background preloader

Le lien entre benzodiazépines et maladie d'Alzheimer est confirmé

Le lien entre benzodiazépines et maladie d'Alzheimer est confirmé
Qu'est-ce que les benzodiazépines ? Les benzodiazépines sont une classe de médicaments psychotropes, c'est-à-dire qui agissent sur le système nerveux central (cerveau et moelle épinière) en modifiant certains processus chimiques naturels (physiologiques), ce qui entraîne des modifications de la conscience, de l'humeur, de la perception et du comportement. Les benzodiazépines ont des propriétés anxiolytiques (contre l'anxiété), myorelaxantes (décontractant musculaire), hypnotiques (provoquant le sommeil), antiépileptiques (contre l'épilepsie) et amnésiantes (provoquant des troubles de la mémoire). Ils sont couramment utilisés dans le traitement de troubles tels que l'anxiété, les spasmes, l'insomnie, les convulsions, l'agitation ou lors d'un sevrage alcoolique. En quoi l'usage prolongé des benzodiazépines est-il dangereux ? La maladie d'Alzheimer, maladie neurodégérative par excellence, touche près de 900 000 Français. Source : Inserm Lire également : - Tout sur la maladie d'Alzheimer

Benzodiazépines : des médicaments qui rétrécissent le cerveau... depuis 30 ans ! Array. Array. Benzodiazépines : des médicaments qui rétrécissent le cerveau... depuis 30 ans ! En 1982, le gouvernement britannique apprenait que les benzodiazépines (dérivés du valium : Xanax, Lexomil, Lysanxia, Myolastan...) pouvaient provoquer des troubles neurologiques graves. 30 ans plus tard... les médecins continuent de distribuer les pilules comme des Smarties ! The Independent on Sunday vient de lâcher une bombe. La bourse ou l'avis Aucun test "officiel" de toxicité neurologique à long terme n'a jamais été réalisé sur ces médicaments (Xanax, Lexomil, Lysanxia, Myolastan...) vendus à des dizaines de millions d'exemplaires, censés lutter contre l'anxiété, le stress, l'insomnie et les spasmes musculaires. La camelotte qui ramolit le cerveau En 1995, Heather Ashton, professeur émérite de psychopharmacologie clinique, a elle aussi fait une proposition à la MRC pour étudier le lien entre la consommation de "benzos" et les dommages permanents induits sur le cerveau. "Enorme scandale"

Actifed, Nurofen, Humex… : les médicaments contre le rhume dangereux pour la santé - 28/11/2012 - LaDépêche Le service de pharmacologie du CHU de Toulouse vient de publier dans son bulletin d’information Bip31.fr une mise en garde contre les médicaments anti-rhume. Ces derniers seraient dangereux pour le système cardio-vasculaire. Actifed Rhume, Nurofen Rhume, Dolirhume, Humex Rhume… Chaque hiver, les pharmacies proposent une large gamme de médicaments anti-rhume en vente libre. Augmentation du risque d’infarctus et d’AVC Vendus sans ordonnance et le plus souvent utilisés par voie orale, ces médicaments contiennent de la pseudoéphédrine, à effet vasoconstricteur. L’usage du sérum physiologique préconisé Le docteur Emmanuelle Bondon-Guitton (Toulouse), auteur du bulletin, regrette que la publicité grand public soit autorisée pour la plupart de ces produits utilisés par voie orale. « En réalité, il faut éviter ces médicaments dont le risque est inacceptable au vu de la pathologie et préconiser plutôt l'utilisation du sérum physiologique » a-t-elle commenté.

Xanax, Lexomil, Lysanxia, Valium, lorazépam, Myolastan, ces médicaments qui rétrécissent le cerveau En 1982, le gouvernement britannique apprenait que les benzodiazépines (dérivés du valium : Xanax, Lexomil, Lysanxia, Myolastan…) pouvaient provoquer des troubles neurologiques graves. 30 ans plus tard… les médecins continuent de distribuer les pilules comme des Smarties ! The Independent on Sunday a lâché une bombe. Le canard britannique s’est procuré des documents confidentiels plutôt gênants. En 1981, suite aux trouvailles du professeur (aujourd’hui émérite) Malcolm Lader, chercheur de renom dans le domaine de la psychiatrie, le Medical Research Council (MRC, institut gouvernemental) avait organisé un brainstorming scientifique pour évoquer le rétrécissement du cerveau survenu chez certains patients gobant des benzodiazépines. La bourse ou l’avis La camelotte qui ramolit le cerveau « Enorme scandale« Descente aux enfers Valerie Bell a fait une attaque de panique, en 1984. « Nous avions deux magasins de fleurs dans l’Essex, avec mon mari. Les mots ont un sens

Médicaments dangereux : la liste des 77 publiée par l’Afssaps Lors d’une conférence de presse cet après-midi, le Professeur Didier Houssin, Directeur général de la Santé, et Fabienne Bartoli, adjointe du directeur de l’Afssaps, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, ont rendu publique la liste des 77 médicaments « sous surveillance ». Une première liste de 59 médicaments avait déjà été révélée mi-janvier, la liste des 77 est complétée de 12 familles de médicaments également surveillées. Une procédure réclamée par le gouvernement suite au scandale du Mediator, médicament prescrit aux personnes diabétiques qui aurait été à la source de graves problèmes cardiaques et pulmonaires, et causé plus de 500 décès en France. Ce matin l’Afssaps a annoncé le retrait prochain de la vente du Buflomédil, médicament vasodilatateur, et de Nizoral, un anti-mycoses. « L’Afssaps souligne que cette liste ne doit pas provoquer l’arrêt d’un traitement quel qu’il soit sans la consultation de son pharmacien et/ou médecin. »

Benzodiazépines et explosion de démences Sans intérêtIntérêt faibleIntérêt moyenIntéressantTrès intéressant aucun avis rédigé le 15 avril 2014 à 17h14 Michel Dogna Mme Lioudmila L. Référent thématique Benzodiazépines et explosion de démences La classe des benzodiazépines, est le grand classique de l'insomnie et de l'anxiété. Bernard Bégaud, professeur en pharmacologie à l'université de Bordeaux, qui dirige le département de pharmacovigilance, et le professeur Jean-François Dartigues, neurologue, également à Bordeaux confirment ce risque par une étude en estimant que ce sont par an en France de 16 000 à 31 000 malades supplémentaires qui sont atteints d'Alzheimer ; et ce chiffre augmente régulièrement? Faut-il y voir une conséquence de la prise régulière de benzodiazépines ? Finalement, le résultat statistique est le suivant : un consommateur régulier de benzodiazépines a un risque 50% plus élevé de présenter une démence de type Alzheimer dans les quinze ans qui suivent qu'une personne qui n'en consomme pas. Bienvenue !

VIDAL L'information de référence sur les produits de santé Le lien entre benzodiazépines et maladie d'Alzheimer est confirmé Qu'est-ce que les benzodiazépines ? Les benzodiazépines sont une classe de médicaments psychotropes, c'est-à-dire qui agissent sur le système nerveux central (cerveau et moelle épinière) en modifiant certains processus chimiques naturels (physiologiques), ce qui entraîne des modifications de la conscience, de l'humeur, de la perception et du comportement. Les benzodiazépines ont des propriétés anxiolytiques (contre l'anxiété), myorelaxantes (décontractant musculaire), hypnotiques (provoquant le sommeil), antiépileptiques (contre l'épilepsie) et amnésiantes (provoquant des troubles de la mémoire). Ils sont couramment utilisés dans le traitement de troubles tels que l'anxiété, les spasmes, l'insomnie, les convulsions, l'agitation ou lors d'un sevrage alcoolique. En quoi l'usage prolongé des benzodiazépines est-il dangereux ? La maladie d'Alzheimer, maladie neurodégérative par excellence, touche près de 900 000 Français. Source : Inserm Lire également : - Tout sur la maladie d'Alzheimer

Benzodiazépines : rappel sur le syndrome de sevrage, l’effet rebond et la rechute - Ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes - www.sante.gouv.fr → Chez le patient âgé, lorsque l’arrêt n’est pas progressif et suivi, le syndrome de sevrage est sous-diagnostiqué, car les symptômes sont mis sur le compte de l’âge ou d’autres maladies associées. Prévention du syndrome de sevrage La sévérité et la durée du syndrome de sevrage varient en fonction du patient, du type de BZD et de la vitesse de décroissance de la posologie. Les facteurs pronostiques suivants sont associés à la sévérité du syndrome de sevrage : rapidité de la diminution posologique ; posologie élevée de BZD ; demi-vie courte d’élimination du médicament ; existence d’une anxiété importante au début de l’arrêt progressif ; existence d’une dépression associée ; surconsommation régulière d’alcool ( 3 verres/jour pour les hommes et 2 verres/jour pour les femmes) ou d’autres substances psychoactives. L’arrêt des benzodiazépines L’arrêt doit être progressif. En bref : Pour en savoir plus : Haute autorité de santé : Caisse nationale d’Assurance maladie (CNAMTS) :

Benzodiazepines Benzodiazépines Benzos - Lib - Libs - Blues - Drunk pill - Ludes - Luds - Vals - V's blues - V - Jellies - Softballs - Soft eggs - Wobbly eggs Pharmacologie Agonistes du récepteur GABA A : augmentent la fréquence d'ouverture du canal chlore. Potentiel de dépendance La dépendance psychique est en général modérée, mais est variable selon les benzodiazépines. Syndrome de sevrage Tout arrêt de benzodiazépine même prise à posologie normale peut être suivie d'un syndrome de sevrage. 1/3 des utilisateurs chroniques de BZD développe un syndrome de sevrage. Céphalées, douleurs et faiblesse musculaires, rebond d'anxiété prononcé, cauchemars ou rebond d'insomnie (facteur important de reprise de la consommation), irritabilité, agitation, tremblements, anorexie, nausées, sueurs, diarrhée. Peut survenir lors de la substitution d'une BZD à demi-vie longue par une BZD à demi-vie plus courte ou lors de l'administration de flumazénil (antagoniste des BZD utilisé lors des surdosages). Tolérance Risques Immédiats

Related: