background preloader

Le VIH/sida et les autres IST

Le VIH/sida et les autres IST
VIH / SIDA - Symptômes et dépistages Avant d’atteindre le stade du sida, le VIH se développe, pendant plusieurs années, dans le corps sans qu’aucun symptôme visible ne se manifeste. Pourtant, on est contagieux et on s’affaiblit peu à peu. S’il peut arriver que, 15 jours après la contamination, des signes apparaissent (comme de la fièvre, des plaques rouges sur le corps ou le visage, des maux de tête et de ventre, des diarrhées…), la plupart du temps, on n’y prête pas attention car ils peuvent ressembler à une autre maladie type grippe ou angine. Si tu souhaites arrêter d’utiliser les préservatifs avec ton ou ta partenaire, si tu as eu un rapport non protégé, au moindre doute, fais-toi dépister. Une simple prise de sang suffit. Related:  Module A6 : Les infections sexuellement transmissibles

Nos oreilles on y tient ! Portail Santé Jeunes - Vie affective et sexuelle Mentions légales Informations éditeurs : Le site www.portailsantejeunes est géré par l’Inpes. Directrice de la publication : Thanh LE LUONG Institut National de Prévention et d’Education à la Santé 42, boulevard de la Libération 93203 Saint-Denis Cedex Téléphone : 01 49 33 22 22 Télécopie : 01 49 33 33 90 Site Internet : www.inpes.sante.fr La conception éditoriale, le suivi, la maintenance technique et les mises à jour du site sont assurées par le webmestre webmaster@inpes.sante.fr Hébergement : L’hébergement de ce site est assuré par la société CLARANET. CLARANET 68, rue du Faubourg Saint Honoré 75008 Paris Tél. : 01 70 13 70 00 Fax : 01 70 13 70 01 E-mail : info@claranet.fr Création : La réalisation du site Internet et des éléments de communication a été pilotée par la société Planète interactive. Droits d’auteur : Tous les contenus présents sur le site portailsantejeunes.fr sont couverts par le droit d’auteur.

Le VIH/SIDA Signes possibles : A partir de 15 jours après la contamination : fièvre, éruption cutanée, fatigue, diarrhée, puis ces signes disparaissent. Quelques mois à quelques années après la contamination, après une longue phase sans signe apparent, ces symptômes réapparaissent (ils témoignent de l'affaiblissement immunitaire). Diagnostic : par un prélèvement de sang (auto-test vendu en pharmacie, prise de sang, test rapide de dépistage et d’orientation) Complications graves : évolution possible vers le sida ; atteinte du nouveau-né si la mère est infectée et non traitée. Traitement : à ce jour, aucun traitement n’élimine le virus VIH. Pas de vaccin VIH et Traitement Post-Exposition (TPE) En cas de rapport non ou mal protégé, il existe un traitement d’urgence pour se protéger du VIH/sida appelé traitement post-exposition. Les IST et le VIH/SIDA Les autres IST fragilisent les muqueuses ; elles augmentent donc considérablement le risque de contamination par le virus du sida.

Le VIH/Sida | Prevention IST En Belgique, près de 3 personnes par jour sont dignostiquées séropositive au VIH. Vaccin Non Symptômes Ils peuvent apparaître 2 à 4 semaines après la contamination (parfois, il n'y en a pas du tout) puis ils disparaissent, laissant place à une infection chronique (c'est-à-dire qui persiste dans le temps, pour laquelle il faut un traitement très long ou dont on ne sait se débarrasser) : FièvreDiarrhéeEruption cutanée (plaques avec des petits boutons, apparaissant sur le corps)FatigueApparition de ganglions ou augmentation de leur tailleDouleurs musculairesLes premières semaines après l'infection, la charge virale est très élevée et donc le risque de transmission l'est également. Dépistage Prise de sang : la plupart des tests proposés sont de 4ème génération et permettent de détecter la présence du virus avec certitude 6 semaines après la prise de risque. Traitement Il existe aussi le traitement post exposition (TPE). Attention ! Modes de transmission spécifiques Modes de protection

Métiers de la santé (/accueil/pages-contact/FormulaireEnvoyerLien.html?currentUrl=http%3A%2F%2Fwww.inrs.fr%2Faccueil%2Fsecteurs%2Fsante.html¤tTitle=M%C3%A9tiers%20de%20la%20sant%C3%A9) ( (/accueil/pages-contact/Choixformulaire.html? Les professions de santé doivent sans cesse améliorer leurs pratiques opératoires et leurs équipements de travail afin de dispenser des soins de qualité aux malades. À des degrés divers, les employés des établissements de soin, de cabinets dentaires, de laboratoires médicaux ou les intervenants à domicile sont concernés par des contraintes de travail physiques, psychiques et organisationnelles. Ils sont notamment exposés : Démarche de prévention adaptée aux situations de travail En cabinet, à domicile, en établissement, d’une situation de travail à l’autre, les risques rencontrés par les métiers de la santé sont très variables.

adosen – pour le bien-être des élèves - Centres de dépistage VIH/SIDA- Bouches-du-Rhone Le Spot Longchamp - Marseille 3 boulevard Longchamp - 13001 Marseille M° 1 Canebière - T2 Réformés Canebière, National Toutes les infos pratiques CeGIDD - Marseille 63 avenue Robert Schuman - 13002 Marseille M2, T2 Joliette 10 rue Saint Adrien - 13008 Marseille M2 Castellane, Périer CeGIDD - Aix en Provence Maison Départementale de la Solidarité 1 rue Calmette et Guérin - 13090 Aix en Provence Bus 8 Galice CeGIDD - Gardanne Maison Départementale de la Solidarité 173 boulevard Pont de Peton - 13120 Gardanne CeGIDD - Vitrolles Maison Départementale de la Solidarité Rue Paul Valéry - 13127 Vitrolles CeGIDD - Arles Pôle Santé - Bât C 11 rue Romain Rolland - 13200 Arles CeGIDD - Salon de Provence Maison Départementale de la Solidarité 92 boulevard Frédéric Mistral - 13300 Salon de Provence CeGIDD - Aubagne Maison Départementale de la Solidarité 10 avenue Antide Boyer - 13400 Aubagne Centre Hospitalier - Martigues CeGIDD 3 boulevard des Rayettes - 13500 Martigues CeGIDD - Istres Centre(s) de dépistage par ville

La syphilis L'épidémie de syphilis affecte notamment les homosexuels et bisexuels masculins. Cependant, le nombre de cas chez les hétérosexuels augmente également. Signes possibles : chancre (petite plaie indolore), boutons ou petites plaques rouges sans démangeaisons sur la peau et les muqueuses Apparition des signes : 2 à 4 semaines après la contamination Diagnostic : par examen médical et prise de sang. Complications graves si non traitée : atteinte du cerveau, des nerfs, du cœur, des artères et des yeux, atteinte du nouveau-né si la mère est infectée Traitement : Antibiotiques par piqure ou par comprimés Pas de vaccin La syphilis et le VIH/Sida Comme toute IST, la syphilis fragilise les muqueuses et augmente considérablement le risque de contamination par le virus du sida.Inversement, si on est atteint par le virus du sida, cette IST peut être plus grave et compliquer le traitement.

État des lieux | Solidarité Sida Environ 150 000 personnes séropositives vivent en France aujourd’hui. Par ailleurs, on estime que 30 000 personnes seraient porteuses du virus sans le savoir. En effet, 60% des personnes ayant déclaré la maladie ne savaient pas qu’elles étaient séropositives avant d’entrer à l’hôpital. Malgré les efforts de prévention, l’épidémie ne recule plus En 2012, on a dénombré 6 400 nouvelles contaminations (chiffre stable depuis 2007). 57% d’entre elles par rapports hétérosexuels contre 42% par rapports homosexuels. La seule population pour laquelle les progrès enregistrés sont nets est celle des usagers de drogues. La part de nouvelles contaminations par usage de drogues injectables est ainsi descendue à 1%. Les migrants payent un lourd tribu à l’épidémie, ils représentent en effet 40% des contaminations. Un quotidien entravé par la précarité Aujourd’hui en France, être séropositif va souvent de pair avec la précarité sociale et économique. En savoir plus : L’incidence du VIH

Le CENTICH : Centre d’Expertise National des Technologies de l’Information et de la Communication pour l’autonomie - CENTICH Prévention BTP - OPPBTP La blennorragie gonococcique ou « chaude-pisse » Signes possibles : brûlures et/ou écoulement jaune par la verge, le vagin ou l’anus, fièvre, douleur au bas-ventre, voire angine. Apparition des signes : 2 à 7 jours après la contamination. Diagnostic : par prélèvement local. - pour les femmes, ce prélèvement qui ne fait pas mal se fait à l’entrée du vagin à l’aide d’une sorte de grand coton-tige ; - pour les hommes, ce prélèvement est fait au bout du pénis. Complications graves si non traitée : risque d’infection des articulations, de stérilité surtout chez la femme. Traitement : antibiotiques associés à un traitement local (crèmes, ovules). Pas de vaccin La blennorragie gonococcique et le VIH/Sida Comme toute les IST, la blennorragie gonococcique fragilise les muqueuses et augmente considérablement le risque de contamination par le virus du sida.

Related: