background preloader

VIDEO. Le bras artificiel contrôlé par la pensée... deux ans après

VIDEO. Le bras artificiel contrôlé par la pensée... deux ans après
En janvier 2013, un Suédois amputé du bras droit a été la première personne a bénéficier d'une prothèse d'un genre bien particulier : celle-ci se greffe directement sur l'os et est connectée à ses nerfs et muscles, de façon à être contrôlée par la pensée. Une technique appelée "ostéo-intégration". Près de deux ans plus tard, cette prouesse technique fait l'objet d'une publication de suivi parue le 8 octobre dans la revue Science Translational Medicine, qui met à disposition deux vidéos surprenantes montrant le potentiel du dispositif. Comment vit le patient avec sa prothèse ? Cette première réalisée par l'équipe chirurgicale de Rickard Brånemark, de l'hôpital universitaire Sahlgrenska à Göteborg (Suède) semble bien être un succès. Un pas immense vers "l'homme bionique" Comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessus, le membre artificiel peut être "contrôlé" comme s'il s'agissait d'un vrai. Une union intime entre le corps et la machine

Les Français sont-ils prêts à repousser les limites biologiques Une majorité de Français (60 %) sont favorables aux prothèses robotisées pour le corps, mais 85 % désapprouvent la greffe de composants électroniques dans le cerveau, selon une enquête publiée mardi 14 octobre par le quotidien La Croix. 85 % des personnes s'opposent à l'idée de greffer des composants électroniques sur le cerveau PROGRÈS. Pour 62 % "les limites humaines seront continuellement repoussées", tandis que 37 % estiment qu'"on arrive progressivement aux limites humaines", selon cette enquête du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Crédoc). Parmi les personnes interrogées, 58 % pensent que les progrès de la médecine doivent aider à améliorer les capacités physiques et mentales d'une personne en bonne santé. CERVEAU. En revanche, ils sont 85 % à s'opposer à l'idée de greffer des composants électroniques sur le cerveau humain pour améliorer ses performances, contre seulement 14 % qui y sont favorables. SONDAGE.

La prothèse de bras contrôlée par la pensée utilisée au quotidien Ce Suédois est la première personne à utiliser au quotidien une prothèse contrôlée par la pensée. Il y a bientôt deux ans, une équipe de l’université Chalmers lui a implanté une tige en titane qui sert de support à la prothèse, ainsi qu’une interface neuromusculaire. Chauffeur poids lourd de profession, cet homme mène une vie quasi normale. © Ortiz-Catalan/Chalmers University of Technology La prothèse de bras contrôlée par la pensée utilisée au quotidien - 2 Photos Il y a deux ans, Futura-Sciences relatait le projet d’une prothèse de bras contrôlée par la pensée via une interface neuromusculaire et complètement intégrée grâce à un implant en titane greffé sur l’os. L’homme qui participe à cette expérimentation est un Suédois qui a été amputé du bras droit il y a dix ans. L’interface de connexion de la prothèse implantée par ostéointégration ainsi que la technologie de contrôle neuromusculaire assurent un usage bien plus naturel. Sur le même sujet

Une main robotique gagne à tous les coups à pierre-feuille-ciseaux Une main robotique gagne à tous les coups à pierre-feuille-ciseaux Développée à l’Université de Tokyo depuis quelque temps, cette nouvelle itération de leur main mécanique s’avère être tout simplement imbattable au célèbre jeu pierre-feuille-ciseaux. Bien que sa première version fût déjà capable de détecter en un temps-record le signe que vous alliez lui présenter (ceci grâce à divers capteurs d’images), ses servomoteurs ne lui permettaient pas en revanche de positionner ses doigts suffisamment rapidement pour remporter la manche. Source

Main bionique et lecteur code-barres, les nouvelles technologies luttent contre le handicap Entrepreneurs, associations et grandes entreprises mobilisés autour des questions de handicap se sont retrouvés jeudi 9 et vendredi 10 octobre à Paris à l’occasion du « Tour des solutions » du Mouves. Sur scène, quand Nicolas Huchet s’empare du micro, personne ne s’aperçoit de rien. Et pourtant, la main droite qui empoigne naturellement l’objet est une main robot, que le mécanicien de 30 ans a conçue et fabriquée lui-même. Le jeune Breton présente son projet devant la soixantaine de responsables associatifs, entrepreneurs sociaux et représentants de grandes entreprises réunis au siège parisien de l’association Aurore dans le cadre du « Tour des solutions », organisé par le Mouvement des entrepreneurs sociaux (Mouves). =>Bionicohand, une main bionique pour moins de 1 000 € À l’âge de 18 ans, le jeune homme est amputé de l’avant-bras après un accident de travail. Pour cela, le Breton pousse la porte du Lab Fab (Laboratoire de fabrication) de Rennes.

Les personnes handicapées vont pouvoir remplacer leur main perdue grâce à cette prothèse au prix très abordable Une jeune entreprise italienne a développé une prothèse de main à bas coût en utilisant l’impression 3D. Son but étant qu’un plus grand nombre de personnes amputées puissent profiter d’un produit fini plus facilement. DGS vous présente cette invention ingénieuse et altruiste. Le domaine des prothèses se développe de plus en plus ! Cette jeune entreprise a développé une prothèse de main bionique contrôlée par la contraction des muscles via des électrodes. De toute évidence, cette main bionique ne dispose pas de toutes les fonctionnalités que proposent les modèles qui valent beaucoup plus cher. Faire appel à l’impression 3D pour concevoir une prothèse est une ingénieuse idée, cela nous montre à quel point les progrès dans ce domaine sont importants !

LifeHand 2 : une prothèse de main connectée au système nerveux avec le sens du toucher Et si l’on pouvait enfin redonner le sens du toucher à une personne amputée d’un bras grâce à une prothèse de main de nouvelle génération ? C’est l’ambition de la prothèse LifeHand2 et du projet ad-hoc du Campus Bio-Medico de l’université de Rome, avec un financement du ministère italien de la santé. Le principe de cette main artificielle est non seulement de proposer ce qui se fait de mieux en matière de prothèse de main, mais également de la connecter au système nerveux de la personne qui la porte afin de lui donner la possibilité de saisir et de manipuler un objet plus finement, tout en ressentant la forme, la température et la résistance de l’objet ainsi touché par la prothèse. Cette prothèse a été implantée et testée au cours d’un projet de recherche nommé NEMESIS (NEurocontrolled MEchatronic Hand ProstheSIS). Plus d’informations sur

La CROIX : Main bionique et lecteur code-barres, les nouvelles technologies luttent contre le handicap Marie-Laure Martin co-fondrice d’ETICODE et Nicolas Huchet Fondateur de BIONICOHAND Lors du Tour des solutions Île-de-France, et de sa matinée « Handicap : Parlons solutions », La Croix a rédigé un article sur la façon dont les nouvelles technologies pouvaient faciliter la vie des personnes handicapées. Il dresse le portrait de deux entreprises sociales technologiquement innovantes: ETICODE utilise les codes-barres des produits au service des malvoyants. Le principe : scanner les codes-barres pour donner les informations sur les produits aux utilisateurs via une voix de synthèse.BIONICOHAND : Une main bionique pour moins de 1000€ … C’est la réussite de Nicolas Huchet, qui amputé à l’âge de 18 ans, décide de créer sa propre prothèse aidé par le Fablab de Rennes, des technologies « Open Source » et des imprimantes 3D… Accédez à l’intégralité de l’article

Ma nouvelle main bionique - Réseau Nouvelles Technologies (APF) Par ergotic dans Robotique le 18 Septembre 2014 à 10:42 France 4 a diffusé le lundi 15 septembre, un documentaire retraçant le parcours de Fabrice Barès, premier Français à être appareillé d’une prothèse bionique. (prothèse bebionic, )Ci dessous, la bande annonce de ce reportage, consultable encore 4 jours en replay sur France Tv Pluz : L'émission : Fabrice Bares, amputé de la main droite à l'âge de 4 ans, va bientôt porter une prothèse bionique à 40 ans. Source : Faire Face (APF)

#Avignon : Oeil du Sabre et main bionique Tout le monde le connaît dans la cité papale. Fabrice Barès, photographe toujours fourmillant de projets, fait partie de ces Avignonnais que l’on rencontre tous les jours, aux Halles, au café, au détour d’une rue, dans une antre culturelle... Bref, dans tous les lieux incontournables de notre ville. Il est partout car il a l’oeil, celui de l’artiste, celui du sabre, son acronyme devenu nom de sa galerie. On le remarque aussi, car jusqu’à présent Fabrice ne prenait ses clichés qu’avec une seule main. Lundi 15 septembre sur France 4 « Ma nouvelle main bionique » réalisé par Marc Garmirian sera diffusé sur France 4 lundi 15 septembre à 23h25. Depuis quelques semaines, il peut à nouveau se servir de ses deux bras grâce à une main bionique, une prothèse intuitive et de haute technologie dotée de capteurs et de cinq moteurs pouvant porter jusqu’à 45 kg et faire 14 mouvements différents. « J’ai eu l’idée de cette main bionique en regardant avec un ami L’Empire contre-attaque. Maud Fontanel

Quand la chirurgie des mains multiplie les prouesses Saisir à nouveau des objets, les manipuler sans les casser… Les progrès dans le domaine des prothèses de mains robotisées se sont multipliés ces derniers mois. Un patient danois a même pu recouvrer le sens du toucher et faire la différence, les yeux fermés, entre une balle de tennis et une orange. Développées dans la dernière décennie, les prothèses myoélectriques, fabriquées par trois sociétés européennes (Touch Bionic et RSL Stepper au Royaume-Uni, Ottobock en Allemagne), sont les plus répandues. Ces appareils comportent sur la face interne de l’emboîture des capteurs en contact direct avec la peau. Les prothèses sont commandées par la contraction volontaire de muscles du moignon, le membre étant amputé entre la partie moyenne de l’avant-bras et le poignet", explique le Dr Colin de Cheveigne, chirurgien de la main à la clinique de l’Union, près de Toulouse. Avec deux capteurs, les patients sont très satisfaits. La pression peut varier pour serrer un objet sans l’abîmer

Un bras bionique révolutionnaire rend la sensation du toucher à un homme amputé Un Américain a pu retrouver le sens du toucher, quatre ans après avoir été amputé de la main droite. Tout ceci grâce à un bras bionique révolutionnaire connecté à des électrodes implantées dans le bras de l'homme. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter Retrouver le sens du toucher après avoir perdu sa main, c'est désormais possible. Mais mieux encore, elles peuvent aujourd'hui être contrôlées par la pensée et restaurer la sensation du toucher. Des capteurs pour sentir les objets C'est cette invention qu'un Américain, Igor Spetic âgé de 48 ans a eu la chance de tester. Ainsi, il devait faire très attention en tenant des objets et surveiller avec ses yeux s'il ne les serrait pas trop fort. En utilisant un ordinateur, les scientifiques ont alors envoyé différentes stimulations électriques aux nerfs et ont observé comment le cerveau les interprétait comme des sensations différentes. Résultats prometteurs Une technologie qui va encore s'améliorer

Related: