background preloader

Communication non violente avec Marshall Rosenberg en français.4

Communication non violente avec Marshall Rosenberg en français.4

Introduction à la Communication NonViolente en 3 étapes ! - Thomas d'Ansembourg Saviez-vous que la girafe représente une métaphore de la Communication NonViolente ? Nous la devons encore une fois à l’humour de Marshall Rosenberg. Ce dernier a imaginé deux personnages pour illustrer sa méthode sous forme de marionnettes qui interagissent. Les dialogues ainsi joués se révèlent étonnamment éclairants. Le chacal figure la partie de nous qui a l’habitude de juger à tout propos, en bien ou en mal, en positif ou négatif, la partie qui interprète et étiquette facilement, et peut avoir tendance à manipuler émotionnellement ou à culpabiliser pour obtenir ce qu’elle veut. La girafe, elle, est la partie de nous qui porte attention à bien comprendre l’autre avec empathie, en acceptant les désaccords, veille à s’exprimer sincèrement sans jugement, à exposer son ressenti et ses besoins de manière positive sans peur de sa vulnérabilité. Et vous, pratiquez-vous la « langue girafe » ?

La déficience intellectuelle Michael L. Wehmeyer University of Kansas Définition de la déficience intellectuelle La déficience intellectuelle est caractérisée par des limitations dans le fonctionnement intellectuel qui entraine le besoin de fournir une énorme quantité de soutien pour permettre à la personne de participer à des activités requérant le fonctionnement normal de l'être humain (Wehmeyer, Buntinx, Lachapelle, Luckasson, Schalock, Verdugo, et coll., 2008). La déficience intellectuelle est un type d'incapacité. En somme, selon la CIF, les structures anatomiques désignent les parties anatomiques du corps et les fonctions organiques désignent les fonctions physiologiques et psychologiques des systèmes organiques. La déficience intellectuelle est donc une incapacité dans laquelle les déficiences cérébrales (ex. : fonctions organiques et structures anatomiques) causent des limitations d'activités et des restrictions de participation. Des déficits aux habiletés humaines Aptitude linguistique et réception auditive

Définition de la communication non violente (CNV) La Communication non violente (CNV) est une méthode visant à créer entre les êtres humains des relations fondées sur l’empathie, la compassion, la coopération harmonieuse et le respect de soi et des autres. Il s’agit d’un outil de communication, principalement verbal, qui peut servir à la résolution de conflits entre deux personnes ou au sein de groupes. La pratique de la Communication non violente permettrait également d’être en meilleure relation avec soi-même, de mieux comprendre ses besoins profonds et de prendre en charge, de manière autonome et responsable, les divers aspects de sa propre vie. Il ne s’agit donc pas d’une thérapie, mais elle peut avoir des retombées thérapeutiques intéressantes. Les concepts et les techniques de la Communication non violente ont été mis au point, au milieu des années 1960, par Marshall B. Rosenberg, docteur en psychologie clinique. Historique Toutes sortes de bénéfices

Arriération mentale n.f. (angl. mental retardation/deficiency) Carence intellectuelle se traduisant par des difficultés d'adaptation au milieu et une baisse globale des capacités cognitives par rapport à la moyenne de la population. Le terme est de moins en moins utilisé du fait de son caractère péjoratif ; on lui préfère l'expression "retard mental", qui met l'accent sur la lenteur et les difficultés de développement. En 1968, l'Organisation mondiale de la santé recommande la classification suivante : de 67 à 52, arriération mentale légère ; 51 à 36, modérée ; 35 à 20, sévère ; en deçà, profonde. Néanmoins, le concept d'arriération mentale, en premier lieu destiné à adapter l'éducation au profil intellectuel, a fait l'objet de vives critiques et de nombreuses polémiques, les "catégories" restant floues et sujettes à de nombreuses variables cachées, notamment sociales et scolaires, tout en faisant l'impasse sur d'autres variables.

Déficience intellectuelle et handicap mental par l'Unapei Le handicap mental est la conséquence sociale d'une déficience intellectuelle. La personne handicapée mentale est avant tout une personne. Elle a les mêmes droits et les mêmes devoirs que les autres. Elle bénéficie d'un droit supplémentaire aux autres, lié à sa situation de handicap : le droit à compensation. Quelques définitions L'une des avancées de la loi du 11 février 2005 dans son article 2 est l'adoption d'une définition commune du handicap : « Constitue un handicap (...) toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant. » Au-delà du handicap, l'Unapei a toujours vu les personnes qui en étaient atteintes et s'est attachée à en définir la singularité : Les origines du handicap mental

Related: