background preloader

No, women aren't as likely to commit violence as men

No, women aren't as likely to commit violence as men

http://www.dailylife.com.au/news-and-views/dl-culture/no-women-arent-as-likely-to-commit-violence-as-men-20141118-3km9x.html

Related:  'Violences masculines envers les femmes'Violences conjugales, interpersonnelles, familialesPerceptions et constructions des attributs de la féminité

Le féminicide : quand des femmes sont tuées à cause de leur genre Le féminicide tue une femme tous les deux jours en France. Il est temps de l'appeler par son nom, au lieu de se cacher derrière des euphémismes mensongers. — Merci à Ingrid Falquy pour cet article ! Pour perpétuer sa domination, le patriarcat fait croire que les femmes sont aussi violentes que les hommes La seule conclusion que l’on peut tirer de ces mises en scène filmées, c’est que : - les passants viennent au secours d’une femme violentée par un homme, - les passants ne viennent pas au secours d’un homme violenté par une femme, La sorcière des mers Un jour, la petite sirène eut envie d’avoir deux belles jambes de femme pour aller danser. Elle alla voir la sorcière des mers qui lui dit qu’elle pouvait l’aider, mais que pour cela, il allait lui falloir renoncer à chanter. Sacré choix que voilà, même s’il n’est que dans un conte pour enfants. Condition de la femme moderne Vendredi dernier, je me suis retrouvée devant la sorcière des mers.

Un tiers des étudiants ne porte jamais de préservatif Europe 1Julien Ricotta avec AFP Videos Le chiffre fait froid dans le dos : près d'un étudiant sur trois déclare ne jamais utiliser de préservatif. Ce relâchement de la vigilance des jeunes face à l'épidémie de sida a été pointé vendredi par une étude réalisée par la Smerep, une mutuelle étudiante.

Contre les violences faites aux femmes : l’urgence de mobiliser les médecins Il suffit parfois d’une question posée par le généraliste, l’urgentiste, le gynécologue. « Madame, avez-vous subi des violences ? », « Les rapports sexuels sont-ils consentis ? »... Direction de la Communication - Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes - Sandra Barnes : « J'exhorte toutes les collectivités territoriales à s'engager dans la lutte contre la violence à l'égard des femmes » Communiqué de presse - 883(2009) Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes Sandra Barnes : « J’exhorte toutes les collectivités territoriales à s'engager dans la lutte contre la violence à l'égard des femmes »

Mères et femmes enceintes, battez-vous jusqu'au bout  En France, tout est fait pour que les femmes fassent des enfants et restent sagement à la maison pour s'en occuper pendant que messieurs accèdent au plein emploi. Tout. Le nombre insuffisant de places en crèche ou les moyens de garde exorbitants obligeant les femmes à s'occuper elles-mêmes de leurs enfants ; les congés parentaux qui ne sont d'une part pas imposés aux pères, et d'autres part imposés avec des minima aux mères, interdisant à celles qui le souhaitent de continuer de travailler ; l'urbanisme et les moyens de transports totalement inadaptés aux personnes à mobilité réduite (dont les femmes enceintes et les femmes avec poussettes), contraignant encore une fois les mères à sortir du système ; les mentalités qui infantilisent la femme enceinte, et surtout le monde du travail qui accuse de démotivation la jeune maman, qui la placardise, la brocarde, la relègue au rang de sous-employée, la réduit à la précarité. Oui, car nous ne naissons pas du cul des poules figurez-vous.

Pourquoi j’ai arrêté le porno J’ai cessé de consommer de la pornographie essentiellement pour deux raisons. La première, c’est qu’elle avait apporté énormément de colère et de violence dans mes fantasmes privés. Cette colère et cette violence n’étaient pas présentes en moi au départ, et je n’en voulais plus. Dans nos sociétés, la violence d’un homme ne peut-elle s’arrêter qu’à sa mort ? Partout dans le monde et même dans nos sociétés dites évoluées ou développées, les femmes et les enfants ne sont pas protégés de la violence masculine. Un homme viole, agresse, tue femmes et/ou enfants, il n’est souvent condamné qu’à une peine légère, le plus souvent assortie d’un sursis. Lorsqu’il obtient un sursis, pratique courante pour ce genre de crimes, l’homme violent est immédiatement relâché dans la nature et peut à nouveau violer, agresser et tuer femmes et enfants. Et pourtant, les hommes violents sont légions. Et les femmes et les enfants subissent de plein fouet cette violence. Pour les femmes : Violence domestique et conjugale: première cause de mortalité pour les femmes.

Lettre ouverte à Julie Escudier et à l'ensemble du Conseil municipal de Toulouse Métropole  Très chère Julie Escudier, Je vous écris car je suis en colère. Je viens d'apprendre votre décision d'interdire l'exposition des planches de Thomas Mathieu pour sa BD "Crocodiles" dans le square Charles de Gaulle à Toulouse, à l'occasion de la journée internationale contre les violences faites aux femmes, ce 25 novembre. Je suis M., l'anonyme qui a fourni son témoignage de viol conjugal qui semble vous poser tant problème. Cette expérience traumatisante, que vous qualifiez de "vulgaire" et "immorale" est non seulement la mienne, mais celle de millions de femmes. Ce qui est violent, en revanche, c'est que vous refusiez d'exposer aux citoyen-ne-s la réalité que nous vivons, et qui, d'après vous, risquerait de heurter des enfants ou des adolescents.

Related: