background preloader

PMA, GPA : les clés pour comprendre le débat

PMA, GPA : les clés pour comprendre le débat
a Manif pour tous qui a plombé le début de quinquennat de François Hollande en luttant contre le mariage gay, revient à la charge pour dénoncer la "familiphobie" du gouvernement et de la gauche, demander l'abrogation du mariage pour tous et l'interdiction de la PMA et "l'abolition universelle de la GPA". Où en est la France sur ces questions ? Pourquoi les réseaux du mouvement de Ludovine de la Rochère remontent-ils au créneau ? 1. La procréation médicalement assistée (PMA) recouvre les différentes pratiques cliniques et biologiques d'aide à la fécondation : soit "in vitro" soit par donneur anonyme. La gestation pour autrui (GPA) désigne l'ensemble des méthodes de PMA dans lesquelles l'embryon est implanté (avec ou sans implantation d'un ovule fécondé in vitro) dans l'utérus d'une femme tierce, dite aussi "mère porteuse", pour porter l'enfant d'un couple, qu'il soit hétérosexuel infertile ou homosexuel. 2. La PMA est ouverte en France aux couples hétérosexuels. 3. 4. 5. Related:  Définitionsambroysia

PMA pour les couples de femmes : une "revendication légitime" selon Taubira Christiane Taubira relance le débat sur la PMA, deux ans et demi après l'adoption de la loi sur le mariage pour tous. Dans le documentaire "1995-2015 : 20 ans de révolution gay !", qui sera diffusé sur Canal+ mardi, la ministre de la Justice déclare : "Je pense que la revendication d'accéder à la PMA pour un couple de femmes est une revendication légitime [...]. Il faut que le milieu politique - et je m'y inclus - ait le courage de livrer cette bataille", rapporte L'Obs. La garde des Sceaux engage clairement le gouvernement à rouvrir le débat abandonné il y a plus de deux ans. Lire aussi : Comment le gouvernement a enterré la PMA La procréation médicalement assistée (PMA) désigne les procédés permettant la fécondation d'un ovule par un spermatozoïde par interventions médicales.

GPA. Le texte proposant de durcir les sanctions rejeté à l'Assemblée 60 000 euros d'amende Ce texte, présenté par Jean Leonetti et cosigné par quelque 150 députés UMP et UDI, entendait doubler les peines actuellement prévues par la loi à l'encontre des agences organisant la pratique de la GPA, ce qui les aurait portées jusqu'à quatre ans de prison et 60 000 euros d'amende. Il s'agissait aussi de punir les personnes ayant recours à cette pratique, même à l'étranger, par un an de prison et 15 000 euros d'amende, ou bien les personnes accomplissant des démarches en ce sens. « Plus qu'interdire » la GPA, il faut selon M. Une proposition « ni utile ni opportune » « Nous sommes à l'heure de vérité » après les déclarations du Premier ministre Manuel Valls début octobre, qui avait vu dans le recours aux mères porteuses « une pratique intolérable de commercialisation des êtres humains et de marchandisation du corps des femmes », a aussi lancé l'élu des Alpes-Maritimes. Débats houleux

Témoignages de Gestation pour autrui, mère porteuse, GPA Ce couple appelle MAIA à l’aide. Ils ont commencé une procédure GPA en Ukraine, comme d’autres couples coincés la-bas depuis des mois... Je m'appelle Julien et ma femme Nathalie, nous vous envoyons ce message parce que nous sommes en pleine phase de panique ! Nous sommes en pleine procédure GPA en Ukraine... Ma femme n'ayant pas eu le droit d'envisager une grossesse à cause de sa santé...Après des années d'attente nous avons appris une merveilleuse nouvelle cette semaine, la vie va peut-être enfin nous sourire... Mais c'est encore trop tôt pour y croire vraiment, nous en saurons plus dans quelques jours... Cependant notre joie est gâchée par les nouvelles peu rassurante d'autres Français que nous avons rencontré sur place et qui sont coincés en Ukraine depuis la naissance de leur(s) enfant(s) parfois depuis plus de 4 mois... L'ambassade de France tournent nos rêves en cauchemar pour les papiers de retour du bébé ! Notre famille, nos amis nous encouragent et comprennent notre démarche.

Pour ou contre la gestation pour autrui ? En complément de mes précédentes contributions, et à titre d'information, je reproduits le texte de la Campagne à l’initiative de la Coordination Lesbienne en France, soutenue par la Coordination des associations pour le Droit à l’Avortement et la Contraception et le Planning Familial : Aujourd’hui qu’en est-il de la GPA ? Notre législation qui s’oppose à la commercialisation du corps humain et qui stipule, sans discussion possible, que « la mère est celle qui accouche » fait barrage au recours à la gestation pour autrui (GPA). Le public, lui, est partagé entre un sentiment de révolte face à ce qui lui semble choquant au plan humain, une tentation compassionnelle vis-à-vis de la dramatisation de l’infertilité et de l’incapacité biologique des hommes à porter un enfant et enfin une sorte d’oblitération critique devant ce qu’on présente, à tort, comme une avancée des méthodes de procréation médicalement assistée (PMA). Une régression sociale constatée Un détournement des luttes féministes

procréation médicalement assistée Ensemble des techniques permettant à un couple infertile de concevoir un enfant. En 1978 naissait, en Angleterre, Louise Brown, premier bébé issu d'une fécondation in vitro (FIV), technique de procréation médicalement assistée (PMA) préconisée dans le cas d'une stérilité d'origine féminine. L'insémination artificielle avec donneur a également été mise au point, pour les cas de stérilité d'origine masculine. Le recours à la procréation médicalement assistée La conception nécessite, pour aboutir, le bon déroulement des étapes clés que sont l'ovulation (dans les ovaires), la fécondation (dans les trompes de Fallope) et enfin la nidation (dans l'utérus). Les techniques de PMA, qui sont préconisées uniquement lorsque les traitements médicaux et/ou chirurgicaux ont échoué, sont des méthodes palliatives, car elles ne corrigent pas la cause mais la conséquence d'une infécondité. Les principales causes d'infécondité Parmi les facteurs incontrôlables, l'âge de la femme joue un rôle essentiel.

GPA : la proposition de loi visant à renforcer les sanctions rejetée à l'Assemblée Une proposition de loi visant à renforcer les sanctions pénales liées à l’interdiction de la gestation pour autrui (GPA) a été rejetée à l’Assemblée nationale jeudi 4 décembre par le groupe socialiste. Proposée par le député UMP Jean Leonetti et cosignée par quelque 150 députés UMP et UDI, elle avait pour objectif de renforcer la lutte contre les démarches engagées par des Français pour obtenir une GPA, auprès d’agences ou organismes français ou étrangers. Ce texte prévoyait une peine d’un an de prison et 15 000 euros d’amende pour "provocation à abandonner un enfant" et de deux ans et 30 000 euros pour d’éventuels intermédiaires. Aussi, la position du gouvernement sur ce sujet est peu claire. En effet, en juin, la France a été condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) pour refus de transcription des états civils des enfants nés par GPA. atlantico sur facebook notre compte twitter Ajouter au classeurLecture zen Lire ou relire plus tard Besoin de vous concentrer

La gestation pour autrui, violation des droits de l’homme et de la dignité La gestation pour autrui, généralement présentée comme une œuvre altruiste et généreuse, est une forme de procréation médicalement assistée qui permet à des couples stériles d’avoir des enfants. Elle ouvre en réalité la porte à toutes sortes d’abus car elle ne respecte pas la dignité humaine des personnes. Voici le texte de la communication donnée par l’auteur, docteur en droit, avocate, au Conseil de l’Europe puis au Parlement européen en avril et juillet 2012, à l’invitation de l’European Center for Law and Justice. LA GESTATION POUR AUTRUI est un contrat par lequel une femme accepte de porter un enfant pour quelqu’un d’autre. I- La gestation pour autrui Un contrat « est une convention par laquelle une ou plusieurs personnes s’obligent, envers une ou plusieurs autres, à donner, à faire ou à ne pas faire quelque chose »[1]. La femme, quant à elle, est utilisée par le ou les mandataires comme une machine permettant le développement d’un fœtus, c’est-à-dire comme un incubateur. A. B. A.

Procréation médicalement assistée (PMA) (définition) Définition de la PMA La procréation médicalement assistée (PMA) désigne l'ensemble des méthodes chimiques et biologiques permettant la conception in vitro, le transfert d'embryons et l'insémination artificielle ainsi que toutes les techniques ayant pour objectif la procréation en dehors du processus naturel. En pratique, la PMA prend également l'appellation "d'assistance médicale à la procréation". Pour avoir recours à la PMA en France, les couples doivent remplir différentes conditions posées par la loi. Pour les connaitre, voir PMA : la réforme 2013. Découvrez toute notre collection. Bracelet officiel Albanu Vous gagnez moins de 2 500 euros ? Conseil pour gagner plus Panne de confiance? Panne de confiance? Profitez des dernières découvertes en neuroscience et reprogrammez votre cerveau Le succès à votre portée Reportage photos: les véhicules les plus surchargés à travers le monde Véhicules surchargés Gagner plus en 2016 ? Votre vie. A voir également Dans la même catégorie

GPA: un député demande la prison pour les couples ayant recours aux mères porteuses | www.francesoir.fr En finir avec l'impunité des couples ayant enfreint la loi en ayant recours à la GPA à l'étranger. C'est en somme le point de vue défendu par Jean Leonetti. Le député UMP présente ce jeudi à l'Assemblée nationale un texte de loi visant à sanctionner lourdement ces parents. La proposition prévoit d'aller jusqu'à un an de prison et 15.000 euros d'amende. Actuellement, cette peine est réservée aux personnes qui s'entremettent "dans un but lucratif entre une personne désireuse d'adopter un enfant et un parent désireux d'abandonner son enfant", c'est-à-dire des personnes qui organiseraient un commerce de mères porteuses (article 227-12 du code pénal). La GPA a beau être toujours illégale en France, emprisonner des parents dont le seul désir était d'avoir un enfant en choque certains.

Enquête société Mères porteuses : les arguments pour et contre On en est où dans les autres pays ? La controverse sur la légalisation des mères porteuses dure depuis des années. La loi de bioéthique de 2004 devant être révisée l’an prochain, le débat se fait désormais plus que polémique. D’un côté, les partisans du « pour », de l’autre les adeptes du « contre ». Emilie Poyard On en est où dans les autres pays ? La gestation pour autrui est autorisée au Canada, dans certains états américains (comme en Californie), en Belgique (en raison d’un vide juridique), au Danemark ou au Royaume-Uni (si ce n’est pas rémunéré), mais aussi en Israël, en Grèce ou en Finlande… On en est où en France ? On en est où en France ? Le fait pour une femme de porter l’embryon d’une autre, contre rémunération ou non, est interdit dans notre pays depuis 1994, après avoir été un temps toléré. En février, six Français sur 10 se disaient favorables à la légalisation. > www.etatsgenerauxdelabioethique.fr Les arguments « pour » Les arguments « pour » Les arguments « contre »

AMP - Assistance médicale à la procréation Définition L'assistance médicale à la procréation (AMP) (également appelée procréation médicalement assistée ou PMA) permet à un couple diagnostiqué infertile d'avoir un enfant. Pour cela, elle utilise différentes méthodes, comme la fécondation in vitro (FIV) ou l'insémination artificielle, l'objectif étant de permettre la rencontre d'un spermatozoïde et d'un ovule afin de débuter une grossesse. Publi-information Découvrez toute notre collection. Bracelet officiel Albanu 22 stratégies pour simplifier votre routine quotidienne et reprendre le contrôle Défi 22 jours - Gratuit Les plus beaux hôtels d'Europe à prix réduits! Hôtels 4* à moins de 99€! Rajeunir! Rajeunir! Vous gagnez moins de 2 500 euros ? Votre vie. Osez une méthode radicalement différente pour en finir avec les Régimes... Maigrir rien ne marche ? Réalisé en collaboration avec des professionnels de la santé et de la médecine, sous la direction du Docteur Pierrick HORDÉ A voir également Dans la même catégorie

GPA: l'arsenal judiciaire ne sera pas renforcé L'Assemblée nationale a rejeté aujourd'hui, par 22 voix contre 16, une proposition de loi UMP qui visait à lutter "contre les démarches engagées par des Français pour obtenir une gestation pour autrui" (GPA). Ce texte, présenté par Jean Léonetti et cosigné par quelque 150 députés UMP et UDI, entendait doubler les peines actuellement prévues par la loi à l'encontre des agences organisant la pratique de la GPA, ce qui les aurait portées jusqu'à quatre ans de prison et 60.000 euros d'amende. Il s'agissait aussi de punir les personnes ayant recours à cette pratique, même à l'étranger, par un an de prison et 15.000 euros d'amende, ou bien les personnes accomplissant des démarches en ce sens. Le secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen a balayé cette proposition, "ni utile ni opportune" à ses yeux.

Related: