background preloader

Les outils collaboratifs et sociaux : des accélérateurs de projet

Les outils collaboratifs et sociaux : des accélérateurs de projet
Au-delà du partage de documents, les outils collaboratifs et sociaux sont utilisés pour échanger autour de projets et pour partager les connaissances. Dixit une étude de Voirin. Dans une étude réalisée auprès de 128 entreprises et administrations françaises, transmise en exclusivité au JDN, le cabinet de conseil Voirin décrypte les principaux usages des outils collaboratifs en 2014. "Par outils collaboratifs, nous entendons outils de gestion de projet, réseaux sociaux d'entreprise ou encore GED collaborative", indique Jérôme Freyermuth, consultant chez Voirin. Le collaboratif : l'échange autour de projet parmi les usages clés Au-delà du partage de documents évoqué par 78% des répondants, l'étude montre que les outils collaboratifs et sociaux sont principalement utilisés pour l'échange autour de projets (un point évoqué par 76% des sondés) et le partage de connaissances (58%). Au total, 78% des responsables IT consultés ont mis en place des outils collaboratifs.

Savoirs Savoirs Référence : N° 41 - 2016/2 Thème : Les obstacles à la formation en entreprise Note de synthèse : Les obstacles à la formation en entreprise, Claudie Solar, Daniel Baril, Jean-François Roussel, Nancy LauzonLes situations de crise à l’hôpital : défis ou opportunités d’émergence de l’apprenance ? Informations complémentaires : mot(s) clé(s) : éducation des adultes, apprentissage Économie circulaire : le BTP doit faire sa révolution Note de veille, 11 septembre 2014 Responsable de la production des trois quarts des déchets en France, le secteur de la construction doit accélérer sa transition vers l’économie circulaire qui ne se limite pas au seul recyclage des matériaux. En France, les activités de construction, de réhabilitation et de démolition produisent 73 % des déchets, soit 260 millions de tonnes par an (voir figure) [1]. Ces déchets mobilisent d’importantes installations de stockage dont les capacités sont limitées. Si les capacités des installations de stockage sont limitées, celles des réserves de certains matériaux de construction le sont également. Le secteur de la construction a également un impact important sur l’environnement. Pour faire face à ces contraintes et réduire son impact sur l’environnement, le secteur de la construction ne va pas avoir d’autre choix que d’accélérer sa transition vers l’économie circulaire. Recycler les matériaux de construction Réutiliser les matériaux de construction

le concept Maintenant que l’école existe et touche tout le monde, il faut faire en sorte qu’elle atteigne ses buts pour tous ou presque tous. Une compétence est une capacité d’action efficace face à une famille de situations, qu’on arrive à maîtriser parce qu’on dispose à la fois des connaissances nécessaires et de la capacité de les mobiliser à bon escient, en temps opportun, pour identifier et résoudre de vrais problèmes Il y a toujours des connaissances " sous " une compétence, mais elles ne suffisent pas. Une compétence est quelque chose que l’on sait faire. Mais ce n’est pas un simple savoir-faire, un " savoir-y-faire ", une habileté. Valoriser les compétences n’est pas tourner le dos à d’autres justifications des savoirs. Effectivement, pour travailler par compétences, il faut alléger les connaissances scolaires, mais tout, dans les programmes, n’est pas de l’ordre de la culture générale indispensable. Construire des compétences, tout un programme !

Économie circulaire : les nouveaux “business models” Note de veille, 5 September 2014 La forte croissance de la population et sa concentration dans les zones urbaines va entraîner une très forte augmentation de la demande en matières premières. L’accès aux ressources naturelles dont les réserves sont limitées va devenir de plus en plus difficile et concurrentiel. La seule demande en eau devrait excéder les réserves disponibles de 40 % dès 2030 [1]. En prévision d’un accès difficile aux ressources, les industriels lancent des initiatives pour les utiliser de façon plus efficace : ils réduisent leur production de déchets, limitent leur consommation en eau ou conçoivent des produits plus économes en matériaux. Les industriels vont devoir adopter de nouveaux business models, des business models qui gèrent les ressources en boucle grâce à la réutilisation, à la réparation, à la refabrication ou au recyclage : les business models de l’économie circulaire (voir figure). Ces différents business models ne sont pas exclusifs.

L'évolution des théories de l'apprentissage à l'ère du numérique L'évolution des théories de l'apprentissage à l'ère du numérique Mohammed Chekour, Mohammed Laafou, Rachid Janati-Idrissi Résumé Les théories de l'apprentissage visent à expliquer le phénomène d'acquisition des connaissances. L'application directe d'une théorie de l'apprentissage permet de formuler des hypothèses de travail et des méthodes pour des recherches en didactique plus systématique. Mots clés : théories de l'apprentissage, connectivisme, behaviorisme, cognitivisme, constructivisme, socio-constructivisme Introduction Les théories de l'apprentissage servent à donner des explications de ce qui se passe lors du processus d'apprentissage. 1. 1.1. Le béhaviorisme (ou comportementalisme) est une théorie de l'apprentissage qui s'intéresse à l'étude des comportements observable sans faire appel à des mécanismes internes au cerveau ou à des processus mentaux non directement observables (Good et Brophy, 1995). Figure 1 : Modèle comportemental de Fechner. 1.2. 1.3. 1.3. 3. 3.1. 3.2. Conclusion

Économie circulaire : urgence pour l’industrie minière Note de veille, 17 septembre 2014 Il aura fallu des millions d’années pour constituer les réserves minérales de la Terre. Si rien n’est fait, 200 ans auront suffi, au total, pour les épuiser. Depuis plus d’un siècle, l’industrie des mines et des métaux exploite de façon croissante les ressources minérales. L’exploitation des « grands métaux » comme l’aluminium, le cuivre, le titane ou le chrome, comme celle des « métaux rares » comme l’or ou les métaux du groupe du platine, a connu une très forte croissance depuis le début du siècle dernier (voir figures) [1]. Le coût énergétique et environnemental de cette exploitation est très élevé. En dépit de leur quantité limitée et de leurs coûts d’exploitation très élevés, de nombreux métaux ne sont utilisés qu’une seule fois. L’industrie des mines et des métaux, qui s’est appuyée pendant plus d’un siècle sur une exploitation sans limites des ressources minérales, voit aujourd’hui ses réserves considérablement entamées. Louer les métaux

Le phénomène des tutos. Apprentissage et transmission du geste à l’heure du 2.0 | le boudoir et l'atelier Le 13 juin, j’ai été invitée à intervenir au Cube d’Issy-les-Moulineaux lors d’une rencontre Doc@Paris DIY/Tutos/Fablabs. Ma présentation portait sur le phénomène des tutos YouTube. En voici le compte-rendu. Dans son édition 2016, le petit Larousse a ménagé une place à 150 nouveaux mots, dont le nom commun « tuto ». La définition nous apprend qu’il s’agit d’un « guide d’apprentissage, sur support papier ou sur internet, constitué d’instructions visuelles (photos, vidéos) montrant comment réaliser une tâche dans des domaines très variés tels que les loisirs créatifs, le bricolage, la beauté, la cuisine, la photo, etc ». Le petit Larousse prend ainsi en compte l’émergence progressive d’un phénomène spécifique, qui n’est pas celui des tutoriels (un mot qui reste attaché à son origine informatique : un logiciel permettant de se former à d’autres logiciels), mais des « tutos ». Les Tutos de Jérôme Niel, un format court Canal+ Les tutos peuvent ainsi être un mode d’empowerment puissant.

Toyota remplace les robots par... des hommes Voilà de quoi faire sourire Charlie Chaplin, le célèbre auteur et acteur du film Les Temps Modernes. Le numéro un mondial de l'automobile, Toyota, a décidé d'inverser le sens du progrès en se passant en partie des machines pour les remplacer par... des hommes. C'est ce que raconte l'agence Bloomberg sous un titre évocateur : "Les Dieux sont de retour chez Toyota, des Humains volent leurs emplois à des robots". "On ne peut simplement dépendre des machines" La méthode peut surprendre. "On ne peut pas simplement dépendre des machines qui répètent inlassablement les mêmes gestes, encore et encore", justifiait l'homme à Bloomberg. Toyotisme revisité Derrière cette explication philosophique, s'en cache en réalité une autre. Aujourd'hui, l'idée des dirigeants de la firme japonaise est double. Expérience concluante En fait, plutôt que d'avoir une horde de travailleurs moyens, les robots, Toyota veut voir émerger des talents parmi les hommes.

Le langage silencieux dans les postures d’autorité 1 Nous empruntons à Jacques Corraze in Les communications non-verbales, Paris, PUF. 1983, p. 117, la (...) 2 Ray Birdwhistell envisage la gestuelle comme un système de signification complexe doublant ou non (...) 1Le langage silencieux constitue la face cachée de la communication humaine en apparence dominée par le verbe. Campé au cœur de l’expérience professionnelle le non-verbal interpelle fortement le chercheur en communication. Mais comment rendre compte de cette terra incognita, de ce soubassement discret voire hyper-implicite de la culture sans tomber dans le délire d’interprétation ? 3 Dès 1929, Wilhelm Reich. aborde longuement dans sa caractérologie lu personnalité autoritaire, déf (...) 2Qu’elle soit d’essence spirituelle, sociale, scientifique ou technique, l’autorité apporte une tonalité bien particulière aux relations humaines3. 5 Cette extension de la notion d’intertextualité empruntée à Julia Kristeva au répertoire du langage (...) 3L’autorité n’est pas un phénomène isolé.

Au-delà de l’optimisation, les Big Data créatrices de nouveaux business models Vues au départ comme un moyen de booster les stratégies analytiques des entreprises, les Big Data se transforment peu à peu en moyen de faire évoluer – plus ou moins radicalement – leur business model. Depuis leur apparition fracassante sur la scène publique, les Big Data laissent entrevoir progressivement les bénéfices qu'elles peuvent apporter aux entreprises. Au départ, cantonnées à des problématiques de stockage et d'accès rapide à des volumes massifs de données, les Big Data étaient le Graal des spécialistes du marketing. Au-delà du marketing, les professionnels de la donnée se sont vite rendus compte que les Big Data pouvaient profiter à l'ensemble des secteurs : santé, banque, finances, télécoms, etc. Les big data alimentent désormais l'opérationnel... Cette opérationnalisation des données a ouvert la voie à des stratégies innovantes, visant à la création de nouvelles sources de valeur. ...et contribuent à l'évolution, parfois radicale, des business models

Utiliser les techniques de la classe inversée pour enrichir les initiations à Zotero Mise en contexte Travaillant dans une bibliothèque universitaire, nous offrons de nombreuses formations sur les logiciels de gestion de données bibliographiques Zotero et EndNote. À noter : dans ce billet, seul Zotero est cité en exemple, car c’est mon préféré, mais nous présentons EndNote de la même manière. La maîtrise de ce type de logiciel fait partie de nos objectifs principaux pour les formations destinées aux étudiants des cycles supérieurs. Les techniques suivantes permettent de résoudre partiellement les points problématiques ci-dessus. La classe inversée La classe inversée, méthode éducative très à la mode ces dernières années, permet principalement d’allonger le temps d’étude de l’étudiant et de mieux répartir les activités d’apprentissage. Modèle d’activité de formation Voici le modèle qui a été adopté pour toutes les activités de formation d’initiation à Zotero. Avant la formation Les objectifs d’apprentissage de la capsule sont : Pendant l’atelier en présentiel Après l’atelier

La croissance verte : oxymore ou voie royale vers l’avenir radieux de l’humanité Voici le temps des anniversaires : 40 ans pour le rapport Meadows au club de Rome sur les limites à la croissance[1], 35 ans pour le rapport Bruntland (notre avenir à tous) qui lançait le concept de développement durable, 20 ans pour le sommet de Rio. C’est le moment de faire un point sur les avancées dans le domaine de l’économie verte. Au plan théorique, les débats entre experts, économistes, journalistes et blogueurs font rage. Certains, comme Dennis Meadows, affirment que développement durable ou croissance verte sont des oxymores. La croissance ne peut que buter sur les limites d’un monde fini. Elle ne peut être verte ni durable ; la décroissance nous sera imposée de gré ou de force. D’autres au contraire se disent que le « verdissement » des modèles économiques permettra de régler la question des raretés, en découplant croissance économique et consommation de ressources. S’il y a des débats au plan théorique, il n’y en a malheureusement guère au plan pratique.

Osons le Cercle d'apprentissage Face aux mutations sociales, les coachs, les RH et les formateurs ressentent le besoin d’innover et se regroupent depuis quelques temps dans des groupes de travail indépendants des systèmes traditionnels, afin de trouver de nouvelles méthodologies et façons d’agir dans le cadre de l’enseignement et de la transmission des savoirs. L’un d’entre eux est le #CercleAPE, association think tank qui a vocation à trouver les nouvelles façons d’apprendre ensemble. Elle est née en août 2015, suite à un appel à contribution de Denis Cristol, Directeur de l'ingénierie et des dispositifs de formation du CNFPT, chercheur associé à Paris Ouest Nanterre et rédacteur chez Thot Cursus. Au départ, celui-ci a eu envie d’expérimenter ce qu’il a pu voir lors d’un voyage au Canada. Celle-ci s’est créée depuis les réseaux sociaux des uns et des autres et s’est catalysée sur LinkedIn autour d’un MOOC connectiviste basé sur la bienveillance, l’empathie, les échanges entre pairs en présentiel et à distance.

Related: