background preloader

Pourquoi la «neige noire» du Groenland doit nous alarmer

Pourquoi la «neige noire» du Groenland doit nous alarmer
Ce qui s'est passé dans la région cet été inquiète au plus haut point Jason Box, spécialiste de la glace et activiste climatique. Jason Box est un chercheur spécialiste de la glace. C'est pourquoi ce qui s'est produit cette année l'inquiète au plus haut point. Il revient tout juste d'un séjour au Groenland. La glace sombre contribue au recul des glaciers. Le manteau neigeux du Groenland est recouvert de crevasses qui s'entrecroisent et laissent s'écouler l'eau de fonte très profondément sous la glace. La calotte glaciaire du Groenland n’a jamais été aussi noire que cette année. Jason Box et son équipe tentent de déterminer les facteurs qui ont rendu si inhabituelle cette saison de fonte. Jason Box plante des drapeaux noirs –couleur de circonstance– sur les sites qu'il a étudiés. Baptisé «Dark Snow» («Neige noire»), le projet de Jason Box est la première expédition scientifique à bénéficier d'un financement participatif. «J'en suis resté abasourdi, vraiment», m'a-t-il confié. Eric Holthaus

Une pénurie de café se profile dans le monde / Monde La demande excède l’offre à mesure que le réchauffement climatique affecte les régions productrices de café. La consommation mondiale de café augmente, et le produit continue de gagner en popularité. Mais le monde est en train de faire face à une pénurie d’offre, avec les climats extrêmes et les parasites qui affectent les plantes. (c) BCA La consommation mondiale de café augmente, et le produit continue de gagner en popularité. L ’impact actuel et potentiel du changement climatique sur la filière café. Si les températures augmentent de 2 à 2,5 degrés d’ici 2020, le GIEC, le panel intergouvernemental sur le changement climatique, estime que la production de café pourrait chuter d’un tiers, et que les profits des producteurs pourraient passer de 200 à 20 dollars par demi-hectare. Le café, et en particulier l’arabica, s’avère une culture très dépendante du climat : les graines poussent dans une fourchette de températures restreinte, entre 19 et 25°C.

Réchauffement climatique et dégel du permafrost : la plus grave menace de l'humanité Illustration de fissures dans le permafrost, un sol gelé pendant plus de deux ans consécutifs (Wikimedia Commons/Brocken Inaglory) L’effet de serre a déjà élevé la température de la Terre de presque un degré et nous en voyons les conséquences. Aujourd’hui, les glaces d’Arctique, du Groenland et d’Antarctique fondent vite. Le WWF rapporte que la moitié d’espèces d’animaux vertébrés a déjà disparu. La spécialiste climat de la Banque mondiale déclarait récemment que moins d’aliments ont pu être cultivés sur la Terre en 2013, et qu’il y en aura de moins en moins ces prochaines décennies. Les accords internationaux pourraient mener à une réduction d’émissions de gaz à effet de serre qui limiterait le réchauffement à deux degrés. Le permafrost est une bombe à retardement Le permafrost, terres gelées du grand Nord, est parfois appelé une bombe à retardement. Dans le permafrost sont congelés des restes de plantes et d’animaux anciens, y compris des dépouilles de mammouth.

Au Japon, les cerfs sont au coeur d'un étrange phénomène. Vous n'allez pas en revenir Un troupeau de cerfs Sika s'est installé sur les trottoirs de la ville de Nara au Japon. Des dizaines d'animaux sont allongés ou se promènent tranquillement au bord de la route, se mélangeant à la population. Un phénomène incroyable ! Pour vous, cette scène est surréaliste. Les attroupements d'animaux sont loin d'être rares à Nara et la population ne s'étonne plus de les voir au bord de la route. La raison d'un tel phénomène est la déforestation. Le Grand Trou Bleu de Belize ~ Nature extrême D'un diamètre de plus de 300 mètres, et profond à son plus bas niveau, de 124 mètres, le Grand Trou Bleu de Belize se présente, vu du ciel, comme un large disque d'un bleu profond, se démarquant des eaux turquoises et des récifs alentours, comme la pupille d'un oeil bleu clair sur l'océan. Cette doline sous marine se situe approximativement au milieu du récif du phare (Lighthouse Reef), à quelques 70 km des côtes de Belize City. L'histoire du site et de son exploration Ce site est rendu fameux en 1971, après son exploration par l'équipe du Commandant Jacques-Yves Cousteau. 1/ La dissolution : par érosion, les roches calcaires ont été creusées au dessous du sol alors émergé (entre 160 000 et 70 000 ans)2/ l'effondrement : la roche constituant le toit de la cavité s'est effondré (phénomène nommé fontis). Le site a subit une alternance de période immergées et émergées qui en ont certainement favorisé l'érosion. Description du site Le sablier marin Le cimetière du mur Ouest

Arctique : la pire fonte des glaces en 1400 ans | Science Le reportage de Catherine Kovacs Une nouvelle étude conclut que les glaces dans l'Arctique ont plus fondu dans les dernières 50 années qu'à n'importe quel autre moment depuis 1450 ans. Les résultats de l'étude, publiés dans la revue Nature, révèlent également que le déclin actuel des glaces est le plus long jamais enregistré depuis l'an 561 de notre ère. Pour l'étude, les chercheurs ont analysé les différents cycles des changements climatiques dans le temps. Ils ont combiné les informations de 69 sources différentes pour déterminer l'étendue des glaces lors de chaque décennie pendant les 1000 dernières années, puis lors de chaque tranche de 25 ans pour les années précédentes. Anne de Vernal, chercheuse de l'UQAM ayant participé à l'étude, précise que la recherche s'est faite à partir de nouveaux matériaux, soit des sédiments, des algues fossilisées, et même les anneaux des arbres. La glace arctique Photo : NASA Selon M. Autres conclusions de l'étude Avec un reportage de Catherine Kovacs

Une inquiétante étendue de lumière bleue apparait dans la baie de Hong Kong Des images capturées ces derniers jours près de Hong Kong témoignent d’étranges lueurs bleues à la surface de la mer. Ces lumières sont émises par des populations de Noctiluca scintillans, des micro-organismes présents en trop grosse quantité près des côtes de la région. Ces derniers jours, des biologistes marins ont rapporté un phénomène inhabituel observé dans la mer bordant la ville de Hong Kong, en Chine. Ces lueurs bleutés sont en effet la conséquence de la prolifération d’un micro-organisme vivant unicellulaire connu sous le nom de Noctiluca scintillans ou plus généralement noctiluque. Une lumière qui apparait quand l'eau bouge Il est d’ailleurs possible de l’observer la nuit dans les sillages d’un bateau ou en agitant tout simplement sa main dans l’eau. "Vous pouvez voir la lumière bleue s'il y a une vague, un bateau qui bouge ou qu'une pierre est jetée dans l'eau", a expliqué un photographe local qui a pris des clichés du phénomène. Lié à la pollution agricole

Le réchauffement climatique contribue à l'asphyxie des espèces marines | Climat : où en sommes-nous? Des aloses, une variété de poisson voisin de la sardine et du hareng, flottent à la surface dans la baie de Narragansett, au Rhode Island, en raison du phénomène des zones mortes. Photo : Andrew Altieri / Smithsonian Institution Le réchauffement climatique joue un rôle plus important que l'on pensait dans les zones mortes des océans, lacs et rivières de la planète. La situation risque d'empirer, selon une nouvelle étude. Une zone morte se crée lorsque des engrais déposent des nutriments comme l'azote et le phosphore dans un environnement aquatique. Ce phénomène permet à des micro-organismes de capter l'oxygène dans les eaux, asphyxiant peu à peu les espèces marines qui y vivent. Les scientifiques savent depuis longtemps que le réchauffement des eaux intensifie ce problème. Les chercheurs ont examiné 476 zones mortes réparties sur la planète. Inquiétudes pour l'estuaire du Saint-Laurent

Les bisons fuient Yellowstone, le signe d’une éruption dévastatrice ? – AcuWiki Des bisons ont été surpris courants le long de la route, près du parc du Yellowstone. Un comportement inhabituel qui dure depuis le séisme du 30 mars. Un comportement qui inquiète les habitants, qui craignent désormais un réveil du le super-volcan Yellowstone: le volcan le plus dangereux d’Amérique . L’instinct animal. Les bisons quittent le parc du Yellowstone depuis le 30 mars dernier, jour où le célèbre parc naturel du Wyoming a subi un tremblement de terre d’une magnitude de 4,8 sur l’échelle de Richter. Les animaux semblent déserter le parc et des bisons ont été vus courant long de la route, comme le montre la vidéo ci-dessous. Lire aussi ==>> Alerte avec le super-volcan Yellowstone: le volcan le plus dangereux d’Amérique revient à la vie « Je peux vous raconter cette histoire que j’ai vue ce matin: des buffles courant dans la rue… si c’est à cause de l’activité du Yellowstone ou pas, je ne sais pas. Lire aussi ==>>Yellowstone : une chambre magmatique plus grande que prévu Event Time

ANTARCTIQUE Le paradis tropical d’autrefois Be Sociable, Share! Par Peter Mungo Jupp – Le 21 mars 2013 L’Antarctique est l’endroit le plus froid sur Terre. Les vents catabatiques hurlent autour des côtes battues par les vents de l’Antarctique. Mais, autrefois, ses vallées verdoyantes étaient remplies de forêts de pins et ses plages étaient magnifiques. Selon la géologie classique, cet environnement précédemment luxuriant a prospéré pendant des millions d’années durant l’âge permien. Mais, attendez ! Curieusement, les études de la carotte glaciaire contredisent les millions d’années de couverture glaciaire nécessaire pour expliquer le paradigme de la dérive des continents. Même ce jeune âge géologique est maintenant remis en question. Il y a trois contradictions intrigantes qui remettent en question l’âge de la calotte glaciaire de l’Antarctique. Deux cartes anciennes, celles de Piri Reis et d’Oronteus Finaeus (vers 1500 avant Jésus-Christ), montrent étrangement l’Antarctique libre de glace. Traduit par PLEINSFEUX.ORG

L'Arctique russe, nouvelle terre promise des géants du pétrole Moscou (AFP) - Des dizaines de degrés en-dessous de zéro en hiver, des espèces menacées et des infrastructures lointaines: bienvenue dans l'Arctique russe, nouvelle terre promise des compagnies pétrolières malgré une litanie d'obstacles pour l'exploiter. "L'Arctique est l'une plus grandes zones restantes du monde qui renferme des ressources en pétrole et de gaz non encore découvertes", a rappelé Rex Tillerson, patron du géant américain ExxonMobil, lors du Congrès pétrolier mondial, événement qui réunit cette semaine des représentants du secteur à Moscou. C'est même "l'un des derniers endroits avec un potentiel de découverte de gisements énormes" de pétrole et de gaz, renchérit Tim Dodson, un des responsables de la compagnie publique norvégienne Statoil. Selon un rapport publié en 2008 par l'Institut géologique américain, l'USGS, plus de 20% des réserves d'hydrocarbures planétaires restant à découvrir sont situées dans l'Arctique. - Coûteuses contraintes -

Les 7 bombes qui feront tomber la Cabale et leur Nouvel Ordre Mondial satanique. Cet article devrait redonner le moral à tous ceux qui doutent au sujet de cet évènement "THE EVENT" tant attendu et tant reporté depuis plus de 2 ans maintenant. Je vais vous donner les raisons factuelles qui prouvent sans aucune possibilité de doute que cet évènement majeur va se produire, et pas dans 100 ans, mais dans un avenir très proche. J'appel cette démonstration "Les 7 bombes qui feront tomber la Cabale et leur Nouvel Ordre Mondial satanique". Imaginez que la Cabale sombre ou les Illuminatis, appelez les comme vous voudrez (dans les 2 cas on parle des quelques dizaines de familles royales et bancaires et des quelques centaines de milliers de leurs sbires au pouvoir), soient un château de carte qui tient uniquement via le consentement des humains obtenus grâce a leurs tonnes de mensonges leur ayant permis de garder le contrôle via leur Fausse Démocratie qu'ils contrôlent entièrement. Maintenant imaginez qu'au pied de château de carte, tout au tour, il y a 6 bombes dont les mèc...

Le réchauffement climatique aggraverait la pauvreté (Banque mondiale) "Sans une action forte et rapide, le réchauffement [...] et ses conséquences pourraient considérablement aggraver la pauvreté dans de nombreuses régions du globe." Ce cri d'alarme est issu d'un rapport de la Banque mondiale (BM) publié dimanche 23 novembre. L'institution prévoit un scénario catastrophe dans lequel la communauté internationale n'atteindrait pas son objectif de limiter la hausse du thermomètre mondial de +2°C par rapport à l'ère pré-industrielle, contre +0,8°C actuellement. Dans l'hypothèse d'une hausse de 4°C, les événements climatiques "extrêmes" pourraient devenir la "nouvelle norme", affirme l'institution, qui sonne particulièrement l'alarme sur trois régions du globe (Amérique latine, Moyen-Orient et Europe orientale). "Les conséquences pour le développement seraient graves avec un recul des ressources aquatiques, une montée des eaux, un déclin des récoltes et la vie de millions de personnes mises en danger", explique l'institution.

Related: