background preloader

La puissance britannique au XIXe siècle

La puissance britannique au XIXe siècle
La victoire sur Napoléon à Waterloo, le 18 juin 1815, ouvre la voie à la domination britannique. Pourtant, ce n’est pas vers l’Europe que la Grande-Bretagne va tourner ses efforts, mais vers le reste du monde. C’est la construction de l’Empire, certes déjà entamée le siècle précédent, mais qui va se confirmer tout au long du XIXe siècle (jusqu’en 1914), pour contribuer à la première mondialisation. Une puissance britannique qui dépasse les domaines militaire et économique, dont nous résumerons ici quelques facteurs. L’Empire britannique (1815-1922) Définir le monde britannique et les frontières sans cesse mouvantes de l’Empire durant le long XIXe siècle est un débat historiographique récurrent. L’hégémonie britannique Les facteurs de cette puissance sont très divers, mais la Grande-Bretagne est dominante sur bien des plans. Sa suprématie est ensuite militaire et navale, essentielle pour maintenir la pax britannica. La suprématie est enfin technique. Bibliographie : - P. - S. - A.

http://www.histoire-pour-tous.fr/dossiers/98-xixe-siecle/3612-la-puissance-britannique-au-xixe-siecle.html

Related:  Histoire Grande BretagneCivi UKProduction de soie XIX siècle

Grande Bretagne La révolution industrielle, qui valut à l’Europe tant de cheminées fumantes et tant de quartiers ouvriers noirs de suie, a commencé sur les champs des paysans britanniques. Leur productivité au 18e siècle était telle que l’alimentation du pays semblait assurée à long terme et que les propriétaires terriens avaient de nouveaux capitaux en reste qu’ils pouvaient investir ailleurs. C’est sur ces bases que la production mécanique en grande série a pu progressivement démarrer. Tout juste huit fuseaux de fil, entraînés par une roue hydraulique, tournaient sur la première machine à filer de 1765 qu’on appelait « spinning Jenny ». A la même époque, la première usine de textile fut fondée à Cromford près de Nottingham.

Le protectionnisme, un libéralisme internationaliste Depuis l’accélération de la crise économique et financière en septembre dernier, une peur hante les classes politiques et médiatiques occidentales : le retour du « protectionnisme ». De sommet du G7 en sommet du G20, elles répètent que c’est la hausse des barrières douanières qui a transformé le krach de 1929 en dépression et que, pour répondre efficacement à la crise, il faut avant tout résister au « démon nationaliste » du protectionnisme, qui conduit inéluctablement à l’effondrement du commerce international et, in fine, à la guerre. Le raisonnement analogique a été une source d’inspiration formidable dans l’histoire des sciences, y compris pour la science humaine qu’est l’économie : Isaac Newton et Albert Einstein, mais aussi Adam Smith et John Maynard Keynes, y ont eu recours.

L'Europe du XVIIe au XIXe siècle. Le XVIIe siècle Le XVIIe siècle représente un tournant dans l'histoire des lettres européennes et davantage encore des sciences de la nature. Il est celui qui doit transporter aux Indes orientales et en Amérique des populations et des institutions nouvelles, dans des conditions qui seront le plus souvent tragiques pour ceux qui subiront cette expansion.

L'Empire britannique en Asie Le XIXe siècle est britannique. Ayant vaincu Napoléon en Europe, la Grande-Bretagne peut mener à bien son expansion mondiale, déjà bien entamée au XVIIIe siècle. Quand on pense « Empire britannique », c’est souvent l’Inde qui revient. Pourtant, si celle-ci a été le joyau du monde britannique, la puissance de ce dernier s’est exercée dans toute l’Asie, sous différentes formes, et pas toujours dans la facilité, y compris aux Indes. Les conditions de l’expansion britannique en Asie La situation en Europe a contribué à l’expansion britannique dès le XVIIIe siècle.

Métiers d'Autrefois Illustrés sur le Net Les conditions de vie des canuts ne sont pas toujours faciles: soumis aux lois du marché, de l'offre et de la demande, leur situation est souvent précaire: il arrive que l'ouvrage vienne à manquer et c'est la "meurte": la morte-saison. Un métier coûte cher à monter et à entretenir, il y a les compagnons à payer, les dates de livraisons à respecter, et les journées de travail sont souvent très longues: 14 à 16 heures par jour, voire davantage lorsqu'il s'agit de livrer une commande à temps... Le travail est payé, non à la journée, mais à la pièce; les maîtres-ouvriers se concurrencent entre eux pour obtenir le travail, ce qui arrange bien les fabricants et concourt à maintenir les bas salaires.

L'âge industriel : la révolution des transports et du commerce - Réviser une notion - Histoire - 4e - Assistance scolaire personnalisée et gratuite - ASP Pour la population des pays industriels d'Europe occidentale et d'Amérique du Nord, la révolution industrielle a d'abord pour conséquence la hausse du pouvoir d'achat et l'augmentation du nombre des produits disponibles. Ce développement du commerce résulte, entre autres, des progrès fulgurants des transports. Quelles sont, au xixe siècle, les étapes et la portée de ces avancées ?

L'Empire britannique en Afrique L’Afrique tient une place moins importante que l’Inde ou le Canada dans le monde britannique du XIXe siècle, mais elle devient la grande affaire des années 1890-1900, notamment dans le contexte d’une rivalité avec la France. La pénétration britannique dans le continent africain est donc lente, dictée par des raisons très diverses, et pas sans opposition, l’exemple de la guerre des Boers étant loin d’être le seul. Au début du XXe siècle, l’axe Le Cap-Le Caire est constitué, et la Grande-Bretagne exerce son influence sur une grande partie de l’Afrique. Les premiers contacts avec l’Afrique Dès la fin du XVIe siècle, des marchands britanniques sont présents en Gambie (James Island), grâce son fleuve navigable. La Compagnie Royale Africaine est fondée en 1678 et construit un fort en Gambie.

La Soierie : Lyon patrimoine Unesco, découvrez la Soierie de Lyon La soierie fait partie de mémoire lyonnaise, et a fait évoluer et se modifier la ville de la rive droite de la Saône jusqu'à la Croix-Rousse deux siècles plus tard. Son histoire remonte à François 1er. Il subsiste aujourd'hui au sein de la cité des lieux et des vitrines à ne pas manquer : Musée des Tissus, Musées Gadagne, Maison des Canuts, Soierie Vivante. Cette rubrique vous donnera une synthèse de cette particularité lyonnaise. La soie fut d'abord une découverte chinoise (XVIIème-XIème siècles av.

révolution industrielle Contexte historique Après l’ouverture, le 1er janvier 1828, de la première voie ferrée française, qui relie Saint-Étienne à Andrézieux, Baptiste Alexis Victor Legrand (1791-1848), directeur général des Ponts et Chaussées, met en œuvre dès 1832 un vaste programme de chemins de fer qui a Paris pour centre. Sa réalisation commence en 1850, et, en 1859, tous les grands axes ferroviaires qui rayonnent actuellement à partir de Paris sont terminés, à l’exception de Paris-Toulouse et des liaisons avec la Bretagne. Dans le même temps, la capitale a été progressivement dotée d’« embarcadères » au départ des grandes lignes. Les industries textiles en France au XIXe siècle ment de côté. M. Fohlen la considère, en effet, comme une industrie de luxe, aux problèmes très particuliers, avec ses conditions propres de fabrication, d'organisation commerciale ; industrie dont les produits sont destinés aux classes supérieures, alors qu'il consacre tout son effort à l'étude des industries de consommation courante, populaire, celles de la laine, du lin, du chanvre, du coton : sacrifice sans doute raisonné, explicable aussi, qui réduisait le sujet à des proportions moins démesurées. Cette option s'accompagne de plusieurs autres, de moindre importance, et que nous admettons plus volontiers. M.

Les transformations économiques de l'Europe au XIXe siècle - Philisto Auteur : BelisaireVisualisations : 149930 (54.86/j)Modifié : 30/05/2015 à 12h04 C'est dans le Nord-Ouest de l'Europe que se diffuse au cours du XIXe siècle ce qui va être appelé la « révolution industrielle ». La révolution industrielle est caractérisée par le passage d'une économie traditionnelle dominée par l'agriculture à un nouveau type d'économie dominé par l'industrie. Le mode de production industriel change du tout au tout, du fait principalement de l'introduction du machinisme. La substitution du capital au travail va donner son nom au système capitaliste.

Spécialisations industrielles, structures sociales, activités financières et intégration économique internationale au XIXe siècle : le cas de la Grande-Bretagne et de la France 1La période qui commence aux lendemains de 1815 et se termine en 1914 est caractérisée par une relation plutôt pacifique entre les principales puissances. Les guerres sont restées courtes et ponctuelles et les principales d’entre elles furent liées à la dynamique de réalisation d’espaces nationaux tardivement unifiés, comme la guerre austro-prussienne, celle des duchés danois et la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Il n’y avait derrière ces conflits aucune motivation économique, ce qui n’était pas le cas dans ce XVIIIe siècle conflictuel qui, au terme des French Wars, se termina par la défaite française en 1815. Ce ne sera pas toujours le cas dans un XXe siècle où les conflits furent, dans le monde, très prégnants. Certes, dans les années 1880-1890 s’ouvrit une période plus conflictuelle dans les relations internationales.

Dossier histoire de la révolution industrielle : En Bref Débutant en Grande-Bretagne dès le XVIIIe siècle, la première révolution industrielle provoque de grands bouleversements économiques et sociaux. Elle apparaît dans un contexte particulier, propice au progrès et où se développe de plus en plus l’esprit capitaliste. C’est ainsi que jusqu’en 1830, de grandes mutations économiques, techniques et sociales refaçonneront la Grande-Bretagne, avant de s’étendre en Europe et aux Etats-Unis. Une seconde révolution industrielle aura lieu par la suite à partir de 1896. Un contexte propice à la révolution industrielle Au cours du XVIIIe siècle, tous les éléments sont réunis pour favoriser l’essor de l’industrie au cœur du la Grande-Bretagne.

Victoria Ire, reine d'Angleterre - L'histoire de l'Angleterre Victoria Ire voit le jour le 24 mai 1819 en Angleterre, plus précisément à Kensington Palace. Elle est la fille unique d’Edward Auguste, duc de Kent et de Victoire Marie Louise de Saxe-Cobourg. Ses parents se sont mariés en 1818 par nécessité.

Related: