background preloader

Décrochage : La recherche pointe du doigt l'Ecole

Décrochage : La recherche pointe du doigt l'Ecole
Peut-on réduire le décrochage sans changer l'Ecole ? "Quand on utilise le mot "décrochage" on est dans un lexique qui empêche de penser aux apprentissages. Or avant d'être des "décrocheurs", ces jeunes étaient des élèves avec des difficultés d'apprentissage". Stéphane Bonnery a clos le séminaire organisé par Denis Fougère et Agnès Van Zanten dans le cadre du Liepp Sciences Po le 30 septembre. Comment les jeunes décrocheurs expliquent-ils leur départ du système éducatif ? La seconde étude est plus connue. Et leur intervention porte ses fruits. Les deux travaux ont été mis en discussion. Qu'elle le fabrique ou qu'elle se montre efficace dans les dispositifs qu'elle met en oeuvre contre le décrochage, l'Ecole est au centre des motifs qui jettent chaque année 140 000 jeunes hors système sans diplôme. François Jarraud L'experience de Versailles Marre de l'école, l'étude du CREN (Bernard et Michaut) Related:  Décrochage scolairedécrochage scolaire 2

Décrochage : Peillon joue la prévention "Il faut changer la pédagogie. Notre système produit l'exclusion". Présentant le 8 janvier les résultats du plan anti décrochage, le ministre de l'éducation nationale en a tiré parti pour défendre une refondation pédagogique de l'Ecole. "L'approche individuelle des réseaux Foquale doit être étendu à l'Ecole... La philosophie de Foquale est au coeur de la refondation". Vincent Peillon a rendu le 8 janvier un vif hommage au dévouement des personnels des réseaux Formation Qualification et Emploi (Foquale) qui repèrent et orientent les décrocheurs. "L'idéal c'est de prévenir. Le ministre a estimé qu'il faudrait "des moyens pour l'éducation prioritaire" mais n'a pas dévoilé son plan qui devrait être rendu public dans une semaine. Interrogée par le Café pédagogique, Audrey Maurin, déléguée générale de la Fespi, le réseau des micro lycées, a jugé ce discours positif. François Jarraud

Actualités - Energies Jeunes La prévention contre le décrochage Association Reconnue d'Utilité Publique, agréée par le Ministère de l'Éducation nationale, Energie Jeunes intervient dans les collèges d'éducation prioritaire. L'association regroupe des enseignants, des bénévoles, des salariés d'entreprises citoyennes partenaires et des jeunes volontaires en mission de Service Civique. Avec des programmes pédagogiques élaborés par des experts de la pédagogie et spécialiste du comportement, Energie Jeunes apporte un appui efficace pour motiver et remotiver les élèves. Que propose Energie Jeunes ? Energie Jeunes propose deux programmes pédagogiques pour développer la persévérance scolaire : Ma réussite au Collège: douze « épisodes » de 55 minutes, animés en classe par les volontaires d'Energie Jeunes avec la participation active d'un Professeur et autour de nombreux supports audiovisuels. Vous pouvez suivre Energie Jeunes sur Facebook et sur Twitter. L'efficacité du programme démontrée par une vaste étude scientifique

Les lourds coûts du décrochage scolaire | Opinions Les statistiques démontrent également que le décrochage scolaire affecte deux fois plus de garçons que de filles. J'ai rencontré plusieurs décrocheurs et ce qui m'a toujours étonné, c'est que ces jeunes ne croient pas que l'école puisse leur être utile, ni leur permettre d'améliorer leur qualité de vie et professionnelle. En fait, ces jeunes n'ont pas de projet d'avenir. Quant on leur demande pourquoi ils ont quitté l'école, les principales raisons invoquées sont: le retard scolaire, les conflits avec les enseignants, la perte de temps à l'école, les conflits familiaux, le désir d'aller travailler. Mais en quittant prématurément l'école, le jeune fait un choix qui aura de lourdes conséquences toute sa vie. En effet, il est clairement démontré par de très nombreuses études que le décrochage entraîne de lourdes conséquences pour les jeunes. L'économiste Pierre Fortin, professeur à l'UQAM, a évalué le coût du décrochage scolaire pour le jeune et la société. Laurier Fortin, Ph.D.

2014_decrochage_scolaire_DP_369109.pdf Décrochage scolaire : les cursus et classes à risque En France, 140 000 jeunes quittent chaque année le système scolaire sans qualification. Alors que le gouvernement vient de lancer un plan pour réintégrer ces décrocheurs, le point sur les filières et les classes où l'on en trouve le plus. Parmi les élèves du secondaire, un quart (23 %) sont touchés par le décrochage scolaire, selon une étude de l'Insee, qui a suivi le parcours d'un panel d'élèves entrés en classe de 6e en 1995. Dans huit cas sur dix, ces décrocheurs ont arrêté leur cursus sans obtenir aucun diplôme. Des chiffres qui n'incluent pas le brevet des collèges, qui n'est pas considéré comme un diplôme du secondaire. Les 20 % restant ont décroché avant le bac, mais avec un BEP ou un CAP en poche. Un décrocheur sur six (17 %) a quitté l'école dès le collège. Un tiers ont décroché avant même la dernière année de leur cursus (18 % en 1re année de BEP et CAP, 14 % en classe de 1re). Le profil qui présente le plus de risques de décrochage ?

Le décrochage scolaire en France : un « problème social » émergent ? 1L’émergence du « décrochage scolaire » comme problème social et institutionnel majeur en tant que tel date des années quatre-vingt-dix. Comprendre les raisons de l’apparition de cette question et des dispositifs afférents nécessite de les resituer dans le contexte socio-historique et institutionnel français. 2Depuis la fin du XIXe siècle, la démocratisation scolaire, enjeu majeur des débats socio-politiques, a procédé par étapes, avec une instruction primaire nationale accessible d’abord aux garçons de milieux populaires puis aux filles. Il n’était alors pas question de « déscolarisation » quand, dans une famille populaire, un élève cessait sa scolarité précocement : c’était « dans l’ordre des choses ». 3Dans les années soixante, le contexte économique et politique conduit à reporter à seize ans l’âge de la scolarité obligatoire et à regrouper en un seul système l’ancien lycée des classes dominantes et l’école du peuple. 1 Bautier É., Rochex J. De l’échec au décrochage

Organisation et mise en uvre des articles <abbr lang="fr" xml:lang="fr" title="Législatif">L.</abbr> 313-7 et <abbr lang="fr" xml:lang="fr" title="Législatif">L.</abbr> 313-8 du code de l'Éducation - MENE1101811C - Ministère de l'Éducation nationale, de l L'instruction interministérielle du 22 avril 2009 a défini les principes de l'action de l'État en matière de prévention du décrochage scolaire et d'accompagnement des jeunes sortant prématurément du système de formation initiale. Notamment, elle vous a engagé, en vous appuyant au besoin sur les expérimentations soutenues par le fonds d'expérimentations pour la jeunesse, à renforcer les actions de repérage des jeunes décrocheurs de la formation initiale et à mettre en place des coordinations locales permettant d'organiser leur prise en charge plus rapide et mieux coordonnée. Parallèlement, les réformes engagées, au sein du système éducatif, en vue de répondre aux besoins individuels de chaque élève à tous les niveaux de la scolarité, se poursuivent et permettent de réduire les risques de décrochage ou d'abandon en cours de scolarité et de mobiliser la communauté éducative pour combattre l'absentéisme. - Les niveaux de qualification concernés - des centres de formation d'apprentis ; . etc.

Décrochage scolaire: «Je me levais à 17 heures et n'avais aucune motivation» VOS TÉMOIGNAGES - Quitter l'école sans le moindre diplôme? Certains internautes ont connu cette situation. Ils se confient sans détour sur ces années compliquées. Le gouvernement part en guerre contre le décrochage scolaire. Invitée dans la matinale de RTL ce vendredi, la ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem a présenté son nouveau plan d'action. «J'ai passé une année à jouer aux jeux vidéo entre ma terminale et ma première année de fac. Pour une majorité d'internautes, le problème viendrait de l'école elle-même. Valérie L, elle, met en cause le milieu familial: «Je pense que c'est dû à un manque de communication entre l'équipe éducative, les parents et l'enfant. Comment combler ces lacunes? David M tient à rassurer, sortir du système n'est pas une fin en soi: «J'ai quitté l'école à l'âge de 16 ans.

Qui sont les jeunes en décrochage scolaire ? Le gouvernement a présenté vendredi un plan pour aider les 620 000 jeunes qui ont quitté l'enseignement scolaire sans diplôme. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Marine Messina Le premier ministre Manuel Valls a présenté vendredi 21 novembre un plan gouvernemental pour diviser par deux le décrochage scolaire des jeunes. Que recouvre ce phénomène ? « Décrochage » : de quoi parle-t-on ? « Selon le code de l'éducation, un décrocheur est un élève qui quitte un cursus de l'enseignement secondaire sans obtenir le diplôme finalisant cette formation », explique l'Insee dans son étude intitulée France, portrait social de 2013. Ainsi, tous les jeunes qui ont quitté l'école au niveau du collège, ceux qui ont abandonné leur cursus de baccalauréat ou leur formation en CAP et BEP font partie des élèves qui ont « décroché » d'une formation de l'enseignement secondaire. Le gouvernement estime que 620 000 jeunes, âgés de 18 à 24 ans, sont dans cette situation en France. Qui est concerné ?

Mobilisation contre le décrochage scolaire : bilan 2013 et perspectives 2014 Introduction : la Nation mobilisée contre le décrochage scolaire Des engagements tenus pour l'année 2013 En décembre 2012, Vincent Peillon s’était engagé à faire revenir en formation, au cours de l’année 2013, 20 000 jeunes ayant décroché. Un an plus tard, 23 000 décrocheurs sont de nouveau en formation initiale ou en Service civique 20 000 de retour en formation initiale diplômante3 000 effectuent un service civique À ceux-là s’ajoutent 11 000 jeunes décrocheurs qui bénéficient actuellement d’un parcours de retour en formation accompagné par la Mission de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS, anciennement MGI, mission générale d’insertion). Des réseaux FOQUALE ont été créés en face de chacune des 360 plates-formes d’appui et de suivi des décrocheurs à travers le territoire. Un objectif pour 2014 25 000 jeunes décrocheurs de retour en formation initiale. Le Président de la République a ainsi fixé l’objectif de diviser par deux au cours de la mandature le nombre de décrocheurs.

Lutte contre le décrochage : Hollande revient sur le droit au retour en formation " A partir du mois prochain tout jeune sorti du système scolaire pourra soit revenir à l'école soit avoir un stage, un apprentissage. Tout jeune pourra avoir une seconde chance". François Hollande a annoncé la mis en place du droit opposable au retour en formation pour les jeunes de 16 à 25 ans en décembre 2015. Tout jeune sortant du système éducatif sans diplôme bénéficie d'une durée complémentaire de formation qualifiante qu'il peut utiliser dans des conditions fixées par décret. Au CSE, Florence Robine, directrice générale de l'enseignement scolaire, a présenté ce nouveau droit comme un défi pour l'éducation nationale, celui d'être capable d'accueillir des publics différents des élèves ordinaires. Ce soutien relatif s'explique par les lacunes du texte. François Jarraud Le droit au retour en formation

Cap sur la prévention et la seconde chance pour réduire le décrochage scolaire - 21/11/2014 - ladepeche.fr Meilleure prévention du décrochage scolaire, seconde chance pour ceux qui ont abandonné l'école sans diplôme ni qualification: le gouvernement lance un plan de lutte contre un phénomène qui affecte 140.000 jeunes chaque année. C'est le deuxième plan contre le décrochage depuis l'élection de François Hollande, qui a promis de le diviser par deux pendant son quinquennat et à demandé à "être jugé sur ce résultat". Il finira de se déployer à la rentrée scolaire 2016 avec la généralisation de "pratiques vertueuses" préalablement expérimentées, à quelques mois de l'élection présidentielle. Ce plan sera détaillé lors d'un déplacement vendredi du Premier ministre Manuel Valls, de la ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem et du secrétaire d'État à la Réforme de l'État Thierry Mandon, dans un lycée professionnel de Lens (Pas-de-Calais). Sont considérés comme décrocheurs ceux qui ont quitté le système scolaire sans qualification équivalente aux Baccalauréat, CAP ou BEP.

Related: