cette affaire est liée à une précédente instruction menée pour dénoncer un cartel des farines en France mais aussi entre la France et l’Allemagne. C’est un meunier allemand Werhan, qui avait dévoilé les pratiques. Le second grief portait sur le verrouillage du marché français de la farine vendue en sachets. L’enquête sur les pratiques d’entente sur la farine en sachets a permis de montrer qu’une autre entente portait sur la farine vendue aux boulangers.

Le plan Juncker joue la carte du risque Actualité La Commission européenne a mis le turbo pour être en mesure de présenter son plan d’investissement avant Noël, ainsi que s’y était engagé son président, Jean-Claude Juncker. Adopté mardi par le collège des commissaires, le plan a été dévoilé mercredi en séance plénière du Parlement européen, à Strasbourg, par le Luxembourgeois et le vice-président en charge de l’Emploi, de la Croissance, des Investissements et de la Compétitivité, Jyrki Katainen. Cette stratégie devrait, selon la Commission, permettre d’injecter 315 milliards d’euros dans le financement de grands projets d’infrastructures, de recherche et d’innovation et soutenir l’activité des PME. Les moyens publics déployés pour amorcer la pompe des investissements sont plus chiches que d’aucuns l’avaient espéré. Tout le monde est content, ou presque… Le groupe social-démocrate a salué le plan "qui rompt avec le dogme de l’austérité", Gianni Pittella dixit.

YKK, la marque que vous portez sans le savoir La mystérieuse compagnie japonaise qui se cache derrière les meilleures fermetures «Eclair» du monde. Comme la bicyclette, la fermeture à glissière fait partie de ces inventions dont on se dit qu’elles auraient pu voir le jour bien plus tôt. Ce n’est quand même pas bien compliqué d’assembler deux roues, deux pédales et une chaîne! Pas plus que l’aligner des dents métalliques que l’on peut ensuite assembler les unes avec les autres. Pourtant, la bicyclette moderne n’apparaît pas avant la fin du XIXe siècle et la fermeture à glissière n’apparaît qu’en 1917 (le premier exemplaire est breveté par un immigrant suédois de Hoboken). Plus étonnant encore: alors que les fermetures à glissière existent depuis près d’un siècle, on pourrait penser qu’un mécanisme aussi simple pourrait être perfectionné – et devenir un article à 100% fiable. Une fermeture à glissière défectueuse peur rendre un vêtement immettable. «Cycle de qualité» Plus de 7 milliards de fermetures chaque année. Pas de risque

Chômage record à 11,8 % en zone euro, par Claire Gatinois (Le Monde) - Regards citoyens | Le Monde Ce niveau, explosif, masque de profondes disparités. Quand le taux de chômage en Autriche, en Allemagne ou aux Pays-Bas avoisine 5 %, il dépasse 26 % en Espagne, et en Grèce et atteint 16,3 % au Portugal. Entre ces deux extrêmes, se trouvent la France (10,5 %) et l'Italie (11,1 %). Comment inverser la tendance ? Au Royaume-Uni, en dépit d'un marché déjà extrêmement flexible, le gouvernement a agi dès 2011 en faisant la promotion du travail indépendant et en renforçant les incitations pour les chômeurs à retrouver un travail, pointe Sylvain Broyer chez Natixis. Aujourd'hui, celui-ci s'étonne du rythme des créations d'emplois outre-Manche à la fin du troisième trimestre de 2012 (+ 1,7 % contre – 0,7 % en zone euro avec une hausse de l'emploi manufacturier de 3 %). Ce manque de conviction n'a rien d'étonnant, selon Marion Cochard, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Poursuivant la démonstration M. Voir également :

Apple et les opérateurs : les révélations de Cash Investigation (màj) La «crise» dans l’Union européenne vue par les cartes La «crise» dans l’Union européenne vue par les cartes Mots clés: Cartographie • Crise économique • Didactique • Données statistiques • Traitement des données • Union européenne Une carte extraite d'un dossier sur la «crise» dans l'Union européenne, parue en 2011 dans le Nouvel Observateur, est critiquée du point de vue de la sémiologie graphique. L'auteur s'interroge sur le choix des pays étudiés ainsi que sur les indicateurs retenus. Crise, dette, rigueur… sont des mots souvent entendus aujourd’hui. Dans le même ordre d’idées, il n’est pas aisé de savoir comment se distribuent les pays face à la crise: quels sont ceux qui sont les plus touchés ou ceux qui y échappent? Le Nouvel Observateur dans un long dossier «Spécial Crise», paru en 2011 [1], a étudié la question, comme nombre de médias. Un certain flou règne donc et l’articulation de cette carte aux textes du dossier n’est pas évidente. Une «mauvaise» carte? Un fond de carte avec 12 pays de l’Union européenne seulement Bibliographie

Related: