background preloader

Entreprises françaises et transformation digitale, l'inquiétant retard

Entreprises françaises et transformation digitale, l'inquiétant retard
XEnvoyer cet article par e-mail Entreprises françaises et transformation digitale, l'inquiétant retard XEnvoyer cet article par e-mailEntreprises françaises et transformation digitale, l'inquiétant retard Digital First Par inhibition culturelle ou inertie managériale, l'écart de compétitivité se creuse entre les "digirati" et les autres. À la traîne. Le digital métamorphose la chaîne de valeur, bouscule les habitudes de travail, sollicite le leadership des dirigeants, mais suscite surtout de belles innovations tout en réduisant les coûts : la fée digitale est à l’œuvre, aussi, dans l’entreprise, en transformant radicalement ses modèles économiques. Par Patrick Arnoux Constat accablant. “Si la note évaluant les équipements se situe dans la moyenne européenne, en revanche celle qui évalue la transformation des organisations est sévère, largement en deça de la moyenne.” précise Nicolas Teisseyre, Partner en charge de la practice Télécoms, Médias & Technologies. Le plus délicat ? La menace ? Related:  Innovation RH

Quand les SIRH changent la fonction RH Bodet Software a réalisé une enquête auprès de 202 directeurs et responsables RH français dont 34% sont équipés d’un Système d’Information RH. L’étude illustre les habitudes de consommation de ces programmes informatiques et mesure ses répercussions sur les métiers des ressources humaines. Lorsque les acteurs des ressources humaines sont interrogés sur les avantages qu’il y a à être équipé d’un SIRH, 72% d’entre eux évoquent en premier lieu le gain de temps sur les tâches administratives. En effet, ces programmes facilitent et accélèrent des opérations parfois longues ou fastidieuses, telles que la paie ou le calcul du temps de présence. Trois applications accélèrent et fluidifient des tâches jugées chronophages : les procédures collaborativesles self-servicesle portail RH En outre, 61% des répondants à l’enquête équipés d’un SIRH louent l’accessibilité des historiques informatiques qui leur permettent d’atteindre des données internes rapidement. Crédits : © Bodet Software

L'expérience au coeur de la transformation digitale La transformation digitale est un sujet complexe pour les entreprises qui ne savent pas trop par où commencer. Hésitantes entre les actions orientées management et celles orientées technologie, celles orientées internes, client, et interne, salarié, entre un léger ravalement de façade et une vraie transformation, elles peinent à trouver la bonne formule, le bon “mix”. Les leçons de la transformation digitale Qu’est ce que les dernières années nous ont appris à ce sujet. Ne nous y trompons pas. La transformation digitale n’est que le nouveau nom de ce qu’on a appelé entreprise 2.0, social business ou je ne sais quoi. Les initiatives orientées client prennent le pas sur les initiatives orientées employé. La transformation digitale externe “tire” la transformation interne. A l’inverse la transformation interne éloignée du client peine à se réaliser. La relation marque-client sur le web entre dans une nouvelle ère. Après ça n’est que logique. L’interne, parlons en justement. A suivre…

Comment votre community management s'engage t-il sur les réseaux? Exercer le métier de community manager est toujours au coeur d’un dilemme. Trop de proximité peut gêner, trop d’éloignement être compris comme un manque d’engagement. Le community manager se trouve très souvent seul et autonome dans son action. Si bien qu’il le communicant web de l’entreprise qu’il représente. Question de branding, les implications de votre mode de communication doit être pris en compte dans le community management de votre marque et entreprise . L’importance des médias sociaux dans la communication web est établie. Pourquoi des profils pour le community management? Vous me direz chaque réseau social possède ses règles et usages. Les entreprises doivent elles communiquer sur le web toutes de la même manière? Nous vous proposons 6 modes de community management sur les réseaux sociaux. Six types de personnalités différentes , dans lesquelles vous reconnaîtrez peut être les manières de votre community manager, de votre propre marque ou entreprise. Que faire? WordPress:

Transformation numérique : “les stratégies d’attente voire d’évitement ne sont plus pertinentes” (Bruno Mettling, Orange) (1/2) INTERVIEW. Se digitaliser : oui, mais comment ? Bruno Mettling, DGA et DRH d'Orange, nous livre les enjeux stratégiques RH de la transformation digitale en marche dans le groupe. Retour d'expérience. Réunir des équipes Orange, des start-up et des artistes du numérique : tel est le pari de le Villa Bonne Nouvelle, inaugurée le 20 octobre. Lors de la première remise de prix du DRH numérique par l’Association nationale des directeurs de ressources humaines (ANDRH), vous disiez que l’année 2014 constituait un tournant, celui d’une prise de conscience par les entreprises françaises d’un impératif de transformation. Bruno Mettling - L’année 2014 marque effectivement un tournant : de plus en plus d’entreprises partagent le sentiment que la mutation numérique s’impose et que, par conséquent, les stratégies d’attente voire d’évitement ne sont plus pertinentes. En termes de pilotage de cette transformation interne, on note trois situations. La RH est-elle selon vous prête à jouer ce rôle ?

Le burn-out des dirigeants de PME : un tabou français en train de sauter, Actualité des PME Aéronautique - Défense Jean-Pierre Bibring, concepteur de Philae : "on vit une véritable... Présent à Darmstadt au centre des opérations pilotant le projet de la sonde Rosetta et de son atterrisseur, l'astrophysicien, répond à chaud aux questions... Philae : récit d'une avancée pour l'Europe spatiale DIRECT + VIDEOS - Après la séparation réussie du robot de la sonde européenne Rosetta, Philae s'est posée sur le noyau de la comète Tchouri mais le système...

Entreprise agile : comment piloter par la valeur, plutôt que par les coûts - D.Views Par Sébastien DelayreDirecteur Conseil Entreprise Agile | Management | 13/03/2015 Dans les entreprises, et notamment dans les directions informatiques, la tendance dominante consiste à raisonner en termes de coût des projets, et non en fonction de la valeur qu’ils apportent. Cependant, de plus en plus d’organisations s’intéressent à ce second aspect. Se pose alors la question : quel modèle adopter pour piloter par la valeur son portefeuille d’initiatives ? Le pilotage par la valeur permet de focaliser toute l’organisation sur la création de valeur, que ce soit pour les clients, les collaborateurs et les actionnaires de l’organisation, en utilisant un outil simple et transparent. Il offre aussi l’opportunité de faire prendre conscience à tous de la variation de valeur d’une initiative, et de sa criticité temporelle. Plébiscité par les directions générales pour l’apport à la création de valeur globale, c’est aussi un très bon mode de fonctionnement pour les directions métiers. 59 tweets

Guide à l'attention du DSI pour affronter le travail de demain Alors que l'investissement technologique se propage toujours plus dans la plupart des entreprises (s'étendant aux secteurs d'activités, au directeur du marketing et au nouveau directeur du numérique), le DSI détient encore la tâche parfois terre à terre mais toujours compliquée de créer un environnement de travail numérique efficace et cohérent. Ce qui complique peut-être le plus la tâche est que le changement technologique venant de l'extérieur reste à un niveau record (et continue d'augmenter) ; en outre, qu'il s'agisse des nouveaux appareils et logiciels innovants ou des modèles opérationnels fondamentaux de l'entreprise, la technologie proprement dite transforme pratiquement chaque aspect de l'entreprise. Favoriser les données et la mobilité d'un point de vue stratégique Parallèlement, la demande sur plusieurs grands critères de l'entreprise numérique s'est transformée en besoins concurrents significatifs et de plus en plus urgents. Concevoir le travail numérique de demain

Transformation numérique : “Il faut trouver un équilibre entre réactivité et stratégie” (Bruno Mettling, Orange) (2/2) INTERVIEW. La transformation digitale des entreprises n'est pas que technique. C'est aussi (et avant tout ?) Cet article est la deuxième partie de l’interview que Bruno Mettling a accordé à L’atelier de l’emploi. On pourrait voir dans la Villa Bonne Nouvelle une illustration de votre livre paru l’été dernier, Entreprises : retrouver le temps pertinent, dans lequel vous évoquez les tensions entre temps court et temps long, la difficulté à concilier le quotidien de l’entreprise et le changement en profondeur… Est-ce que vous pourriez nous en dire plus sur le leader d’aujourd’hui et son rapport au « temps pertinent » ? Bruno Mettling – Le livre tire son origine de ce que j’appelle les ravages de la dictature du court-terme. Quel est, alors, le « temps pertinent » ? Le temps pertinent est celui qui voit le dirigeant être à l’aise dans cette double dimension : fixer le cap et transformer. Où sont ces leaders de demain, aptes à naviguer dans des temporalités redéfinies par le numérique ?

motivation des organisations post modernes Management Postmoderne ou « Comment s’adapter aux nouveaux leviers de motivation de ses collaborateurs ? » Le monde économique et l´entreprise changent. Une atmosphère postmoderne semble irréversiblement et irrésistiblement émerger sous nos yeux et bouscule le paradigme managériale. Les 3 convictions du manager : Conviction 1: Le besoin de management subsiste. Un management performant n´obéit pas au contexte ou à la conjoncture. Conviction 2 : l’engagement de ses collaborateurs: une question d’intuition L´engagement des collaborateurs est une affaire d´époque et de circonstance. Conviction 3 : le manager postmoderne, un réenchanteur du quotidien Le manager post moderne doit devenir une force d´interposition entre des contextes d´entreprise toujours plus complexes et des équipes toujours plus déroutées et ébranlées par ces contextes. Ces 3 convictions plantent le décor de l´hypothèse du management postmoderne. Le passage de la raison à la passion même pour le manager La magification*

Quelques pistes pour développer les compétences digitales dans son entreprise Les programmes d’échange d’employés avec des entreprises technologiques Les programmes de formation en compétences digitales aident les employés à comprendre comment utiliser et implémenter les nouvelles technologies et les plateformes qui vont avec. Procter & Gamble est un exemple intéressant d’une entreprise qui mise sur la formation de ses employés en compétences digitales pour augmenter sa croissance future. Pour améliorer les initiatives marketing sur internet d’une part, et les compétences digitales parmi les employés d’autre part, P&G et Google ont commencé un programme d’échange d’employés. Le besoin des employés d’avoir une connaissance étendue en technologies digitales et en leurs applications business s’étend également aux employés seniors. Digitaliser le processus de recrutement encourage les meilleurs élèves du digital à s’engager Les candidats doués en digital ne s’engagent pas facilement dans un processus de recrutement.

Besançon : SKINsoft, pionnière de l’édition informatisée des collections Publié par Monique Clémens, le 05 décembre 2014 INFORMATIQUE. En s’appuyant sur la technologie du full web - application dont l'intégralité des fonctionnalités est accessible via le net -, la petite société bisontine s’est positionnée sur un marché de niche : l’édition informatisée des collections. Un savoir-faire qui vaut à SKINsoft quelques jolis contrats avec musées, fondations, collectionneurs privés et même entreprises ou collectivités, en France et déjà un peu à l’export. Elle vient d’ailleurs de signer avec le musée Rodin qui présente ses collections sur deux sites, à Paris et dans les Hauts-de-Seine. « Sur ce marché, il existait des solutions classiques, fonctionnelles, mais qui ne répondaient pas aux besoins d’aujourd’hui, notamment en matière d’ergonomie. Une fois n’est pas coutume, la France est plutôt en avance sur ce type d’application en full web. « Aux Etats-Unis, il existe bien un produit open source mais qui n’est pas pointu », assure le fondateur de SKINsoft.

Related: