background preloader

Micromonde

Micromonde
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un micromonde est le nom donné à un environnement informatique particulier, où l'utilisateur, et particulièrement, l'enfant, est mis dans une situation de grande autonomie. Les micromondes appartiennent au cadre des réflexions sur les méthodes de pédagogie active, et ils sont l'un des objets d'étude des EIAH (environnements informatiques pour l'apprentissage humain). Genèse[modifier | modifier le code] Inspirés par le travail de Piaget d'une part et leurs expériences en intelligence artificielle d'autre part, des gens comme Seymour Papert ou Marvin Minsky se sont rapidement posés la question de savoir quelle place pouvait avoir l'ordinateur dans cette démarche constructiviste : il n'était plus temps de proposer à l'enfant un apprentissage programmé, celui-ci devait devenir véritablement acteur de la construction de ses connaissances. Objectifs des micromondes[modifier | modifier le code] Capture d'écran de l'environnement Squeak Related:  éducationEcole collaborative et Internet

Smalltalk Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un grand nombre des innovations de l'ingénierie logicielle des années 1990 viennent de la communauté des programmeurs Smalltalk, tels que les Design Patterns (appliquées au logiciel), l’Extreme Programming (XP) et le refactoring. Ward Cunningham, l'inventeur du concept du Wiki, est également un programmeur Smalltalk. Historique[modifier | modifier le code] Il existe un grand nombre de variantes de Smalltalk, comme c'est souvent le cas avec les langages de programmation[1]. Smalltalk est le produit d'un groupe de chercheurs conduit par Alan Kay au Palo Alto Research Center (PARC) de Xerox ; Alan Kay a conçu les premières versions de Smalltalk qui ont été implémentées par Dan Ingalls. Concepts[modifier | modifier le code] Les principaux concepts de Smalltalk sont : Description[modifier | modifier le code] L'exemple suivant illustre le style de programmation Smalltalk. Notes et références[modifier | modifier le code] Smalltalk, sur Wikibooks

Une école Freinet : une pédagogie alternative en milieu populaire. Editions L’HarmattanCollection Savoir et FormationParis, juillet 2007 Le projet mis en place a donc résulté de la convergence de deux logiques principales : celle de certains membres de la Régionale de 1’ICEM qui souhaitaient pouvoir travailler ensemble de la petite section de Maternelle au CM2 et mettre à l’épreuve la validité de leurs principes et de leurs dispositifs pédagogiques dans un milieu urbain en grande difficulté ; celle de l’inspecteur de la circonscription qui cherchait des moyens, tout en stimulant les écoles environnantes et en luttant contre l’échec scolaire, pour « remonter » ce groupe scolaire dont la réputation s’était alors cristallisée autour de résultats scolaires problématiques et d’un climat d’incivilités engendrant une baisse tendancielle des effectifs susceptible d’entraîner la fermeture de classes.

Je collabore en classe… et en direct! Faire co-écrire les élèves crée une dimension de responsabilité dès lors qu’ils publient leurs informations “en mouvement” et « à plusieurs mains » : l’écriture collaborative permet de relier les connaissances individuelles des élèves dans un savoir collectif. Comment le professeur-documentaliste peut-il prendre en compte ces compétences à la fois intellectuelles et sociales? Ces conditions pédagogiques peuvent permettre à l’élève d’interagir avec ceux de sa classe, voire en dehors, ajoutant une dimension responsabilisante d’une écriture en ligne qui est “vue” et “lue”. Comment ouvrir l’espace clos de la classe à un espace public mais citoyen, en utilisant des outils qui favorisent la collaboration et la publication de la pensée “en acte” de l’apprenant ? On a pas attendu le numérique pour faire collaborer les élèves. Quelle finalité à l’écriture collaborative? Entre autres : En pratique? Des exposés collaboratifs : Un thème d’exposé est donné à l’ensemble d’une demi-classe. Comment?

Logo (langage) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Logo est à la fois une philosophie de l’éducation et une famille de langages de programmation en constante évolution qui aident à la mettre en pratique[1]. Le projet est né à la fin des années soixante de la rencontre entre le courant cognitiviste en intelligence artificielle et des théories sur l’apprentissage issues de travaux de Jean Piaget et de ses conceptions en matière d’éducation. Ces deux volets sont respectivement représentés par ses promoteurs, Marvin Minsky et Seymour Papert — qui sera le moteur du projet —, au sein du Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory (Laboratoire d'intelligence artificielle et d'informatique) du MIT. Exemple d'écran de MSWLogo Il n’est nullement question ici de simulation informatique. « C’est en créant qu’on apprend », telle est la thèse piagétienne que Papert défendra dans la poursuite du projet Logo. Et c’est ici que l’ordinateur entre en jeu. Ce n’est pas nécessairement le cas partout.

pr raph.rtf Lecture numérique et culture écrite François Morellet - Emprunt n°7 - 1997, gravure sur inox brossé Le débat lancé par Nicholas Carr en Août 2008 ("Is Google making us stupid?") a ouvert, en grand et soudainement, le débat sur la lecture numérique. La lecture numérique a en effet cessé d’être une simple « tendance technique », dans le sens de Leroi Gourhan. La question de départ pourrait être: « est-il concevable de lire à l’écran? Elle devient ensuite: "la lecture numérique peut-elle se substituer à la lecture classique, comprise comme la lecture du texte imprimé, essentiellement du livre, telle qu’on l’apprend à l’école?" Plus généralement encore: comment la lecture numérique, comme culture et comme pratique, prend-elle place dans la culture écrite? J’insiste sur la question: il ne suffit pas de décrire, ou d’analyser la lecture numérique; il faut aussi répondre à cette question de la substitution, tout simplement parce qu’elle est déjà posée et se pose de plus en plus vite. La lecture numérique existe. Alain Giffard.

Qu'est-ce que les TIC dans l'éducation? Les "TIC" sont les Technologies de l'Information et de la Communication. "Les TIC dans l'Éducation" signifie "l'Enseignement et l'apprentissage avec les TIC". L'intégration des TIC dans l'éducation semble s'imposer pour les corps enseignants / et les responsables éducatifs du monde entier. Or si les enseignants ne peuvent pas faire bon usage des TIC, le temps et l'argent dépensés à cette fin le seront en pure perte. De plus, si le budget d'enseignement est limité, la recherche de rentabilité et de haute performance des outils TIC peut être prioritaire. Alors pourquoi ne pas commencer à utiliser les TIC dans l'éducation avec le visualisateur? Vous n'avez pas besoin de perdre du temps pour apprendre à utiliser le visualisateur car il est facile de le faire fonctionner.

Faire entrer l'École dans l'ère du numérique : discours de Vincent Peillon Seul le prononcé fait foi Madame la Ministre,Mesdames et Messieurs les députés et sénateurs,Monsieur le Président du conseil régional d’Auvergne,Messieurs les doyens, Mesdames et Messieurs les recteurs,Madame la Présidente de la CNIL,Mesdames et Messieurs les directeurs et les présidents (CNED, CNDP, ONISEP),Mesdames et Messieurs les élus et représentants des collectivités territoriales,Mesdames et Messieurs les professeurs, les représentants des éditeurs scolaires et des éditions multimédias, les représentants des associations œuvrant pour la promotion du numérique éducatif, les représentants du monde économique et des entreprises du numérique,Mesdames et Messieurs, Je suis très heureux de réunir aujourd’hui, pour la première fois, l’ensemble de la communauté du numérique éducatif. Il est nécessaire et urgent de refonder l’École de la République. Ma conviction est que cette refondation ne pourra se réaliser sans faire entrer l’École dans l’ère du numérique. Que doit faire l’École ?

L'API - le blog plaisirapprendre Dimanche 5 mars 7 05 /03 /Mars 21:10 Pierre Audy, chercheur à l'université UQAT de Québec, s'est appuyé pour élaborer l'Actualisation du Potentiel Intellectuel sur les travaux de - J. Piaget et les différentes opérations mentales,- L. L'API est adapté à tous les âges et applicable aussi bien individuellement que collectivement. L'APPORT DE L'API- un outil de diagnostic : le Profil d'Efficience Spontané et sur Demande (PESD) qui permet une mise à plat de comment sont utilisées les 83 stratégies de résolution de problème pour ensuite, installer un plan de médiation- un volontariat et une participation active durant les séances- des principes de vie- des séances sur des supports non académiques et pertinents Exemple de support : une organisation de points qui nécessite l'utilisation de certaines stratégies Partager l'article ! inShare Par plaisir d'apprendre - Publié dans : L'actualisation du potentiel intellectuel 0

Neuropédagogie, les jeux forment la jeunesse Durant toute l’enfance, le jeu a un rôle de premier plan dans le développement du cerveau et de la pensée. Des études révèlent aujourd’hui tout son intérêt dans l’amélioration des aptitudes essentielles à l’école, comme le calcul ou le langage. Votre magazine mène l’enquête… GM Dès la naissance, le cerveau évolue et se structure grâce aux innombrables expériences et découvertes de l’enfant. Maîtriser les nombres grâce aux jeux de société. Des capacités de raisonnement améliorées. Être l’acteur de son apprentissage. L’enfant apprend en jouant, et ce rôle d’acteur lui permet de prendre des décisions d’action, d’apprendre à déduire et à anticiper. «Internet oblige le prof à remettre de l’ordre dans du désordre» Et si demain, on n’avait plus besoin de professeurs ? Si, grâce au numérique, les élèves pouvaient tout apprendre par eux-mêmes, réduisant le rôle du maître à celui de répétiteur ou de tuteur ? Alors que les Mooc - cours massifs en ligne - déferlent en France, le monde de l’éducation est parcouru par un débat. Emmanuel Davidenkoff, le directeur du magazine l’Etudiant, explique dans son livre le Tsunami numérique (1) comment celui-ci va secouer l’école française, bien en retard selon lui. Le philosophe Marcel Gauchet, qui vient de cosigner un ouvrage Transmettre, Apprendre (2), reconnaît, lui, que le numérique bouleverse profondément l’enseignement. Peut-on continuer à enseigner aujourd’hui comme hier ? Sûrement pas. Indépendamment des directives venues d’en haut, ce sont eux qui sont à la manœuvre. Dès lors, comment enseigner ? Il serait outrecuidant et vain de prétendre que nous savons exactement ce que vont être les échanges entre enseignants et élèves de demain. Etes-vous d’accord ?

Faire entrer l'École dans l'ère du numérique L'essentiel Notre monde connaît aujourd’hui avec le numérique une rupture technologique aussi importante que le fut,au 15e siècle, l’invention de l’imprimerie. La transformation radicale des modes de production et de diffusion des connaissances et des rapports sociaux emporte, partout et pour tous, de nouvelles façons de vivre, de raisonner, de communiquer, de travailler, et, pour l’École de la République, de nouveaux défis. Car transmettre des savoirs à des enfants qui évoluent depuis leur naissance dans une société irriguée par le numérique et donner à chacun les clés pour réussir dans sa vie personnelle, sociale et professionnelle future nécessitent de repenser en profondeur notre manière d’apprendre et d’enseigner ainsi que le contenu des enseignements. Faire entrer l’École dans l’ère du numérique : un impératif pédagogique et un projet de société Le numérique au service des missions de l’École Éduquer au numérique : une nouvelle mission pour l’École Une nouvelle gouvernance

Instructional design History[edit] Origins[edit] During World War II, a considerable amount of training materials for the military were developed based on the principles of instruction, learning, and human behavior. Tests for assessing a learner’s abilities were used to screen candidates for the training programs. 1946 – Edgar Dale’s Cone of Experience[edit] In 1946, Dale outlined a hierarchy of instructional methods and their effectiveness.[6] Mid-1950s through mid-1960s - The Programmed Instruction Movement[edit] Early 1960s - The Criterion-Referenced Testing Movement[edit] Robert Glaser first used the term “criterion-referenced measures” in 1962. 1965 - Domains of Learning, Events of Instruction, and Hierarchical Analysis[edit] 1967 - Formative Evaluation[edit] In 1967, after analyzing the failure of training material, Michael Scriven suggested the need for formative assessment – e.g., to try out instructional materials with learners (and revise accordingly) before declaring them finalized.[5] See also[edit]

Related: