background preloader

Garry Winogrand

Garry Winogrand
Voir le portrait filmé de l'exposition : Le Jeu de Paume présente la première rétrospective, depuis vingt-cinq ans, du grand photographe américain Garry Winogrand (1928-1984). Chroniqueur célèbre de l’Amérique de l’après-guerre, Winogrand est encore mal connu, tant il a laissé de travail à accomplir — au moment de sa mort prématurée — dans l’archivage, le développement et le tirage de ses photographies. Il est cependant sans conteste l’un des maîtres de la photographie de rue américaine, au même titre qu’Evans, Frank, Friedlander ou Klein. Célèbre pour ses photographies de New York et de la vie aux États-Unis depuis les années 1950 jusqu’au début de la décennie 1980, Winogrand cherche à savoir « à quoi ressemblent les choses quand elles sont photographiées ». Winogrand a beau être considéré, par beaucoup, comme l’un des plus grands photographes du XXe siècle, l’examen de son corpus pictural et de son influence sur la discipline demeurent incomplets. Related:  Photographesphotographers

Nadar Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Nadar, pseudonyme de Gaspard-Félix Tournachon, est un caricaturiste, aéronaute et photographe français, né le 6 avril 1820 à Paris et mort le 21 mars 1910 dans la même ville. Il publie à partir de 1850 une série de portraits photographiques d'artistes contemporains, parmi lesquels Franz Liszt, Richard Wagner, Charles Baudelaire, Michel Bakounine, Victor Hugo, Jules Verne, Hector Berlioz, Gioachino Rossini, Daniel François Esprit Auber, Sarah Bernhardt, Jacques Offenbach, George Sand, Gérard de Nerval, Théodore de Banville, Jules Favre, Guy de Maupassant, Édouard Manet, Gustave Doré, Gustave Courbet, Jean-Baptiste Corot, Loïe Fuller, Zadoc Kahn, Charles Le Roux, Hector de Sastres, les frères Élisée Reclus et Élie Reclus. Le pseudonyme Nadar a également été utilisé par son frère Adrien Tournachon sous les formes Nadar jeune et Nadar jne, provoquant parfois la confusion. Biographie[modifier | modifier le code] Jules Verne le décrit ainsi :

Saul Leiter “To say that he flourishes at the top in the Mount Olympus of New York photography is saying a great deal. He is right up there with the amazing heights of photographic history itself. He’s more abstract than many, he’s more constructive than several but he’s also more soulful than a great many.” Max Kozloff (Art Historian) Saul Leiter’s ground-breaking work in photography and painting is only now receiving the international recognition it deserves. Leiter’s earliest black and white photographs show an extraordinary affinity for the medium, and by 1948 he began to experiment in color. Leiter has made an enormous and unique contribution to street photography. Martin Harrison, editor and author of Saul Leiter Early Color, writes, “Leiter’s sensibility…placed him outside the visceral confrontations with urban anxiety associated with photographers such as Robert Frank or William Klein.

Robert Frank Robert Frank, figure importante de la Street Photography, est l’un des photographes les plus influents du XXe siècle depuis la parution des Américains en 1958. Les images de ce livre, dont on vient de fêter le cinquantième anniversaire, ont profondément marqué des générations de photographes. Le Jeu de Paume commémore à son tour l’événement, en présentant, avec cette série mythique, les photographies prises à Paris par Robert Frank entre 1949 et 1952, ainsi que deux de ses films, Pull My Daisy (1959) et True Story (2004). Robert Frank développe une forme de récit photographique, suivant un fil conducteur qui pourrait être, pour Paris, la présence récurrente de fleurs et, pour Les Américains, les signes représentatifs d’un monde en pleine mutation. Avec les photographies de Paris apparaissent les prémices de son style subjectif et de son regard étranger qui s’affirment pleinement, moins de dix ans plus tard, dans Les Américains, renouvelant profondément la photographie documentaire.

Les grands photographes de jazz (3/5) : Francis Wolff de l'émission Open jazz Depuis ses débuts, le jazz, surtout in situ, a captivé l’attention des grands photographes. Des rais de lumière dans la pénombre des clubs enfumés, des reflets de transpiration sur les visages à la recherche du tempo perdu, mais aussi des instants de grâce entre deux concerts au soleil de Juan-les-Pins, des silhouettes fantomatiques au petit matin sur un trottoir de New York, des portraits en contre-plongée composés comme un standard en lignes obliques et nuances de gris… Le lieu d’exposition des photos de jazz ? Les pochettes de 30cm, les pages de magazine, beaucoup de beaux livres et aujourd’hui les galeries et les plus grands musées d’art contemporain. En compagnie de Philippe Lévy-Stab et de la rigueur de son œil au format 6x6, Alex Dutilh parcours la bande son en noir et blanc de cinq photographes majeurs du siècle du jazz : Ni clic, ni clac, ceux-là sont du genre à se fondre silencieusement dans les coulisses.

Henri Cartier-Bresson iN-PUBLiC Que faire à Paris Magnum Photo ◆ L'agence et les photographes Mis à jour le 08/12/2014 Magnum Photos est fondée en 1947, soit deux ans après la Seconde Guerre mondiale. Elle doit son existence à quatre photographes : Henri Cartier-Bresson, Robert Capa, George Rodger et David « Chim » Seymour. Magnum, initialement installée à Paris et à New York, (aujourd’hui à Londres et à Tokyo), s’écarte de façon radicale de pratiques conventionnelles de la presse de l’époque : d’une part par sa structure, celle d’une coopérative d’actionnaires-photographes, d’autre part par la revendication de droits d’auteur comme propriété exclusive des photographes. Avec Magnum Photos, les photographes se donnent les moyens de l’indépendance, corollaire indispensable de leur engagement. Le recrutement des nouveaux membres, fidèle aux statuts de l’agence, est un parcours de l’exigence. Il devra donner la preuve de sa singularité, tant par son écriture photographique que par la rigueur, la persistance de son travail de documentation et d’information. Ils ont rejoint Magnum en :

Edouard de Blaÿ - Paris Urban Photographer J’ai inconsciemment découvert la photo de rue en 2009 lorsque je vivais en Chine où j’ai fait des milliers de photos souvenirs et quelques dizaines de photos urbaines, que j’ai depuis redécouvert d’un autre oeil. La photo de rue est aussi délicate que passionnante, mais toujours surprenante. J’essaie de vous la rendre plus simple en vous partageant mon expérience acquise dans les rues Parisiennes ! Aujourd’hui, j’aime particulièrement photographier l’humain dans son environnement, non pas naturel, mais celui qu’il a bâti: la ville ! J’apprends tous les jours sur cette pratique, et je vous fais partager mon expérience de différentes façons: je vous propose de découvrir, au travers d’interviews, de talentueux photographes de rue qui vous livrent des astuces concrètes; mais aussi mes propres astuces, une liste de blog à suivre, ma Galerie… Bonnes lectures !

Magnum Photos Photographer Portfolio USA. 1945. Reaction to FDR's Death. Wayne Miller FRANCE. 1945. Sculptor Constantin Brancusi. JAPAN. 1945. USA. 1946-1948. The World is Young. AUSTRALIA. 1959. 1959. Animal Kingdom – Les photographies en double exposition d’Andreas Lie La série Animal Kingdom de la photographe et graphic-designer Andreas Lie, qui mélange animaux et paysages dans de magnifiques compositions en double exposition. Je vous recommande aussi Wisdom, les superbes portraits en double exposition de Brandon Kidwell. Images © Andreas Lie / via

Related: