background preloader

Comprendre le réchauffement climatique en 4 minutes

Comprendre le réchauffement climatique en 4 minutes
Related:  Changements climatiques

Terre, avant et maintenant: la mutation radicale de notre planète révélée par des images de la NASA Si vous regardez certaines photos trouvées sur le site Web de la NASA, vous pouvez réellement constater à quel point les êtres humains ont transformé la Terre au fil du temps. Plus d’info : NASA (h/t) 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16. 17. Réchauffement: victime et coupable, l'agriculture cherche aussi à être une solution | Isabel MALSANG | Changements climatiques Cette année, le Maroc a vu ses récoltes de blé chuter de 70 % après une sécheresse. La France, premier exportateur européen, a engrangé 30 % d'épis en moins que l'an passé, après un printemps de pluies et d'inondations. En Amérique latine, le phénomène El Nino, aggravé par le réchauffement, a lourdement amputé les récoltes. Mais l'agriculture est aussi responsable d'au moins un quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre: elle contribue directement au réchauffement à hauteur de 17 %, notamment à travers l'élevage, auxquels s'ajoutent 7 à 14 % liés à des modifications d'affectation des terres (déforestation..), selon l'OCDE. Un défi colossal et paradoxal L'organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture, la FAO, l'a dit le 17 octobre: l'agriculture et les systèmes alimentaires devront subir une «transformation profonde» pour relever le défi colossal et paradoxal auquel ils sont confrontés: réduire les émissions tout en nourrissant de plus en plus de monde.

Le réchauffement perturbe quasiment tous les aspects de la vie sur Terre | Jean-Louis SANTINI | Changements climatiques Selon ces chercheurs, plus de 80% des processus écologiques qui sont essentiels pour la santé des écosystèmes marins, d'eau douce et terrestres montrent des signes de stress et d'altération en réponse au changement climatique. Ils citent par exemple un impact sur la diversité génétique ou les migrations saisonnières des oiseaux. «L'ampleur des perturbations déjà provoquées sur la nature par le réchauffement est tout simplement époustouflante», juge le directeur de l'Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN), Inger Andersen. Il cite des conséquences comme un accroissement des espèces nuisibles, une explosion des maladies infectieuses, une diminution de la productivité des pêcherie et une réduction des rendements agricoles. «Nous avons maintenant des preuves qu'une hausse de seulement un degré Celsius sur la planète a des effets majeurs qui se font déjà sentir», explique Brett Scheffers, professeur adjoint à l'Université de Floride et chercheur à l'IUCN.

L'Arctique aurait atteint le point de non-retour | Bob Weber | Environnement Selon ce rapport international, la région s'apprête à atteindre 19 points de non-retour, passant de l'absence de glace marine durant la saison estivale à l'apparition progressive d'arbustes et même d'arbres à travers la toundra. La résilience de la planète entière se décidera en Arctique, indique Martin Sommerkorn, l'un des auteurs de l'étude. M. Sommerkorn, qui oeuvre également au sein du Fonds mondial pour la nature, affirme que le document de 240 pages est le premier à résumer l'ensemble des menaces auxquelles l'Arctique fait face - ainsi que leur probabilité de se réaliser et leurs éventuelles répercussions. Certains de ces points de bascule, comme la disparition de la calotte polaire du Groenland et des courants océaniques qui dictent le climat en Europe, pourraient être évités si le réchauffement planétaire est contenu en deçà de 2 degrés Celsius. Or, les premiers signes de certains de ces points de non-retour se manifestent déjà et risquent de redéfinir la normalité. Renforcement

Changements climatiques : l'ONU sonne de nouveau l'alarme La planète a besoin d'un changement de trajectoire radical si elle veut atteindre les objectifs climatiques ambitieux contenus dans l'accord de Paris, a prévenu jeudi l'agence environnementale des Nations unies. Le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) précise que la planète doit retrancher entre 12 et 14 milliards de tonnes métriques à ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030, si elle veut pouvoir espérer limiter le réchauffement de la planète à 2 degrés Celsius. C'est l'objectif stipulé par l'accord de Paris, qui entrera en vigueur vendredi après avoir été ratifié beaucoup plus rapidement que prévu par les pays du monde. Le PNUE explique que cette quantité de gaz à effet de serre correspond à 12 fois les émissions annuelles du secteur des transports des 28 membres de l'Union européenne, y compris l'aviation. Le patron du PNUE, Erik Solheim, dit que la science démontre clairement la nécessité d'agir plus rapidement. M.

Le climat changera dans 80 % des parcs avant la fin du siècle, estime une étude C'est la conclusion d'un groupe de chercheurs qui a cartographié les changements climatiques attendus d'ici la fin du siècle dans quelque 4500 parcs et autres aires naturelles du pays, des États-Unis et du Mexique. Dans 80 % des cas, le climat actuel ne sera plus le même dans les parcs en 2100, explique le chercheur Marc-André Parisien, du Service canadien des forêts, un des coauteurs de l'étude. Les espèces concernées devront s'adapter à des conditions climatiques différentes ou se déplacer pour suivre le climat. « Ça devient un problème pour les espèces », estime M. Parisien, surtout pour les végétaux ou quand les changements attendus sont importants comme dans les Rocheuses canadiennes. On parle de 10 km par année. Si tu es un oiseau, tu peux peut-être migrer 10 km par année. Il est, par exemple, pessimiste à propos de l'avenir du caribou des bois, classé comme une espèce en péril. De nouveaux parcs nécessaires Selon M.

Réchauffement climatique: des signaux plus alarmants que jamais Reprise à la hausse des émissions de CO2, records de chaleur, montée des eaux: toujours plus alarmants, les indicateurs du réchauffement planétaire soulignent l'urgence d'agir alors que s'achève vendredi à Bonn la 23e conférence climat de l'ONU. Plus de 15 000 scientifiques de 184 pays ont lancé cette semaine un avertissement face aux risques de déstabilisation de la planète. 2017 devrait compter parmi les trois années les plus chaudes jamais recensées depuis le début des relevés - et être l'année la plus chaude en l'absence du phénomène El Nino, selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM). 2016 devrait conserver son statut d'année la plus chaude, sous l'effet d'un puissant Nino, phénomène météorologique qui affecte tous les trois à sept ans températures, courants et précipitations. Le XXIe siècle compte 16 des 17 années les plus chaudes depuis le début des mesures en 1880. En Antarctique, la banquise, stable auparavant, affiche un minimum record ou quasi record.

Related: