background preloader

Potager

Potager
Related:  Jardim / HortaPermaculture

Fiche technique - Récolter ses graines Il peut être intéressant de faire ses semences pour diverses raisons : elles sont assez chères dans le commerce et cela représente une économie dans le budget jardinage, il est aussi satisfaisant de « faire soi-même » et rassurant d'être un peu plus indépendant... Cela nécessite un peu plus de travail et d'attention et quelques habitudes nouvelles, car il faut aussi prévoir pas mal de place en plus en raison de certaines plates-bandes ou parties de plates-bandes qui restent occupées pratiquement toute l'année et même, pour les bisannuelles, une année et demie... Il faut essayer de choisir et laisser pousser des porte-graines vigoureux, veiller à ce que leur santé ou leur croissance ne soit pas trop entravée par d'autres plantes, trop de mauvaises herbes, les travaux de proximité, et cela tout au long de leur croissance jusqu'à leur maturité. Ces plantes gagnent à être multipliées par éclats, marcottage, mais aussi semis. Aneth : graines en été.

10 astuces de maraîcher pour réussir vos cultures au potager biologique Je m’appelle Gilles Dubus et je suis maraîcher bio en Dordogne. J’anime également, à mes heures perdues (et oui, il y en a…), le Blog du Jardinier Bio, sur lequel je partage les quelques connaissances que j’ai pu acquérir au fil des ans. C’est avec grand plaisir que je réponds aujourd’hui à l’invitation d’Aurélien à publier un article sur son blog. J’ai souhaité partager ici quelques petites astuces qui, je pense, vous seront utiles pour réussir vos légumes au potager biologique. 3 astuces pour réussir toutes vos cultures Commençons par 3 petits conseils applicables sur la plupart des cultures… Trempez vos semences dans une décoction de prêle Si vous faîtes vous même vos plants, vous avez certainement déjà subi la fonte des semis ; les plants s’étiolent, se couchent puis meurent rapidement. Il existe une technique efficace pour éviter ces désagréments : tremper simplement les graines dans une décoction de prêle. Étalez vos semis Les saisons sont parfois capricieuses. Surveillez cette vitre.

S'installer en permaculture, comment faire? - Les demains dans la terre, ferme pédagogique en permaculture Cette question revient souvent sur notre ferme lors de visites, de chantiers participatifs et autres temps d'échanges. Elle est aussi revenu lors de rencontres du collectif permaculture 44 ou d’événements que ce dernier a organisé. Cela démontre une envie grandissante pour nombre de personnes de revenir à quelque chose de plus simple, de plus sensé, qui replace l'être humain au sein de la nature. Mais comment mettre en application les principes de la permaculture lorsqu'il s'agit de s’immerger dans les abysses administratives, comptables, techniques, sociales,etc... d'une démarche d'installation paysanne, d'autant plus quand elle se situe dans le domaine de la permaculture ? En effet, peu de références existent pour ce genre d'installations, malheureusement encore atypiques... Nous allons ainsi tenter de répondre avec nos moyens à la problématique de l'installation paysanne en permaculture, en mettant légèrement de côté les aspects techniques culturales et de design de cette installation.

Produire ses propres semences Produire ses propres semences Il existe plusieurs méthodes pour produire ses propres semences. La plus simple, ou quand on connaît un jardinier, est de garder les graines des légumes qu’on récolte soi-même – quand on jardine – ou qu’on a achetés ou que quelqu’un nous a donnés. On peut ainsi récolter : en laissant monter en graines : des radis, des navets…à la condition de les laisser bien mûrir : des graines de tomate, de concombre, de courge, courgette, choux, melon, pastèque, phacélie, moutarde blanche ou jaune (ces trois derniers sont très bons pour comme engrais vert)… Bref, tous les fruits et légumes contenant des graines.en sélectionnant des plants : des pommes de terre. Récolter des graines Toutes les plantes ne produisent pas de graines (ou en produisent peu et/ou très peu fertiles). Qui dit récolte dit contenant. Les plantes potagères Avant toute chose, pour récolter des semences potagères, il faut cultiver des variétés non-hybrides. a. légumes à floraison dans l’année Les fruitiers

47 erreurs à ne pas faire dans la culture de tomates Je cultive mon potager depuis environ 20 ans. Pour moi, comme pour la majorité des jardiniers, la culture de tomates est importante. Cette culture est loin d’être la plus facile à réussir. En 20 ans j’ai commis beaucoup d’erreurs. Je vois aujourd’hui des jardiniers faire mes mêmes erreurs que les miennes. Je fais encore des fautes mais sans doute beaucoup moins qu’au début. Erreurs dans le choix des variétés de tomates: Vous ne cultivez qu’une variété de tomates. Vous cultivez des variétés pas ou peu adaptées à votre région. Vous cultivez des hybrides F1. Vous cultivez des variétés peu résistantes au mildiou. Vous ne choisissez pas des variétés aux qualités gustatives exceptionnelles. Vous choisissez des variétés faites pour la grande distribution. Erreurs dans les semis ou les plantations de tomates : Vous plantez des tomates dans une terre trop pauvre. Vous n’apportez pas ce qu’il faut au semis ou à la plantation. Vous plantez trop serré. Vos tomates sont trop exposées au vent.

Permaforêt: Graminées sauvages comestibles La majorité des graminées sauvages ou cultivées sont comestibles. Les céréales s'accommodent très bien des sols acides et pauvres, en plaine ou en montagne; on les retrouvent au delà de 3000m d'altitude. Les graines peuvent être moulues en farine ou torréfiées avant d'être consommées cuites, en bouillie, grumeaux, céréales, pain, pâtes, ou succédanés de café. Les variétés cultivées ont été sélectionnées et multipliées pour leur teneur en gluten, parfois au delà de 70%, afin de résister aux manipulations des pétrins mécaniques: la pâte obtenue devient suffisamment élastique pour permettre la préparation industrielle. Les préparation industrielle en nécessite pas tant de gluten et peut tendre vers des teneurs inférieurs à 8%, voir nulle, comme avec les farines de riz, de maïs, de quinoa, de millet, de sorgho, du petit épéautre, de soja ou de sarrasin. Les céréales anciens ou sauvages sont pauvres en gluten, moins de 8% et donc excellents pour la santé.

Au printemps, rien ne sert de semer trop tôt - La vie reprend petit à petit au jardin et quelques belles journées ensoleillées nous invitent à démarrer les semis au potager, mais est-ce vraiment une bonne idée ? Si l'on regarde le calendrier, le printemps commence officiellement le 20 mars, mais il ne faut jamais se fier au calendrier pour jardiner ! Nous allons plutôt essayer de décoder les signes que la nature nous donne pour savoir si la terre est prête à recevoir nos semis. La terre est-elle collante ? Quel est l'état de votre terre ? En général, à la fin de l'hiver, la terre du potager est humide et collante. Les jours sont encore courts et des gelées tardives se produisent. Pour vous faire une idée sur l'état de votre terre, prenez un petit outil de jardin et creusez la terre sur quelques centimètres. La terre est-elle réchauffée ? Une autre indication, c'est d'enfoncer les doigts dans la terre. Observer la nature Voici quelques plantes qui sont de bonnes indicatrices : Cliquer sur les imagettes pour les agrandir

Association de plantes Un article de Encyclo-ecolo.com. (Redirigé depuis Cultures associées) Les cultures associées ou l'association de culture L’alternance et l’association des cultures consistent à faire des cultures associées à leur mutuel bénéfice. Cette technique de cultures associées est aussi appelée "compagnonnage de plantes". Dans l'agriculture moderne, les associations d’espèces de plantes ont quasiment disparu. De nos jours, avec le retour de l'agriculture biologique, avec la montée des préoccupations liées à la pollution, à la qualité sanitaire des aliments et plus généralement à l’environnement, les associations de plantes sont à nouveau à l'honneur. Avec l'association des cultures, ce que cherche le jardinier ou l'exploitant agricole, c'est à "minimiser les intrants" (engrais, produits phtytosanitaires pesticides ou herbicides, azote, eau) et une plus grande efficacité des systèmes de production dans une logique de développement durable ou de jardinage écologique. Pourquoi associer les cultures ?

Le lombricompost MAISON: facile ! | Graine de j@rdin Vous rêvez d’avoir un composteur mais vous n’avez que peu de place. Laissez travailler les vers à votre place Vous avez besoin de 4 éléments : une caisse extérieure (Important avec beaucoup d’ouvertures pour laisser l’air circuler) une caisse intérieure sans fond (très facile avec une cagette) un morceau de grillage : le grillage à lapin ou un autre peu importe et bien sur quelques vers (une petite poignée m’a suffi au début) pour ma part ramassés en forêt, et dans mon jardin après de fortes pluies. Mettre le grillage dans la caisse intérieure. Ensuite posez cet ensemble dans la caisse extérieure… Et voila vous avez un lombricompost!!! Conseils pour commencer : mettre un peu de terre au fond de la caisse avec les vers de terre, mettre denrées à composter sur le grillage les vers sont dans la terre mais quand ils vont vouloir se nourrir ils vont se déplacer à travers le grillage pour dégrader vos déchets. A vous de jouer !

Comment faire un potager carré ? | Conseils au jardin & au potager, l'actualité végétale Le potager carré ou le carré potager : c’est à vous de décider ! Sous cette appellation se cache une technique particulière de jardinage très tendance et accessible à tous. Créer un jardin potager en carrée c’est adapter les cultures à vos besoins et vos envies en cultivant par famille de plantes. Ce principe permet une économie de place, d’eau et d’entretien mais ne nous y trompons pas : il est essentiel de respecter certaines règles de base pour en profiter pleinement et vous nourrir de ces mini-jardins au charme romantique ! Le potager en carrée : tout une histoire ! Très dans ‘l’air du temps’, l’art du carrée potager est une pratique ancienne que l’on trouve en terme d’esthétisme dans les jardins de curé. Mais l’art de la culture en carré au sens propre revient à l’Américain Mel Bartholomew. Aujourd’hui, il existe de nombreuses déclinaisons du carré potager en fonction de la surface de culture disponible, des matériaux et surtout des envies des jardiniers ! Astuce pour le balcon !

Related: