background preloader

Petit guide de «disempowerment» pour hommes proféministes

Petit guide de «disempowerment» pour hommes proféministes
[L’article qui suit a été publié par la revue québecoise Possibles dans le n° Le féminisme d’hier à aujourd’hui. Il est mis à disposition ici avec l’autorisation de l’auteur.] par Francis Dupuis-Déri Plus souvent qu’on pourrait s’y attendre, des féministes suggèrent qu’il faudrait que plus d’hommes se joignent à leur lutte pour la liberté des femmes et l’égalité entre les sexes. Certaines féministes appellent aussi les hommes à s’engager dans leur mouvement car elles considèrent que le féminisme est bon pour les hommes et pourrait même les libérer des contraintes psychologiques et culturelles que leur imposeraient le patriarcat et le sexisme (c’est, entre autres, la position de bell hooks [2004]). D’autres mouvements d’émancipation ont connu cette figure paradoxale et problématique du compagnon de route, membre de la classe privilégiée et dominante. Quelle place peuvent jouer les hommes dans ce processus d’empowerment des femmes? Bibliographie Baril, Alexandre. 2009. J'aime :

http://scenesdelavisquotidien.com/2014/07/25/petit-guide-de-disempowerment-pour-hommes-profeministes/

Related:  Hommes & féminismes : être un alliéA lire dans le désordre... suspect ou non???féminismeDOMINATIONFéminisme-Genre(s): généralités

Le privilège masculin et le “privilège blanc” Déballer le havresac invisible par Peggy McIntosh, 31 octobre 2005 Peggy McIntosh est directeure associée du Centre de Wellesley Collage pour la recherche sur les femmes. « Mandat du paradis » - élections légales et illégales dans l'empire du chaos © InconnuMandat du paradis La légitimité de la classe dirigeante - peu importe la forme politique qu'elle puisse prendre - est basée sur l'illusion qu'elle peut protéger le peuple ; que ce soit de la guerre, la famine, des difficultés économiques, ou quelconque autre genre de désastre qui rompt la routine quotidienne de leurs vies et moyens d'existence. L'extrait suivant illustre ce point : Je veux que ce pays comprenne que nous sommes sur le point de disparaître. Je veux que chaque homme, femme et enfant comprenne à quel point nous sommes proche du chaos.

Une comparaison entre misandrie et misogynie On pourrait croire à première vue que les deux se valent. Que toutes les formes de violence sont équivalentes, injustifiées et injustifiables. Et que la misandrie est tout aussi dommageable que la misogynie. (J’ai bien dit « dommageable » et pas « condamnable. ») Or, comme l’explique simplement ce post trouvé sur tumblr, il n’en est rien : (Plaidoyer contre) Ces hommes qui ont peur d’aimer (mais c’est pas de leur faute) - ChaBaDaBaDa Il paraitrait que certains hommes sont des phobiques de l’engagement. Oui. Ces hommes là, les pauvres, voudraient bien donner plein d’amour aux femmes, ils voudraient bien s’engager, mais ils ne peuvent pas lutter, ils ont la trouille chevillée au ventre. Divorces de leurs parents, perte d’être cher, ou encore blessure due à une autre femme, les hommes qui ont peur d’aimer ont vécu des trucs trop durs dans leur vie, du coup ça les a beaucoup perturbé dans leurs relations aux femmes.

Le brevet de féminisme ou le mythe de la militante parfaite Quand on se déclare féministe (ce qui n’est toujours pas simple en 2014), c’est un peu la double peine : il y a ceux qui vous traitent immédiatement d’hystérique/de poilue/de mal-baisée. Et ceux qui vous déclarent mauvaise féministe. Enfin, je devrais écrire « celles » car très souvent, d'après ma propre expérience, cette accusation émanait de femmes. On m’a ainsi retiré de nombreuses fois mon brevet de féminisme. Parce que je postais des photos de recettes de cuisine ou de chaussures. Parce que j’écrivais pour des « média bourgeois ».

Homme Blanc Hétéro* : Le niveau de difficulté le plus faible qui existe Une autre traduction sur ce blog…Yeah! Je précise que celle-ci a été plutôt rapide, donc elle est sûrement grandement imparfaite. Toute remarque de correction sera donc bienvenue! Sinon, je suis désolée pour les féministes racisées, ça sera encore un mec blanc (et cis hétéro en plus) ! Je le jure que je le fais pas exprès, mais ce texte est utile, et surtout je répugne fortement avec mes propres mots, à faire cette pédagogie-là…De quoi je parle?

Qu'est-ce qu'on peut faire�? par Félicien Breton (2005, révisé en mars 2009) À vous de tracer un chemin qui vous ressemble. Voici quelques suggestions ; dans l’ordre : Les avantages à naître et grandir homme en France Lorsqu'on naît en France en 2014, on est, dans l'immense majorité des cas, assigné mâle ou femelle et on sera ensuite éduqué, socialisé en fonction de cette assignation de genre. C'est la fameuse phrase de Beauvoir ; "on ne naît pas femme on le devient" et il en est de même pour les hommes ; on ne naît pas homme, on le devient par des processus de socialisation et d'éducation. On va vous apprendre des comportements, des attitudes, des manières de parler, de jouer, de travailler qui correspondront à ce qu'on attend d'un homme, ou d'une femme au XXIème siècle en France.

Test : Reconnaître un pervers narcissique ​Reconnaître, détectez un pervers narcissique grâce au test suivant. Si vous trouvez de 10 à 15 points de comparaison, vous avez affaire à un simple manipulateur. Au-delà de quinze similitudes, vous devez immédiatement agir pour sauver votre existence. FUYEZ ! «La théorie du genre a toujours été queer» Si vous avez manqué le début, ou la fin, voire le milieu de ce qu’on appelle les gender studies et les théories queer, pas de panique. Anne-Emmanuelle Berger peut vous aider. Dans son essai Le Grand Théâtre du genre (1), elle explique entre autres pourquoi la drag queen est la figure iconique d’un certain féminisme, comment le concept de «performance» est l’enfant de la sociologie américaine et de Lacan. Elle fait surtout le tour du cliché du «pouvoir» et ausculte ses penchants libéraux.

Related: