background preloader

Alexandra David-Néel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir David et Néel. Alexandra David-Néel Alexandra David-Néel en costume de lama en 1933. Biographie[modifier | modifier le code] 1868-1895 : enfance, adolescence[modifier | modifier le code] Alexandra David, en 1886, le jour de sa présentation à la Cour de Belgique, devant le roi Léopold II et la reine Marie-Henriette. Alexandra est la fille unique d'un père (Louis David), franc-maçon de souche huguenote, instituteur (qui fut militant républicain lors de la révolution de 1848, et ami du géographe anarchiste Élisée Reclus), et d'une mère belge catholique d'origine scandinave et sibérienne[3], Alexandrine Borghmans. En 1873, les David s'expatrient en Belgique[6]. À l'âge de 15 ans, passant ses vacances avec ses parents à Ostende, elle fugue et gagne le port de Flessingue en Hollande pour essayer d'embarquer pour l'Angleterre. 1895-1904 : la cantatrice[modifier | modifier le code]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandra_David-N%C3%A9el

Related:  Aventuriers/Explorateurs - Collège Fernand BerthonPersonnages

Robert Louis Stevenson (1850-1894) Michel Le Bris, écrivain, philosophe, fondateur du festival « Étonnants Voyageurs », est l’un des plus grands spécialistes, internationalement reconnu, de Stevenson. Sa monumentale biographie de Stevenson (Les années bohémiennes, Nil, 1994), ses multiples essais critiques, son travail d’éditeur et de découvreur de textes rares, inédits en anglais, sont largement à l’origine de la redécouverte de l’écrivain écossais. Né à Edimbourg, le 13 novembre 1850, fils unique de Thomas Stevenson, un presbytérien rigide, constructeur de phare, de réputation internationale, et de Margaret Balfour, descendante d’une famille de juristes et de pasteurs, le jeune Robert Lewis (qui changera plus tard son deuxième prénom pour Louis) passera l’essentiel de son enfance dans sa chambre, en proie à de violents accès de fièvre. Il grandira en sauvageon autodidacte, voyageant avec sa mère en quête de lieux de cure : Angleterre, Allemagne, Riviera.

Pline l'Ancien Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Pline. Il adopta son neveu qui prit le nom de Caius Plinius Caecilius Secundus, Pline le Jeune, en 79 après J.-C. Henry de Monfreid (1879-1974) Aventurier-flibustier, écrivain de légende, Henry de Monfreid a passé plus de quarante ans sur les rivages de la mer Rouge et de la corne de l’Afrique et a publié plus de soixante-dix ouvrages inspirés de ses périples. Élevé dans le sud de la France au sein d’une famille anticonformiste, Henry de Monfreid vit de petits boulots successifs jusqu’en 1910, date à laquelle il tombe gravement malade, ce qui l’oblige à retourner chez son père, un peintrebohème. Une convalescence pendant laquelle il rencontre sa future femme, Armgart Freudenfeld.

Arlette Farge Directrice de recherche CNRS Emérite Membre associée Retraitée Biographie > Neil Armstrong, Astronaute, pilote d'essai Astronaute, pilote d'essai Neil Arsmtrong est le premier Homme à avoir marché sur la Lune le 21 juillet 1969. Neil Armstrong est né le 5 août 1930 dans l'Ohio (États-Unis). Il s'intéresse très tôt à l'aviation en réalisant des maquettes puis passe son brevet de pilote à 16 ans. Il entre un an plus tard à l'université Purdue puis dans l'US Navy en 1949 où il obtient sa qualification d'aviateur naval. Il effectue 78 missions aériennes pendant la guerre de Corée. Éric Baratay Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Éric Baratay, né en 1960, Agrégé d'histoire en 1984, docteur en histoire, 1991 ; maître de conférences à l'université Jean Moulin, Lyon 3, 1994-2001 ; habilitation à diriger des recherches, 1998 ; professeur d'histoire contemporaine à l'Université Jean Moulin Lyon 3 depuis 2001. Parcours[modifier | modifier le code] Cette section doit être recyclée. Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires.

Robert Delort Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Eléments de biographie[modifier | modifier le code] Membre de l’École française de Rome (1960-1962), il a présenté sa thèse d’État à la Sorbonne(1975) et passé sa licence de Sciences à l’Université Paris VII-Denis-Diderot. Influences, sources[modifier | modifier le code] Ont beaucoup participé à sa formation : ses études à l’Université de Hambourg (vieux russe, moyen bas allemand …)son long service militaire comme officier de marine, à la mer et au Service historique. Martin Monestier Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Martin Monestier, né le à Marseille[1], est un écrivain et journaliste français. Il a également été critique littéraire dans l'émission Ça balance à Paris sur Paris Première. Œuvre[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code] Essais[modifier | modifier le code]

Roger Chartier Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Chartier. Roger Chartier Biographie[modifier | modifier le code] Henri-Jean Martin Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Henri-Jean Martin, à qui Lucien Febvre avait confié la rédaction de l'ouvrage L'Apparition du Livre, est le fondateur de ce que l'on peut appeler l'école française d'histoire du livre dont il a défini les contours et qui a engendré une multitude de travaux, au travers des thèses qu'il a dirigées, tant à l'École nationale des chartes qu'à l'École pratique des hautes études, ainsi que par la direction de la somme encyclopédique de l'Histoire de l'édition française. On lui doit une synthèse sur les apports de la culture écrite, et principalement de la révolution de l'imprimé, dans le développement de la civilisation européenne, dont il donna une synthèse dans Histoire et pouvoir de l'écrit.

Jean-Yves Mollier Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Jean-Yves Mollier, né le [1], est un professeur d'histoire contemporaine français. Parcours[modifier | modifier le code] Il a consacré sa thèse de doctorat de littérature française à Noël Parfait (1978) et sa thèse de doctorat d'État en histoire (doctorat ès lettres et sciences humaines) à l'« Histoire politique et histoire culturelle au cœur du XIXe siècle français » (1986). Il a dirigé le Centre d'histoire culturelle des sociétés contemporaines de 1998 à 2005, et l’École doctorale « Cultures, Organisations, Législations » de 2005 à 2007. Il est vice-président de l'Association pour le développement de l’histoire culturelle et de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Dominique Varry Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dominique Varry est un historien français, spécialiste d'histoire du livre, né le 22 juillet 1956[1] à Belfort. Biographie[modifier | modifier le code] Il est nommé maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l'université Lyon 3 en 1989 puis à l'enssib à la création de cette dernière.

Related: