background preloader

Copwatch France

Copwatch France
Related:  POLice & ConTre VioLences

Portrait des «1%» français Mouvements «Occupy...», polémiques en France sur le quotient familial... Des deux côtés de l'Atlantique, la question des niveaux de revenus est au coeur du débat politique. Avec pour cible les «1%», cette catégorie de la population qui capterait, selon ses détracteurs, un niveau excessif de richesses. Qui sont-ils en France? Slate fait le point en chiffres à l'orée de la campagne présidentielle. On peut distinguer deux manières de faire partie des «1%» : par ses revenus annuels ou par sa fortune accumulée. Texte: Jean-Marie Pottier. Actualisé le 19 janvier: contrairement à ce qu'indiquait une première version, le montant total du patrimoine des Français n'est pas de 10,4 milliards mais 10.400 milliards. Portugal : Ce qu'il faut savoir sur l'incendie Powered by

Making the University a Police State This weekend The Chronicle of Higher Education published an opinion piece by Michael Morris arguing that in the name of campus security campuses should start data mining all student internet traffic. Or as the not so subtle, fear mongering, almost fit for Fox News title says, “Mining Student Data Could Save Lives.” Morris’s article to put the matter bluntly is a phenomenally bad idea. Indeed his argument so ill conceived that it is difficult to know where to begin in exposing the problems. I even question The Chronicle’s choice to publish this piece. Let’s start by being clear on what Morris is calling for. In other words Morris is calling not for data mining, as his title suggests, but rather for total surveillance of all student internet activity with an eye towards mining that data. Technologically Morris doesn’t know what he is talking about and ethically he equates himself with some of the world’s most oppressive governments. Morris’s logic goes something like this.

Telecomix, hackers libertaires "Je n'aime pas le téléphone, je préfère que l'on se voie." Okhin, trentenaire parisien, est accoudé, quelques jours plus tard, à un bar. Derrière son look de geek se cache "un agent de Telecomix". Depuis plus d'un an, cet informaticien – qui refuse de donner son nom – officie avec ce groupe de hackers anarchiques pour "aider les gens à communiquer sans crainte grâce à un internet libre et ouvert". Nous venons en paix, annonce Telecomix, défenseur d'une liberté pour tous, hommes et ordinateurs." Une douceur apparente pour un groupe qui réunit 200 à 250 hackers "bénévoles", principalement en Europe occidentale, mais dont les actions n'en sont pas moins redoutables. C'est en avril 2009 que naît cette tribu imaginée par les Suédois du Parti pirate, créateurs également du site de téléchargements The Pirate Bay, pour peser sur les négociations du Paquet Telecom, loi européenne sur la régulation des réseaux. "Oui, les États peuvent couper internet !" "Nous ne sauvons pas le monde..."

Le blocage du site Copwatch décidé par la justice La décision du TGI de Paris est tombée. Elle impose à Free, Orange, SFR, Bouygues Telecom, Numéricable et Darty de bloquer l’accès – par filtrage DNS ou IP – depuis le territoire français au site copwatchnord-idf.org, au nom de la lutte contre les « violences policières » rapporte l'AFP. Le jugement est confirmé par plusieurs médias sur Twitter, dont Owni et Rue89. La décision de bloquer l'ensemble du site et non certaines pages (11) comme requis découle de l'impossibilité technique plaidée par les opérateurs. Un filtrage ciblé impossible selon les FAI Le blocage devra être maintenu « jusqu’à ce que soit rendue une décision définitive statuant sur les deux plaintes déposées le 4 octobre 2011 par le ministre de l’Intérieur contre X pour injures et diffamation envers des fonctionnaires de police et l’administration » précise l'AFP Le principe de subsidiarité aurait pourtant dû s’appliquer. Déjà des sites miroirs pour contourner le blocage

GlobaLeaks - Open Source Whistleblowing Framework Les Amis de la Terre : Le Prix Pinocchio Au Nigeria, Total a réussi à imposer son empire en divisant les communautés locales et en multipliant les programmes « RSE », pour mieux cacher le désastre environnemental et l'accaparement de terres que provoquent ses projets pétroliers et gaziers. Diviser pour mieux régner ? Telle semble être la devise de Total qui s’est implanté en 1964 en terre Egi, au Nigeria. Ce peuple de plus de 100 000 personnes vivait alors paisiblement de la pêche et de l'agriculture. « Le gouvernement intimide la population et très peu d’emplois sont créés. Pourtant, Total se targue d'être dans une relation de « compréhension mutuelle » [2], grâce à ses projets sociaux et ses échanges avec « l'Assemblée du Peuple Egi », assemblée en réalité non représentative et apparemment proche du parti au pouvoir. La majeure partie de la communauté raconte, elle, une tout autre histoire. Crédit photo : Luca Tommasini - Torchage de gaz dans le delta du Niger (Nigeria)

Stop répression #pdlt : Esprit hacker, es-tu là Xavier de la Porte, producteur de l’émission Place de la Toile sur France Culture, réalise chaque semaine une intéressante lecture d’un article de l’actualité dans le cadre de son émission. Désormais, vous la retrouverez toutes les semaines aussi sur InternetActu.net. Le mensuel américain Wired vient de livrer un article qui fait la couverture du numéro de mai titré : “Le pouvoir geek : comment la culture hacker a conquis le monde”. Le dossier consiste en un long papier de Steven Levy dont l’angle est alléchant. L’idéal hacker Je fais une parenthèse terminologique. Levy rappelle à quel point ces préceptes ont inspiré des générations de programmeurs, d’intellectuels et d’entrepreneurs et à quel point aussi toute personne qui utilise un ordinateur en profite, “l’internet lui-même existe grâce aux idéaux hackers”, résume-t-il. Comment le code façonne l’humanité Parmi les Titans, il y a évidemment Bill Gates. Autre figure intéressante, et moins connue, Andy Hertzfeld. Xavier de la Porte

Copwatch, le site qui surveille la police, suscite l'ire de Guéant En une du site Copwatch Nord-Paris IDF (difficilement accessible depuis quelques jours), vendredi 30 septembre : la consommation d'alcool par la police, photographies à l'appui. "Comme pour les CRS, l'alcool coule à flots dans les casernes", écrivent les auteurs anonymes du site, avec un ton ouvertement "antiflic". Plus bas, c'est une descente d'une équipe cynophile dans le quartier parisien de la Goutte d'Or, décrite minute par minute, ou encore une "Chasse aux Roms, aux Tunisiens et aux pauvres". Le site Copwatch Nord-Paris IDF se veut une base de renseignements, œuvre d'un "collectif de citoyens", visant à "lutter par la transparence et l'information" contre les "violences, la répression et l'impunité policières". Son porte-parole, une jeune homme de 20 ans, se dit "plutôt libertaire" et explique, sur France Info, avoir fondé le site "avec une dizaine de copains à Lille, et des tas d'autres à Calais et Paris". Sous les images, certains commentaires évaluant les officiers. Selon M.

cable cluster graph A interactive visualization of the references between diplomatic cables. Index Browse the visualizations! Please use a recent Chrome or Safari. How is it made? The cables.csv contains a field for referencing related cables via MRN. Example: What is the structure of the network? Some of these clusters form a star which can be a indication for a type of "action request" that was sent to multiple embassies. The largest cluster (giant) contains ~100000 cables with ~143000 references. For every community, cluster or star a interactive visualization is generated. What are missing cables? From the total of 251287 cables ~56000 additional cables are referenced but not included in the cables.csv. For some of the missing cables it is possible to estimate the date of creation. What can i do? Zoom in and out of the graph with the (+ / -) on the upper left. How do i read the graph? The visualization contains some indicators of graph and cable properties. Code and Data cable2graph source code (GPLv3). Contact

Political Idealism and Frithjof Bergmann's "New Work" I had intended to wait for some upcoming episode more relevant to this topic than Husserl to start ranting on this on the blog, but it’s been much on my mind of late. I’ll post some more thoughts and details about this in coming days, but let me help Frithjof here to give the introduction, because there are multiple ways into the vision here, and this particular emphasis on technology is only one of them. It’s easy to watch this video and get lost in the details of him talking about 3-D printers and things. The crux of the vision is that right now, we are all expected to get a full time job and pretty much give our lives to it. At the same time, increasing numbers of people are out of work, not in the least because of increasing technology: labor-saving devices that, eventually, do have to save people some labor. So we can just wait for things to get worse and worse, or we can start thinking now about ways to peacefully and sensibly free ourselves from this bind. -Mark Linsenmayer by

Related: