background preloader

Dropbox encore plus collaboratif

Dropbox encore plus collaboratif
Dropbox, l’outil professionnel pour archiver ses fichiers, vient d’annoncer de nouvelles fonctions pour faciliter le partage de dossiers et le travail collaboratif. Avec Drive de Google et One Drive de Microsoft, Dropbox est un des géants du net dans le domaine de la sauvegarde et du partage sécurisé de fichiers. Dropbox a su se créer une excellente réputation de fiabilité et de sécurité ce qui lui a permis de pénétrer le marché juteux de l’entreprise. Mais la concurrence est rude. Pas une semaine sans que Google pour ne citer que lui n’annonce des nouveautés pour son système de stockage Drive. La prochaine fois que vous vous connecterez sur l’interface Web de Dropbox, vous verrez apparaitre un nouveau bouton de “partage”. Autre fonction de partage simplifiée la création d’un lien unique vers un fichier. Mise à jour: Mai 2015 DropBox vient encore d’injecter du collaboratif dans sa solution en ligne en intégrant un système de commentaires. Lien: DropBox Related:  Internet. Alternatives et enjeux

Sitedrop. Des portfolios collaboratifs avec Dropbox Sitedrop est un service en ligne qui permet de créer très facilement des portfolios à partir de vos fichiers présents sur Dropbox. Sitedrop a la particularité de faciliter le travail collaboratif pour tous les métiers du visuel. Graphistes, designers, photographes y trouveront un outil simple pour partager leurs créations avec leurs clients. Sitedrop vient enrichir les fonctions de base du système de sauvegarde Dropbox. Plus intéressant, Sitedrop facilite le travail collaboratif. Les portfolios générés par Sitedrop peuvent être publics ou protégés par un mot de passe. Sitedrop offre la possibilité d’organiser ses contenus graphiques sous la forme de magnifiques portfolios tout en permettant le travail collaboratif en autorisant d’autres personnes à interagir avec votre contenu. Le meilleur pour la fin, Sitedrop est gratuit. Lien: Sitedrop

Loomio. La prise de decision en mode collaboratif Loomio est un outil collaboratif en ligne qui facilite le brainstorming et la prise de décision en équipe. Un outil qui nous vient de Nouvelle-Zélande et qui renouvelle le genre grâce a une interface et des fonctions particulièrement bien pensées. Après une rapide inscription, vous allez pouvoir démarrer votre premier groupe de discussion. Chaque groupe peut être public ou privé. À droite de l’écran, vous allez pouvoir faire des propositions et les soumettre aux participants de la discussion. Lorsque le groupe est prêt à prendre une décision, vous devez donc esquisser un plan d’action clair et donner quelques informations afin que chacun sache ce qu’être d’accord ou ne pas être d’accord signifie. Les résultats s’affichent instantanément, mais ils ne sont pas figés. Loomio propose une tarification particulière puisque vous pourrez payer ce que vous voulez. À vous de voir.

On a testé pour vous… le Raspberry Pi, l'ordinateur miniature à 35 euros Grâce à son prix microscopique, le Pi est la solution idéale pour découvrir Linux sans risques ou pour créer un lecteur multimédia de salon. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Nicolas Six Grâce à son prix microscopique (35 euros), le Pi est la solution idéale pour découvrir Linux sans risques ou pour créer un lecteur multimédia de salon. Il est également au cœur de projets ambitieux : borne d'arcade, domotique, robotique… Voyons ce que ce Pi de seconde génération a dans le ventre. Le Pi est un ordinateur complet, grand comme un paquet de cigarettes. Le Pi a commencé sa carrière au début de 2012. Le principal atout du Raspberry Pi est son prix. Le Pi pour les nuls Que faire de cet ordinateur miniature, lorsqu'on a déjà un ordinateur ? lire : Créer son ordinateur sous Linux avec le Raspberry Pi 2 Une fois Linux installé, on accède à un petit catalogue de logiciels libres. Un lecteur multimédia pour la TV Brancher le Pi prend une seconde, grâce à la prise HDMI de la TV. Le Pi pour les créatifs

Correspondance entre logiciels libres et logiciels propriétaires Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Faisant suite à l'article liste de logiciels libres, cet article est une liste d'alternatives libres proposant des fonctionnalités proche de logiciels propriétaires bien établis dans leur domaine d'application. Cette liste est loin d'être exhaustive et n'a pas pour but de mettre en avant des logiciels particuliers mais seulement de présenter différents logiciels (propriétaires ou libres) dans un même domaine d'application. Présentant les logiciels disponibles sur les systèmes Windows, GNU/Linux, Mac OS et BSD, la liste est divisée en plusieurs catégories ainsi qu'en domaines d'application afin de mieux s'y retrouver. Les logiciels[modifier | modifier le code] Vous pourrez en savoir plus sur un logiciel quelconque en suivant son lien. Bureautique[modifier | modifier le code] Graphisme[modifier | modifier le code] Internet[modifier | modifier le code] Loisirs[modifier | modifier le code] Multimédia[modifier | modifier le code]

Tutoriel référencement : l'optimisation des balises html < Index des tutoriels sur le référencement<< Web Analytics & Google Analytics Dans le précédent tutoriel, nous avons pu faire une première approche des techniques de Web Analytics grâce à l’outil Google Analytics. Dans ce tutoriel nous allons pour la première fois depuis le début de la série aborder le point crucial du référencement naturel : l’optimisation des balises. Les deux balises les plus importantes en terme de SEO sont sans doute les balises de titre (dite « title ») et de « description » grâce à un excellent plugin WordPress : All-In-One SEO Tools. Optimisation des URLS & Permaliens > crédit photo

Occupy Flash - Le mouvement pour éradiquer le plugin Flash Player de la surface du globe 6 moteurs de recherche alternatifs à Google C’est un euphémisme de dire que le moteur de recherche Google écrase toute concurrence. D’après une étude de StatCounter, de novembre 2016, 92,9% des requêtes mondiales étaient effectuées via Google. En France, c’est même 94,1% des recherches qui sont réalisées via ce moteur de recherche. Nous avons rencontré des passants pour discuter de ces statistiques : Nous nous sommes rendu compte que beaucoup confondent navigateurs et moteurs de recherche. Mais si Google est utilisé par plus d’une personne sur dix, c’est que son système doit être performant, non ? Ce géant du web est omniprésent grâce à ses nombreux services : Gmail, Google Map, YouTube (et j’en passe) que nous connaissons tous. Voici autant de raisons qui nous ont poussés à chercher de nouveaux moteurs de recherche alternatifs : Qwant, le moteur français qui protège la vie privée Qwant est créé en France en 2013 après 2 ans de développement. Xaphir : un accès à la connaissance impartial Lilo : le moteur de recherche solidaire

Le moteur de recherche français Qwant vise les juniors Le moteur de recherche français toujours en quête de niches sous exploitées pour faire grossir les rangs de ses utilisateurs, vient de dévoiler Qwant Junior pour les enfants. Qwant a présenté sa nouvelle version du moteur de recherche, pour enfant cette fois ! Le concurrent de Google a mis au point cette version Junior, car les utilisateurs en culottes courtes seront les utilisateurs de demain, les fidéliser depuis la tendre enfance, c’est donc une façon de s’assurer l’avenir. La version de Qwant offre plusieurs éléments importants de sécurité, afin de garantir aux parents une navigation sans problème pour leurs bambins. Qwant a d’ailleurs affirmé qu’il prenait en compte : « le respect de la vie privée des internautes (Qwant Junior ne conserve pas l’historique de recherche des enfants) et la neutralité des résultats. Pour s’attaquer à deux niches différentes sur la même tranche d’âge des 6 -13 ans, Qwant a été plutôt astucieux, car en réalité Qwant Junior a été décliné en deux versions.

Même avec la localisation désactivée, Google continue de pister ses utilisateurs Android Un contrôle plus que relatif Finalement, désactiver la localisation de son appareil Android ne servirait pas à grand chose. Selon l’enquête menée par Quartz, le système d’exploitation mobile de Google continue de communiquer la localisation de ses utilisateurs aux serveurs de Google, et cela en toutes circonstances. Même sans utiliser d’applications basées sur la géolocalisation, ou sans avoir inséré de carte sim, les appareils sont capables de mémoriser l’historique des positions en hors ligne, puis de les transférer aux serveurs de Google une fois connecté à internet (en vous connectant au wifi domestique, par exemple). Depuis cette découverte, le géant américain a reconnu les faits. Une entorse à la vie privée pour la bonne cause ? Pour se justifier, la firme invoque l’intérêt de l’amélioration de l’expérience utilisateur. Google se défend en revanche d’avoir stocké ces données sur ses serveurs après qu’elles aient été utilisées de la manière citée précédemment : Source : Quartz

Les meilleur logiciels pour se désintoxiquer de Google Mettons en pratique les "outils libres" sur internet grâce aux colibris - Editions Yves Michel J’en utilise certains avec bonheur, par exemple Framadate au lieu de Doodle, etc. Aussi je salue le travail pédagogique du réseau Colibris que je vous invite à découvrir ci-dessous puis à mettre en pratique : Chers colibris, Depuis quelques temps Colibris se tourne vers une thématique nouvelle : le numérique ! Mais heureusement, il existe des alternatives pour sortir de l’hégémonie des géants du web (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft, les fameux GAFAM !) Nous sommes heureux de mettre à votre disposition aujourd’hui deux solutions complémentaires : un parcours découverte « Des outils libres pour vos projets collectifs », qui vous apportera la méthodologie pour prendre en main ces outils, dans le contexte de vos projets ; et une plateforme pour utiliser dès maintenant des outils libres à la place de GoogleDoc, Skype, Doodle, et autres Slack ! En espérant que ces nouveaux projets vous aident et vous soutiennent dans votre organisation, aussi bien personnelle que professionnelle !

Framatalk : semez la Discord sur Skype et cie — …on se skaïpe et on en reparle… ? — Non. Quand il n’y avait pas (ou peu) d’autres choix éthiques, ce dialogue était inimaginable. Mais ça, c’était avant. Conjuguons l’affreux verbe « Skaïper » au passé ! Mais si, vous connaissez Skype ! Normal : ce cauchemar de libriste, ce logiciel qui veut contrôler vos comportements au lieu de vous laisser « maîtres » de votre machine, est un des fleurons de Microsoft. De son côté, la fondation Mozilla annonce la fin de la prise en charge de Hello, un outil de conversations audio/vidéo qui était inclus dans leur navigateur Firefox… mais qui ne le sera plus à partir de la version 49 du panda roux. Framatalk : une conversation audio/vidéo en deux clics Voici donc une solution imparfaite mais libre… et simple ! C’est aussi simple que ça. Bien entendu, vous trouverez tout un tas de petites options faciles à comprendre, dont : Le tuto le plus court du monde ? Oui, c’est tout. Avec Framatalk, vous n’aurez plus à accepter de vous faire skyper contre votre gré.

Make your polls

Related: