background preloader

La pollution de l’air

La pollution de l’air
Related:  Des sites pour la SVT !DEVELOPPEMENT DURABLE

La pollution de l'air ou pollution atmosphérique La fondation Nicolas Hulot : la biodiversité au coeur des enjeux et des décisions La biodiversité, une dimension essentielle du vivant La "biodiversité" est un mot nouveau qui a été créé pour alerter sur la crise du vivant et notamment la disparition des espèces. Elle peut généralement être entendue comme l'ensemble des gênes, des espèces et des écosystèmes. Il s'agit du tissu vivant de la planète et donc de la multiplicité des interactions entre organismes dans un milieu en changement. Elle joue un rôle prépondérant pour la survie des êtres humains qui en retirent de l’eau potable, des matières premières, des aliments … Cela a bien été explicité par la notion de services écologiques en liaison directe avec le fonctionnement des écosystèmes. Le vivant et ses interrelations sont une ressource indispensable à notre survie : l’être humain fait à la fois partie du vivant et en dépend. La biodiversité en danger Les chiffres sont alarmants : le taux d’extinction actuel des espèces est 100 à 1000 fois plus élevé que le rythme d’extinction naturel. haut de page

Pollution atmosphérique La pollution atmosphérique est un sujet qui touche de près à la qualité de vie de la population. En fait, il n'existe pas une pollution, mais des pollutions atmosphériques. Chaque activité humaine génère dans l'air ambiant, des polluants en plus ou moins grandes quantités et ces polluants sont différents selon la source d'émission. Ainsi, une activité industrielle émettra en majorité certains polluants spécifiques, qui seront différents de ceux dégagés par le trafic routier. Qu'est-ce que l'air ? L’air n’est jamais totalement pur. Les polluants sont libérés dans l’air par : des sources naturelles : volcans, océans, végétation, animaux…des sources liées aux activités humaines : industrie, transport, chauffage... Il existe 2 catégories de polluants : Ceux qui sont émis directement par une source, comme le dioxyde de soufre SO2 ou le monoxyde d’azote NO ; ce sont des polluants dits primaires. L'influence de la météorologie La température Le vent La pression atmosphérique et vents synoptiques

La biodiversité et le développement durable Le transport routier reste la plus importante source de pollution de l’air en Europe Est-on certain que le transport routier est la source la plus importante de pollution en Europe, tout au moins en période de chauffage ? Ce n'est pas l'avis du programme scientifique européen Carbosol qui a rendu son verdict le 15 Décembre 2007 : "La combustion de biomasse (feux de cheminée, feux agricoles et feux de jardins) est responsable de 50 à 70% de la pollution carbonée hivernale en Europe". Savez-vous que la combustion du bois en France pollue beaucoup plus que l'ensemble du transport routier ? Selon les estimations du CITEPA, qui assure la réalisation technique des inventaires dans notre pays (mise à jour de février 2008), pour TOUTE l'année 2006 : Le bois-énergie émet 26% des PM10 (particules de taille inférieure à 10 micromètres), 39% des PM2,5 et 64% des PM1 (les plus nocives avant les encore plus inquiétantes nanoparticules : les PM0,1 malheureusement non encore inventoriées). Le transport routier : respectivement 11%, 12% et 16%, on pourrait presque dire : seulement !

La liste mondiale des espèces menacées / L'Union Internationale pour la conservation de la nature en France La Liste rouge de l’UICN est un indicateur privilégié pour suivre l’état de la biodiversité dans le monde. Grâce à cet état des lieux, on sait aujourd’hui qu’une espèce de mammifères sur quatre, un oiseau sur huit, plus d’un amphibien sur trois et un tiers des espèces de conifères sont menacés d’extinction mondiale. Qu’est-ce que la Liste rouge ? La Liste rouge de l’UICN constitue l’inventaire mondial le plus complet de l’état de conservation global des espèces végétales et animales. Elle s’appuie sur une série de critères précis pour évaluer le risque d’extinction de milliers d’espèces et de sous-espèces. Fondée sur une solide base scientifique, la Liste rouge de l’UICN est reconnue comme l’outil de référence le plus fiable sur l’état de la diversité biologique spécifique. La Liste rouge permet de répondre à des questions essentielles, telles que : • Dans quelle mesure telle espèce est-elle menacée ? Quelques chiffres clefs Comment la Liste rouge est-elle établie ?

Pollution air : définition, pollution atmosphérique De quoi est composé l'air que l'on respire chaque jour ? Pour vivre, un être humain a besoin d'environ entre 10 000 et 15 000 litres d'air chaque jour. Cela représente entre 12 et 18 kg d'air ! La composition normale de l'air est :- 78 % d'azote (N)- 21 % d'oxygène (O)- 1 % d'autres gaz Qu'est-ce que la pollution de l'air ? Quand cet air est modifié par des éléments qui sont nuisibles à notre santé et à notre environnement (les polluants), on dit que l'air est pollué. La loi sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie (LAURE) de 1996 définit la pollution atmosphérique comme étant "l'introduction par l'homme, directement ou indirectement, dans l'atmosphère et les espaces clos, de substances ayant des conséquences préjudiciables de nature à mettre en danger la santé humaine, à nuire aux ressources biologiques et aux écosystèmes, à influer sur les changements climatiques, à détériorer les biens matériels, à provoquer des nuisances olfactives excessives". Qu'est-ce qui pollue l'air ?

Un dossier sur les pesticides Pesticides : le dossier Les pesticides sont utilisés en grandes quantités depuis les années 50 par l’agriculture intensive.Cette forte utilisation entraine une présence de résidus de pesticides partout: dans l’eau bien sûr, mais aussi dans l’air, les brouillards et l’eau de pluie ! Les pesticides sont également présents dans nos aliments: près de 50% des fruits et des légumes produits par l’agriculture intensive en contiennent. Ils finissent dans nos organismes, apportés là par l’eau, l’air et les aliments consommés. Nos organismes hébergent ainsi des centaines de molécules toxiques dont de très nombreux pesticides. Ces pesticides posent un véritable problème de santé publique, et pas seulement pour les utilisateurs qui sont les plus exposés, mais aussi pour la population générale. Face à cette situation, quelles solutions? >>>> Mieux évaluer les pesticides pour interdire tout ceux qui présentent un potentiel toxique pour l’homme avéré ou même suspecté et surtout

La pollution atmosphérique Date de dernière mise à jour : 20/06/2014 L'air que nous respirons est pollué par toutes sortes de composants, d'origine naturelle ou issus des activités humaines, notamment les transports, le chauffage, l'industrie et l'agriculture. Les dernières données scientifiques disponibles confirment que l'exposition prolongée à des niveaux élevés de pollution atmosphérique constitue un facteur de risque non négligeable de cancers du poumon, loin derrière le tabac. Afin de contrer ces effets, la solution consiste à réduire au maximum les émissions de polluants, en particulier celles de particules fines, dont celles du Diesel. Particules fines voire ultrafines, composés organiques volatiles (COV), résidus d'hydrocarbures... Pollution atmosphérique et risque de cancers Les experts du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) ont récemment passé au crible les études scientifiques disponibles évaluant le lien entre pollution atmosphérique et risque de cancers.

Nutrition et santé / Le site de l'Inserm Avec la collaboration du Pr Serge Hercberg, professeur de nutrition à la Faculté de médecine de Paris 13, directeur de l’unité de recherche en épidémiologie nutritionnelle (UREN - UMR 557 Inserm/Inra/Cnam), directeur de l’unité de surveillance et d’épidémiologie nutritionnelle (USEN -InVS/ISTNA-CNAM), directeur du Centre de recherche en nutrition humaine (CRNH) Ile-de-France (GIS) et du Pr Jean-Michel Oppert, chef de service au Centre de recherche et de médecine de l’obésité(Hôpital de la Pitié-Salpetrière, Paris), chercheur à l’unité de recherche en épidémiologie nutritionnelle (UREN - UMR 557 Inserm/Inra/Cnam) - Octobre 2013. La santé passe par l’assiette et l’activité physique © Inpes L’alimentation et l’activité physique sont impliquées dans l’apparition et le développement de la plupart des maladies chroniques les plus fréquentes aujourd’hui. Bien manger, tout un programme Les recommandations clés sont les suivantes : Les fruits et légumes : au moins 5 portions par jour. Actualités

5 familles énergies renouvelables Fournies par le soleil, le vent, la chaleur de la terre, les chutes d’eau, les marées ou encore la croissance des végétaux, les énergies renouvelables n’engendrent pas ou peu de déchets ou d’émissions polluantes. Elles participent à la lutte contre l’effet de serre et les rejets de CO2 dans l’atmosphère, facilitent la gestion raisonnée des ressources locales, génèrent des emplois. Le solaire (solaire photovoltaïque, solaire thermique), l’hydroélectricité, l’éolien, la biomasse, la géothermie sont des énergies flux inépuisables par rapport aux « énergies stock » tirées des gisements de combustibles fossiles en voie de raréfaction : pétrole, charbon, lignite, gaz naturel. Entrez dans l’univers des énergies renouvelables : Quelles sources d’énergies ? Pour quels besoins ? Pour en savoir plus ou télécharger la fiche pédagogique des "5 familles énergies renouvelables", connectez-vous.

Projet de loi relatif à la politique de santé publique : tome 1, rapport 1. Les difficultés méthodologiques propres à la sécurité sanitaire environnementale a) Un champ en perpétuelle expansion La notion d'hygiène des milieux a été à l'origine de la santé publique : dès le quatrième siècle avant notre ère, Hippocrate, dans son traité « Des airs, des eaux et des lieux » étudiait déjà, de façon systématique, les relations entre les maladies et l'environnement. Il reste que le concept d'environnement reçoit une définition de plus en plus large, à mesure que les connaissances scientifiques se développent. Cette définition est également rendue plus complexe, du fait que l'homme lui-même constitue un facteur puissant de perturbation de son environnement naturel. La première perception de l'environnement porte sur les milieux naturels : air, eau et sol. b) Une méthodologie d'évaluation des risques connue mais difficile à mettre en oeuvre L'évaluation des risques sanitaires liés à l'environnement répond à une méthodologie éprouvée qui se décompose en quatre étapes :

Related: