background preloader

Φ - Schémas et narration

Φ - Schémas et narration
Related:  armandopietrole récit écriture et scénarioCONSTRUCTION/ECRITURE D'UNE HISTOIRE

Construction, narration et improvisation | Impro etc. Je me suis dit que pour changer j’allais écrire un article constructif. Et quoi de plus constructif que de parler de construction ? Le sujet est extrêmement vaste, donc je suppose que je vais commencer par en donner une définition personnelle, et on verra bien où cela va mener. Ce n’est peut-être pas un terme très parlant pour les non-initiés, mais en improvisation on parle beaucoup de construction. On entendra souvent après un spectacle des comédiens être contents parce que « ça a bien construit », ou être déçus qu’il n’y ait pas eu « plus de construction ». En match d’impro il est parfois attribuée une « étoile de la construction » à un joueur pour le récompenser, et le « constructeur » serait même un type de joueur (voir par exemple cet article sur le blog Le Caucus). Ah oui mais construire quoi exactement ? La base de l’improvisation est de réagir à des propositions, chaque réaction étant une proposition à son tour (voir mon article sur le sujet). J'aime : J'aime chargement…

Le schéma narratif | La nouvelle littéraire Le schéma narratif pourrait être considéré comme le squelette de l’histoire. Tu peux le considérer comme le résumé de cette dernière ou comme son plan. Il comporte donc les éléments suivants : 1. Au début de l’histoire, on apprend qui est le personnage principal, les circonstances (lieu, époque), la situation des personnages. 2. Quelque chose survient d’un seul coup et provoque une rupture de la stabilité. 3. Il s’agit de toutes les actions qui ont lieu alors : la quête de la belle princesse, la vie d’un homme ayant une cervelle en or, la vengeance d’un homme… Les personnages tentent de trouver un nouvel équilibre. 4. La situation trouve un nouvel équilibre grâce à l’intervention de certaines personnes ou parce qu’elle ne peut plus continuer. 5. L’histoire est terminée. Source J'aime : J'aime chargement…

Le schéma narratif | La nouvelle littéraire Le schéma narratif pourrait être considéré comme le squelette de l’histoire. Tu peux le considérer comme le résumé de cette dernière ou comme son plan. Il comporte donc les éléments suivants : 1. La situation initiale Au début de l’histoire, on apprend qui est le personnage principal, les circonstances (lieu, époque), la situation des personnages. 2. Quelque chose survient d’un seul coup et provoque une rupture de la stabilité. 3. Il s’agit de toutes les actions qui ont lieu alors : la quête de la belle princesse, la vie d’un homme ayant une cervelle en or, la vengeance d’un homme… Les personnages tentent de trouver un nouvel équilibre. 4. La situation trouve un nouvel équilibre grâce à l’intervention de certaines personnes ou parce qu’elle ne peut plus continuer. 5. L’histoire est terminée. Source J'aime : J'aime chargement…

LA SYNTAXE NARRATIVE d un recit On peut étudier la syntaxe d'un récit comme celle d'une phrase. Tout récit enchaîne les uns aux autres des actes humains, des événements et des situations. Certains de ces éléments ont une importance singulière dans la logique du récit et forment des phases essentielles de son développement. On peut distinguer ainsi les séquences cardinales des séquences secondaires, ornementales, qu'on peut supprimer sans modifier le sens du récit de base. Tomachevski (in Théorie de la Littérature) distinguait déjà deux sortes de motifs, i.e. pour lui les plus petites unités syntaxiques d'un récit, les éléments indécomposables : « Les motifs d'une oeuvre sont hétérogènes. Voici quelques grilles d'analyse, différentes et complémentaires, plus ou moins généralistes, permettant l'approche de la logique syntaxique d'un récit. Si l'on part d'un conte merveilleux comme la Belle au bois dormant, on pourrait proposer une analyse structurale, applicable à d'autres types de récit, mutatis mutandis. Parfois C.

Fiche de Synthèse - LECTURE : Schémas narratif & actantiel Pourquoi construire des schémas à partir de récits et limites de ces schémas Le schéma narratif Le schéma actantiel L'icône vous permet de retourner au sommet de la page L'icône vous permet d'aller à l'occurrence suivante au sein d'une énumération A. Schématiser, c'est réduire à un squelette pour faire apparaître une structure donc pour prendre de la hauteur par rapport à un ensemble complexe. B. les récits relativement courts ; on peut essayer de les appliquer à des récits longs (romans par exemple), mais ils sont alors souvent difficiles à mettre en œuvre car les séquences narratives (définition en 2/A) sont souvent imbriquées les unes dans les autres dans les récits complexes. C. pour dégager de grands invariants (et éventuellement montrer les écarts que font certains auteurs) pour permettre une lecture plus intelligente des récits (prise de hauteur par rapport à la "petite histoire") pour créer des repères clairs en vue de l'invention de récits (écriture) D. A. B. 1. 2. 3. 4. 5. B.

The CyMoN's Blog ? - Improvisations : les bonnes fins et celles à banir 17 mai 2008 : En impro, dans les entrainements, on bosse toujours les personnages, les débuts d’impro, l’écoute etc... Mais jamais les fins d’impros. Les fins qui nient (du verbe nier) ce qui s’est produit avant sans que les autres joueurs ne soient au courant sont à éviter, du style rationaliser l’impro en la ramenant à la réalité : "Se sont des enfants qui jouent en récréation" "Se sont des fous dans un asile" Les bonnes idées de fins sont en général les fins qui combinent tous les éléments depuis le début de l’impro : L’impro cyclique : la fin ressemble au début (voyage dans le temps ou flash back)L’impro initiatique : les personnages ressortent grandis par l’aventure (plus sages, plus forts)L’impro cyclique initiatique : la fin ressemble au début mais le personnage a appris de l’impro et va donc affronter la suite d’une façon que le spectateur imagine être "meilleure" (le timide va vivre sa vie à pleine dent, le pingre va être généreux etc...)

Le processus d'écriture du scénario Javeldose a écrit: Bonjour (et pas bonsoir), j’ai lancé le projet fou (diront certains) de reforger et de rassembler les différents topics d’aide au scénario pour qu’ils soient plus percutants, plus instructifs en somme. J’ai la chance, et ce n’est pas une capacité mais un concours de circonstance, d’avoir des cours de scénar et donc d’avoir un surplus de partie théorique qu’ont peu de créateurs (non concernés : Buxley, Flo, Valoo, et sans doute d’autres dont je ne suis pas renseigné). Évidemment, je ne compte en aucun cas m’approprier le mérite de mes comparses, rendons à César ce qui est à César, les références seront données en fin de post.Les topics sont sous la forme thèse-arguments-exemples, vous rappelant que ces topics sont assez génériques, ont une portée communautaire et ne sont pas que fantaisie théorique, ils sont applicables. Mettons les points sur les i : écrire un scénario, c’est un travail de longue haleine. Flo a écrit: Moi je n'écris jamais de texte ni de scénario. / !

Français 2nde | Cours : La comédie et la tragédie au XVIIe siècle Au XVIIe siècle, les règles du théâtre se précisent : c'est ainsi que le théâtre classique est théorisé. Les principaux dramaturges classiques (Racine, Corneille, etc.), fascinés par la dramaturgie antique, puisent leur inspiration chez des auteurs de la Grèce antique. ALa vraisemblance et la bienséance 1La vraisemblance La vraisemblance désigne la cohérence qu'une pièce de théâtre doit avoir. [La vraisemblance est] « l'essence du poème dramatique, et sans laquelle on ne peut rien faire ni rien dire de raisonnable sur la scène ». La pratique du théâtre, Abbé d'Aubignac, 1657 2La bienséance interne et la bienséance externe On distingue la bienséance interne de la bienséance externe. La bienséance interne doit assurer la cohérence interne à la pièce. La bienséance interne oblige le personnage à certains principes: La bienséance externe est le fait de devoir se conformer aux mœurs des spectateurs. Art poétique, Boileau, 1674 BLa règle des trois unités AL'histoire littéraire de la comédie Ô rage !

Comment écrire une pièce de théâtre: 16 étapes Édité par WikiHow Traduction, Team FR, WikiHow Edition 3 parties:Développez votre histoireÉcrivez des brouillonsMettez la pièce en forme Une pièce de théâtre implique un drame et de l'action sous leur forme la plus pure. Vous devez ensuite travailler sur les personnages et leur façon de s'exprimer. Si vous voulez rejoindre le club de Molière, Beaumarchais et Shakespeare, vous devez développer une histoire passionnante avec des personnages emblématiques faite pour être jouée sur une scène de théâtre. Avec un peu de chance, vous pourrez savoir ce que cela fait de voir votre pièce jouée dans un grand théâtre. Publicité Étapes Partie 1 sur 3: Développez votre histoire 1Commencez par les personnages. 6Lisez quelques pièces dramatiques et assistez à des représentations. Partie 2 sur 3: Écrivez des brouillons 1Écrivez un brouillon d'exploration. 6Écrivez autant de brouillons que nécessaire. Partie 3 sur 3: Mettez la pièce en forme 1Divisez l'intrigue en scène et en actes. Conseils

Schéma narratif en 5 étapes pour écrire une histoire captivante Besoin de résultats rapides ? ➤ Téléchargez gratuitement ma formation Écrire des scènes captivantes (valeur 97 Euros) La situation initiale C’est le début de l’histoire et la première étape du schéma narratif, le moment où vous faites entrer le lecteur dans votre récit, où vous lui présentez le contexte et les personnages. Qui ? Attention : parfois, l’histoire commence directement au moment de l’élément perturbateur (Central Park de Guillaume Musso par exemple). L’élément perturbateur L’élément perturbateur peut être heureux ou tragique mais, d’une façon ou d’une autre, il bouleverse l’ordre établi. Pour écrire votre élément perturbateur, intéressez-vous à : Les péripéties Les péripéties sont les différentes tentatives du héros pour revenir à une situation d’équilibre. Ce sont elles qui jouent avec les émotions du lecteur et le plonge dans le suspens. L’élément de résolution Gardez en tête que : L’élément de résolution marque la fin des actions. La situation finale La situation finale doit :

Related: