background preloader

Le droit à l'avortement en France a 40 ans

Le droit à l'avortement en France a 40 ans
Quarante ans après l'ouverture des débats qui ont conduit à l'instauration du droit à l'avortement en France, les députés français doivent adopter une résolution réaffirmant le droit à l'interruption volontaire de grossesse (IVG), mercredi 26 novembre. Avant le vote, le président de l'Assemblée, Claude Bartolone, rendra hommage à Simone Veil, qui avait défendu cette loi en 1974, lors d'un déjeuner autour de « grands témoins de ce combat » dont des signataires du Manifeste des « 343 salopes », des ministres (Marisol Touraine, Najat Vallaud-Belkacem, Pascale Boistard), la maire de Paris, Anne Hidalgo, des députés et personnalités engagés pour l'égalité hommes-femmes. Lire aussi : Chronologie de la contraception et l'avortement en France Interrogée sur la mention retirée à la demande de l'UMP, la porte-parole des députés PS Annick Lepetit a répondu : « Nous tendons la main à l'opposition (...) : si cet hommage est partagé et unanime, nous sommes beaucoup plus forts collectivement. Related:  IVG Interruption Volontaire de GrossesseVers une émancipation féminine à partir de 1950

L'histoire secrète du manifeste des 343 "salopes" - L'Obs Au risque de décevoir, il faut bien l'avouer : les "343 salopes" doivent leur succès à un homme. Un sacré salaud qui, en douce, a fomenté la révolte, un mec sans qui rien n'aurait été possible. Jean Moreau, ancien de "l'Obs", est le père oublié du manifeste sur l'avortement. Trente-cinq ans après, il en rigole au téléphone : tout ça, c'est loin, il n'a jamais aimé la gloriole. On vient déranger sa paisible retraite, au milieu des livres et des tableaux. C'est un petit bonhomme en jean, des yeux bleus délavés. La peur du ventre qui enfle Jean Moreau, c'était la grande gueule de "l'Obs", l'éternel révolté. Jean, c'était celui avec qui on aimait refaire le monde, celui à qui on venait raconter sa vie. Merci, votre inscription a bien été prise en compte. Garder l'enfant ou braver la loi De la préhistoire pour les jeunes générations... Le MLF voulait tout foutre en l'air Elles n'étaient au départ qu'une poignée, de jeunes profs, étudiantes, réunies dans l'élan de Mai-68. "L'Obs" se mobilise

Top 10 des déclarations sur l’IVG au moment de la loi Veil (il y a quarante ans seulement) Le 26 novembre 1974, Simone Veil, alors ministre de la Santé de Valéry Giscard d'Estaing, montait à la tribune de l’Assemblée nationale pour défendre devant un public presque exclusivement masculin la loi en faveur de l'interruption volontaire de grossesse. Une loi historique donc, qui lui a valu de rentrer dans l'histoire ET d'en prendre plein la gueule. Petit florilège, des déclarations des politiciens de l'époque. "En morale, l'avortement demeure une oeuvre de mort." (Jean Lecanuet) Jean Lecanuet qui, au passage, a activement défendu la peine de mort qui elle, il est vrai, n'est absolument pas une oeuvre de mort c'est bien connu. Et parce qu'elle a trop la classe, voici une partie du discours de Simone. Pour en savoir plus sur l'IVG, direction le site du gouvernement sur sante.gouv

Une maison connectée pour sauver des vies (DN) - Prévenir automatiquement voisins ou professionnels de la santé lors d'une chute paralysante dans la maison ou d'un rythme cardiaque anormal sans pour autant interférer avec la vie privée: c'est le défi du programme « CoPAInS », qu'a relevé une équipe de chercheurs de l'Université de Luxembourg. Annette s'effondre au sol, sans pouvoir se relever. Elle est seule, dans l'incapacité d'appeler qui que ce soit. Le bracelet qu'elle porte envoie des informations telles que ses pulsations cardiaques, sa température, etc. à un système dédié, qui reçoit également une séquence vidéo de l'endroit et du moment de la chute. Il combine ces informations et décide, alors, de prévenir par SMS un premier groupe de personnes de confiance. Elles reçoivent un code temporaire qui permettra au premier arrivé sur les lieux de déverrouiller la porte d'entrée. L'ouverture de la porte met fin à la procédure d'alerte.

La loi Veil sur l'avortement - Archives vidéo et radio Ina.fr Salaires, heures sup’, métiers… Les inégalités hommes femmes toujours plus criantes Toujours plus d’égalité entre hommes et femmes dans l’emploi ? C’est ce qu’on pourrait croire. Et pourtant, d’après Qapa.fr, plateforme digitale de travail, c’est de pire en pire. "On ne cesse de le répéter mais dans les faits, les inégalités et les différences de traitement entre les femmes et les hommes sur le marché du travail, sont de plus en plus flagrantes. ► Les femmes encore moins bien payées en 2015 que les hommes En 2013, le salaire brut moyen mensuel était de 2211 euros pour les hommes et seulement de 1817 euros pour les femmes, soit une différence de 17,8 % en défaveur de la gente féminine. ► Toujours plus d'heures supplémentaires pour les hommes Durant l'année 2015, 34% des hommes faisaient des heures supplémentaires, contre 17% des femmes. ► La représentativité hommes / femmes par secteurs Les secteurs de l'informatique (13%) ou de la logistique (23%) étaient pratiquement désertés par les femmes en 2013.

Lehrer: "Wir vertrauen ihnen" Ein Gespräch mit dem finnischen Bildungsexperten Pasi Sahlberg über die Suche nach den talentiertesten Lehrern und andere Geheimnisse des Schulerfolgs. Speichern Drucken Twitter Facebook Google + DIE ZEIT: Herr Sahlberg, warum wollen eigentlich so viele junge Menschen in Finnland Lehrer werden? Pasi Sahlberg: Bei uns ist das ein Traumberuf. Anzeige ZEIT: Nicht jeder darf in Finnland Lehrer werden. Sahlberg: Es wird sehr stark auf die Noten geschaut, weil wir Bewerber suchen, die sich in der Schule gerne mit Mathe, Naturwissenschaften oder Geschichte beschäftigt haben. ZEIT: Warum nicht? Pasi Sahlberg leitet im finnischen Bildungsministerium das Zentrum für Mobilität und Kooperation. Sahlberg: Weil sie sich nicht gut genug überlegt haben, warum sie diesen Beruf wirklich ergreifen wollen. ZEIT: Woher sollen junge Abiturienten das wissen? Sahlberg: Wir erwarten, dass sie sich bereits damit befasst haben, wie Kinder am besten lernen. ZEIT: Wie sieht das Auswahlverfahren genau aus?

IVG: Touraine présentera mi-janvier un plan pour en améliorer l’accès La ministre de la Santé Marisol Touraine présentera à la mi-janvier «un plan cohérent pour améliorer l’accès à l’IVG sur l’ensemble du territoire», annonce-t-elle dans un entretien à l’hebdomadaire Elle, publié vendredi. «Il faut qu’une femme soit prise en charge, partout, dans les mêmes conditions», explique-t-elle. Mme Touraine juge «inacceptable» que certains médecins refusent de pratiquer l’avortement au-delà de la dixième semaine ou tentent d'«imposer l’une ou l’autre des méthodes, médicamenteuse ou chirurgicale». Selon Mme Touraine, «il est inadmissible de prendre des libertés avec ce droit» à l’interruption volontaire de grossesse. «J’annoncerai à la mi-janvier, à l’occasion de l’anniversaire de la promulgation de la loi (de Simone Veil légalisant l’IVG, ndlr), un plan cohérent pour améliorer l’accès à l’IVG sur l’ensemble du territoire», dit-elle. «On a vu, avec ce qui a failli se passer en Espagne, que les reculs sont toujours possibles (...)

Depuis lundi, les femmes européennes travaillent sans être payées Actualités > À Chaud > Depuis lundi, les femmes européennes travaillent ... À Chaud #Egalité Depuis lundi, les femmes européennes travaillent sans être payées Le 2 novembre est la journée symbole des inégalités salariales entre les hommes et les femmes dans l'Union européenne, peut-on lire sur le site d'info Les Nouvelles news. Le salaire horaire moyen des femmes dans l'UE est inférieur de 16,3% à celui des hommes : cela correspond à une différence de 59 jours de salaire. C'est comme si les femmes n'étaient plus payées à partir du 2 novembre tandis que les hommes continuent de l'être. Trois commissaires européens l'ont rappelé hier dans un communiqué, dans lequel ils soulignent que si l'on garde ce rythme là de réduction des inégalités, "nous devrons attendre 70 ans, soit deux générations, pour atteindre l’égalité salariale". + d'infos Partager Sur le web : Les femmes sont-elles toujours moins bien payées que les hommes ? Contenus recommandés par Outbrain A lire aussi Sur les sites du groupe

"Triangles jaunes" à Marseille : "Avec ça, les gens vont reculer" - L'Obs Une centaine de personnes, issues pour la plupart du monde associatif, se sont rassemblées mercredi 3 décembre devant l'hôtel de ville de Marseille pour protester contre une "carte de secours" comportant un triangle jaune et destinée aux sans-abris de la ville. Sur ce badge - qui porte sur son recto un grand triangle jaune et qui est censé être portée de manière visible - doivent être inscrits le nom, le prénom et le numéro de sécurité sociale de la personne qui le porte, ainsi que ses maladies chroniques, selon le collectif "Le jugement dernier", à l'origine de la manifestation. Il y a un problème de confidentialité, de stigmatisation, cela va à l'encontre de tout le travail de rue que l'on fait", a dénoncé Raymond Negren, responsable de la mission de rue de Médecins du Monde à Marseille. "L'exercice de la médecine, même dans la rue, respecte l'éthique et le secret médical est dû aux SDF comme aux autres", a renchéri Pierre-François Pernet, un médecin qui travaille avec l'association.

La Loi Veil a 40 ans, mais le combat pour le droit de choisir est toujours d'actualité Le combat pour le droit des femmes à disposer de leur corps souffle ses quarante bougies, mais reste cruellement d'actualité. Même en France, oui. Le 26 novembre 1974, Simone Veil défendait son projet de loi à la tribune de l’Assemblée Nationale. C’était une énorme avancée pour les femmes françaises, qui s’est obtenue au prix de négociations, et de violentes attaques. À lire aussi : « Simone Veil, l’instinct de vie » : portrait d’une survivante, pionnière et engagée Les opposants n’ont pas hésité à comparer l’avortement au génocide juif, oubliant au passage que Simone Veil était une survivante. Le 21 janvier 2014, j’étais dans l’hémicycle lorsqu’un amendement à cette loi était discuté. Mais quarante après, ce sont les attaques contre le droit des femmes à disposer de leur corps qui se sont banalisées. Je garde en mémoire l’intervention du député Olivier Véran, qui avait conclu son intervention par ces mots : « honnêtement, vous devriez avoir honte » Pas mieux. 40 ans plus tard, le bilan

Le sexisme dans la publicité en 45 affiches surprenantes Thème encore bien présent dans la société, le sexisme est une forme de discrimination de plus en plus critiquée mais toujours aussi présente. Inutile dès lors d'imaginer que la publicité n'ait pas eu un rôle dans la diffusion de clichés sexistes. La ménagère, la soumise, l'objet sexuel, autant de représentation de la femme qui ont connu un âge d'or dans la publicité d'antan. Mais le sexisme publicitaire fait-il vraiment parti que du passé ? La femme soumise C'est étonnant de commencer par cette catégorie, mais c'est un choix volontaire car parmi toutes les pubs sexistes vintage que j'ai pu voir, ce sont sûrement celles qui m'ont le plus interloqué. Van Heusen, démonstration même du sexisme pur et dur ET physique : 1964 Vendre du café, avec un argument bien ... particulier - Chase & Sanborn Coffee : 1962 "C'est bien d'avoir une fille autour de la maison" : Au moins c'est dit ... - Dacron : 1961 "Une femme, une pipe, un pull" - Paul Fourticq : 1970 Mountain Grown - Années 1960 "Épouses.

Marseille provoque un tollé avec sa “carte SDF” au triangle jaune Donner une carte de secours aux sans abris, c’est une idée du Samu social de Marseille et à la base, l’intention paraît louable. Mais le tollé est général et pour cause. Le triangle jaune dont elle est affublée fait inévitablement penser à l‘étoile jaune créée par les nazis pour stigmatiser les juifs ou encore au triangle rose qui identifiait les homosexuels dans les camps de concentration. Et cette stigmatisation, c’est ce que dénonce un sans abris présent à la manifestation, mercredi, devant l’Hôtel de ville de Marseille : “Je n’ai pas envie qu’on me montre du doigt. Voilà ! Déjà qu’on nous montre du doigt actuellement… Mais en plus avec ça! La mairie et le Samu social vont donc devoir revoir leur projet, dénoncé par plusieurs associations et par la ministre de la Santé elle-même. La distribution a été suspendue il y a huit jours. Une carte qui avait été distribuée à une centaine de sans domicile fixe sur les 1 500 que compterait la ville de Marseille.

Related: