background preloader

L'économie du partage s'accélère en 2014

L'économie du partage s'accélère en 2014
Covoiturage, couchsurfing, locations entre particuliers : 38% des internautes envisagent de recourir à la consommation collaborative cette année, soit deux fois plus qu’en 2013. L’an passé, 10% des internautes ont opté pour le covoiturage, selon une récente enquête CSA/Fevad. En 2014, la consommation collaborative va prendre de l’ampleur : 38% des internautes envisagent d’y avoir recours, contre 19% en 2013. Les jeunes seront les plus adeptes (51% des 18-24 ans) d'un tel mode de consommation, qui prend différentes formes : covoiturage, crowdfunding, location de véhicules entre particuliers, couchsurfing, coworking, colunching… 15% des Français mûrs pour le covoiturage "Cette tendance est dictée par le prix, mais aussi par la volonté d’éviter le gaspillage, de donner un sens à la consommation", voire de créer du lien social, explique Bernard Sananès, président directeur général de l’institut CSA. Ce sera, pour lui, un des phénomènes de société marquants de 2014.

http://www.lechotouristique.com/article/l-economie-du-partage-s-accelere-en-2014,61616

Related:  Tourisme collaboratif EPEEPE - Economie collaborative et tourismeTourisme participatifEconomie du partage

Vers une vision collaborative du tourisme de demain Ces biens, ce sont notre logement, notre voiture, notre jardin, notre machine à laver, notre tondeuse, notre perceuse et même nos compétences. Alors pendant que l’on n’utilise pas ces objets, pourquoi ne pas les prêter, les louer et ainsi passer d’une société basée sur la propriété à une société basée sur l’usage des biens. Bien entendu, cette « révolution » est arrivée suite à l’évolution des usages d’Internet, à la la connectivité grandissante des habitants en France et à travers le monde mais également à la crise économique ! L’économie du partage permet en effet de bénéficier de revenus complémentaires par la mise en location de certains biens. Aujourd’hui, dans le tourisme, cette innovation sociétale impacte les acteurs traditionnels qui sont largement bousculés par ces start-ups qui proposent des alternatives à la consommation touristique classique.

Airbnb, BlaBlaCar, deux pionniers en deux Infographies Airbnb vient d’annoncer que le cap des 10 millions de nuitées réservées a été franchit. Dans le même temps BlaBlaCar (covoiturage.fr pour ce qui concerne la France) a annoncé que le cap du million de sièges disponibles venait d’être atteint. Pour marquer ces événements les deux entreprises ont choisi de diffuser des infographies qui reviennent sur les principaux chiffres, l’occasion pour nous de faire le point sur l’évolution de ces deux « géants » de l’économie collaborative. Airbnb, le boom de l’hébergement P2P L'émergence du tourisme participatif remet-elle en jeu la relation des habitants avec l'institution en matière de promotion touristique ? L’implication des habitants dans les politiques publiques n’est pas un phénomène nouveau. Les collectivités territoriales voient en effet se développer de nombreux bouleversements dans sa relation avec l’habitant. La démocratie participative en est l’exemple le plus parlant. Ce modèle politique permet en effet d’accroître la participation et l’implication des citoyens dans les débats et dans la prise de décisions de sa collectivité. L’habitant revendique aujourd’hui une place à part entière dans le processus de décision et dans les changements que son territoire peut subir.

Uberisation : comment s'en préserver Tendance transversale impactant de nombreux pans de l'économie, l'Uberisation a fait l'objet d'une étude du cabinet Deloitte Monitor, présentée lors des Enjeux de la Fevad, jeudi 2 juillet. Premier grand enseignement, il n'existe pas de définition universelle du concept d'Uberisation. En revanche, cette tendance recouvre plusieurs réalités à commencer par son caractère disruptif, notamment des modèles traditionnels d'entreprises. Aussi, dans le cadre de l'Uberisation, c'est l'usage d'un bien ou d'un service qui prédomine sur la possession de ce bien ou de ce service, avec bien souvent, des approches nouvelles apportant un regard différent sur le quotidien et le mieux vivre, à travers l'expérience utilisateur.

Le tourisme collaboratif s'incruste pour les vacances TOURISME De plus en plus de voyageurs sont en quête d’expériences authentiques et originales, privilégiant le «tourisme collaboratif» à l’hôtellerie traditionnelle… Anne Demoulin Créé le Mis à jour le Mots-clés tourisme Airbnb a déjà séduit plus d’un million de Français. Avec la crise et les possibilités offertes par le Web, «les pratiques touristiques basées sur l’échange se développent en même temps qu’émerge un nouveau secteur marchand basé sur l’échange individuel», résume Saskia Cousin, co-auteur de Sociologie du tourisme (La Découverte). Se déplacer, se loger, dîner, visiter… Il est possible de voyager 100 % alternatif.

Les acteurs du tourisme collaboratif #Consocollab Panorama du tourisme collaboratif Souvent considérée comme une solution anti-crise, la consommation collaborative est aussi une alternative aux modes de consommation traditionnels. Propulsés par les possibilités qu’offre Internet, de nombreux acteurs se sont lancés sur ce marché en quelques années et notamment dans le secteur touristique. De plus en plus de voyageurs sont effectivement en quête d’expériences authentiques et originales, qu’ils partagent avec les populations locales. Les possibilités offertes par ces nouveaux acteurs sont nombreuses : économiser sur son budget vacances, rencontrer plus facilement les locaux et d’autres voyageurs, vivre de nouvelles expériences… Que ce soit pour se loger, dîner, se déplacer, visiter…vous pouvez désormais organiser un voyage 100% collaboratif. Si certains sont déjà bien connus du grand public (Couchsurfing, Airbnb, Blablacar…), d’autres émergent aux quatre coins de la planète.

Le trépied du tourisme participatif Le tourisme : le vivre c’est bien, mais contribuer à son développement c’est encore mieux ! En faisant le constat que les voyageurs veulent être considérés comme un habitant local lorsqu’ils visitent, et ceci sur chaque destination, j’ai pensé au rôle que les habitants auraient à jouer. Et oui, mesdames et messieurs les habitants, vous êtes une des clés de ces prochains voyages, et vous y participerez. Plutôt que de laisser les voyageurs croiser votre chemin sans échanger véritablement avec eux, nous avons pensé Hostelp : un concept qui permet de vraies rencontres, riches de sens, d’engagement et de partage sous l’égide du tourisme participatif ! HOSTELP met un point d’honneur à répondre aux besoins des voyageurs et des habitants pour créer ce lien social dont ils sont demandeurs, le tout en s’inscrivant dans une dynamique d’économie collaborative. Le voyage coûte non seulement moins cher, mais est humainement plus riche.

Les quatre leviers de l'économie du partage Réappropriation des données, formalisation des modalités du partage, intégration des organisations verticales, confiance… Voici les leviers à actionner pour fluidifier l’économie du partage, selon Daniel Kaplan, co-fondateur et délégué de la FING. “Posséder, c’est dépassé” tel est l’un des adages de la communauté OuiShare. Derrière ce slogan, il y a une volonté de se délester de tous ces objets qui nous envahissent mais aussi (surtout ?) de donner plus de place aux relations qu’ils engendrent. Et concrètement, comment on s’y prend pour généraliser les modèles émergents de consommation et production partagée ?

Global Greeter - Balades avec le réseau International des Greeters vivae | 20 août 2009 • Mis à jour le 09.09.2009 à 11h21 Le terme Greeter signifie “hôte” ou “comité d’accueil” en anglais.Un greeter est un habitant d’une ville, membre d’une association, qui accepte de passer quelques heures avec un visiteur pour lui faire découvrir un aspect de la ville qui l’intéresse. Règles de base : une hospitalité réelle- bénévolat et gratuité du service, - connaissance de la ville et sens de l’accueil,- préparation entre le greeter et le visiteur. Un tourisme participatif pour : - organiser et ré-inventer l’hospitalité dans les villes modernes, - proposer des programmes d’accueil indépendants dans le monde entier.Ce peut être : l’art, les cafés, une balade en vélo, les quartiers historiques, etc. ou tout autre aspect que le greeter essaiera de mettre en valeur. Historique du concept avec Big Apple Greeter La première organisation de Greeters dans le monde est née à New York en 1992.

Airbnb, Uber, Lyft : de l'économie collaborative au business du partage Ne parlez pas à Jamie Wong d'économie collaborative ni d'économie du partage ! Le discours idéaliste et pseudo-désintéressé que véhiculent les sites internet d'échange de services de particulier à particulier, comme Airbnb ou Uber, a le don de l'horripiler. La "sharing economy" ? prévient-elle. La CORévolution : « Une mentalité 2.0 qui fait que nous sommes tous interconnectés » Anne-Sophie Novel est l’une des première personnes avec qui j’ai échangé en créant ce blog, cela remonte à janvier 2011, déjà. A l’époque, elle venait de lancer le blog le CO-Lab. Depuis, Anne-Sophie et Stéphane Riot ont publié Vive la CO-Révolution!, pour une société collaborative. Vingt idées pour dynamiser l’économie du partage dans les territoires Rachel Botsman et Michel Bauwens ne s'étaient jamais rencontrés, et leurs interventions croisées ont marqué le premier forum de l'économie collaborative qui s'est tenu à Cenon, en Gironde, jeudi 4 et vendredi 5 juillet 2013. La présence de ces deux pointures internationales de l'économie collaborative et pair-à-pair fut l'occasion de faire un point sur la manière dont les politiques publiques peuvent s'emparer du sujet. Eclairages. "Changer a du bon, mais changer massivement est encore mieux"

C. Ragil : « Les Greeters valorisent le tourisme urbain et participatif du territoire» Publié le 11 septembre 2013 INTERVIEW. A l’occasion du Congrès Mondial des Greeters les lundi 9 et mardi 10 septembre 2013 à l’Hôtel de Ville de Paris, l’équipe rédactionnelle du réseau Acteurs du Tourisme Durable (ATD) a rencontré Christian Ragil, Président influent du Global Greeter Network (GGN).

Related: