background preloader

Shell, GDF Suez et Samsung, cancres du développement durable

Shell, GDF Suez et Samsung, cancres du développement durable
En vitrine, elles tiennent un discours vertueux sur le développement durable. Mais en coulisses, elles adoptent des comportements et des pratiques néfastes pour l'environnement et les droits sociaux. Elles, ce sont les entreprises Shell, GDF Suez et Samsung. Elles ne sont pas les seules — loin s'en faut — mais les pires, aux yeux de 61 000 internautes qui ont voté à l'occasion des prix Pinocchio du développement durable. Comme chaque année, les prix sont répartis en trois catégories. "En Argentine, plus de 550 puits de pétrole et gaz non conventionnels ont déjà été forés. Shell, qui dispose de cinq concessions qui s'étendent sur 1 000 km2, n'est pas la seule entreprise à convoiter les immenses réserves argentines de gaz de schiste – les deuxièmes plus vastes au monde, avec 23 000 milliards de m3, selon l'agence américaine d'information de l'énergie. Quant aux prix Pinocchio, les ONG veulent croire qu’ils contribuent à modifier les pratiques des entreprises. Audrey Garric Related:  développement durable au lycéefleurette56

Ca se passe en Europe : amende record pour les décharges illégales italiennes, Europe La Cour européenne de Justice a infligé une amende de 40 millions d’euros à l’Italie pour ne pas avoir mise en conformité ses décharges illégales. Les décharges italiennes sont dans le collimateur de la Cour européenne de Justice. La haute Cour de l’Union européenne, basée à Luxembourg, a infligé hier une amende record de 40 millions d’euros pour non-respect des règlements européens en matière de gestion de déchets et de décharges, outre un maximum de 42,8 millions d’euros de pénalités par semestre de manquement à l’exécution de la sentence. C’est la plus forte amende forfaitaire jamais infligée par la Cour depuis 1992. Selon les juges, les procédures italiennes ne garantissent pas la santé publique eu égard au défaut de contrôle des déchets toxiques et à l’absence d’un système qui évite la prolifération des décharges abusives. La Belgique va bien plafonner les salaires des PDG des groupes publics (tout bien réfléchi) Les couacs ne sont pas la seule spécialité du gouvernement français.

Moins de succès pour les MDD Deux études et même son de cloche : les marques de distributeurs marquent le pas en France, subissant une érosion lente depuis 2011 et enregistrant une nouvelle année de stagnation en 2013, représentant autour des 30 % du marché des produits de grande consommation. Selon les données du panéliste IRI, fin novembre 2013, les MDD représentaient 29,5 % du chiffre d’affaires et 40 % des volumes des PGC vendus en grande distribution. Elles représentent par ailleurs environ 26 % de l’offre de produits présentée dans les linéaires des hyper et supermarchés français. Selon le cabinet Nielsen, qui a inclus dans son étude le drive en plus des circuits traditionnels, les MDD comptent pour 34,8 % en valeur des PGC en France, contre 43,1 % aux Pays-Bas, 39 % en Espagne et en Allemagne. Mais depuis 2011, « on assiste à une légère érosion qui se confirme encore en 2013 » a indiqué Catherine Goudounèche de chez IRI.

En Pennsylvanie, chez les damnés de la révolution des gaz de schiste | Rue89 Planète Pollution, maladies, promesses d’emplois non tenues : la population du comté de Susquehanna, en Pennsylvanie, paie le prix de l’exploitation des gaz de schiste. L’un des derniers forages à Springville, en Pennsylvanie (Patrick Vallélian/L’Hebdo) (De Susquehanna, Pennsylvanie) Tammy Manning regarde son petit-fils gambader dans le pré, à l’orée des cultures de maïs. Dans cet Etat de l’Est, les denses forêts succèdent aux champs, aux pâturages et aux fermes qui s’accrochent aux pentes douces des collines. Mais c’était avant que le gaz de schiste ne contamine les esprits. Promesses d’emplois non-tenues Il est 18 heures et la journée a été belle, reconnaît Tammy, 44 ans, mère de trois enfants et grand-mère de trois petits-enfants. « Mais là, j’aurais besoin d’une bonne bière », lance-t-elle à Vera Scroggins, une activiste anti-gaz de schiste qui lui rend visite pour faire le point sur ses « problèmes ». Tammy Manning, habitante de Franklin Forks (Tammy Manning) « L’eau est devenue grise »

Les MDD en déclin condamnées à innover (étude) Les marques de distributeurs (MDD) marquent le pas en France, subissant une érosion lente depuis 2011 et enregistrant une nouvelle année de stagnation en 2013, autour des 30% du marché des produits de grande consommation (PGC), selon deux études publiées vendredi 17 janvier. Selon les données du panéliste IRI, fin novembre 2013, les MDD représentaient 29,5% du chiffre d'affaires et 40% des volumes des PGC vendus en grande distribution. Elles représentent par ailleurs environ 26% de l'offre de produits présentée dans les linéaires des hyper et supermarchés français. Une érosion constatée début 2011 Selon le cabinet Nielsen, qui a inclus dans son étude le drive (récupération de commandes passées sur internet) en plus des circuits traditionnels, les MDD comptent pour 34,8% en valeur des PGC en France, contre 43,1% aux Pays-Bas, 39% en Espagne et en Allemagne. Entre 1997 et 2007, elles étaient pourtant passées de 18% du marché à 29%. Guerre des prix Miser sur l'innovation (avec AFP)

Textiles toxiques : votre voix compte | Protection de l'environnement | Greenpeace Belgique Consultez nos pages "Spécial Detox". Cette histoire, ce sont les marques de vêtements qui l'écrivent aujourd'hui. Elle met en avant des cours d'eau, appartenant à tous, qui sont traités comme des égouts privés. Je ne sais pas ce que vous en pensez mais nous, nous n'aimons pas cette histoire. Non, nos vêtements ne doivent pas être fabriqués au départ de substances toxiques. Il existe une autre façon d'agir. Cet impact, on l'appelle aussi #PeoplePower. Aujourd'hui, nous mettons en avant les liens entre les usines textiles qui utilisent des substances chimiques toxiques et la pollution de l'eau. Nous demandons à ces marques de cesser tout rejet de substances chimiques dangereuses dans l'environnement. Si les marques qui ont véritablement du poids collaborent avec leurs fournisseurs et adoptent une attitude innovante en remplaçant les substances nocives par des alternatives sûres et en les introduisant ensuite sur le marché, d'autres suivront.

Les 10 entreprises qui trustent les marques alimentaires (1) ! On connaît tous nombre de grandes marques de produits alimentaires et de consommation courante, certaines françaises et bien d’autres avec des noms à consonance étrangère. Quelquefois, on ne s’en doute pas, mais elles appartiennent à un même groupe. A y regarder de plus près, on se rend d’ailleurs compte que la majorité de ces marques sont propriété d’une poignée de grands groupes agro-alimentaires. 10 entreprises dominent ce marché et possèdent la plupart des marques connues ! Dans le but d’être le plus précis et synthétiques possible, les marques montrées ci-après sont celles qui sont commercialisées en France. Truster = monopoliser, accaparer Nestlé est la 1ère entreprise agro-alimentaire du monde au point de vue chiffre d’affaires (74,4 milliards d’euros en 2012)1. Ce groupe dépense 354 millions d’euros en marketing, tandis que 179 millions sont dédiés aux activités du groupe. Le saviez-vous ? > Suite : Unilever

En restauration collective Site du ministère de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire Accueil > Bien manger pour tous > Gaspillage alimentaire > En restauration collective Gaspillage alimentaire En restauration collective Des guides pour réduire le gaspillage à la cantine Trois guides à destination des professionnels de la restauration collective pour lutter contre le gaspillage alimentaire. « Les 10 commandements d’un élève engagé » Comment lutter contre le gaspillage alimentaire à la cantine ? Réduire le gaspillage à la cantine ! Reportage dans les coulisses d’une cantine scolaire. Le gaspillage alimentaire en restauration collective Pour limiter le gaspillage alimentaire en restauration collective, deux impératifs : analyser précisément le gaspillage, et changer les mentalités des professionnels et des usagers. A lire aussi Actu alerte PrécédentSuivant pause programme-alimentation Milan 2015 Suivez-nous s'abonner à la newsletter Plan du site Mentions légales rubriques

L'histoire étonnante de 15 noms de marques célèbres Ikea, Google ou encore Reebok et BlackBerry (mûre en anglais) : autant de noms devenus familiers aux origines parfois très étranges. Vous êtes-vous déjà demandé comment Starbucks avait eu l'idée de son nom ? Qu'en est-il de Google ou Yahoo ? Nous n'y pensons pas souvent mais les noms de certaines grandes entreprises qui nous semblent aujourd'hui familiers sont en fait inventés de toutes pièces, n'ont a priori aucun rapport avec leur activité ou paraissent un peu décalés. Business Insider a retracé l'étymologie des noms de 15 des plus grandes entreprises mondiales à la composition insolite. Le fondateur, Ingvar Kamprad, a créé le nom de la marque en associant ses initiales (I.K.) aux premières lettres d'Elmtaryd (E) et d'Agunnaryd (A), noms de la ferme et du village où il a grandi. Kinko's (racheté par FedEx) Reebok Une orthographe alternative de "rhebok", le mot afrikaans qui désigne une certaine espèce d'antilopes. Virgin Starbucks Skype Amazon Canon BlackBerry Caterpillar Google Yahoo! Pepsi

Statistiques mondiales écologiques

Related: