background preloader

Les zélés du désir - Frédéric Lordon

Les zélés du désir - Frédéric Lordon
Related:  MAN 36 - Management des Ressources humainesProjet CX - P2P (01) Thermo Eco...

Les troubles de la motivation Apathie ou aboulie ?Ne pas confondre L’apathie caractérise l’état d’une personne qui n’éprouve aucune motivation, aucun intérêt, aucune passion. Prendre des décisions, accomplir des actes pourtant planifiés devient difficile pour ceux qui sont atteints d’aboulie. La dopamine, hormone de la motivation ? Les chercheurs ont identifié depuis longtemps le rôle de ce neurotransmetteur : la libération massive de la dopamine après un effort permettrait de comprendre la motivation à court terme. La fatigue : « bâille-bâille » la motivation Une fatigue ponctuelle peut entraver la capacité à rester concentré et faire perdre toute motivation. Et si c’était la dépression ? La « fatigue d’être soi » : le sociologue Alain Ehrenberg qualifie ainsi la dépression. Hyperactifs : trop motivés ! L’hyperactivité est une « pathologie de la motivation », selon le neurologue Michel Habib. Bibliographie • La Fatigue d’être soi.

L'euro, ou la haine de la démocratie Forcément, ça leur a coupé la chique. Qu’on puisse jouer la carte de la démocratie, c’est la chose qui est maintenant tellement hors de leur entendement qu’elle les laisse toujours sidérés, pantois et démunis. Vraiment, à cet instant, on aurait voulu voir leurs têtes, mâchoires décrochées comme des tiroirs de commodes fraîchement cambriolées : Sapin, Hollande, Moscovici, leurs experts organiques, leurs journalistes de propagande, tous ceux qui n’ayant que la « modernité » à la bouche se sont si constamment efforcés d’en finir avec le peuple, pénible démos, et pénible démocratie quand il lui vient à l’idée de ne pas se contenter de valider ce qui a été décidé pour elle. Mais c’est une némésis et personne n’y pourra rien : il vient toujours un moment où la politique chassée par la porte revient par la fenêtre. Plus elle a été chassée obstinément d’ailleurs, et plus ses retours sont fracassants. Le référendum, ou le retour du refoulé Les institutions de la haine politique Le moment du chaos

Michel Bauwens and the Peer Production Economy A visionary looks at the kind of new society that online sharing is creating. Last week, in my post about “peak hierarchy,” I referred to a talk by Michel Bauwens of The P2P Foundation at UMass Amherst on November 25. Bauwens, who lives in Chiang Mai, Thailand, is a leading student and proponent of “peer production” as a new paradigm of economics and culture. The term comes from the Internet culture and describes the ability of dispersed individuals to come together and collaborate on projects of shared interest. While this may sound as familiar and prosaic as a garden club or local Kiwanis group, the Internet changes the dynamics of self-organization and production dramatically. What follows is my summary of Bauwens’ vision of the p2p future and some of the deep implications that he points to. One of the great gifts of distributed networks is their ability to give people their own agency and choice. The p2p world has a whole different calculus of motivation.

Du venin publicitaire à l’inertie civique Du venin publicitaire à l’inertie civique en passant par le brouillard mental Intervention au contre-sommet mondial sur le climat (Vénissieux, 14 novembre 2015) (1) Il y a des plantes artificielles, il y a des plantes carnivores ; il y a une plante artificielle carnivore : la publicité. Mais la diaboliser n’aurait pas plus de sens que de diaboliser un couteau : l’une et l’autre, tantôt outils, tantôt armes, servent au meilleur comme au pire. (2) Que faut-il donc diaboliser ? (3) Un fléau ancien. (4) Un fléau universel. (5) Pire qu’universel, un fléau tectonique. (6) Un fléau double. (9) Veut-on un exemple de démobilisation induite par la publicité ? (10) Ainsi procède la publicité, cette fumisterie fumigène, source d’un brouillard mental qui envahit tout, le dedans comme le dehors, où l’homme se perd et le monde s’annule. (12) N’en doutons pas : les publicitaires, chargés par l’État de promouvoir la prochaine conférence climatique, sortiront gagnants de la mascarade.

Yourtes et tipis reconnus par la loi comme habitats permanents Le nouveau projet de loi Alur de Cécile Duflot fait entrer l'habitat léger dans les règles d'urbanisme. Le développement et la diversification des alternatives au logement classique : yourte, tipi, roulotte, mobile home, caravane, etc. rendent aujourd'hui nécessaire de revoir la réglementation. L'installation de ces formes d'habitat mobile ou léger peut poser question du fait d'un cadre juridique inadapté. Par exemple, aujourd'hui, il n'existe pas de réglementation concernant les yourtes. Ce vide juridique a conduit à une «judiciarisation» des relations entre porteurs de projets et collectivités locales, dont il faut sortir par le haut. Contrat de travail : Les solutions pour l'assouplir Remplacer les CDI et les CDD par un contrat unique, à la fois souple et sécurisé ? Ce ne sera sans doute jamais possible. Mais d'autres pistes sont dans les tuyaux. Inventaire. Je suis prêt à payer de ma poche une statue à l'effigie de celui qui nous proposera un contrat unique, clair et simple. Faut-il en rappeler les contours ? D'où l'idée de l'envoyer promener une bonne fois pour toutes et d'instaurer à la place un seul et unique contrat, à la fois simple et progressif. Il y a cependant peu de chances qu'elle voie jamais le jour, car le contrat unique présente au moins deux défauts majeurs. A défaut de retenir cette idée, les partenaires sociaux pourraient donc se rabattre sur des réformes de moindre ampleur. 1 Allonger la période d'essai Ce projet, régulièrement discuté, a été récemment repris par le maire socialiste de Lyon, Gérard Collomb. Ces deux réformes risquent cependant de ne jamais être adoptées, pour la bonne raison qu'elles sont... illégales. On en est encore très loin.

« Jusqu'à quand ? » (Frédéric Lordon) Face à cette réalité, Frédéric Lordon nous livre ses trois thèses qui apparaissent fondamentales. Tout d'abord, il démontre que la concurrence, alliée à la cupidité, est la force par excellence de l'aveuglement du risque et de l'emballement collectif. Les acteurs des marchés financiers recherchent le profit à tout prix quel que soit le niveau de risque. Pour ne pas se faire distancer et atteindre le même niveau de rentabilité que la concurrence, les institutions financières prennent les mêmes risques les concurrents ayant atteint la meilleure rentabilité. Dans la même veine, l'auteur montre que « l'innovation » financière, bien loin d'apporter un quelconque progrès, correspond en réalité à un déni des risques qui favorise leur accumulation. La dernière thèse de Frédéric Lordon est que la mesure du risque ex-ante est impossible. Les dérives de la finance font peser un danger important sur l'économie réelle, qui sont nettement supérieur aux bienfaits qu'elle lui apporte.

Possible Utopias and the need for a Social Knowledge Economy - Guerrilla Translation! Here’s an interview with P2P Foundation founder Michel Bauwens, recorded in Quito, Ecuador. You can find the original, published at Radios Libres’ site, right here. It was originally conducted in Spanish, with consecutive translation by our friend Andrés Delgado. For our blog, We’ve translated the questions in text and kept Michel’s audio answers in English. The original article also features audio contributions by Jenny Torres and Andrés Delgado. Question 1: When talking about P2P, it’s often thought to be related to well-known file-sharing sites, so, what can you tell us about “the peer to peer economy” and the “social knowledge economy”? Question 2: Many people think that this change in the productive matrix, going from extractivism to knowledge, is somewhat utopian. Question 3: What are the main issues a country must work on in order to become an open, commons-based society? Produced by Guerrilla Translation under a Peer Production License.

Related: