background preloader

Airbnb, Uber, Blablacar : faire confiance à n’importe qui

Airbnb, Uber, Blablacar : faire confiance à n’importe qui
Louer son appartement, emmener des étrangers dans sa voiture, recevoir des inconnus à dîner : l’économie du partage révolutionne les interactions sociales. Désormais, nous sommes prêts à confier notre vie à de parfaits inconnus. 22 Septembre 2014 | Partager : Dans une quarantaine de minutes, Cindy Manit ouvrira la porte de sa voiture à une parfaite inconnue. Une application installée sur son iPhone lui donne rendez-vous à un carrefour du quartier SoMa de San Francisco. Là, une femme rousse vêtue d’un manteau orange et de bottes couleur café prendra place sur le siège passager de son impeccable Mazda 3 et lui demandera de l’emmener à l’aéroport. Déjà abonné ?

http://www.courrierinternational.com/article/2014/09/18/faire-confiance-a-n-importe-qui

Related:  Tourisme collaboratif EPEEPE - Economie collaborative et tourisme

Airbnb réglementé à San Francisco, sa ville d'origine Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Corine Lesnes La compagnie Airbnb a passé un mauvais moment, mardi 7 octobre, à l'occasion de l'adoption à la mairie de San Francisco de la première loi encadrant la location temporaire entre particuliers, activité qui restait jusque-là « techniquement illégale » dans la capitale américaine de la high-tech, comme l'a rappelé un élu. La discussion a duré près de quatre heures, entrecoupée de manifestations de soutien du public aux élus critiquant la compagnie. A l'extérieur, Airbnb avait de son côté mobilisé plusieurs dizaines de résidents « ordinaires », venus défendre le droit à arrondir leurs fins de mois en louant une chambre ou un sous-sol aux touristes de passage. La discussion du board of supervisors (organe législatif de la ville) portait sur le projet de légalisation de la location de chambres par l'intermédiaire des sites de home sharing (« partage de maison »), un texte résultant d'un compromis laborieux en chantier depuis plus de deux ans.

Airbnb, BlaBlaCar, Drivy : partager, c'est gagner M le magazine du Monde | • Mis à jour le | Par Guillemette Faure Derrière les start-up à l'idéal écolo-solidaire, il y a des sociétés multimillionnaires. Esprit du partage, es-tu toujours là ? Bras de fer législatif entre Airbnb et San Francisco Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Fournier La tension monte d’un cran entre Airbnb, la plate-forme de location saisonnière entre particuliers, et sa ville natale, San Francisco (Californie), à quelques heures d’une audition au cours de laquelle devrait être présentée, mardi 7 octobre, une proposition d’encadrement de ce type d’activités. Le board of supervisors (organe législatif de la ville de San Francisco) se penchera sur un texte présenté par des acteurs locaux, qui listera plusieurs points permettant de réguler l’activité du site dans la Bay Area (région de Sant Francisco) et de mettre fin à un conflit larvé qui oppose la start-up aux autorités locales. Le texte propose :

Conso collaborative : les habitudes des Français - L'Echo Touristique Airbnb, BlablaCar, Leboncoin... L’économie collaborative est en plein essor. Comment les Français en font-ils usage ? Airbnb, Uber, Lyft : de l'économie collaborative au business du partage - 16 août 2014 - L'Obs Ne parlez pas à Jamie Wong d'économie collaborative ni d'économie du partage ! Le discours idéaliste et pseudo-désintéressé que véhiculent les sites internet d'échange de services de particulier à particulier, comme Airbnb ou Uber, a le don de l'horripiler. La "sharing economy" ?

Partage non marchand et tourisme Partage non marchand et tourisme Dossier ESPACES extrait de la revue Espaces n°316Editions Espaces tourisme & loisirsJanvier 2014 - 48 pages “C’est pas parce qu’on n’a pas d’argent qu’on va se priver de voyager !” Tel pourrait être l’adage des adeptes du partage non marchand. Adage auquel il faut ajouter : “Je reçois, mais je donne aussi.” L’un des fondements du partage, en effet, c’est la réciprocité, directe ou indirecte.

«Une économie du partage entre utopie et big business» Chercheur à l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri), Damien Demailly coordonne le programme «Nouvelle Prospérité» et étudie l’impact des nouvelles formes d’économie collaborative. L’économie du partage devait redonner du pouvoir au consommateur et l’on se retrouve face à des géants comme Airbnb… C’est la grande désillusion ? Non, parce que dans les faits, l’économie du partage a toujours porté en elle cette contradiction entre utopie et big business. Le tourisme collaboratif ou le rejet du tourisme de masse Depuis plusieurs années déjà l’évolution du secteur touristique passe par le web. Aujourd’hui, de plus en plus de « touristonautes » sont à la recherche d’expériences authentiques et originales et privilégient de nouvelles pratiques comme le tourisme collaboratif, au détriment des formules plus traditionnelles. Louer une voiture à un particulier, dormir chez un inconnu, partager un repas chez l’habitant sont autant de pratiques devenues courantes pour les français en 2014. Le tourisme collaboratif ne serait-il finalement qu’une façon de rejeter le tourisme de masse créé par la génération des Seniors et développé par les Baby-boomers ?

Pourquoi la sharing economy va bouleverser les modèles A la veille de LeWeb London 13, Altimeter Group dévoile ses prédictions sur le futur de la sharing economy. Selon une étude réalisée par Altimeter Group, la sharing economy est sur le point de transformer le monde. Si elle n'est pour l'instant que balbutiante et non quantifiable, l'institut d'étude note l'existence d'un échantillon de 200 start-up qui ont reçu 2 milliards de dollars de financements en capital-risque depuis leur création.

Uber, AirBnB, Vinted : la révolution de l'économie du partage L'économie du partage, symbolisée par des start-ups comme Uber et AirBnB, est en train de bouleverser des secteurs entiers d'activité. Uber est présenté dans plus de 200 villes dans le monde. Son prix est évaluée à 40 milliards de dollars (illustration). ( AFP / TENGKU BAHAR, AFP ) Louer son appartement à des étrangers, les conduire dans sa voiture ou leur préparer un repas moyennant finances... L'économie dite "du partage" se diversifie et croît à grande vitesse. Le cabinet d'audit PriceWaterhouseCoopers prédisait l'an dernier que le secteur représenterait 335 milliards de dollars de revenus en 2025 à l'échelle mondiale, contre 15 milliards actuellement.

Panorama des nouvelles tendances du voyage collaboratif : entre précurseurs et pervertis [EDIT] Cet article a bénéficié d’une mise à jour en décembre 2014. La plupart des études récentes en matière de tourisme convergent vers les mêmes conclusions : raccourcissement des périodes de vacances, développement du tourisme local au détriment des destinations lointaines, succès des comparateurs de prix, entres autres. Une évolution des comportements touristiques en réponse à la conjoncture économique.

Related: