background preloader

La mise en scène d'opéras : une constante évolution- En Scènes - Parcours

La mise en scène d'opéras : une constante évolution- En Scènes - Parcours
Parcours thématique Pierre Flinois Aux origines, la voix seule mise en scène Durant les deux premiers siècles de l'histoire de l'opéra, le concept de mise en scène tel qu'on l'entend aujourd'hui est resté inconnu. Au XVIIe siècle, ce sont le décor, les merveilles de machinerie, et la chorégraphie qui font attraction, la mise en scène se réduisant à la gestion des entrées et sorties et à un catalogue de gestes stéréotypés pour mettre en valeur le chant, qu'on interprète à la rampe, sans caractérisation théâtrale. Une mise en place qui échoit généralement à un membre de la troupe, ou au directeur du théâtre qui se chargent de tout l'aspect théâtral, quand ils ne sont pas occupés à canaliser les excès des vedettes du temps, castrats et autres prima donnas plus attachés au succès de leur voix qu'à la vérité psychologique de leur personnage. Wagner et le naturalisme L'œuvre de Wagner suscite pourtant les tentatives d'évolution nécessaires. Révolutions esthétiques du premier XXe siècle Related:  PLAISIRS DIVERS et VARIESMusique et Arts du sonOpéra

l'Art Lyrique Français Histoire des arts : œuvre musicale Analyser un chant Avec la réforme du brevet, l’histoire des arts est devenue une épreuve à part entière. Travailler sur un œuvre musicale sans paroles risque d’être délicat pour l’épreuve d’histoire des arts du Brevet. En revanche, l’analyse d’un chant est un sujet tout à fait approprié pour l’oral car il vous sera facile d’en faire ressortir le message. Voici un plan type pour le brevet : Introduction : présentation du chant La Nature de l’œuvre : Présentez l’œuvre, en précisant sa nature (litanie religieuse, musique populaire, chant patriotique, …), sa date de création et son auteur. Origine de l’œuvre : Quel est le compositeur à l’origine de cette œuvre ? Contexte historique : Quels sont les enjeux politiques, économiques et sociaux de l’époque ? Exemple de présentation d’une chanson : Strange Fruit est chantée par l’interprète afro-américaine Billie Holiday, qui la chanta pour la première fois en 1939. Première partie : description et analyse Les paroles : Quel est le répertoire ?

PRÉAC | Osons l’art lyrique Développé en partenariat étroit avec l’Opéra National de Bordeaux, la DAAC du Rectorat de Bordeaux, la DSDEN , la DRAC, Réseau CANOPE, le PREAC Art lyrique a pour vocation de fournir des ressources et des outils pour faciliter la découverte de l’univers de l’opéra, dans le cadre de projets d’éducation artistique et culturelle selon deux axes : Organisation de temps de formation des professionnels de la culture et des formateurs de professeursCréation, édition et diffusion de ressources pédagogiques, documentaires et didactiques Le PREAC Art Lyrique propose, tous les deux ans, un stage national ouvert aux professionnels de la culture, du secteur socio-culturel, de l’Education nationale, venus de toute la France et même de l’étranger, via le réseau de l’AEFE, lycées français à l’étranger Les 20, 21 et 22 janvier 2016, au Grand-Théâtre de Bordeaux, la thématique retenue est : « La Fabrique de l’Opéra, Ombre et Lumière »

La création lyrique de 1950 à nos jours - En Scènes Ainsi, de façon plus que simpliste, pour certains tenants du progrès linéaire permanent, l'opéra du XXe siècle se résume en 1950 aux seules œuvres atonales d'Arnold Schoenberg (Moïse et Aaron) et d'Alban Berg (Wozzeck, Lulu), considérées comme des sommets indépassables, et même des points de non-retour, arrêtant ainsi les pendules à la création passéiste de Turandot de Giacomo Puccini, point final de l'histoire d'un art définitivement classé hors de la modernité. Oubliant au passage le nouveau classicisme allemand, l'opéra brechtien, et l'avant-garde des années trente, de Paul Hindemith à Dimitri Chostakovitch, et l'incontournable Igor Stravinski, ils font fi de la créativité des compositeurs du XXe siècle, toujours attirés par le genre lyrique, témoin incontestable, vu sa complexité, d'une créativité au faîte de ses moyens. C'est faire fi tout autant, la guerre passée, de l'évolution définitivement éclatée du genre.

Les films sur la musique classique, d’Amadeus à Tous les matins du monde « Musique classique et cinéma » : lorsque ces deux termes sont associés, c’est bien souvent pour souligner les liens qui les unissent et les couples mythiques (Ainsi parlait Zarathoustra de Strauss dans 2001, l’Odyssée de l’espace, la Symphonie n°5 de Mahler dans Mort à Venise …), bien plus que pour parler du cinéma ayant pour objet la musique classique. Une fois ce thème abordé, que voit-on ? Le plus connu : Amadeus de Milos Forman, au succès planétaire, le plus poétique : Tous les matins du monde, d’Alain Corneau, deux chênes majestueux qui cachent une forêt de films, plus ou moins originaux, plus ou moins oubliés, dont l’objet est un compositeur (Mahler de Ken Russell, Ludwig van B. de Bernard Rose…), une œuvre (La Belle Meunière de Marcel Pagnol et Max de Rieux), ou encore un interprète (Taking Sides, le cas Furtwängler d’Istvan Szabo). Les films légendaires Plus récent (1991), et plus célèbre, peut-être, que La Chronique... Les échecs commerciaux Hugh Grant en Frédéric Chopin ?

Portail:Opéra Le genre musical est décliné selon les pays et les époques et recouvre des œuvres d’appellations et de formes différentes. VIDÉO. Revoir La Tosca de Puccini à l'Opéra Bastille Martina Serafin est Floria Tosca dans une mise en scène efficace signée Pierre Audi Résumé Une cantatrice amoureuse, passionnée, jalouse et impulsive ; un peintre romantique, idéaliste et défenseur des libertés ; un chef de la police affamé de chair, de pouvoir et de sang, prêt à tout pour arriver à ses fins... Puccini mêle avec art les ingrédients d’un mélodrame écrit pour Sarah Bernhardt et compose en quelque sorte l’opéra de l’opéra, une fresque à la fois primitive et décadente. Dans une Rome mythique et vraie, des profondeurs de l’église Sant’Andrea della Valle à la terrasse du Château Saint-Ange, les passions se heurtent et se déchirent, l’érotique se confond avec le sacré, l’amour avec la possession, le théâtre avec la vie. Distribution Lieu : Paris Date : 16 Octobre 2014 Durée : 2h 0min Genre : Musique Festival : L'opéra de Paris Metteur en scène : Pierre Audi Chef d'orchestre : Daniel Oren Orchestre : Orchestre Opéra National de Paris Solistes : Réalisation : Denis Caïozzi Production : Costumes :

BNF site pédagogique OPERA GARNIER - (Article Wiki) Histoire Concours pour un nouvel Opéra La construction d'une nouvelle salle dans une grande rue moins propice aux attentats est décidée par l'empereur, au lendemain même du drame, pour la construction de ce qui deviendra le nouveau lieu d'apparat de la haute société parisienne, puis déclare le projet comme étant d'utilité publique par arrêté impérial daté du 29 septembre 1860[5]. Pour certains historiens, Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc semble à l'origine de l'idée d'un concours, craignant l'attribution du projet et la direction du chantier à Charles Rohault de Fleury, architecte ordinaire de l'Opéra et donc logiquement destiné à réaliser cette nouvelle commande. Toujours est-il que le concours pour l'édification d'une « Académie impériale de musique et de danse », largement ouvert et international, est donc organisé et annoncé dans un second arrêté du 29 décembre de la même année 1860. Le jury est présidé par le prince Walewski, fils naturel de Napoléon Ier et de la comtesse Walewska.

VIDEO. Le Barbier de Séville de Rossini à l'Opéra Bastille A propos Mise en scène avec énergie par le prometteur Michieletto, l'oeuvre de Rossini est un temps fort de la saison à Bastille Rossini, homme de l’année lyrique ? Résumé Sans doute l’opéra bouffe le plus célèbre de l’histoire de la musique et une éternelle source de délices. Mais tous les remarquables ensembles sont originaux. Distribution Lieu : Paris Date : 25 septembre 2014 Durée : 2h 34min Genre : Musique Festival : L'opéra de Paris Auteur : Gioacchino Rossini Metteur en scène : Damiano Michieletto Chef d'orchestre : Carlo Montanaro Orchestre : Orchestre et Choeur de l’Opéra national de Paris Solistes : René Barbera - Il Conte d’Almaviva / Carlo Lepore - Bartolo / Karine Deshayes - Rosina / Dalibor Jenis - Figaro / Orlin Anastassov - Basilio / Tiago Matos - Fiorello / Cornelia Oncioiu - Berta / Lucio Prete - Un Ufficiale Réalisation : François Goetghebeur Chef des choeurs : José Luis Basso Lumières : Fabio Barettin Costumes : Silvia Aymonino Décors : Paolo Fantin

Éléments d'une culture musicale aujourd'hui Les termes mêmes du titre de cet article mériteraient à eux seuls d’être explicités, autant pris isolément que dans leur articulation ainsi présentée. La tentative de bilan impliquée dans le dernier terme, « aujourd’hui », semble curieusement renvoyer au premier, « éléments », qui en souligne l’aspect partiel et éclaté. En effet, et dans le cadre d’une intervention qui ne saurait répondre à une telle ambition, la notion de dispersion sera récurrente dans les arguments présentés ici, autant comme facteur identifié de danger qu’en tant que donnée que nous devons prendre aujourd’hui en considération. C’est précisément l’articulation entre les trois termes qui est précieuse et susceptible d’éclairer le sujet, car elle invite à l’analyse ; c’est parallèlement éviter de tomber dans le piège de la disjonction qui n’aurait pour résultat que de contourner les vraies questions. Des cultures musicales Les crises de la musique Décembre 2001

Related: