background preloader

Jean Ziegler choisit son camp : « Retournez les fusils !

Jean Ziegler choisit son camp : « Retournez les fusils !
À mesure que se précise la débâcle dévastatrice du vieux système capitaliste, le citoyen responsable se devrait de prendre position. Le sociologue suisse Jean Ziegler, lui, n’y va pas par quatre chemins : « Retournez les fusils ! » Jean Ziegler (photo : AFP/Michael Gottschalk) L’ouvrage initial date de 1980, mais Jean Ziegler s’est senti contraint de l’adapter aux temps présents en le réécrivant entièrement. À l’origine, explique l’auteur dans une interview au Point, le titre était repris d’un manifeste de Trotski appelant le prolétariat engagé dans la première boucherie mondialisée à retourner leurs armes contre les capitalismes plutôt que contre leurs camarades du camp d’en face. Trente-quatre ans après, rien n’a changé, sinon en pire. « Les capitalistes font aujourd’hui un maximum de profits en spéculant sur les aliments de base comme le riz, le maïs, le blé. Devant son interlocuteur abasourdi, Ziegler tempère à peine son séditieux propos. "Retournez les fusils !

http://www.politis.fr/Jean-Ziegler-choisit-son-camp,28612.html

Related:  Regard critique sur le capitalisme et notre sociétéSociété. Comment va le monde ?

De la dictature de l’audimat au règne de l’insignifiance Le frénétique zapping de l’information auquel se livrent les chaînes de « flux » et les réseaux sociaux ressemble à une opération d’enfumage permanent qui nous empêche de cerner l’essentiel. Depuis deux semaines, nous voyons déferler sur nos écrans les commentaires les plus crus sur un « dîner de cons » entre deux VIP de la noblesse d’Etat, messieurs Jouyet et Fillon... Quand ce n’est pas le couteau de Nabilla, cette starlette de la téléréalité, qui fait la une des magazines ou le buzz sur Twitter. A côté de cette écume du rien, la mort de Rémi Fraisse – qui aurait fait descendre des dizaines de milliers de personnes dans la rue il y a encore deux décennies – est traitée comme un fait divers. Les festival de l’insignifiance Il y a près de trente ans, je dénonçais « la dictature de l’audimat » (éd.

Qu'est ce qu'une communauté RH ? L’entreprise, comme toute organisation humaine, est un environnement propice à la formation de communautés. Qu’est ce qu’une communauté ? C’est un groupe d’individus qui partagent un point commun, autour duquel se forment entre eux des liens affinitaires, constitutifs d’un sentiment d’appartenance autour d’objectifs communs. L’entreprise en tant que telle forme déjà une communauté. Jeremy Rifkin, l’Internet des objets et la société des Barbapapa Tribune On savait depuis son livre sur la troisième révolution industrielle, mais cela se confirme avec son dernier livre (« La nouvelle société du coût marginal zéro », éd. Les liens qui libèrent, 2014) que Jeremy Rifkin envisageait l’avenir radieux de la production et de la consommation d’objets de sa future société d’hyperabondance sur le mode de « l’Internet des objets » : des imprimantes 3D partout, permettant à chacun de produire à domicile ou dans de micro-unités d’innombrables objets matériels de la vie quotidienne, jusqu’à des « voitures imprimées », en étant guidé par des programmes en ligne (logiciels gratuits), moyennant divers matériaux de base, plastiques souvent, mais aussi « ordures, papier recyclé, plastique recyclé, métaux recyclés... ». On a depuis longtemps l’Internet de l’information mais deux autres grands réseaux viendraient s’y connecter pour former le système de production du futur. Aucun autre « spécialiste » que Rifkin ne dit cela dans le monde !

Numérique et transformations du monde du travail : vers de nouveaux équilibres Le travail ne cesse de se réinventer sous le coup d’innovations technologiques radicales. Si l’on s’en tient au seul siècle dernier, l’apparition de la machine à vapeur à la fin du 19e siècle est à l’origine de l’ère industrielle, associée de formes et organisations totalement nouvelles de travail. Urbanisation, grandes entreprises, fordisme puis toyotisme, généralisation du salariat, développement des fonctions d’encadrement puis des emplois tertiaires, mise en place de normes légales : un cadre de référence totalement nouveau a émergé, qui s’est renforcé durant les Trente Glorieuses. L’avènement du tout numérique vient à son tour rebattre les cartes.

Pour faire face au défi climatique : savoir réconcilier économie et écologie Edito : Pour faire face au défi climatique : savoir réconcilier économie et écologie Presque 8 ans après son premier rapport qui avait fait l’effet d’une bombe en montrant que le coût de l’inaction en matière de lutte contre le changement climatique pourrait atteindre 20 % du produit mondial brut en 2050, l’économiste Nicolas Stern (ancien Vice-Président de la Banque mondiale) vient de publier, à la demande de l’ONU, un nouveau rapport, en compagnie de l’ancien Président mexicain Felip Calderon, intitulé "Une meilleure croissance et un meilleur climat" (Voir The New Climate Economy). Cette étude remarquable montre que le développement économique n’est plus concevable s’il n’intègre pas comme composante essentielle un plan d’action mondiale pour réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre et décarboner massivement notre économie d’ici le milieu de ce siècle. Comme toujours, Nicholas Stern fonde son d’analyse prospective sur une vision économique solide et très argumentée.

Rachid Benzine Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Rachid Benzine, né en 1971 à Kénitra au Maroc est un islamologue. Son centre d'intérêt est l'herméneutique coranique contemporaine. Il a enseigné à l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence, dans le cadre du Master "Religions et société", et a été chercheur associé à l'observatoire du religieux. Faut-il abolir la pollution Yannick Roudaut est codirigeant de l’agence de conseil en développement et stratégie durable Alternité. Il est l’auteur de La Nouvelle controverse (Editions La Mer Salée, 2013). « La pollution atmosphérique est aussi nocive que le tabagisme passif. » En publiant ces données le 24 novembre dernier, le CNRS (Centre national de la recherche scientifique) nous place face aux conséquences de notre modèle économique. Combien d’enfants asthmatiques, combien de décès dus à une insuffisance respiratoire, combien de cancers faudra-t-il encore supporter pour que la pollution devienne inacceptable ? Dans une économie dopée aux énergies fossiles dont l’extraction et la combustion génèrent des pollutions, aucun responsable économique n’envisage sérieusement sa suppression, tant la question lui paraît absurde. Imaginer une société sans pollution est techniquement et culturellement inconcevable.

Gratuité, le lien social grâce au don Partout en France émergent des initiatives proposant aux particuliers désirant se séparer de biens matériels de les mettre à disposition de leur communauté. Simplement en demandant aux municipalités de fermer une portion de rue durant une ou deux journées, les zones de gratuité sont instaurées. Le concept est le suivant : tout ce qui est dans cette zone (ou plutôt sur les étalages de cette zone, vous ne vous y ferez pas dépouiller), est gratuit. Le principe étonne, mais a pourtant déjà été appliqué dans quelques villes de France, comme par exemple à Montreuil et à Grenoble. Des dirigeants d'entreprises pourront-ils bientôt être jugés pour crimes contre l'humanité En 2013, l’entreprise pétrolière états-unienne Chevron est condamnée à verser 9,5 milliards de dollars d’amende, par la Cour nationale de justice d’Équateur. En cause, la pollution catastrophique occasionnée par les activités de Texaco – depuis fusionnée avec Chevron – en Amazonie équatorienne, notamment le déversement de déchets de puits de pétrole dans des fosses à ciel ouvert, de 1964 à 1990 (lire notre article). Chevron, après avoir fait des pieds et des mains pour ne pas être jugée aux États-Unis, se prétend aujourd’hui victime d’une conspiration, et refuse de payer cette amende en Équateur.

"Contre les extrémismes, l’égalité des sexes au cœur de la laïcité" Civilisation Créé le jeudi 29 janvier 2015 09:55 Écrit par Propos recueillis par Isabelle Germain Pour Chahla Chafiq, l’extrémisme religieux ou politique s’engouffre dans un vide idéologique et s'alimente de la domination masculine. Pour faire face, il ne faut pas réitérer les erreurs des années 90, prévient l’écrivaine et sociologue d’origine iranienne, auteure notamment de "Islam politique, sexe et genre" et d’une étude sur la radicalisation des jeunes. Entretien. Les Nouvelles NEWS : Après les tragiques tueries de ce début d’année, la réaction politique semble être l’enseignement de la laïcité et un travail sur les « quartiers ghettos ». Ce second point rappelle les années 90 après les émeutes de Vaulx-en-Velin avec la politique des « grands frères » pour endiguer la violence des garçons.

Related: