background preloader

HISTOIRE - BREVET - 04 Les totalitarismes

HISTOIRE - BREVET - 04 Les totalitarismes

http://www.youtube.com/watch?v=ltNwDX86lKI

Related:  Genèse et affirmation des régimes totalitairesDémocraties et totalitarismes dans l'entre-deux-guerrestotalitarisme

1ère ES : Histoire Spécifique - Cours : Les régimes totalitaires dans l'entre-deux-guerres Les régimes totalitaires ont des points communs, cependant ils s'opposent sur les projets de sociétés qu'ils veulent mettre en place : Mussolini veut instaurer un projet nationaliste. Il veut atteindre la grandeur de l'Empire romain. À ce titre, il considère avoir le droit de mener des projets d'expansion coloniale. Il veut aussi permettre à l'Italie d'accéder à l'autosuffisance et créer un régime autarcique. J.Heartfield, adolf le Surhomme…et autres photomontages, analyse. «Celui qui contrôle les images contrôle les esprits. » Bill Gates Ce qui substitue au contrôle des images, un contrôle* critique et didactique des images éveille les esprits. *(Examen, surveillance, vérification.) « L’Etat est le plus froid des monstres froids. Il ment froidement ; et voici le mensonge qui s’échappe de sa bouche : “Moi l’Etat, je suis le peuple” » Ainsi parlait Zarathoustra .F.Nietzsche. « …Toute situations humaines oùl’on a Désir de transparence, del’intelligence, la transparence n’est que du theâtre.

Chronologie: Le Chemin Des Nazis Vers Le Pouvoir 28 février Prenant prétexte de l’incendie du Reichstag (parlement allemand), Hitler publie des « décrets d’urgence » qui suppriment toutes les libertés fondamentales, dont la liberté d’expression, la liberté de presse et de réunion, et la protection contre les arrestations arbitraires. 23 mars La loi d'habilitation est adoptée, donnant au gouvernement le pouvoir de promulguer des décrets d'urgence sans le consentement du Parlement. Tous les députés communistes et 12 députés sociaux-démocrates ont fui ou ont été arrêtés et ne sont donc pas présents pour voter. 12 novembre Première élection législative fédérale sous le règne du Parti nazi.

L’économie politique du nazisme Dans cet entretien, Adam Tooze, spécialiste de l’histoire économique allemande, examine l’économie du Troisième Reich : existait-il une politique économique nazie ? Quelles furent les raisons économiques de la guerre totale de Hitler contre l’Europe ? Quel fut l’héritage de cette expérience pour l’économie allemande après 1945 ? Adam Tooze est professeur d’histoire allemande à l’Université de Yale. Jalons Pour l'histoire du temps présent L'échec du putsch de la Brasserie (1923) constitue une date importante dans l'histoire du parti national-socialiste allemand et dans la trajectoire de son chef, Adolf Hitler. L'Allemagne connaît une crise politique, sociale et économique très importante au début des années vingt. Née dans la défaite, le nouveau régime, la République de Weimar, apparaît particulièrement contesté, notamment de la part de ceux qui lui reprochent d'avoir accepté le "diktat" de Versailles et d'être à l'origine de tous les malheurs de l'Allemagne. Sur le plan économique, le pays apparaît particulièrement affaibli par quatre années de guerre et surtout par les conditions drastiques imposées par les vainqueurs lors des traités de paix. L'Allemagne se voit privée de territoires qui constituaient pour elle une richesse essentielle, notamment sur le plan industriel (Alsace-Lorraine ; bassin houillier sarrois, régions houillières et sidérurgiques de Silésie...).

La troisième vague Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Chronologie de l’expérience d’après Ron Jones[modifier | modifier le code] Lundi[modifier | modifier le code] Jones donne une allocution sur la discipline : comment elle est nécessaire aux athlètes, aux artistes, aux scientifiques, et comment, par la maîtrise de soi, elle assure la réussite des projets. Il passe ensuite aux travaux pratiques et indique une position assise susceptible de faciliter la concentration et la volonté : pieds à plat sur le sol, dos droit, mains croisées derrière le dos.

26 janvier 2015 - Le nazisme entre fonctionnalisme et intentionnalisme - Herodote.net L'historien François Delpla vient de publier Une Histoire du IIIe Reich (Perrin, 2014). Il revient pour Herodote.net sur le débat qui agite les historiens depuis un demi-siècle... Hitler a-t-il agi selon un projet intentionnel ou s'est-il laissé guider par les circonstances, tant dans ses agressions extérieures que dans l'extermination des Juifs ? Architecture totalitaire et commande autoritaire. La place des architectures monumentales des régimes totalitaires dans l’historiographie Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI. Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org. Abécassis F., Meynier G.

ENTRETIEN – « La révolution culturelle nazie », avec Johann Chapoutot – 1/2 : l’affabulation Le nazisme n’est pas seulement une horreur : c’est aussi une pensée (délirante) de la culture allemande dans sa globalité, et une entreprise de retour à l’âge d’or (fantasmé) de la « race » formée par cette culture. Une « révolution culturelle », donc. Avec La révolution culturelle nazie (Gallimard, 2017), l’historien Johann Chapoutot ponctue le cycle de ses recherches dédiées à la compréhension de cette machinerie intellectuelle dévastatrice, et qui ont déjà donné lieu à deux publications majeures : Le nazisme et l’Antiquité (PUF, 2008), et La Loi du Sang : penser et agir en nazi (2014). Dans la première partie de cet entretien, il revient sur les usages de la science – histoire, philosophie, biologie, médecine… – convoqués par les penseurs du nazisme à la faveur d’un nouveau système normatif.

La conquête d’une petite ville par les chemises brunes La première publication du livre de William Allen remonte à 1965 ; l’ouvrage s’appelait alors La Prise du pouvoir nationale-socialiste. Peut-être le titre de cette nouvelle édition (Une petite ville nazie) est-il plus parlant, car c’est à travers cette focale que l’historien américain analyse les mécanismes de la victoire du parti hitlérien. Le regard se fixe sur une petite ville de Basse-Saxe de 10 000 habitants, « Thalburg », pseudonyme pour la ville réelle de Northeim. Les régimes totalitaires. Tâche complexe en Troisième - Association des Professeurs d'Histoire et de Géographie Consigne : Le but de ce devoir est de réaliser une tâche complexe. Sujet : Écris un article de journal où un journaliste de gauche présente, au choix, l’URSS de Staline ou l’Allemagne nazie d’Hitler dans les années 1930. Ce journaliste fait partie du journal de la SFIO le « Populaire ».

Images et récit pour la rédemption du peuple L’actualité encourage sans cesse à renforcer nos analyses de la production d’images et de grands récits, orientés vers une origine perdue, en contexte dictatorial. Car le mal, pour l’énoncer dans les termes de Hannah Arendt, n’est pas définitivement vaincu. Aussi revenir sur les configurations anciennes de l’usage des drapeaux, des mises en scène politiques, des slogans mués en poèmes, des récits qui restructurent l’espace et le temps, de l’architecture… est non moins nécessaire, aussi bien pour en établir les faits, que pour en faire émerger les instruments – techniques et philosophiques – dont nous devons penser la survivance ou la reconduction. Aussi la republication en poche de Un art de l’éternité est-elle centrale.

Penser le nazisme La publication simultanée du deuxième tome des Mémoires du grand historien Saul Friedländer (le premier, Quand vient le souvenir, est paru en 1978), et d’un livre d’entretiens de celui-ci avec Stéphane Bou, est l’occasion de revenir sur un certain nombre de thématiques liées à l’historiographie du nazisme. L’actualité éditoriale atteste d’un intérêt permanent pour cette période de l’histoire et les travaux de Friedländer sont, sans conteste, parmi les plus importants . Nous accorderons ici une place prépondérante au livre d’entretiens plus spécifiquement consacré au nazisme. Disons d’emblée que la prééminence accordée à ce dernier ouvrage est largement fondée sur la qualité du questionnement auquel Friedländer est soumis. Les connaissances de Stéphane Bou, journaliste et enseignant, à l’origine de ces entretiens, sont réellement impressionnantes, et elles ne se limitent pas à son domaine d’excellence, l’analyse de l’image.

Related: