background preloader

Le BYOD dans les écoles françaises commence à faire débat

Le BYOD dans les écoles françaises commence à faire débat
Faut-il fournir les appareils ou adopter le BYOD ? Si le BYOD concerne en grande partie les entreprises et parfois certaines administrations, l’école est elle aussi concernée. Les grandes écoles et les universités sont concernées depuis de très nombreuses années, les étudiants n’hésitant pas à apporter d’eux-mêmes leurs PC portables pour travailler et prendre leurs notes. Ces établissements étant historiquement bien connectés, le BYOD n’en avait que plus de sens. Mais quid des écoles primaires et secondaires ? De fait, les étudiants sont déjà moins bien équipés, hormis bien entendu au lycée, et de surcroît, les établissements ne disposent pas toujours d’une connexion adaptée. Si la première annonce peut aider à développer le BYOD à l’école, la seconde est plutôt en opposition en fournissant directement le matériel aux élèves. Le BYOD a ses contraintes Mais quid du BYOD à l’école ? L'exemple néerlandais Mais l’objectif n’était en aucun cas que les étudiants s’amusent avec leurs appareils.

http://www.zdnet.fr/actualites/le-byod-dans-les-ecoles-francaises-commence-a-faire-debat-39810539.htm

Related:  BYOD - un sujet de controverseBYOD (Bring your own device) - AVAN#BYODEcole de demainBYOD

Utiliser son téléphone portable en cours ne nuit pas toujours aux résultats Deux récentes études scientifiques permettent d’évaluer dans quelle mesure garder un mobile en classe ou en amphithéâtre a une influence sur la réussite scolaire ou universitaire. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Laura Wojcik A quel point l’usage compulsif d’un téléphone portable en classe nuit-il à la réussite scolaire ? C’est la question que vous vous posez certainement à chaque fois que vous épluchez le profil Facebook de vos amis plutôt que d’écouter votre professeur disserter sur un sujet un peu moins attrayant.

Faut-il autoriser le BYOD dans les écoles ? À l’occasion du salon professionnel de l’éducation primaire, secondaire et de l’enseignement supérieur, le sujet du BYOD dans les écoles a été débattu. La mise en œuvre du dispositif ainsi que les contraintes y afférentes ont entre autres été abordées. Le BYOD dans les écoles primaires et secondaires à partir de 2016 Le BYOD n’est plus l’apanage des seules entreprises et administrations puisque grandes écoles et universités l’ont adopté à leur tour au cours des dernières années. L’existence d’une connexion adaptée ainsi que la possibilité de ramener son ordinateur portable ont été des facteurs favorables à son apparition dans ces établissements.

Le BYOD au collège, ça marche ! Des atouts nombreux, une familiarité évidente Entre la maladresse des élèves, les agitations, les bagarres ou encore les vols, le collège n’est pas forcément l’endroit rêvé pour le BYOD, tout du moins si l’on veut espérer retrouver son appareil entier à la fin de la journée. Certains professeurs y croient pourtant. C’est notamment le cas au collège Les Rives du Léman, dans la petite ville d’Evian-Les-Bains, en Haute-Savoie. Selon Rafika Selmi, professeure d’anglais dans cet établissement, ses collègues et elle-même ont « systématisé l’usage des smartphones en classe pour toutes sortes d’activités : recherche de mot de vocabulaire sur wordreference, vérification de la prononciation d’un mot, travail collaboratif sur Edmodo… » (sorte de réseau social pédagogique). Certains de ses élèves ont même pu discuter via Facebook sur leur smartphone avec une journaliste sud-africaine dans le cadre d’un travail de classe.

Tous à vos claviers: faut-il en finir avec l'écriture à la main? Adieu les pâtés, vivent les claviers! A partir de la rentrée 2016, les petits Finlandais vont vivre une révolution culturelle. Finies les longues heures à tirer la langue sur des lignes de boucles grandes et petites. Les 5 raisons qui rendent le BYOD indispensable Les annonces de François Hollande sur le grand plan numérique pour l’école nous interrogent sur la place des appareils numériques dans les enseignements et dans les classes. D’abord intervenu en novembre dernier pour annoncer la fourniture de tablettes à tous les collégiens, le Président français réitère le 7 mai dernier avec un plan de déploiement du parc de tablettes échelonné sur 3 ans. A travers ces annonces on comprend que le gouvernement s’est heurté à des problèmes complexes.

Comment intégrer une infrastructure BYOD en classe ? inShare2 Dans un récent article, nous vous présentions comment le BYOD en classe (Bring Your Own Device) permet de favoriser les apprentissages numériques et d’accéder à de nouvelles ressources pédagogiques, tout en utilisant un outil que l’élève maîtrise et dont il dispose aussi bien en classe, qu’à la maison. Néanmoins, dans le cadre de la mise en place d’une infrastructure BYOD, il ne suffit pas de choisir son support et d’intégrer des ressources pédagogiques numériques.

Mobilité et BYOD : la stratégie de l’autruche sembler régner en France F-Secure dresse un tableau préoccupant : en France, la sécurisation d’un vaste éventail de terminaux mobiles et la protection contre les attaques visant à voler des données internes sont les deux principales priorités. Mais seulement 28 % des entreprises disposeraient toutefois d’une solution de gestion des terminaux mobiles (MDM). Pire : la sécurisation des terminaux mobiles devrait être moins prioritaire à l’avenir. De l’autre côté de la Manche, 43 % des entreprises sont équipées d’une solution de MDM, contre 37 % de leurs homologues allemandes. Outre-Rhin, 42 % des entreprises sont équipées d’une solution de sécurité mobile, contre 40 % pour les britanniques et 30 % pour les françaises.

La pensée divergente Depuis des milliers d’années l’espèce humaine a connu une évolution continue mais très lente. Comme cette évolution a été très lente, l’Homme n’a pas forcément été conscient de ces changements. Aujourd’hui, contrairement à hier, l’Homme ressent ce changement. Le numérique nous a apporté des perceptions d’un monde inconnu. Tout ce que vous devez savoir sur le BYOD - PédagoTIC Bien connu internationalement, le phénomène BYOD (Bring Your Own Device), ou en français AVAN (Apportez Votre Appareil Numérique), donne une toute nouvelle dynamique de travail dans les entreprises situées ici et là. Cette innovation technologique commence désormais à entrer dans les salles de classe du secondaire. Utilisée depuis quelques années par de nombreuses institutions américaines, la démarche et les procédures découlant du BYOD se perfectionnent. Le Québec tente aujourd’hui d’imiter son voisin en offrant par exemple des tablettes électroniques aux élèves concernés.

Le BYOD : entre perspectives et réalités pédagogiques Le BYOD : entre perspectives et réalités pédagogiques Ces dernières années, nous voyons apparaître une nouvelle forme d’intégration des technologies en salle de classe : le « Bring Your Own Device (#BYOD) ». Ce nouveau type de configuration répond à des besoins financiers, mais également éducatifs dans une société où l’enseignement est de plus en plus personnalisé et intégré aux besoins de consommation. En pratique, des enseignants utilisent cette configuration en salle de classe lorsqu’ils permettent à leurs élèves d’amener leurs outils technologiques personnels afin de réaliser des tâches spécifiques. Cette nouvelle approche pédagogique apporte son lot de perspectives et de réalités.

Rentrée scolaire : la pédagogue qui voulait révolutionner le système éducatif français Basta ! : Quelles compétences ont été développées par les enfants de votre classe de Maternelles, à Gennevilliers, entre 2011 et 2014 ? Céline Alvarez [1] : Dès la première année, tous les enfants, suivis par le CNRS, ont progressé plus vite que la norme, sauf un qui était l’enfant le plus absent. Ils sont entrés très facilement dans la lecture, ont fait des mathématiques, des divisions, des soustractions. Dans certains domaines, en conscience phonologique, c’est-à-dire la capacité d’entendre les sons dans les mots, en mémoire de travail [notre capacité à retenir sur du court terme], ils étaient très au dessus de la norme. Une petite fille, à quatre ans, avait 28 mois de retard par rapport à la norme en mémoire de travail.

Pourquoi utiliser les « BYOD » dans une classe 8 Shares Share Tweet Email L’idée est intéressante, mais est-ce aussi facile qu’on le dit ? Jérôme Lagaillarde : Le smartphone en français pour apprendre ? Quand le matériel informatique de l’établissement manque ou défaille, pourquoi ne pas faire appel à celui des élèves ? Au lieu d’interdire les smartphones, ne serait-il pas plus pertinent d’en inventer des usages pédagogiques ? C’est la question, cruciale, du BYOD (« Bring Your Own Device », « apportez votre propre matériel »). C’est le pari lancé et gagné par Jérôme Lagaillarde, professeur de lettres au collège Georges Méliès à Paris.

Related: