background preloader

Internet et la musique : Quel est l'impact d'internet sur l'industrie musicale ? (REPORTAGE)

Internet et la musique : Quel est l'impact d'internet sur l'industrie musicale ? (REPORTAGE)
Rappelez-vous, il y quelques années encore, on découvrait de nouveaux artistes via des émissions de télé-crochet comme La Nouvelle Star, Popstar ou encore Star Academy. Le public pouvait en entendre parler également grâce à la radio ou lors de petits concerts organisés. Eh bien, aux oubliettes ces méthodes "anciennes", une nouvelle ère est arrivée, celle du web ! Plus d'actu sur Le grand reportageInternet et la musique : Les stars américaines devenues célèbres grâce au web ! Prenons l’exemple de My Major Company, c’est un label musical communautaire permettant aux internautes de financer leurs artistes "coups de cœurs" découverts sur le site, en "misant" sur eux. Laurent Bonnet, directeur marketing chez My Major Company Label, nous a fait le plaisir de nous donner son avis et de partager son expérience en acceptant d’intervenir dans le cadre de notre reportage.

Chiffres clés : le marché français de la musique sur Internet physique Laisse-moi streamer... - Le marché global de la musique en France a cessé de reculer depuis désormais trois ans. 2016 fut ainsi l'année de la rupture pour cette industrie. En 2018, la croissance (1,8%) a cependant marqué le pas par rapport aux deux années précédentes (+5.4 % en 2016 et +3,9% en 2017). Le marché total de la musique atteint désormais 735 millions d’euros. « Si la hausse est modeste, ce résultat reste évidemment une bonne nouvelle pour le secteur de la production musicale. Et comme le relève le syndicat, le ressort de cette croissance est cette année encore le streaming, dont la progression (+26%) permet de compenser la baisse d’autres segments de marché. Télécha… Stream… Le streaming payant grimpe toujours - Au commencement de la musique numérique était le téléchargement. En 2008, les ventes physiques représentaient encore 83% des revenus de la musique. « La montée en puissance des consommateurs payants est donc l’un des principaux enjeux de l’industrie. Abos audio

Le rôle d'Internet dans la révolution de la musique des dix dernières années Plus que la littérature ou le cinéma, la musique subit depuis dix ans les effets de la numérisation, dans ses formes de production et ses modes de diffusion. L’immatérialité de la musique, depuis l’apparition du MP3, ne signifie pas pour autant qu’elle a rendu son âme. En perdant son corps, elle a certes changé de peau au prix d’un chagrin, la mélancolie du disque-objet, mais elle a aussi renouvelé son écrin, plus large, plus riche, plus aventureux. “Plutôt qu’être diffusée, elle est diffuse ; plutôt qu’être éditée, elle est disponible ; plutôt que vendue, elle est donnée”, souligne le journaliste Joseph Ghosn (Obsession, après être passé par GQ et Les Inrocks) dans son essai Musiques numériques, récit à la fois très personnel et très documenté de la révolution numérique qui a secoué le paysage musical. “Une révolution subreptice s’est imposée à la musique” Ces règles inédites produisent des effets de confusion, comme si dans l’immensité d’un océan musical, il était facile de se noyer.

Internet, ce qui pouvait arriver de mieux à la musique Autoproduction, autopromotion, financement participatif ou streaming légal... Petit tour des solutions numériques des musiciens contre le piratage. Fin février, la Hadopi a présenté son rapport (PDF) sur la lutte « contre le streaming et le téléchargement direct de contenus illicites ». Soyons clairs, le piratage reste une pratique nuisible à l’industrie culturelle et n’est certainement pas innocent dans la chute vertigineuse des ventes de CD (moins 50% sur une décennie). Le physique est mort, vive le dématérialisé ! La crise du CD ruine-t-elle vraiment les artistes ? « Dans nos études, il apparaît que le revenu moyen des sociétaires de la Sacem a baissé de 23% en euro constant en sept ans. Effectivement, les revenus collectés par la Sacem ne cessent de chuter depuis des années. L’effet « sampling » Télécharger, diversifier, acheter Valentin Stip illustre parfaitement cet effet « sampling » (échantillonnage). L’autoproduction « Un Mac, un ampli, 1 500 euros et on peut s’en sortir »

Le piratage et ses effets positifs sur l'économie «Les effets économiques du partage de fichiers sur le marché néerlandais sont très positifs à court et à long terme» . Un nouveau rapport, commissionné par le gouvernement néerlandais , sur les conséquences économiques et culturelles du partage de fichiers sur les industries de la musique, du cinéma et du jeu vidéo conclut que le téléchargement illégal a un effet global positif sur la bonne santé de l'économie (1). Réalisée par le cabinet TNO, et présentée par TorrentFreak , l'étude décrit l'impact de la numérisation sur les business models des industries du divertissement et conclut que si effectivement le téléchargement illégal est la cause de pertes directes pour ces industries, ses conséquences positives sont plus importantes. L'auteur du rapport, Annelies Huygen, estime ainsi que le téléchargement illégal apporterait environ 100 millions d'euros par an à l'économie néerlandaise. Le téléchargement illégal, une aubaine économique ? Le constat n'est donc pas nouveau.

Related: