background preloader

Le racisme comme système - Une heure de peine...

Le racisme comme système - Une heure de peine...
Lorsque l'on tape "racisme" sous google, la première proposition qui apparaît est "racisme anti-blanc". Et sur les liens proposés, il faut attendre le quatrième pour avoir une critique de cette notion. Les sociologues affirment souvent que le "racisme anti-blanc" n'existe pas : une idée mal comprise, parce que souvent appréhendée avec ce qu'il faut de mauvaise foi pour se lancer dans la fausse indignation contre la "bien-pensance". Derrière cette idée, ce qu'il y a en jeu, c'est la compréhension de ce qu'est le racisme. Le plus souvent, celui-ci est perçu comme un sentiment individuel - en grande partie parce que les mouvements et politiques anti-racistes contribuent largement à le cadrer ainsi. Pourtant, du point de vue sociologique, ce n'est pas cela le racisme. Qu'il y ait, dans ces quelques exemples, du racisme, c'est certain. Un malaise apparaît alors. Le problème de cette deuxième définition du racisme, c'est que si on la prends au sérieux, alors il n'y a plus de racistes !

http://uneheuredepeine.blogspot.com/2014/09/le-racisme-comme-systeme.html

Related:  Mythe du racisme "anti-blanc"Concepts antiracistesRacisme anti-blancAntiracisme 2Anti-racisme, islamophobie, etc.

Daniel Hale Williams Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Daniel Hale Williams, né le 18 janvier 1858 et mort le 4 août 1931, est un chirurgien américain, le premier chirurgien cardiaque Afro-américain, lequel réussit la première opération à cœur ouvert aux États-Unis. Il est également le fondateur de l'hôpital Provident de Chicago, le premier établissement hospitalier à ne pas pratiquer la ségrégation aux États-Unis. Biographie[modifier | modifier le code]

Racisme : définition politique Je pensais avoir suffisamment exprimé ce qu’était le racisme, tel que je le considère. Au vu de certaines questions qui m’ont été posées, et de certaines interpellations, je vois qu’il n’en est rien. Il est vrai que j’en ai donné un aperçu ici et ici, mais je pense qu’il faut essayer d’expliquer pourquoi il est pertinent de décorreler ce que j’appelle racisme et ce que le commun – étant souvent des dominants – appelle racisme.

Le privilège blanc pour les nuls : déconstruction — Bad Bitch Central De nombreuses fois, le sujet du privilège blanc a été abordé au sein de la communauté. J’ai tenté comme j’ai pu de vous aiguiller vers des articles sociologiques, et des études à son propos, mais je pense que c’est difficile quand le sujet n’est pas correctement introduit. Quelques médias français s’y sont essayé, notamment Slate, dans un article que je vous invite à lire en complément de celui-ci. Voilà pourquoi j’ai traduis pour vous, l’article sociologique de Peggy Mc Intosh. Un article qui a changé ma vie, et qui m’a fait comprendre comment cette société fonctionne.

De l'urgence d'en finir avec le « racisme anti-blanc Parler de « racisme anti-blanc » c’est confondre ce qui relève des émotions, de la colère et ce qui a trait aux discriminations. En d’autres termes, c’est confondre les relations interpersonnelles et les rapports sociaux [1]. Ainsi, si Fatima, Mohammed, ou Fatou traitent Marie et Louis de « sales français » (relation interpersonnelle), le désagrément certain que constitue l’insulte sera mis sur le même plan que le fait que Fatima, Mohammed et Fatou risquent de voir leur CV refoulés en raison de leur couleur de peau, celle-ci signifiant une origine « autre », qu’elle soit réelle ou supposée (rapport social). Par ailleurs, on pourrait réfléchir au fait qu’être anti français, c’est être anti blanc, aux yeux de ceux qui s’émeuvent des ravages dudit « racisme anti-blanc ». Or dans ce contexte, il ne peut y avoir de commune mesure entre les positions de ceux qui discriminés, peuvent insulter par rage, et ceux qui se retrouvent privilégiés par un rapport social. “il y a des blancs pauvres !

Tailspin - Pour mes élèves de Seine Saint-Denis Lorsque j’ai appris l’attaque de Charlie Hebdo, je rentrais de l’école. Un message, puis deux, sur mon téléphone. Puis je suis restée bloquée sur les chaînes d’information pendant un long moment sans pouvoir rien faire d’autre. Prévenir et combattre le racisme et toutes les formes de discrimination Les ouvrages scientifiques de référence Memmi (A.), Le racisme, Paris, Gallimard, [1982] 1994, 256 p. Albert Memmi est un auteur franco-tunisien qui a analysé les relations sociales induites par la colonisation et par la différenciation. Jouons au bingo antiraciste! Cet article, je l’ai entamé de maintes fois, je l’ai laissé, repris, effacé en partie, ré-écrit…sans pouvoir poser les mots justes, à chaque fois. Néanmoins, je pense qu’il est quand même temps que je le publie. Je pense qu’il y a encore besoin de répéter une n-ième fois en 2013, en France, que non, le racisme n’est pas avoir un tas de préjugés sur une des races présupposées.

Chez les Amérindiens, les transgenres étaient particulièrement respectés par leur tribu Saviez-vous qu’il existait dans la plupart des tribus amérindiennes 5 genres différents ? En effet, en plus des identités masculines et féminines, certaines personnes pouvaient s’identifier comme étant homme – femme, femme – homme et transgenres. On vous explique cette tradition ancestrale méconnue ! S’il est vrai qu’il reste peu de traces des différentes cultures amérindiennes, l’une qui reste conservée dans les mémoires des descendants des tribus amérindiennes est celle des Deux Esprits : la bispiritualité.

Related: