background preloader

Polarisation de lumière

Polarisation de lumière
La lumière est une onde électromagnétique (cf. chapitre 1 §2). Son caractère ondulatoire a été mis en évidence au travers des phénomènes de diffraction et d’interférences (cf. chapitre 4 §1 et 2). La polarisation traduit aussi le caractère ondulatoire d’un phénomène physique. La calcite a la propriété de produire par transmission deux images d’un même objet. Dès 1669, Huygens tente d’expliquer ce phénomène dans le cadre de sa théorie des ondes. Au début du 19ème siècle, Fresnel et Arago remarquent que la polarisation a des effets sur les figures d’interférences. Polarisation et vie quotidienne Pour les avoir peut-être un jour essayées, les lunettes de soleil dites Polaroïd® atténuent fortement les réflexions sur la surface d’un plan d’eau (ou de glace) et, dans une moindre mesure, de la neige ; de plus le ciel paraît plus assombri qu’à travers les verres filtrants non polarisant. Analogie avec une corde vibrante Imaginons une corde tendue horizontalement. Cas de la lumière Interprétation

http://patrick.kohl.pagesperso-orange.fr/spectro_oem/spectro_oem_7.htm

Related:  Physique QuantiqueForme d'énergieSort Center 01PhysiquePhysique

Spin (propriété quantique) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le spin est, en physique quantique, une des propriétés des particules, au même titre que la masse ou la charge électrique. Comme d'autres observables quantiques, sa mesure donne des valeurs discrètes et est soumise au principe d'incertitude. C'est la seule observable quantique qui ne présente pas d'équivalent classique, contrairement, par exemple, à la position, l'impulsion ou l'énergie d'une particule. Historique[modifier | modifier le code] La genèse du concept de spin fut l'une des plus difficiles de l'histoire de la physique quantique au début du XXe siècle[1]. 12 (nombre) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un polygone à douze côtés est un dodécagone. Un polyèdre à douze faces est un dodécaèdre. Douze est un nombre pentagonal.

Ionisation Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'ionisation est l'action qui consiste à enlever ou ajouter des charges à un atome ou une molécule. L'atome — ou la molécule — perdant ou gagnant des charges n'est plus neutre électriquement.

Le boson de Higgs, porte ouverte sur une nouvelle physique Mais plus ils en apprennent au sujet du boson, plus il ressemble au portrait esquissé pour la première fois voici tout juste 50 ans. Et moins les scientifiques ont de chances d'expliquer les questions laissées en suspens par le «Modèle standard» qui définit actuellement les lois de la physique: matière noire, énergie sombre, gravité, etc. Insaisissable, car extrêmement instable, le boson de Higgs est considéré comme la clef de voûte de la structure fondamentale de la matière, la particule élémentaire qui donne leur masse à de nombreuses autres. Son existence avait été postulée pour la première fois en 1964 par Peter Higgs, François Englert et Robert Brout, aujourd'hui décédé. Higgs et Englert ont reçu le prix Nobel de physique 2013 pour leurs travaux.

Une connexion quantique entre la lumière et le mouvement > Technologie Des chercheurs soutenus par le Fonds national suisse (FNS) ont présenté un système microscopique permettant de convertir la lumière en une oscillation mécanique et de la reconvertir en lumière. Cette interaction est si puissante qu'il est possible de contrôler le mouvement de l'oscillateur au niveau où la mécanique quantique régit son comportement. Depuis le début du 20e siècle, on sait que le mouvement des objets est en fin de compte régi par les lois de la mécanique quantique qui prédisent d’intrigants phénomènes: un objet pourrait se trouver simultanément en deux lieux à la fois et devrait toujours être légèrement en mouvement même à la température du zéro absolu - on parle alors d’«état quantique fondamental» de l'oscillateur. Cependant, les objets avec lesquels nous interagissons quotidiennement ne présentent jamais un tel comportement.

Polarisation (optique) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La polarisation est une propriété des ondes vectorielles telles que la lumière, décrivant l'orientation de leurs oscillations. Le fait que ces ondes soient caractérisées par des vecteurs les différencie des autres types d'ondes comme les ondes sonores, et implique ce phénomène de polarisation. La manifestation la plus simple de polarisation est celle d'une onde plane, qui est une bonne approximation de la plupart des ondes lumineuses. Comme toute onde électromagnétique qui se propage, elle est constituée d'un champ électrique et d'un champ magnétique tous deux perpendiculaires à la direction de propagation : Onde lumineuse avec champ magnétique

Nombre d'or Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La proportion définie par et est dite d'« extrême et moyenne raison » lorsque Courant de déplacement Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En électromagnétisme, le courant de déplacement est un terme introduit par Maxwell pour étendre aux régimes variables dans le temps le théorème d'Ampère valide en magnétostatique. Formulation[modifier | modifier le code] En magnétostatique, le théorème d'Ampère lie la circulation du champ magnétique sur un contour fermé, et le courant qui traverse toute surface s'appuyant sur ce contour : T2K sur la piste de l'antimatière manquante avec les neutrinos L'expérience T2K au Japon mesure l'apparition de neutrinos électroniques νe dans un faisceau de neutrinos muoniques νμ en raison des oscillations des neutrinos. Un faisceau pur de ces neutrinos part d'une source à Tokai en direction d'un détecteur situé à Kamioka et distant de 295 kilomètres. © APS, Alan Stonebrake T2K sur la piste de l'antimatière manquante avec les neutrinos - 3 Photos Le modèle standard décrivant comment les quarks et les leptons interagissent au moyen des forces nucléaire forte et électrofaible contient plusieurs paramètres libres. Il y a par exemple les masses des quarks et celles des neutrinos. On a des raisons de penser que le champ de Brout-Englert-Higgs, via des couplages de Yukawa, explique en partie l’existence de ces masses.

le photon quantique La physique quantique 1 ou Lumière sur le photon Introduction La théorie quantique est utilisée par les physiciens pour rendre compte des phénomènes qui ont cours à l'échelle microscopique des particules. La puissance oprératoire de cette physique est considérable. La polarisation des ondes Il existe une différence fondamentale entre les ondes qui se déplacent le long d'une corde et les vagues à la surface d'un lac. En fait, cette différence réside dans le fait qu'on peut imaginer créer des mouvements verticaux et horizontaux de la corde. Alors que les vagues, on ne peut les créer que comme une élévation verticale d'eau.

Mécanique Quantique La mécanique quantique est la théorie physique issue d'un des plus grands défis de la science : celui de vouloir comprendre le comportement des particules qui nous composent, et qui composent jusqu'à nos intruments de mesure ! Et c'est là l'obstacle principal que la mécanique quantique a eu a surmonter. Comment réussir à comprendre le comportement des particules quand les objets que nous manipulons sont constitués de plusieurs milliards de milliards de ces mêmes particules ? Éther (physique) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Éther. En physique, le terme d'éther a recouvert plusieurs notions différentes selon les époques. Les différents éthers considérés par les physiciens sont « des substances subtiles distinctes de la matière et permettant de fournir ou transmettre des effets entre les corps[1] ». Ces effets divers ont été les trajectoires des planètes (pour Descartes), la transmission de la force gravitationnelle (Isaac Newton), le transport de la lumière (depuis Descartes, Robert Hooke, Newton et bien d'autres jusqu'au début du XXe siècle), le transport de la force électrique, magnétique, et ensuite du courant électromagnétique, voire de la création de charge électrique chez certains corps, ainsi que la création d'une force répulsive, autour des corps, contrecarrant la gravitation (pour Pierre-Simon de Laplace expliquant les phénomènes gazeux)[1]. Le Pseudo-Plutarque donne une version tout aussi approximative:

Related: