background preloader

Le lien entre benzodiazépines et maladie d'Alzheimer est confirmé

Le lien entre benzodiazépines et maladie d'Alzheimer est confirmé
Qu'est-ce que les benzodiazépines ? Les benzodiazépines sont une classe de médicaments psychotropes, c'est-à-dire qui agissent sur le système nerveux central (cerveau et moelle épinière) en modifiant certains processus chimiques naturels (physiologiques), ce qui entraîne des modifications de la conscience, de l'humeur, de la perception et du comportement. Les benzodiazépines ont des propriétés anxiolytiques (contre l'anxiété), myorelaxantes (décontractant musculaire), hypnotiques (provoquant le sommeil), antiépileptiques (contre l'épilepsie) et amnésiantes (provoquant des troubles de la mémoire). Ils sont couramment utilisés dans le traitement de troubles tels que l'anxiété, les spasmes, l'insomnie, les convulsions, l'agitation ou lors d'un sevrage alcoolique. En quoi l'usage prolongé des benzodiazépines est-il dangereux ? La maladie d'Alzheimer, maladie neurodégérative par excellence, touche près de 900 000 Français. Source : Inserm Lire également : - Tout sur la maladie d'Alzheimer Related:  Médicaments Dangereux

GARDASIL Intérêt ? Risques ? Dangers ? Retour sur le vaccin contre le virus HPV à l’occasion d’une plainte récente. Comment fonctionnent les vaccins ? Pour comprendre les enjeux des vaccinations, quelques notions de base sont indispensables. La vaccination tente d’alerter notre système immunitaire vis-à-vis d’un agent infectieux, afin de nous faire développer des anticorps qui préviendront une infection future. La première stratégie a consisté à "torturer" et à affaiblir suffisamment le germe de la maladie pour obtenir un mutant incapable de provoquer une maladie grave, mais suffisamment infectant pour déclencher la réponse immunitaire. Une vaccination est donc une sorte d’avertissement sans frais ! Ces techniques anciennes et efficaces exposent malheureusement à des risques : mutation inverse qui rend de nouveau le virus vaccinal dangereux (ancien vaccin polio buvable) ou infection vaccinale grave malgré l’atténuation du bacille (BCG). La pratique actuelle a donc changé depuis un vingtaine d’années. Pour en savoir plus

Réactions paradoxales sous benzodiazépines : une interview du Dr Girard Avant toute chose et conformément à la loi (Art. L.4113-13 du Code de la santé publique), il importe que vos lecteurs soient informés de mes conflits d’intérêts, à savoir que comme consultant, j’ai travaillé avec des fabricants de psychotropes, et tout particulièrement sur les « réactions paradoxales » ; la conséquence bénéfique de cet état de fait, c’est que j’ai pu consacrer beaucoup de temps à ces problèmes, avec un accès quasi illimité à la documentation disponible, incluant de nombreuses pièces d’accès non public (données internes de pharmacovigilance, par exemple). Quelques mots de définition, d’abord : est « paradoxale » une réaction qui, comme son nom l’indique, va en sens inverse de l’effet qu’on recherchait en prescrivant le médicament. Sur ce seul exemple, on comprend tout de suite que le problème n’est pas seulement une question de dose, et on aperçoit du même coup la question du « terrain » – ou, plus spécifiquement en l’espèce, de la personnalité. Questions

Actifed, Nurofen, Humex… : les médicaments contre le rhume dangereux pour la santé - 28/11/2012 - LaDépêche Le service de pharmacologie du CHU de Toulouse vient de publier dans son bulletin d’information Bip31.fr une mise en garde contre les médicaments anti-rhume. Ces derniers seraient dangereux pour le système cardio-vasculaire. Actifed Rhume, Nurofen Rhume, Dolirhume, Humex Rhume… Chaque hiver, les pharmacies proposent une large gamme de médicaments anti-rhume en vente libre. Augmentation du risque d’infarctus et d’AVC Vendus sans ordonnance et le plus souvent utilisés par voie orale, ces médicaments contiennent de la pseudoéphédrine, à effet vasoconstricteur. L’usage du sérum physiologique préconisé Le docteur Emmanuelle Bondon-Guitton (Toulouse), auteur du bulletin, regrette que la publicité grand public soit autorisée pour la plupart de ces produits utilisés par voie orale. « En réalité, il faut éviter ces médicaments dont le risque est inacceptable au vu de la pathologie et préconiser plutôt l'utilisation du sérum physiologique » a-t-elle commenté.

Plusieurs médicaments courants à haute dose accroîtraient le risque de démence Plusieurs médicaments couramment utilisés pourraient accroître le risque de démence, y compris de la maladie d’Alzheimer, chez les personnes âgées qui en prennent à des doses élevées ou pendant des périodes prolongées, selon une étude publiée lundi aux États-Unis. Tous ces médicaments contiennent une substance, appelée anticholinergique, qui trouble la communication entre les neurones et perturbe la mémoire, l’apprentissage et l’activité musculaire, précisent les auteurs. Leur étude, conduite avec un groupe de près de 3500 personnes de 65 ans et plus, est publiée dans le Journal of the American Medical Association, Internal Medicine. Un grand nombre de personnes âgées prennent ces traitements, dont certains sont vendus sans ordonnance comme le Benadryl, contre les allergies. Il s’agit de la première étude à établir un lien entre une dose donnée de ces médicaments anticholinergiques et l’accroissement du risque de développer de la démence.

Meurtres sous benzodiazépines? Le miroir meurtrier d'Isabelle Servier " Le ministère public a requis hier, après deux jours d'audience, «une peine mesurée et curative» à l'encontre d'Isabelle Servier. Le président de la cour d'assises voudrait que l'histoire soit racontée «dans l'ordre». Elle a 53 ans aujourd'hui, un corps grossi et un visage marqué. «Je n'ai jamais vu un être aussi doux, aussi pacifique et aussi calme : son destin est absolument étonnant», dit pourtant de sa troisième fille Jacques Servier, le fondateur et président du laboratoire du même nom. «Ils étaient inséparables», confirment à tour de rôle Emmanuelle et Marianne. Ce couple soudé fonctionnait en miroir, «chacun étant le support de l'autre et le malade de l'autre, à tour de rôle», a souligné un des nombreux psychiatres entendus par la cour. Un article de Delphine Chayet. Cela est fort intéressant; il s'agit de la fille Servier, du labo qui a commercialisé le Médiator.

Médicaments dangereux : la liste des 77 publiée par l’Afssaps Lors d’une conférence de presse cet après-midi, le Professeur Didier Houssin, Directeur général de la Santé, et Fabienne Bartoli, adjointe du directeur de l’Afssaps, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, ont rendu publique la liste des 77 médicaments « sous surveillance ». Une première liste de 59 médicaments avait déjà été révélée mi-janvier, la liste des 77 est complétée de 12 familles de médicaments également surveillées. Une procédure réclamée par le gouvernement suite au scandale du Mediator, médicament prescrit aux personnes diabétiques qui aurait été à la source de graves problèmes cardiaques et pulmonaires, et causé plus de 500 décès en France. Ce matin l’Afssaps a annoncé le retrait prochain de la vente du Buflomédil, médicament vasodilatateur, et de Nizoral, un anti-mycoses. « L’Afssaps souligne que cette liste ne doit pas provoquer l’arrêt d’un traitement quel qu’il soit sans la consultation de son pharmacien et/ou médecin. »

Le traitement hormonal de la ménopause accroît le risque de cancer Le traitement hormonal de la ménopause (THM) comporte un risque accru de cancer de l’ovaire, même lorsqu’il n’est prescrit que pendant quelques années, selon une étude publiée vendredi dans la revue médicale britannique The Lancet. Alors que le lien avec le cancer du sein est connu depuis plus d’une dizaine d’années, des chercheurs britanniques ont passé en revue quelque 52 études épidémiologiques portant sur un total de 21 488 femmes américaines, européennes et australiennes ayant développé des cancers de l’ovaire. Ils ont montré que celles qui avaient reçu des THM avaient un risque globalement augmenté de 40% d’avoir un cancer de l’ovaire que les femmes n’ayant jamais reçu de tels traitements. «Pour les femmes qui prennent un THM pendant 5 ans à partir de l’âge de 50 ans, cela signifie un cancer supplémentaire pour 1 000 utilisatrices et un décès par cancer de l’ovaire pour 1 700 utilisatrices», estime le Pr Richard Peto de l’Université d’Oxford, l’un des co-auteurs de l’étude.

Comment elles agissent sur le cerveau Les benzodiazépines Les benzodiazépines comme le diazépam (Valium) ou le clonazépam (Rivotril) sont des anxiolytiques qui peuvent aussi avoir des effets hypnotiques ou amnésiants. Comme l’alcool, ils augmentent l’efficacité des synapses au neurotransmetteur GABA en agissant sur ses récepteurs. Le récepteur GABA est en réalité un complexe macromoléculaire qui, en plus des sites de fixation du GABA, comporte des sites de fixation pour d’autres molécules comme les benzodiazépines qui vont moduler son activité. En se liant à une sous-unité spécifique du récepteur GABA, les benzodiazepines ne stimulent pas directement le récepteur mais le rend plus efficace. En effet, il augmente la fréquence d’ouverture du canal chlore lorsque le GABA se fixe à son récepteur (voir l’animation). C’est à une autre sous-unité du récepteur GABA que se lient les barbituriques pour produire des effets semblables. Liens généraux sur les benzodiazépines:

VIDAL L'information de référence sur les produits de santé

Related: