background preloader

Sciences : L'addiction aux jeux vidéo reste complexe et marginale

Sciences : L'addiction aux jeux vidéo reste complexe et marginale
AUDIO - Les spécialistes préfèrent parler de «jeu excessif» ou d' «usage abusif» plutôt que de dépendance. Seuls les jeux en ligne recréant de véritables univers parallèles peuvent mener à des comportements pathologiques, en particulier chez les jeunes. Peut-on devenir accro aux jeux vidéo? Le comportement de personnes qui passent parfois plus de dix heures par jour devant leur écran à triturer manette ou clavier pourrait le laisser croire. Mark Griffiths, professeur de psychologie à l'université de Nottingham et grand spécialiste mondial du sujet, est un des premiers à avoir tenté de définir en 2007 six critères objectifs afin de caractériser cette addiction particulière: prépondérance de l'activité, modification de l'humeur, repli sur soi, génération de conflits, phénomène de rechute, augmentation irrésistible du temps consacré au jeu. En dépit de l'absence de données épidémiologiques, un profil du joueur abusif se dégage des observations cliniques. Related:  addiction aux jeux videosAddiction e passion

L'addiction aux jeux vidéo peut-elle tuer ? À Taïwan, un homme de 18 ans est décédé après avoir joué 40 heures d'affilée au jeu vidéo Diablo 3 dans un cybercafé, affirme le Telegraph ce jeudi 19 juillet. Chuang serait rentré dans le cybercafé le 13 juillet et aurait été trouvé endormi sur son ordinateur le 15 juillet par un employé. Après quelques pas, le jeune homme s'est finalement effondré et ne s'est jamais réveillé. Des cas de ce type, s'ils sont extrêmement rares, sont souvent relayés par les médias. Les cas sont extrêmement rares, mais choquent. "Le jeu vidéo ne tue pas" Pour le docteur Laurent Karila, du Centre d'enseignement de recherche et de traitement des addictions de l'hôpital Paul Brousse, interrogé par Le Huff Post, la réponse est clairement non. Les cas évoqués plus haut sont en réalité dus à différents facteurs, qui peuvent être aggravés par le comportement des joueurs. Mais dans l'écrasante majorité des cas, être accro aux jeux vidéos n'entraîne pas de conséquences si dramatiques, loin de là. 1. 2. 3. 4. 5. 6.

Dossier - L'addiction aux jeux vidéo sur JeuxVideo.com En quelques décennies seulement, les jeux vidéo sont devenus le loisir privilégié de toutes les sociétés modernes. Que l'on soit jeune ou vieux, homme ou femme, riche ou pauvre, on passe tous aujourd'hui une partie de notre temps libre à jouer devant un écran. On peut désormais révéler sans honte son intérêt pour ce loisir et en discuter aussi bien dans une cour de récréation avec ses camarades qu'au bureau avec ses collègues. De nombreux passionnés très bien dans leur peau y consacrent des dizaines d'heures par semaine et certains d'entre eux en ont même fait leur métier. Pour une petite minorité de joueurs cependant, la pratique excessive des jeux vidéo constitue un véritable problème. Par dharn, Journaliste Jeuxvideo.com

Résultats de recherche » jeux video Innovation à l' (8 place Henri Frenay, Paris 12e) avec le lancement de : une s (de septembre à décembre 2012) pour les seniors, dédiés à l'apprentissage de l'informatique et de l'Internet via les . Plus de 10 séances par session sont prévues pour se familiariser avec l'usage de la tablette en partenariat avec la . Au total, 25 séances sont proposées aux publics seniors ce qui constitue un changement de paradigme évident dans l'accompagnement au numérique pour cet , habitué jusqu'alors aux ordinateurs classiques pour les sessions d'initiation auprès des usagers. Lire la suite... Posté par Jean-Luc Raymond le Lundi 1 octobre 2012 Crédit média : Tikeasy Catégories : Blog NetPublic , Collectivités , Formation Internet , Formation numérique , Initiatives NetPublic , Initiatives des territoires , Populations accueillies , Ressources NetPublic , Seniors , X non classé d {*style:<b> {*style:<b> Le change de nom et devient , avec un . {*style:<b>

Application de l'addiction sur les JEUX D'ARGENT Le jeu : un plaisir Jouer est avant tout une source de plaisir. Les jeux d’argent sont ludiques et surtout laissent entrevoir la possibilité de gains qui font rêver. L’accès aux jeux d’argent est facile (bars, casinos, internet) et jouer ne demande aucune compétence particulière. Le jeu : une passion Le joueur au contact d’autres joueurs croise des personnes qui ont gagné, entend parler de familles devenues millionnaires grâce au jeu. D’autre part, le temps passé à préparer son pari (courses, paris sportifs, à jouer, à attendre les résultats, est un divertissement qui fait oublier les tracas du quotidien. Le jeu : une addiction L’écartement social du joueur peut entrainer des conséquences assez importantes. (www.stop-jeu.ch/fr) Se consacrer avec passion aux jeux, peut entrainer l’éloignement de sa famille et de ses amis . En octobre 2012 dans l’Oise, un jeune joueur excessif a mis fin à ses jours, suite à de nombreux problèmes d’argent et familiaux. L’addiction : une menace pour chacun

L'addiction aux jeux vidéo : mythe ou réalité ? Peut-on vraiment être dépendant aux jeux vidéo ? C'est la question que nous avons posée au Docteur Bruno Rocher, psychiatre spécialisé dans ce domaine. Pour ce médecin du centre de référence en la matière, la réponse est clairement oui. Et il affirme que renforcer la pédagogie pour les parents est primordial. Peut-on, médicalement parlant, devenir dépendant aux jeux vidéo ? Pour faire le point sur ce dossier aussi passionné que passionnant, nous avons interrogé le psychiatre Bruno Rocher, expert en addictologie et spécialiste de l’addiction aux jeux vidéo ou aux jeux d’argent, qui officie au sein du très réputé Centre de Référence sur le Jeu Excessif, au CHU de Nantes. Pour le docteur Rocher, l’addiction aux jeux vidéo est une réalité. L’addiction et les pratiques excessives ne doivent pas être opposées, nous explique Bruno Rocher. Quels critères pour décrire la dépendance ? Les critères pour qualifier un joueur d’addict ne sont pas définitivement arrêtés. Qui sont les joueurs addicts ?

L’addiction aux jeux vidéo est un symptôme du malaise de la civilisation – mais pas celui que vous pensez A fur et à mesure que les jeux vidéo sont sortis de leur ghetto culturel, ils ont été l’objet d’inquiétudes de plus en plus vives. Plus les héros des jeux vidéo s’exposaient dans les pages de magazine et sur les écrans de publicité, plus les soupçons se sont accumulés : les jeux vidéo isolent, les jeux vidéo rendent violents, les jeux vidéo sont des paradis artificiels. D’objet de plaisir, les jeux vidéo sont ainsi devenu des substances toxiques. Ce mouvement a été rendu possible par le fait que la notion de dépendance s’est elle même déplacée au cours de ces dernières décennies. Le concept d’addiction est venu remplacer les usages de substances toxiques et des formes de manies ont été rebaptisées “addictions sans drogues” Pourtant, l’addiction comporte toujours une part de risque et de transgression qui absente des jeux vidéo. La mauvaise réputation faite aux jeux vidéo est symptomatique d’autre chose. Les jeux vidéo doivent faire avec un contexte différent. WordPress: J'aime chargement…

Une premiere difficulte de l’addiction aux jeux video Marc Valleur est un de nos meilleurs spécialistes en addictologie et il est également de ceux qui se sont intéressés à l’addiction aux jeux vidéo. Il a formalisé dans Définir l’addiction : question épistémologique, conséquences politiques les questions posées par l’addiction. Il commence par remarquer que l’addiction découpe la population en deux parties. Quelle que soit l’addiction considérée, il y a en effet ceux qui sont concernés par la consommation du produit ou par le comportement et tous les autres. D’une manière générale, la proportion de consommateurs est moins importante que a proportion de non consommateurs. Or, l’application de ce schéma à la “cyberaddiction” pose des difficultés. Selon une loi épidémiologique, plus il y a d’utilisateurs “normaux”, plus le nombre d’utilisateurs à problèmes augmente . Nous avons en France 5 millions de personnes ayant un rapport problématique à l’alcool, 150.000 héroïnomanes, et 200.000 personnes dépendantes au cannabis (source : RESPADD).

ACLEEA L’ ACLEEA, au travers de l’Espace Pluriel s’intéresse depuis plusieurs années au sujet des jeux vidéo autour d’une démarche globale sur la parentalité liée à ce média. L’Espace Pluriel a proposé notamment un festival, INDRE ARENA entièrement dédié à cet univers sous toutes ses facettes : histoire, familles de jeux, technologies, pédagogie, économie, métiers, "game culture"... et intègre aujourd’hui une composante complète de son activité dédiée à ce média toute l’année : l’Espace Jeux Vidéo. De plus, l’Espace Jeux Vidéo est à l’initiative d’une fédération de partenaires nantais ayant pour point commun de travailler à partir de la matière première "jeu vidéo" : La guilde. Face à un défaut de guides français sur le sujet de la prévention et de la pédagogie du jeu vidéo dans les foyers, l’ACLEEA et l’ex CRJE aujourd’hui IFAC, partenaire d’Indre Arena durant trois années avaient décidé de collaborer afin de réaliser leur propre guide à destination des familles.

L'addiction aux jeux vidéo, une dépendance émergente ? Quelques consultations d’addictologie – dont celle du centre médical Marmottan – commencent depuis peu à recevoir et à suivre des personnes, et notamment des jeunes, dans le cadre de dépendances à Internet, et particulièrement aux jeux vidéo. Il y a donc des personnes qui, spontanément ou après bien des pressions de l’entourage, désirent réduire ou cesser leur conduite de jeu, parce que celle-ci nuit à leurs investissements affectifs et sociaux, n’y arrivent pas seuls et demandent de l’aide. Il se constitue ainsi progressivement une clinique émergente en réponse à une forme d’addiction réellement nouvelle. La médiatisation dont cette addiction fait l’objet paraît toutefois sans commune mesure avec un phénomène dont l’importance quantitative est très difficile à évaluer et dont les conséquences en termes de santé publique sont indéniablement moindres que celles de l’usage de drogues licites ou illicites, ou du « classique » jeu pathologique (au sens de jeu de hasard et d’argent). 1. 2. 3.

Neurosciences : les sociétés de jeux vidéos exploitent le « cycle de compulsion » du cerveau Les entreprises technologiques ont maintenant la possibilité d’exploiter nos addictions pour faire du profit. Il devient très tentant d’utiliser les connaissances en matière de neurosciences et de neuromarketing pour attirer de plus en plus d’utilisateurs. Bien sûr, les entreprises peuvent aussi décider de bannir ce genre de stratégies commerciales pour des raisons éthiques. Un nouveau leitmotiv fait donc son apparition : « créer une obsession, puis l’exploiter ». Le principe : le joueur commence à jouer, et il parvient à atteindre des buts, à réussir des quêtes… Il est alors récompensé pour ses succès, ce qui provoque chez lui une réaction neurologique agréable, et crée un désir toujours plus fort de jouer encore, pour réussir à nouveau, et être davantage récompensé…et ainsi de suite. C’est ce processus qui fait qu’une expérience est perçue comme agréable.

Related:  addictions503