background preloader

Qu'est-ce que l'acte de création? par Gilles Deleuze sous-title français / sub. French

Qu'est-ce que l'acte de création? par Gilles Deleuze sous-title français / sub. French

http://www.youtube.com/watch?v=2OyuMJMrCRw

Related:  PhilosophieVidéos littératureConférences/ÉmissionsPhiloPolitique divers 2

Arts & Sociétés Dans son acception générale, le don renvoie au principe de se déposséder d’un bien sur un mode qui implique la gratuité. En cela, il est lié au désintéressement, une notion primordiale à la création artistique et au beau, depuis l’esthétique kantienne. Mais pour l’anthropologue Alain Caillé, le don peut être défini avant tout comme « toute prestation de biens ou de services effectués, sans garantie de retour, en vue de créer, entretenir ou régénérer le lien social[1] ». La recherche de la vérité, la quête d’une vie pour Rousseau - SERVICE DE COMMUNICATION Le mardi 21 février, à Uni Dufour, Martin Rueff, professeur au Département de langue et de littérature françaises modernes de la Faculté des lettres, a inauguré le semestre de printemps 2012 en analysant la question de la vérité dans la vie et l’oeuvre de Jean-Jacques Rousseau. Cette leçon d’ouverture s'est déroulée dans le cadre des commémorations organisées par l’UNIGE à l’occasion du tricentenaire de la naissance du penseur d’origine genevoise. Spécialiste des relations entre littérature et philosophie et éminent représentant du renouveau des études rousseauistes, Martin Rueff part du constat que Rousseau aura risqué sa vie pour la vérité. Pour lui, cette exigence fut sa devise et, des Discours aux Rêveries, Rousseau n’aura de cesse qu’il n’ait dit la vérité, toute la vérité.

Raison - Philosophie / Gilles Guérin Rien de plus utile pour l'Homme qu'un Homme vivant sous la conduite de la Raison (Spinoza)(13) Vous n'avez pas raison ou tort parce que d'autres sont d'accord avec vous. Vous avez raison parce que vos faits sont exacts et votre raisonnement est juste. Choc au Chili : l’histoire cachée du génocide et du « roi de Patagonie » Un tabou historique, c’est comme un secret de famille : les gens évitent de les nommer, parce qu’ils déchaînent des passions, de la colère, des insultes. Même s’ils savent, inconsciemment, que c’est le jour où l’abcès éclate que commence la guérison… Le Chili comme l’Argentine n’échappent pas à la règle avec la question des massacres des populations autochtones en Patagonie. Certes, les anthropologues étudient et parlent (heureusement) de ces peuples qui habitaient la Terre de Feu, les canaux et les grandes plaines, les Kawesqar, Yamans, Aoniken et Selknam, et dont il ne reste pratiquement plus de descendants aujourd’hui. La mémoire collective s’est attachée à leur nudité, à leur corps peint, à leur visage. Mais elle a effacé la manière dont ils ont été exterminés, comme elle a effacé les noms des responsables de ce génocide.

QU'EST-CE QU'ÊTRE PROUSTIEN La Recherche, avec ses 9,6 millions de caractères (près de 1,5 million de mots) s'organise comme une forme de mouvement perpétuel, une matrice circulaire qui produit du langage à l'infini. Il s'agit d'une cathédrale qui s'est construite de l'intérieur, qui s'est écrite de manière circulaire et qui se lit en boucle. Le roman de Proust est un livre-monde lui-même construit avec des mots-mondes, des phrases-mondes, produisant l'alchimie d'un plaisir de lecture toujours renouvelé, ouvert à tous types de lectures. « Comment ne pas être proustien ? », s'interroge Paul Vacca. Pour lui, si La Recherche se révèle comme universelle à chaque lecture individuelle, comme en écho à l'intimité de chacun, c'est qu'alors on est proustien « par la grâce et non par les œuvres ».

S’individuer dans la société Recensé : Vincent Descombes, Les Embarras de l’identité, Paris, Gallimard, « Les Essais », 2013, 282 pages, 21 euros. Dénoncer la fausseté de l’individualisme a constitué l’une des opérations les plus banales de la pensée sociale et politique moderne pendant ces deux derniers siècles. Nous commettrions à la fois une erreur cognitive et une faute morale, disait-on, si nous nous pensions comme des individus qui doivent l’essentiel de ce qu’ils sont à eux-mêmes, qui ont à d’abord s’occuper d’eux-mêmes, à se soucier de la réalisation de leurs droits et aux conditions de leur propre épanouissement.

"Cool Japan" : comment le Japon veut influencer le monde par sa culture et son mode de vie ? Et peut-il redevenir "cool" ? Tokyo accueillera les Jeux Olympiques en 2020 et c'est l'une des nombreuses activités qui participent au dynamisme du Japon aux yeux du monde. Que ce soit par sa culture, son tourisme, sa gastronomie, le Japon engage une stratégie pour montrer au monde entier l'étendue de ses richesses. Il sera question donc de ce soft power japonais, comment le gouvernement met en avant cette culture japonaise à l'international ? Quel rôle jouent les entreprises mondialisées comme Spotify au Japon ? Et comment se porte l'écosystème des start-up japonaises ?

Edgar Morin : « Nous avançons comme des somnambules vers la catastrophe Pourquoi la vitesse est-elle à ce point ancrée dans le fonctionnement de notre société ? La vitesse fait partie du grand mythe du progrès, qui anime la civilisation occidentale depuis le XVIIIe et le XIXe siècle. L’idée sous-jacente, c’est que nous allons grâce à lui vers un avenir toujours meilleur.

Related: