background preloader

Projet Rosette

Projet Rosette
Toute l'équipe Rosette vous souhaite la bienvenue. Vie, Intégrité, Santé (anx wDA snb) Cet espace est dévolu à l'étude des hiéroglyphes. Une fonction d'aide en ligne est disponible dans de nombreuses pages du site Projet Rosette. Le Projet Rosette Convaincus que l'informatique peut apporter une aide réelle, un groupe d'amateurs, tous passionnés d'égyptologie, s'est lancé dans l'aventure. Pour le visiteur qui souhaite simplement utiliser l'application Rosette, la majorité des fonctions est disponible directement. Ceux qui voudraient partager l'aventure du Projet Rosette, quelques soient leurs compétences, sont les bienvenus. Pourquoi cette initiative Il y a de cela presque deux siècles, le savant français Jean François Champollion découvrait grâce à la Pierre de Rosette le secret des hiéroglyphes et effaçait plusieurs siècles de doutes et de spéculations sur cette écriture sacrée. Les points forts de l'application Rosette Comment utiliser l'application Rosette

Nom en Hiéroglyphes Introduction Les hiéroglyphes sont l'un des systèmes d'écriture utilisés par les égyptiens anciens pour transcrire leur langue. Il s'agit de dessins, souvent très soignés, qui écrivent aussi bien des sons que des mots entiers. Pour les besoins de la vie courante, les égyptiens utilisaient une écriture dérivée des hiéroglyphes, mais où les signes étaient très simplifiés : l'hiératique. L'écriture apparaît en Égypte un peu avant -3000 av. Principes généraux Le principe de base des hiéroglyphes est analogue à celui du rébus. , car le mot "scarabée" se dit aussi "kheper". On peut, en simplifiant, distinguer trois grandes familles de hiéroglyphes : signes phonétiques, ou phonogrammes, qui représentent une, deux, ou trois consonnes, les idéogrammes, qui sont des signes-mots, et les déterminatifs. quelques exemples : Signes phonétiques : écrit la consonne "m" ; écrit la suite de deux consonnes "b" et "aleph" ; le plateau de jeu écrit la séquence de consonnes "m+n". Idéogrammes . Déterminatifs et .

Hiéroglyphes I/ Le système hiéroglyphique - déterminatifs et idéogrammes Un premier coup d'œil à ce texte vous a déjà permis de comprendre, si vous ne le saviez déjà, que certains signes représentent ici des idées, et d'autres des sons. Le verbe est ainsi composé de trois hiéroglyphes. Le premier se lit H+m, le deuxième s. Ainsi, si l'on rencontre le mot , et même si l'on ne sait pas lire les caractères qui précèdent le signe , on saura qu'il s'agit vraisemblablement du nom d'une ville. Outre les déterminatifs, d'autres signes peuvent avoir des valeurs de symboles (on les appelle "idéogrammes" en général). Ainsi, le symbole de Thèbes, le sceptre ouas auquel est attaché la plume de la vérité-justice sert à écrire le nom de cette ville prestigieuse, qui s'élevait à l'emplacement de l'actuelle Louqsor (à ne pas confondre avec le temple de Louqsor, qui n'en est qu'une partie). - phonogrammes et translittération Pourquoi une police spéciale ? Cette parenthèse refermée, continuons sur les caractères phonétiques.

SEMAT ANKHTY - Le forum Cartouche (hiéroglyphe) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un cartouche (shenou en égyptien) est un symbole hiéroglyphique, de forme allongée et fermé par un nœud, qui contient le nom d'un pharaon. Il symbolise tout ce que le soleil entoure, c'est-à-dire l'univers et a pour fonction de protéger le nom de Pharaon. Ils étaient le plus souvent peints de jaune ou d'or (couleur du soleil) et étaient utilisés pour deux des cinq noms d'un pharaon. L'avant-dernier nom (celui commençant par « Roi de Haute et de Basse-Égypte »)Le dernier nom (celui commençant par « fils de Rê ») Le cartouche, qui se dit Shen en égyptien, fut utilisé à partir du roi Khéphren (IVe dynastie). Délimitant de façon visible le nom d'un pharaon dans une phrase, le cartouche fut un élément primordial dans le processus de déchiffrement des hiéroglyphes par Jean-François Champollion. Portail de l’Égypte antique

Déterminatifs de l'égyptien ancien Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les déterminatifs de l'égyptien ancien sont des hiéroglyphes qui complètent les mots entièrement écrits à l'aide de phonogrammes (« alphabet égyptien » et symboles bilitères et trilitères). Leur fonction de logogramme leur permet de préciser la catégorie sémantique des mots déterminés. Non prononcés, ils permettent à l'écrit de lever l'ambiguïté entre homophones, nombreux notamment du fait que l'égyptien ne note que les consonnes. Levée d'ambiguïté[modifier | modifier le code] Liste de déterminatifs[modifier | modifier le code] Notes[modifier | modifier le code]

Hermopolis Magma Noms et localisation Hermopolis Magma (ou ou Hermupolis en Grec : Ερμούπολις η μεγάλη ou 'Eρμοῦ πόλις μεγάλη Hermopolis Megale, en Égyptien : #mnw "La ville des Huit" [Ogdoade] Khemenou ou Kemnou ou Khmoun ou Ounou , en Copte : Shmounein ou Shmoun) fut la capitale du 15e nome de Haute-Égypte, le nome "du Lièvre" ou "de la Hase" (wn). Mais elle se situe en Moyenne-Égypte à 300 km au Sud du Caire, aux confins de la Thébaïde, loin du Nil, près du canal nommé aujourd'hui Bahr-el-Yousouf. Elle est identifiée avec la ville moderne d'El-Ashmounein (ou El Ashmûnein ou Achmounein), qui est un dérivé de son nom Copte, dans le gouvernorat d'Al Minya. Hermopolis est également connue en Égyptien sous le nom de Ounou en référence au lièvre, enseigne du nome. La cité était réputée dans l'antiquité pour la sagesse et le savoir de son clergé. La religion dans la cité L’origine des ces divinités pouvait varier selon les cités. L'histoire ....... L'archéologie sur le site Bibliographie

Égyptien démotique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cet article concerne l'égyptologie. Pour la forme du grec moderne, voir Grec démotique. Le terme démotique (du grec δημοτικά / dêmotiká « populaire »), désigne, dans le contexte de l'égyptologie, tout à la fois un type d'écriture et l'état de la langue égyptienne qu'elle note, par opposition aux formes hiératique et hiéroglyphique. L'écriture démotique s'est constituée à l'époque saïte. Le démotique est, avec le grec et l'écriture hiéroglyphique, l'une des trois écritures utilisées sur la célèbre pierre de Rosette, l'inscription d'époque ptolémaïque qui a permis à Champollion d'effectuer le déchiffrement des hiéroglyphes. L'alphabet copte, créé à partir du grec oncial, a utilisé plusieurs signes démotiques pour élargir son éventail de lettres. Bibliographie[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code]

Alphabet Classification des hiéroglyphes ou signes hiéroglyphiques. Vous êtes peut-être offusqué de voir le mot «alphabet» dans le titre de cette page; il ne s'agit que d'un abus de langage qui ne choquera que les philologues avertis...En fait seule la liste des unilitères forment un alphabet. Il est de tradition de classer les hiéroglyphes d'après le type d'objet quelles représentent. Il y a 26 classes (A à I, K à Z et Aa) et un signe est nommé d'après la classe dans laquelle il se trouve, par une lettre suivie d'un numéro. par exemple le signe se nomme A15 car il se trouve dans la classe A représentant les hommes et leurs occupations.N.B.: Cette «tradition» de classer les hiéroglyphes a été instaurée par le grand égyptologue Sir Alan Gardiner pour facilité la recherche des signes et mettre fin au manque de standard de classification qu'il y avait avant lui. Les classes sont les suivantes (N.B.: Ce n'est qu'une infime partie des signes connus, je ne donne que les plus usités) : A. Les unilitères.

Related: