background preloader

Copwatch France

Copwatch France
Related:  POLice & ConTre VioLences

Making the University a Police State This weekend The Chronicle of Higher Education published an opinion piece by Michael Morris arguing that in the name of campus security campuses should start data mining all student internet traffic. Or as the not so subtle, fear mongering, almost fit for Fox News title says, “Mining Student Data Could Save Lives.” Morris’s article to put the matter bluntly is a phenomenally bad idea. Indeed his argument so ill conceived that it is difficult to know where to begin in exposing the problems. I even question The Chronicle’s choice to publish this piece. Let’s start by being clear on what Morris is calling for. In other words Morris is calling not for data mining, as his title suggests, but rather for total surveillance of all student internet activity with an eye towards mining that data. Technologically Morris doesn’t know what he is talking about and ethically he equates himself with some of the world’s most oppressive governments. Morris’s logic goes something like this.

Le blocage du site Copwatch décidé par la justice La décision du TGI de Paris est tombée. Elle impose à Free, Orange, SFR, Bouygues Telecom, Numéricable et Darty de bloquer l’accès – par filtrage DNS ou IP – depuis le territoire français au site copwatchnord-idf.org, au nom de la lutte contre les « violences policières » rapporte l'AFP. Le jugement est confirmé par plusieurs médias sur Twitter, dont Owni et Rue89. La décision de bloquer l'ensemble du site et non certaines pages (11) comme requis découle de l'impossibilité technique plaidée par les opérateurs. Un filtrage ciblé impossible selon les FAI Le blocage devra être maintenu « jusqu’à ce que soit rendue une décision définitive statuant sur les deux plaintes déposées le 4 octobre 2011 par le ministre de l’Intérieur contre X pour injures et diffamation envers des fonctionnaires de police et l’administration » précise l'AFP Le principe de subsidiarité aurait pourtant dû s’appliquer. Déjà des sites miroirs pour contourner le blocage

Stop répression Copwatch, le site qui surveille la police, suscite l'ire de Guéant En une du site Copwatch Nord-Paris IDF (difficilement accessible depuis quelques jours), vendredi 30 septembre : la consommation d'alcool par la police, photographies à l'appui. "Comme pour les CRS, l'alcool coule à flots dans les casernes", écrivent les auteurs anonymes du site, avec un ton ouvertement "antiflic". Plus bas, c'est une descente d'une équipe cynophile dans le quartier parisien de la Goutte d'Or, décrite minute par minute, ou encore une "Chasse aux Roms, aux Tunisiens et aux pauvres". Le site Copwatch Nord-Paris IDF se veut une base de renseignements, œuvre d'un "collectif de citoyens", visant à "lutter par la transparence et l'information" contre les "violences, la répression et l'impunité policières". Son porte-parole, une jeune homme de 20 ans, se dit "plutôt libertaire" et explique, sur France Info, avoir fondé le site "avec une dizaine de copains à Lille, et des tas d'autres à Calais et Paris". Sous les images, certains commentaires évaluant les officiers. Selon M.

MÈME – Internet s’empare de la figure d’un policier aspergeant au gaz des manifestants anti-Wall Street Les caricatures d'un policier de l'université de Californie accusé d'avoir aspergé de gaz au poivre sans raison des manifestants anti-Wall Street se multiplient sur Internet, et des pirates informatiques d'Anonymous ont diffusé lundi ses coordonnées personnelles. L'agent avait vaporisé vendredi, de très près et parfois directement sur le visage, à plusieurs reprises, un gaz orange sur des manifestants tranquillement assis par terre. Deux étudiants ont été brièvement hospitalisés après avoir reçu du gaz et neuf ont été traités sur place, ont indiqué des responsables de l'université. Dans la vraie vie, ce policier pourrait avoir à affronter des ennemis moins coriaces mais plus nombreux, après la diffusion lundi de son adresse postale, de son courriel et de ses numéros de téléphone dans une vidéo YouTube attribuée à Anonymous. Une voix y qualifie le policier de "lâche" et engage les internautes à lui exprimer leur "colère". Cette entrée a été publiée dans Actualité, Amériques, Web/Tech.

Pourquoi et comment Claude Guéant veut faire (re)fermer CopWatch Mise à jour : Comme nous l'avions indiqué, le ministère de l'intérieur va bien demander que l'ensemble des sites miroirs de CopWatch soient bloqués, et que la liste des sites à bloquer puisse être mise à jour sans avoir à passer systématiquement par le juge, sur le modèle de blocage automatisé proposé par TMG. Nos confrères de PC Inpact rapportent en effet que le ministère de l'intérieur, dont la requête est examinée aujourd'hui, demande que l'ordonnance de blocage soit étendue "à tout site nouveau diffusant un contenu identique à celui jugé illicite". La formulation est suffisamment large pour viser non pas seulement les sites miroirs, mais aussi ceux qui reprendraient les informations communiquées par CopWatch. Un dangereux glissement. Article du 30 janvier 2012 - C'est reparti pour un tour. Sans surprise, les sites mirroirs se sont multipliés après le jugement pour permettre aux visiteurs de continuer à visiter CopWatch, même si son URL principale était bloquée.

L'EUROGENDFOR est debarquée en Gréce! Le silence "des agneaux" doit cesser immédiatement! La crise économique accompagnée d'une agitation sociale donnera à Bruxelles l'occasion de tester la capacité de réponse du groupe secret qui a été créé pour lutter contre les troubles et les soulèvement populaires en Europe. L'EUROGENDFOR est un groupe secret avec son siège en Italie, et est prête à démarrer en Grèce, où elle a sa première opération d'envergure contre la population d'un Etat européen. La Grèce est en ébullition. P.S. Giuditta George Adalis, 24/10/2011 Il y a deux semaines, nous avons eu les premières informations qui a débarqué un contingent étranger militaro-policière à Igoumenitsa ! Des sources indépendantes ont confirmé l'arrivée d'une puissance étrangère. Il semble que le gouvernement est totalement impliquée, car aujourd'hui, nous révèlent que le contingent que nous recherchons tous, s'est installé la semaine dernière, dans le camp de l'Aile de combat désaffecté 110 à Larissa!

Espagne : Violentes charges de la police contre des lycéens à Valence Les lycéens de l'IES (Instituto de Educación Secundaria) Lluís Vives de Valence se sont rassemblés pour protester contre les réductions de dépenses que la Conselleria (le Ministère de l'Éducation de la Généralité Valencienne) est en train de mener et, surtout, parce qu'ils sont obligés de se couvrir de couvertures en cours à cause des coupures de chauffage. Il y a eu des moments de forte tension à cause de charges de la police [en espagnol] sans aucune justification, à la suite des instructions de la Déléguée du Gouvernement [la préfète], Paula Sánchez de León, et de l'arrestation de 10 jeunes (on peut suivre les réactions [en catalan et en espagnol] sur Twitter sous le mot-clé #IESLluisVives). Cet article réunit une série de vidéos [en espagnol] qui circulent sur les réseaux sociaux concernant ces incidents violents. Les médias numériques et les réseaux sociaux ont été, une fois encore, un important moyen d'échange de l'information, de dénonciation et de débat.

Fillon autorise le tir à balle réelle sur les manifestants - AgoraVox propagand'opinions et la suite L’armée Française est prête à intervenir sur le territoire national Share107 inShare 0digg Par AFP L’armée peut légalement engager 10.000 soldats sur le sol français en cas de crise majeure. En cas de crise majeure, l’armée peut engager 10.000 hommes sur le territoire national, selon une instruction interministérielle rendue publique au moment où sort un livre dont l’auteur assure que « l’Etat prépare la guerre dans les cités françaises« . L’existence de ce texte, daté du 3 mai 2010, et dont l’ouvrage ne fait pas spécifiquement mention, est révélée dans le dernier numéro d’Armées d’aujourd’hui, une des publications officielles du ministère de la Défense. Cette instruction a été rédigée, avec le concours des ministères de l’Intérieur et de la Défense, par le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN). Note de l’auteur Sources

Permis de tuer pour l’Union européenne Mecanopolis, 4 novembre 2010 par Dietrich Antelmann « La mort n’est pas considérée comme infligée en violation de cet article dans les cas où elle résulterait d’un recours à la force rendu absolument nécessaire […] pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection. […] Un Etat peut prévoir dans sa législation la peine de mort pour des actes commis en temps de guerre ou de danger imminent de guerre […].» Traité de Lisbonne, titre VII, article 72 (7) Le texte qui suit nous vient d’Allemagne. Là-bas, beaucoup de personnes sont manifestement tout à fait conscientes de ce que l’UE n’est ni un projet de paix ni une structure axée sur les idées de liberté, d’Etat de droit et de démocratie. La peine de mort est-elle définitivement abolie en Allemagne, comme le stipule la Loi fondamentale ou va-t-elle faire son retour? La Loi fondamentale permet aux soldats de tuer uniquement pour se défendre. Dietrich Antelmann Horizons et Débats

PARIS. Plus de 80 "Indignés" interpellés lors d'un rassemblement - Société Plus de 80 "Indignés" ont été interpellés mercredi 21 septembre au soir lors d'un rassemblement à Paris place de la Bourse (IIe arrondissement), dont une dizaine a été placée en garde à vue pour des "dégradations sur des véhicules de police", a-t-on appris de source policière. Dans le détail, 73 personnes ont été interpellées pour vérification d'identité et 11 ont été placées en garde à vue pour "dégradations sur des véhicules de police", a-t-on précisé de même source. Selon les Indignés, les personnes interpellées sont en majorité espagnoles. Rassemblement non déclaré Les "Indignés" s'étaient rassemblés vers 19h sur la place en vue d'une "assemblée populaire". Les "Indignés", dont des militants venus d'Espagne, multiplient depuis plusieurs jours les actions à Paris pour protester contre le système capitaliste. Le Nouvel Observateur - AFP

Related: