background preloader

Construire une culture numérique et participative dans une institution patrimoniale

Construire une culture numérique et participative dans une institution patrimoniale
Jeudi 16 octobre 2014, la Ville de Bordeaux m’a invité à intervenir lors de la journée « Culture et numérique », dans le cadre de la Semaine digitale. Voici la trame de mon intervention, qui m’offre l’occasion de livrer quelques pistes de réflexion autour du musée participatif, en m’efforçant de montrer comment construire une culture numérique et participative au sein du musée. Il manque quelques éléments qui rebondissaient sur les interventions précédentes, notamment en réponse à mon confrère Samuel Bausson autour des cultures du web et de leur adoption par les musées. Pour plus d’informations, consultez le livetweet avec les deux hashtags #SDBX4 et #culturnumbx14. Qu’est-ce la participation ? À quel moment commence la participation du visiteur ? Mais comme on dit : ça, c’était avant. Pour amener les visiteurs à participer… Il faut commencer par l’interne… Lorsque je suis arrivé au musée il a 2 ans et demi, il n’y avait pas de stratégie numérique globale. J'aime : J'aime chargement…

http://dasm.wordpress.com/2014/10/17/construire-une-culture-numerique-et-participative-dans-une-institution-patrimoniale/

Related:  utilisations intéressantesveilleusesdenuitPublics / Médiation

Animer une page Facebook: opération - Laissez parler les petits papiers - Comment animer une page Facebook quand on est une agence chargée du développement du tourisme d’un département français? Une initiative intéressante nous vient du côté de la page Facebook « A la conquête de l’Ardèche« , qui a récemment organisé une opération surfant sur la vague de « Laissez parler les petits papiers ». Ce concept, qui repose sur la construction de jeux de mots humoristiques, rencontre beaucoup de succès sur les réseaux sociaux.

Réflexions sur le numérique au musée Je reçois souvent des demandes d’étudiants en histoire de l’art, en muséologie, en communication, parfois même en marketing pour relire leur note d’intention ou leur mémoire – encore plus depuis que j’ai commencé à travailler pour le musée du quai Branly. Et tout comme des professionnels, des étudiants, des mentors m’ont aidé il n’y a pas si longtemps, je fais de mon mieux pour les aider. Aussi, j’ai pensé que le plus simple serait encore de rassembler quelques ressources qui me semblent fondamentales pour aborder le numérique au musée. C’est donc une approche très généraliste, non spécialisée que je propose ici. N’hésitez pas à en proposer d’autres en complément dans les commentaires.

Des monuments virtuels aux documents en ligne, quelle médiation numérique ? Photogramme du film “L’ancien château de Sceaux” diffusé au sein des collections permanentes du château de Sceaux. Restitution réalisée à partir des archives numérisées. Crédit AmaK pour CG92, 2009. Si ma thèse s’est consacrée à décrire les enjeux scientifiques, communicationnels ou encore médiatiques qui entourent l’édification de “monuments virtuels“, je poursuis actuellement mes recherches en questionnant plus globalement les politiques de numérisation des institutions culturelles (musées, archives, bibliothèque et centres de recherche) et, de façon plus pragmatique, les outils de diffusion, de partage et de médiation du savoir ainsi mis en place en fonction des publics (sites web, banques de données, applications, etc.). C’est donc dans ce contexte que j’entame tout juste un contrat post-doctoral d’un an à l’Université Bordeaux Montaigne intitulé “Mauriac en ligne“.

Twine Social, l'outil parfait pour votre Social Wall Je le fais très rarement, mais cette fois j’ai décidé de vous parler d’un outil que j’ai trouvé très pratique et extrêmement complet pour vos stratégies conversationnelles. En fait, cela fait un moment que je vois apparaître des Social Wall, sur des sites internet, dans les locaux de quelques entreprises, ou encore lors d’événements. Et, paradoxalement, il n’y a pas énormément d’entreprises qui proposent ce service ! Du coup, je vais vous en recommander une Social Wall: Pourquoi faire ? C’est un peu un des outils à la mode, qui permet de rassembler toute votre communauté à un endroit (virtuel bien sur).

Dawn Quill, mentor à l'ARTLAB + : les ados apprennent au musée Recommander cette page à un(e) ami(e) Compte Flickr du ARTLAB+ Série de rencontres avec des acteurs de la muséologie 2.0 dans des institutions muséales de Washington, notamment dans les musées nationaux de la Smithsonian Institution. Ces rencontres ont pour but de dresser un portrait actuel, sinon exhaustif, du travail qu'effectuent les responsables des projets numériques dans le développement, la gestion ou la production de ces projets de muséologie virtuelle. Portrait #5 : Dawn Quill et l'ARTLAB+, Hirshhorn Museum Dawn Quill est mentor (animatrice) à l'ARTLAB+, un atelier de formation et de création numérique destiné aux adolescents. Numérisation 3D des objets de collection - PARLONS SCIENCES Au Muséum de Toulouse, les deux squelettes humains de la sépulture de Téviec, exposés depuis 1936 dans les réserves, étaient entourés de questions non résolues sur leur sexe, âge, leur vie, les circonstances de leur mort... En 2010, le Muséum, le paléontologue José Braga et deux médecins légistes ont lancé une investigation autour de cette sépulture en utilisant des techniques de recherches innovantes comme l'imagerie numérique médicale en 3D. Ces scans associés à d'autres outils de diagnostics ont permis d'identifier que ces deux êtres humains étaient non pas un couple comme présumé mais deux femmes et qu'elles avaient été tuées de façon violente. Première photo : sépulture de Téviec, collection Muséum de Toulouse cc by-sa Rama, wikimedia, Seconde et troisième photo : Préparation de la tomographie médicale. Cette technique, restitue le volume complet de l'ensemble du squelette. Image par Vizua3D

N'emmenez pas vos enfants au musée, ça ne sert à rien En plein mois d'août, alors que les parents cherchent à occuper leurs petits, un artiste britannique s'exclame qu'emmener un enfant dans un musée d'art est une perte de temps. D'où une petite polémique, tout à fait de saison. Initier votre marmaille aux merveilles de l'art contemporain, est-ce une bonne idée ? Certainement pas, si on en croit l'artiste britannique Jake Chapman, "qui juge 'arrogants' les parents qui pensent que leurs enfants peuvent comprendre des artistes aussi complexes que Jackson Pollock et Mark Rothko", relate The Independent. Pour Chapman, imaginer qu'un enfant peut comprendre ces œuvres revient à estimer que, parce qu'elles sont abstraites, simplifiées ou qu'elles relèvent de l'imaginaire, ces œuvres sont comparables à des dessins d'enfant.

Facebook et Twitter comme outils de « médiation numérique » L’expression « médiation numérique » semble de plus en plus populaire, alors que les professionnels des musées se forment au numérique. Je ne suis pas fan de ce terme : l’ajout de l’adjectif « numérique » au nom « médiation » sous-entend que cette pratique aurait une nature fondamentalement différente d’une médiation non numérique. À mon sens, il n’y a qu’une seule médiation, la médiation culturelle, héritée de plus de trente ans de réflexion en muséologie, à la fois par les professionnels des musées et dans diverses champs de la recherche en sciences humaines, parmi lesquels la sociologie, l’esthétique et les sciences de l’art. Ces pratiques ont pour objet la transmission d’un message aux visiteurs, pour leur permettre d’appréhender des éléments qui ne sont pas immédiatement explicites à propos des œuvres, des objets ou des concepts exposés. Sur Facebook : s’appuyer sur la vie quotidienne de nos visiteurs Vivre la neige à travers les collections Asie et Amériques

[Visite CLIC] 3 nouveaux outils numériques viennent enrichir la médiation et faciliter la découverte de la collection du musée des arts décoratifs Après avoir procédé à la numérisation d’une partie importante de sa collection, le musée des arts décoratifs propose 3 nouveaux outils numériques destinés à enrichir la médiation dans les salles et à encourager la découverte de sa riche collection. Des développements numériques rendus possibles par le soutien financier de la Fondation Bettencourt Schueller, fidèle mécène de l’institution. Les trois nouveaux outils développés sont :. des cartels numériques déployés dans les Period Rooms du musée. une installation interactive et immersive «Pimp my room» qui permet aux visiteurs de personnaliser la salle Majorelle tout en explorant la collection du musée, née dans le cadre de museomix#3. une expérience de réalité virtuelle (sur Hololens) intégrant des objets de la collection. Le soutien de la Fondation Bettencourt Schueller

5 idées à puiser dans le CM Twitter de Tropicana Il fait beau, c’est l’été, alors c’est décidé, aujourd’hui dans notre série “cas d’écoles”, nous vous proposons la marque de jus de fruits Tropicana. Nous vous avions déjà présenté différents exemples de community management sur Facebook avec Granola ou même Tic Tac France. Mais cette fois-ci, nous allons nous concentrer sur un exemple dédié à Twitter. Naturellement Tropicana réalise une excellente communication aussi sur Facebook, mais c’était surtout l’occasion d’apporter de nouveaux éléments d’inspiration. La marque Tropicana répond d’ailleurs sans trop de problèmes aux codes de communication qui sont spécifiques à la plateforme de micro-blogging : habillage graphique, utilisations de hashtag (sans abus : 3 au grand maximum)…

Le Grand Palais raconte sa Grande Guerre avec le blog de Gabrielle Du 15 octobre au 15 décembre 2014, la Réunion des musées nationaux – Grand Palais donne la parole à Gabrielle, infirmière au sein de l’hôpital qu’accueillit le Grand Palais durant la Première Guerre Mondiale sur son blog imaginaire laviedegabrielle.tumblr.com. «Je t’ai dit que le Grand Palais est devenu un hôpital; le journal annonce que l’on a besoin de bénévoles et d’infirmières. Cela me tente : les enfants peuvent rentrer seuls de l’école et je veux faire moi aussi quelque chose pour notre pays.» samedi 3 octobre 1914 C’est ainsi que commence l’aventure de Gabrielle, infirmière fictive au Grand Palais durant la Première Guerre Mondiale. Témoin d’un chapitre méconnu de l’histoire de ce monument parisien, Gabrielle livrera pendant deux mois, dans son journal intime et à travers sa correspondance avec son époux au front, sa vision subjective de la vie au VG7 – Val de Grâce 7 – nouvelle identité du Grand Palais durant quatre ans.

Related: