background preloader

Numérique : la représentation spatiale en question

Numérique : la représentation spatiale en question
En quelques années, estime Henry Grabar (@HenryGrabar) dans l’excellent CityLab (@CityLab), les technologies de localisation ont considérablement transformé notre capacité de repérage spatial. En 2011, rappelle-t-il, seulement 35% des Américains avaient un smartphone. Ils sont 61% en 2013. Et les trois quarts l’utilisent pour trouver leur chemin via des services de localisation. En juin 2014, un Américain sur 5 utilise Google Maps. Un sur huit Apple Maps. Le problème est que les cartes numériques transforment notre capacité à nous repérer spatialement, estime Grabar. La perte de nos cartes cognitives Pourtant, s’orienter n’a jamais été aussi facile. Image : image extraite de Google Street View par l’artiste canadien Jon Rafman qui a collecté et rassemblé sur un site puis dans un livre les images les plus étranges prises par les voitures cartographes de Google. Cette nouvelle déficience soulève des questions qui vont au-delà de l’anthropologie urbaine. “N’est-ce pas ironique ?

http://www.internetactu.net/2014/10/06/numerique-la-representation-spatiale-en-question/

Related:  Numérique et mémorisationGéolittératieRéflexions

L'observatoire donne la parole aux acteurs de la mémoire Le jeudi 18 septembre 2014 - C’est « la pluralité de la mémoire » qui caractérise l’individu : la mémoire a long terme, la mémoire à court terme, la mémoire épisodique, la mémoire sémantique, la mémoire procédurale, la mémoire de travail et même les « fausses mémoires » (dues à l’imagination, la généralisation ou encore l’implantation d’informations erronées). Le Pr. JAFFARD explique que « l’hippocampe est la structure clé qui supporte notre mémoire ». Rachel Bouvet - Littérature et géopoétique Voici quelques photos réalisées par Pascal Naud lors de la balade intitulée "Paris, arsenal sonore" et organisée par Yvan Dendievel dans le cadre du colloque« Ville et géopoétique » le jeudi 12 juin 2014. J'aime : J'aime chargement…

Lire et dérouler la carte - Suzanne Joos Cartographies nomades Quand je regarde une carte d’un point de vue strictement utilitaire, soit pour retrouver mon chemin ou repérer l’emplacement d’un pays, je la lis, mais je ne la vois pas. Dès que je la contemple au-delà de son utilité, elle me montre alors toute sa capacité de générer l’imaginaire des lieux et des parcours. Ma fascination pour les cartes géographiques découle de l’ailleurs qu’elles évoquent en combinant l’écriture des noms propres à des configurations multiples et de l’espace qu’elles m’inspirent à travers la traduction de l’infiniment grand en infiniment petit.

Socrate et le numerique Il y a 2,400 ans en Grèce antique quand le principal moyen de transmission culturelle et d’apprentissage était la langue parlée, le philosophe Socrate avait prevenu que la parole écrite posait de graves risques pour la société. Dans une culture orale, l’écriture était une nouvelle technologie et Socrate avait plusieurs soucis quant à son impact possible: Il considérait que la parole écrite était inflexible: le discours « vivant » est dynamique et prêt à être découvert et interrogé par le dialogue. Dans le discours « mort » de la parole écrite, les mots semblent nous parler comme s’ils étaient eux-mêmes intelligents.

Guide de voyages pédagogiques et littéraires L’été invite au voyage : la littérature, la géographie et le web aussi. Voici, à titre d’exemples, quelques explorations d’espaces pour franchir bien des frontières : entre les régions et les pays, entre les matières scolaires ou les disciplines artistiques, entre l’écrit et l’image, entre le rêve et la réalité ... De quoi apprendre assurément, par-delà la « littérature » et la « géographie », par des gestes de lecture, d’écriture et/ou de cartographie, à mieux habiter le monde, en le représentant et le réinventant. Les « oloé », mot créé par Anne Savelli, « ce seraient ces endroits où lire où écrire (le second o pouvant se comprendre également, c’est au choix, comme un où sans accent), de ville, de mer, de campagne qui font une brèche, nous y accueillent.

Alexandre Gillet : Dérives atopiques. Alexandre Gillet « Une atopie se situe à côté de, à l’écart de la topologie commune » Image : Fabienne Keller. « Passant », 2003 © Fabienne Keller. Cette contribution se veut avant tout un retour (en forme d’investigation et d’éclaircissement) sur la spatialité nomade et a fortiori sur une de ses formes éponymes : l’atopie. On memorise mieux en écrivant avec un stylo qu’en tapant à l’ordinateur D’après les professeurs Mueller et Oppenheimer, lors de la prise d’une prise de note, la bonne mémorisation dépend fortement de la compréhension du sens des mots que l’on écrit. Et pour que cette compréhension se fasse, il faut que le cerveau puisse analyser le discours. L’écriture manuscrite par la synthèse En prenant des notes à l’aide d’un stylo, nous avons tendance à effectuer une synthèse de ce que nous entendons. Cela veut dire que nous allons chercher le sens, le comprendre et le retranscrire de manière plus ou moins résumée.

Anywhere out of the word 2015 "Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit. Celui-ci voudrait souffrir en face du poêle, et celui-là croit qu’il guérirait à côté de la fenêtre. Il me semble que je serais toujours bien là où je ne suis pas, et cette question de déménagement en est une que je discute sans cesse avec mon âme."(Charles Baudelaire, Le spleen de Paris) Et si comme Baudelaire nous dialoguions avec notre âme ? Et si à notre tour nous décidions de nous approprier le monde tout à la fois par la géographie et la poésie ? Pour une cartographie littéraire : la littérature n’importe où dans le monde ? La carte est un outil de connaissance et un déclencheur d’imaginaire : et si à l’heure où elle se consulte et se fabrique en ligne elle devenait aussi un support d’écriture ? En témoignent ici trois activités menées par des lycéens de l’Iroise à Brest : une carte collaborative inspirée du célèbre poème « N’importe où hors du monde » de Baudelaire ; un récit de voyage sous la forme d’un kaléidoscope verlainien ; un parcours de lecture dans un espace romanesque. Les exemples sont édifiants : potentiellement à l’heure numérique, « Le tour de la France par deux enfants », manuel phare de la IIIème République, s’élargit à toute la planète et peut être rédigé par les élèves eux-mêmes.

Related: