background preloader

Faire jouir une femme : mieux que le point G, le deep spot

Faire jouir une femme : mieux que le point G, le deep spot
Lorsqu’il s’agit de plaisir féminin, on pense évidemment aux préliminaires, aux différentes zones érogènes, du clitoris au point G, et de toutes les stimulations qui peuvent en être faites (cunnilingus, etc). On a aussi souvent abordé les différentes techniques pour faire jouir une femme. Mais très peu d’hommes connaissent cette autre zone érogène chez la femme, qui pourtant, semble faire des merveilles. Le Deep Spot Avant d’aller plus loin, soyons clairs : OUI, le deep spot existe bel et bien; du moins, à en croire les nombreux témoignages de couples sur le sujet. Il suffit de lire les dizaines de commentaires et témoignages sur le forum pour réaliser qu’il s’agit d’un truc bien réel… et apparemment très puissant. Alors ? Lisez cet article, et le deep spot et ses techniques n’auront plus aucun secret pour vous, et les femmes feront la queue pour passer entre vos doigts experts (c’est tout le mal qu’on vous souhaite) ! Comment trouver le deep spot Le deep spot serait-il le fameux point G ?

http://www.frenchtouchseduction.com/faire-jouir-femme-point-g-deep-spot.html

Related:  sexsualitéDu QSexuality Sexualité (1)

Les secrets de la masturbation féminine et ses bienfaits pour la santé La masturbation féminine. Un sujet qui fait souvent rougir, à tort. Réjouissez-vous mesdames, s'adonner à des plaisirs solitaires présente plus d'un bienfait. Ejaculation féminine, la méthode... Je viens de parcourir le blog de l'association des femmes dites fontaines. Il contient tout un tas d'informations intéressantes sur l'éjaculation féminine et notamment un article sur la méthode pour apprendre à éjaculer. C'est marrant mais cela ressemble finalement de très près à ce qu'il faut faire avec un Aneros pour l'homme (découverte des sensations, confiance en soi, capacité à s'abandonner, lacher prise, détente ...). Voici l'article du blog de l'AFDF (vous pourrez trouver l'article original ici), pour des raisons de longueur générale, j'ai coupé certains passages et laissé les points les plus pertinents : Méthode: éjaculer Pour celles qui souhaitent en connaître d’avantage sur la sexualié féminine et notamment sur les Ejaculations Féminines voici les livres que je vous conseille… de toute façon vous n’avez pas beaucoup de possibilités de lectures…

Quels sont les styles d'attachement dans les relations amoureuses? La "théorie de l'attachement" dans les relations amoureuses tire ses origines des travaux portant sur la psychologie de l'attachement chez l'enfant. Selon le modèle pionnier de John Bowlby (1907-1990), l'enfant, en réaction aux interaction avec ses parents, développe des représentations cognitives (mentales) d’expériences d’attachement concernant le soi et les autres. Les représentations de soi concernent le jugement de l'enfant quant à son mérite de recevoir de l’aide et du réconfort. Les représentations des autres concernent la perception de la disponibilité des autres, dont ses parents, de fournir protection et réconfort en cas de besoin. Si les parents répondent de manière consistante aux besoins de l'enfant, ce dernier développe un style d'attachement sécure. Les modèles mentaux ainsi développés dans l'enfance auraient tendance à persister tout au cours de la vie et guideraient les attentes, les perceptions et les comportements dans les relations ultérieures.

Le cunnilingus rend les femmes fidèles ! Si vous avez peur que votre compagne aille voir ailleurs, sachez qu’il suffit d’un coup de langue pour qu’elle reste fidèle. Vous avez du mal à y croire, et pourtant c’est une hypothèse très sérieuse pour les scientifiques… En effet, selon une étude récente, les hommes auraient recours au cunnilingus en partie dans le but de limiter les envies d’infidélité de leurs partenaires ! Une conclusion incroyable pour les chercheurs qui ont interrogé 243 hommes dans des relations hétérosexuelles sérieuses et durables. Cette enquête avait pour objectif de comprendre l’intérêt des hommes à s’adonner aux pratiques sexuelles orales, étant donné qu’elles ne participent en rien à l’acte de reproduction.

Clitoridienne ou vaginale? En 1686, Yoshida Hambei, écrivain érotique, dit qu'il se trouve un «doigt tendu» au fond de la vulve. Et que si l’homme ne touche pas ce doigt, Bouddha restera absent… A la recherche de ce fameux doigt (dont je n’avais jamais entendu parler)… j’ai trouvé, tiens, le clitoris. Les Japonais du XVIIe siècle savaient-ils faire jouir une femme ? 5) La maman et la putain sont deux tours jumelles. · l’oeil dans le pli La loi symbolique à laquelle obéit le couple ordonne autant la fidélité que l’infidélité. Comment rationaliser cette double injonction contradictoire? Grâce à la casuistique qui oppose le désir (sexuel) au sentiment (amoureux. ) Même le discours qui a le plus explicitement constitué la sexualité comme son objet, la psychanalyse, distingue entre « le courant tendre » et « le courant sensuel. » L’amour serait la forme cultivée, culturelle, civilisée, sublimée d’une pulsion sexuelle sommaire, d’un instinct persistant, auquel chacun(e) serait susceptible de se laisser aller… Comme si tout désir (quelque soit le qualificatif dont on l’affuble) n’était pas, en tant que tel, en tant que désir, culturellement, imaginairement, fantasmatiquement construit.

Encore ? ! Je rêve d’un monde où l’on arrêterait de délirer sur le clitoris - Rue89 - L'Obs Vu chez beaucoup de nos confères (et du monde entier) ces derniers jours : une flopée d’articles sur le plaisir sexuel féminin. Aurait-on découvert quelque chose ? 20 Minutes promet à ses lecteurs masculins : « Messieurs, vous allez sûrement apprendre des choses intéressantes avec ce qui va suivre.Non, l’orgasme vaginal n’existe pas.

Les 400 culs: Le point G existe, je l'ai rencontré Pour tous ceux et celles qui pensent que le point G n’a “pas d’existence physiologique” et relève de “l’imagination” ou de “l’influence des médias” sur la (forcément faible) conscience des femmes, voici la réponse d’un médecin et sexologue. Damien Mascret, auteur de La Revanche du clitoris, remet les pendules à l’heure. Depuis 1950 et sa "découverte" par Gräfenberg, de nombreux chercheurs ont prouvé l’existence du point G en le disséquant ou en le passant au scanner. Mais il suffit, début 2010, qu’un professeur d’épidémiologie et une psychologue fassent passer un questionnaire à 1804 jumelles pour que, patatras, les journalistes répandent le résultat de cette étude en titrant: “Point G: la fin d’un mythe”. Que pensez-vous de l'étude du King's college de Londres?

Related: