background preloader

Le CNNum et l'école: "L'école numérique n'est pas l'école des tablettes"

Le CNNum et l'école: "L'école numérique n'est pas l'école des tablettes"
Le Conseil national du numérique (CNNum) a rendu public ce vendredi Jules Ferry 3.0, le rapport du groupe de travail sur l'école de demain, "créative et juste". Sophie Pène, qui l'a "piloté", et Ludovic Blecher, l'un des ses membres et directeur du Fonds pour l'Innovation Numérique de la Presse Google, s'expliquent sur son contenu. Et taclent en passant François Hollande: des tablettes pour tous, oui, mais pourquoi faire? Pourquoi le Conseil national du numérique s'intéresse-t-il à l'école? Ludovic Blecher: Le conseil s'est auto-saisi parce que c'est son rôle de porter un regard, des idées, de proposer, de se pencher sur ces questions. Et la manière dont le numérique impacte l'éducation, dont le système doit s'adapter, est une question centrale. Votre rapport dépasse largement les seules questions d'apprentissage des langages informatiques ou de l'équipement des écoles... LB: Quand on parle numérique, la plupart des gens voient un ordinateur. Quelles sont vos priorités? Un nouveau bac?

http://www.lexpress.fr/education/le-cnnum-et-l-ecole-l-ecole-numerique-n-est-pas-l-ecole-des-tablettes_1607793.html

Related:  Twitter en classeSujet tablettesNumérique historique

Des projets à foison pour les twittclasses Plusieurs dizaines de classes en France ont développé des usages pédagogiques du réseau Twitter : ces « twittclasses » veulent stimuler l’écriture, développer les capacités d’expression, favoriser par le partage l’appropriation des connaissances, éduquer aux bons usages du numérique … En ce début d’année 2014-2015, des « twittconseils » ont permis à de nombreux enseignants de tous niveaux et de toutes disciplines d’échanger leurs idées sur des projets à venir. Le « twittconseil » comme si vous y étiez Le site des twittclasses Dans le Café Les avantages pédagogiques de la tablette numérique Malgré l’apparition extrêmement récente de ce nouvel outil, il existe déjà un bon nombre d’expériences, à travers le monde, qui tentent de montrer que la tablette numérique est tout à fait à sa place au sein d’une salle de classe. Comme nous l’avons vu précédemment, la tablette présente un ensemble d’éléments qui jouent en sa faveur et qui permettent de faciliter son entrée dans le monde scolaire. Le fait est que cet outil ne vise pas que les étudiants mais aussi les plus jeunes. Dès l’école élémentaire, cet instrument offre une multitude de possibilités de créer un nouveau contexte dans la relation enseignement-apprentissage.

“Jules ferry 3.0″ : récit d’une convergence Par Daniel Kaplan le 13/10/14 | 26 commentaires | 2,395 lectures | Impression Le Conseil National du Numérique vient de publier son rapport sur l’éducation, intitulé “Jules Ferry 3.0, bâtir une école créative et juste dans un monde numérique.” Je faisais partie de ce groupe piloté par Sophie Pène. Il s’y est passé quelque chose que je vois assez rarement arriver dans les débats sur l’éducation : entrés dans ce travail collectif avec des positions parfois très divergentes, nous en sommes sortis avec des convictions communes. Les ateliers que nous avons organisés avec toutes sortes d’acteurs de la communauté éducative, ainsi que la multitude des entretiens, visites, lectures, échanges en ligne qui ont nourri nos séances, ont construit cette convergence.

ATAWAD : risques et opportunités Brève (Intelligence Economique) Les TIC et le numérique impactent notre vie quotidienne dans sa dimension privée mais aussi professionnelle. Le travail et le monde de l'entreprise en général sont eux aussi touchés, avec de nouvelles pratiques comme l'ATAWAD pour Any Time, Any Where et Any Device. Du côté de chez karabasse77 Après la #twictée qui prend un bel envol dans les classes de la francophonie, voici venu le rejeton urbain et citoyen, le petit frère qui fait l’école buissonnière : la #twictée2rue. Vous serez d’accord pour dire que les erreurs orthographiques sont nombreuses autour de nous. Sur les vitrines des boutiques, dans les publicités de nos boites à lettres, dans les manchettes des journaux, à la télévision… Et nous ne nous excluons pas nous-même des (mal)heureux « producteurs d’erreurs ».

"Mobiquité" ou "ATAWADAC" ? - Auto Net ATAWADAC (où ATAWAD en version courte ..), c’est un très vilain acronyme qui vient se rajouter à la liste des historiques URL, HTTP, HTML et des plus récents WYSIWYG (What You See Is What You Get, ce qui illustre que ce que vous voyez est ce que vous obtiendrez. Ainsi, le document affiché à l’écran est censé correspondre au document final, imprimé ou envoyé), et SoLoMo (Social, Local, Mobile) dont je vous parlais ici récemment. Si j’ai choisi d’évoquer celui-ci aujourd’hui c’est parce qu’il apparaît de plus en plus souvent dans des blogs spécialisés et sur des pages techniques de sites ou de compte rendus de conférences Internet.

L'Agence nationale des Usages des TICE - Blog et TBI pour la production d’écrits au CM2 Esthelle Straub, professeure des écoles à l’école Tregain de Rennes, permet à ses élèves de CM2, grâce à l’utilisation du TBI et à la mise en place d’un blog, d’entrer dans la production d’écrits en s’appuyant notamment sur les projets culturels portés par l’école. L'origine du projet Le point de départ de ce projet est lié à une volonté d'améliorer la maîtrise de la langue écrite au cycle 3. Les élèves, souvent d'origine non francophone et peu confrontés à l'écrit dans leur vie personnelle quotidienne, se trouvaient en difficulté à leur arrivée au collège.

Les trois révolutions numériques qui attendent l'école Les révolutions silencieuses apportent plus de changements que l'ivresse des grands soirs, si souvent annonciatrice d'âpres gueules de bois matutinales. Promis voilà neuf mois, le grand plan pour le numérique à l'école, finalement dévoilé à la fin de la semaine dernière par François Hollande, pourrait ainsi changer notre système éducatif bien plus radicalement que les très polémiques réformes du collège et des programmes. Une première révolution se jouera dans les classes. N'en déplaise aux locataires de la Rue de Grenelle, une fois franchie la porte de la salle de classe, le véritable décideur politique n'est pas le ministre mais l'enseignant, seul maître à bord de sa pédagogie. Collaboration et investissement, clés de la réussite

Apprendre avec le numérique ? Les élèves utilisent mieux que nous le numérique car ce sont des "digital natives". On apprend mieux avec le numérique car il motive. Et puis il s'adapte mieux aux besoins des élèves .On a tous entendu ces affirmations. Mais qu'en est-il en vrai ? Dans "Apprendre avec le numérique" (Retz), Franck Amadieu et André Tricot, tous deux membres du laboratoire Cognition Langues Langages Ergonomie du CNRS, passent au crible de la recherche 11 propositions populaires. Et ça fait mal. 25 vidéos pour comprendre la culture numérique aujourd’hui Dans le cadre d’un projet de formations internes pour son personnel réunies sous l’appellation Digital Academy, le groupe d’assurance Allianz a conçu des vidéos d’animation sur la culture numérique au sens large et utilitaire. Ces web-séries à épisodes ultra-courts (format de moins 3 minutes chacune) proposent d’aborder des termes, des outils, des concepts, des services en ligne avec un ton humoristique permettent à des novices de mieux comprendre ce qu’est le numérique aujourd’hui. L’ensemble des vidéos sont rassemblées sur la chaîne YouTube Allianz France sous la forme de 4 playlists : Internet (8 vidéos)

Numérique : Comment les technologies contraignent l'usage On a coutume d'entendre dans de nombreuses présentations et échanges sur le numérique dans le monde scolaire des propos comme "ce n'est qu'un outil". On comprend qu'à la suite de cette affirmation se trouve l'idée que l'usager est maître l'outil, qu'il l'a "à sa main". A partir des travaux de Pierre Rabardel (Les hommes et les technologies. Approche cognitive des instruments contemporains, Armand Colin, 1995), en particulier, nous savons qu'un outil n'est pas qu'un outil, c'est d'abord un instrument. Petite Poucette : la douteuse fable de Michel Serres Depuis un an, le petit livre de M. Serres, Petite poucette[1], fait partie des essais les plus vendus en librairie et les plus relayés dans les medias, où son auteur est très régulièrement invité. Dans cet opuscule, issu d’un discours prononcé à l’Académie française, Serres porte un regard résolument optimiste sur le monde numérique et sur les nouvelles générations qui le portent – les petit(e)s poucet(te)s du titre -, promises selon l’auteur à une libération sans précédent, cognitive et politique, grâce aux vertus d’un monde numérisé et librement connecté. M. Serres commence par souligner l’ampleur des multiples transformations de ces dernières décennies. De cette mutation civilisationnelle serait né ou en train de naître un nouvel humain, « petite poucette », individu enfin libre et pleinement lui-même, dégagé de tout un ensemble de fardeaux et de servitudes issus du passé, grâce aux vertus des technologies numériques.

#Twictée : la dictée en 140 signes, c’est ça l’avenir de l’orthographe ? - Rue89 - L'Obs Pour enseigner l’orthographe aux écoliers, certains profs n’hésitent plus à utiliser Twitter dans le cadre de dictées en ligne – les « twictées ». L’idée est simple. Il s’agit d’abord de dicter une phrase (inférieure à 140 signes, la limite imposée pour un tweet) comprenant tout un tas de difficultés orthographiques que les élèves recopient au stylo sur leurs cahiers. La classe est ensuite divisée en groupes de deux ou trois, les enfants négociant ce qu’ils pensent être la bonne écriture de tel ou tel mot. Lorsqu’ils parviennent à un accord, ils tweetent leur mini-texte sur tablette, à l’ordinateur, ou parfois même sur le téléphone portable du prof, qu’ils adressent en message privé à une « classe miroir » – une des soixante autres « twittclasses » disséminées du Togo au Canada. C’est elle qui envoie ensuite ses corrections sous forme de « twoutils », c’est-à-dire de hashtags de type #ponctuation ou #lettrequichanteleson.

Du Web aux wikis : une histoire des outils collaboratifs Les outils collaboratifs répondent aux besoins des utilisateurs de travailler en groupe, par exemple, faciliter l'écriture collaborative de documents. Nés de la croisée de technologies indépendantes (messagerie, forum, workflow...), ils ont permis de mutualiser les ressources. C'est ce qui explique pourquoi ils se sont progressivement généralisés auprès des utilisateurs. Les applications à but collaboratif sont à peu près aussi anciennes que l’Internet et indissociables de l'idée de communauté.

Related: