background preloader

Internet, ce qui pouvait arriver de mieux à la musique

Internet, ce qui pouvait arriver de mieux à la musique
Autoproduction, autopromotion, financement participatif ou streaming légal... Petit tour des solutions numériques des musiciens contre le piratage. Fin février, la Hadopi a présenté son rapport (PDF) sur la lutte « contre le streaming et le téléchargement direct de contenus illicites ». Soyons clairs, le piratage reste une pratique nuisible à l’industrie culturelle et n’est certainement pas innocent dans la chute vertigineuse des ventes de CD (moins 50% sur une décennie). Le physique est mort, vive le dématérialisé ! La crise du CD ruine-t-elle vraiment les artistes ? « Dans nos études, il apparaît que le revenu moyen des sociétaires de la Sacem a baissé de 23% en euro constant en sept ans. Effectivement, les revenus collectés par la Sacem ne cessent de chuter depuis des années. L’effet « sampling » Télécharger, diversifier, acheter Valentin Stip illustre parfaitement cet effet « sampling » (échantillonnage). L’autoproduction « Un Mac, un ampli, 1 500 euros et on peut s’en sortir » Related:  Monde musical et nouvelles technologiesannemarie3

Chiffres clés : le marché français de la musique sur Internet physique Laisse-moi streamer... - Le marché global de la musique en France a cessé de reculer depuis deux ans. 2016 fait ainsi office d'année de rupture pour cette industrie avec une première année de croissance "significative" en 15 ans. 2017 s'inscrit dans la continuité de l'année précédente avec de nouveau une hausse des recettes tirées de la production musicale (+3,9%). Le marché atteint 583 millions en tenant compte uniquement des ventes physiques et numériques. Néanmoins, le syndicat de l'édition phonographique, le Snep, ne s'emballe pas. Il souligne que "si la reprise se dessine, elle est encore fragile". Trop tôt pour se féliciter puisque "le chiffre d’affaires physique et numérique commence tout juste à recréer la valeur perdue." Mais cette baisse est désormais compensée par le développement du numérique. Télécha… Stream… Le streaming payant, ça paie - Au commencement de la musique numérique était le téléchargement. Abos audio Et cette répartition ne profite pas qu'à la plateforme.

Internet et la musique : Quel est l'impact d'internet sur l'industrie musicale ? (REPORTAGE) Rappelez-vous, il y quelques années encore, on découvrait de nouveaux artistes via des émissions de télé-crochet comme La Nouvelle Star, Popstar ou encore Star Academy. Le public pouvait en entendre parler également grâce à la radio ou lors de petits concerts organisés. Eh bien, aux oubliettes ces méthodes "anciennes", une nouvelle ère est arrivée, celle du web ! Plus d'actu sur Le grand reportageInternet et la musique : Les stars américaines devenues célèbres grâce au web ! Prenons l’exemple de My Major Company, c’est un label musical communautaire permettant aux internautes de financer leurs artistes "coups de cœurs" découverts sur le site, en "misant" sur eux. Laurent Bonnet, directeur marketing chez My Major Company Label, nous a fait le plaisir de nous donner son avis et de partager son expérience en acceptant d’intervenir dans le cadre de notre reportage.

KickStarter, Ulule, MyMajorCompany... gros plan sur le financement participatif Musique sur internet Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Musique sur internet a beaucoup évolué, de la création du format MP3 jusqu'aux baladeurs (iPod et autres), le site YouTube de Google, etc. La gestion des droits numériques a eu un impact important sur l'histoire de la musique sur Internet. Historique : de 1990 à 2008[modifier | modifier le code] En 1987, les premiers brevets du format mobile révolutionnaire le MP3 sont inventés et déposés (il y en a plus de 60). Des réseaux de partages musicaux sur Internet via des plates-formes de partage tels que Napster ont participé à l’essor de ce format par les consommateurs et les entreprises qui ont réduit l’utilisation de formats concurrents tels que Vorbis. En 1990, Intertrust (en) est créé, cette société commercialise des brevets pour la mise en place de DRM (dispositifs de sécurité sur les CD musicaux) et s’agrandira par la suite pour pouvoir permettre cette protection sur Internet. En 2005, YouTube est lancé. Téléchargement de musique

(6) iTunes : 2 milliards de dollars de bénéfices par an Alors que le service iTunes avait à l’origine été conçu, il y a bientôt dix ans de ça, pour parvenir à un « break-even » c’est à dire des revenus juste suffisants pour en couvrir les coûts de fonctionnement, Horace Dediu, analyste financier chez Asymco, estime désormais que la boutique rapporte quelque 2 milliards de dollars à Apple chaque année. Pour Dediu, cela s’explique par la diversification des contenus proposés sur iTunes (on y trouve désormais des films ou séries par exemple, ainsi que des livres audio ou encore des jeux et applis pour iOS) qui a eu pour effet de faire augmenter les coûts de fonctionnement, certes (notamment en raison des accords qu’Apple a du négocier avec les ayants-droit pour chacun de ces contenus, et que la firme de Cupertino critique assez souvent), mais les revenus engendrés ont eux connu une expansion plus rapide encore.

Le guide du crowdfunding (financement participatif) pour les artistes Une synthèse d’informations en français pour financer un projet artistique en utilisant un financement participatif (crowdfunding). C’est quoi le crowdfunding ? Le “crowdfunding“, littéralement le “financement par la foule », est une approche de financement participatif de projets qui consiste à collecter de petites sommes auprès d’un grand nombre de personnes pour financer un projet. La multiplication des petites sommes collectées permet à des porteurs de projets de réunir des fonds qu’ils n’auraient pas pu obtenir via des sources de financement classiques et ce sans intermédiaires. C’est une approche particulièrement interessant pour les projets créatifs et artistiques. Depuis 2009, Kickstarter, le leader anglophone du crowdfunding a permis de financer plus de 20 000 projets ! Comme le rappelle Virginie, il ne faut pas confondre le crowdfunding avec un label participatif, comme MyMajorCompany par exemple. Le porteur reste le seul détenteur de son projet. Démarrer un projet en crowdfunding

Le rôle d'Internet dans la révolution de la musique des dix dernières années Plus que la littérature ou le cinéma, la musique subit depuis dix ans les effets de la numérisation, dans ses formes de production et ses modes de diffusion. L’immatérialité de la musique, depuis l’apparition du MP3, ne signifie pas pour autant qu’elle a rendu son âme. En perdant son corps, elle a certes changé de peau au prix d’un chagrin, la mélancolie du disque-objet, mais elle a aussi renouvelé son écrin, plus large, plus riche, plus aventureux. “Plutôt qu’être diffusée, elle est diffuse ; plutôt qu’être éditée, elle est disponible ; plutôt que vendue, elle est donnée”, souligne le journaliste Joseph Ghosn (Obsession, après être passé par GQ et Les Inrocks) dans son essai Musiques numériques, récit à la fois très personnel et très documenté de la révolution numérique qui a secoué le paysage musical. “Une révolution subreptice s’est imposée à la musique” Ces règles inédites produisent des effets de confusion, comme si dans l’immensité d’un océan musical, il était facile de se noyer.

L’industrie musicale face au téléchargement Depuis la fin des années 90, l’industrie du disque est en crise. Elle doit lutter contre les échanges massifs de fichiers musicaux sur les réseaux peer-to-peer, et elle peine aussi à s’adapter à des évolutions majeures du support musical (fin de vie du CD, apparition du MP3) et des modes de prescription (développement des communautés de consommateurs, outils logiciels améliorant l’appariement entre l’offre et la demande). Or, si la baisse des ventes de disques est indéniable, on n’observe pas de baisse de l’intérêt des consommateurs pour la musique : la fréquentation des salles de concert n’a jamais été aussi importante, les radios musicales voient leurs parts d’audience progresser rapidement, les ventes de musique numérique connaissent une croissance exponentielle, de même que les achats de lecteurs MP3. La crise ne peut donc se résumer à un effet des échanges de fichiers musicaux. Baisse des ventes de CD et piratage Nouvelles formes de promotion de la musique

Le financement participatif est un outil à part entière, pas une tendance ! Des institutions et des acteurs de la culture ont désormais recours au financement participatif, le "crowdfunding". Son développement coïncidant avec la baisse des financements publics de la culture et du mécénat d’entreprise, on pourrait aisément considérer qu’il s’agit d’une tentative désespérée pour préserver ce qui peut l’être. Bien au contraire, le financement participatif est tout sauf une nouvelle forme de charité. En fait, le modèle économique de la culture est menacé depuis longtemps (ou en mutation, diront d’autres) et il ne faut pas faire mine de découvrir les très grandes disparités entre ceux qui parviennent à tirer leur épingle du jeu (que penser en effet du budget de fonctionnement de l’association de préfiguration de la Philharmonique de Paris qui passe de 170 millions à 386,5 millions d’euros selon un récent rapport du Sénat ?) Le financement participatif fait partie de ces « nouveaux leviers ».

Comment la Musique a survécu à Internet © Tyler Shields Depuis plus de dix ans maintenant, le monde du disque traverse une crise sans précédent. Je pense que je ne vous apprends rien. En effet, « je vous parle [peut-être] d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître » mais avant l’arrivée des services de streaming et de téléchargement légal et payant, il y a eu une longue période durant laquelle internet a fichu un sacré coup de pied empoisonné dans la fourmilière du Music Business. Ainsi, je vais essayer de vous montrer, à travers trois exemples/ axes illustrés de manière non exhaustive, pourquoi la musique résumée à sa son support physique, c’est bel et bien de l’histoire ancienne et que l’arrivée d’internet lui a même sûrement fait beaucoup de bien. Tout d’abord, il y a ceux qu’internet a faits exploser, la catégorie des artistes qui se sont faits connaître grâce au web et qui, devant tant de succès virtuel, se sont vus signer chez des labels (Ô ironie) puis devenir célèbres. #MattHelderssays : Hey!

Les nouveaux moyens de diffusion de la création musicale à Radio France -

Related: