background preloader

Luka Rocco Magnotta

Luka Rocco Magnotta
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Luka Rocco Magnotta Le 30 mai 2012, le service de police de la Ville de Montréal diffuse un avis de recherche pan-canadien puis international via Interpol pour son arrestation en tant que principal suspect. Durant la fin du mois de mai 2012, il est considéré comme le fugitif le plus recherché du Canada. Il est arrêté par la police allemande à Berlin le 4 juin 2012, dans un cybercafé. Auparavant, il avait été poursuivi en justice par des groupes de défense des droits des animaux pour avoir posté des vidéos de lui en train de torturer des chatons. Jeunesse[modifier | modifier le code] À partir de 2005, il poste sur des forums et blogs internet (20 sites et 70 pages Facebook), sous 127 pseudonymes différents dénombrés[15], des commentaires dans lesquels il révèle des parties de sa vie[6]. Publication et controverses sur Internet[modifier | modifier le code] Meurtre de Lin Jun[modifier | modifier le code] Le 5 juin 2012, la St.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Luka_Rocco_Magnotta

Related:  Histoire actualiter

Procès Magnotta: un comportement calme à la poste Luka Rocco Magnotta était calme et décontracté quand il est allé à la poste envoyer ses macabres colis contenant les mains et les pieds de Jun Lin. «Il n’y avait rien de particulier dans son comportement», a expliqué l’employé qui avait servi Magnotta le 25 mai 2012. Tozokazu Le, qui travaillait à cette époque dans un Jean Coutu de la rue Queen Mary, a expliqué avoir vu l’accusé de 32 ans à deux reprises ce jour-là. La première fois, c’était à 13 h 48 quand l’accusé de 32 ans voulait échanger quatre boîtes achetées plus tôt en matinée. L'Allemand qui a dénoncé Magnotta à la police témoigne Frank Rubert au procès de Luka Magnotta à Montréal Photo : Sylvie Gendron Le 4 juin 2012, Frank Rubert a pris le métro de Berlin pour aller rencontrer un collègue de travail. Il venait de déposer Luka Rocco Magnotta à une station de métro, en lui indiquant l'emplacement d'un café Internet situé tout près. C'est à ce moment qu'il a appris en lisant le journal que cet homme, avec qui il partageait son sofa-lit depuis trois jours, était un Canadien qui était recherché pour le meurtre et le démembrement de Lin Jun. Un texte de François Messier

L'enquête préliminaire de Magnotta va bon train L'homme de 30 ans semblait s'être remis de son malaise, qui avait entraîné un ajournement, mardi après-midi. Mais quand la Couronne a présenté de la preuve visuelle, mercredi, l'accusé s'est essuyé les yeux et ne jetait plus que de rares et brefs regards à l'écran. Il a mis sa main devant sa bouche comme s'il avait mal au coeur. Procès Magnotta: l'ex-directrice du Parti conservateur a témoigné La boîte qui venait d'être livrée au Parti conservateur à Ottawa, le matin du 29 mai 2012, contenait plusieurs emballages: du papier de soie rose, un sac à vin noir et un sac-poubelle. Au tout dernier, le paquet était mou, et une odeur de pourriture s'en dégageait. Jenni Byrne, alors directrice du Parti conservateur, a jugé qu'il fallait appeler la police.

La vidéo filmée par Magnotta a été montrée au jury La vidéo enregistrée par Luka Rocco Magnotta après la mort de l'étudiant chinois Lin Jun, le 25 mai 2012, a été présentée jeudi après-midi au jury chargé de déterminer s'il est coupable de meurtre au premier degré et d'outrage à un cadavre. Les 14 jurés ont regardé la vidéo sans broncher, bien que certains semblaient indisposés. Depuis sa cage de verre, l'accusé n'en a rien vu. Plié en deux, il a fixé le sol pendant toute la présentation. Un texte de François Messier La vidéo ne montre pas le meurtre, mais plutôt la profanation du cadavre de Lin Jun.

Affaire Magnotta: quatre témoins d'Ottawa ont été entendus L'audience a commencé avec le témoignage de la détective Chantal Pombert, et s'est poursuivie avec ceux de Geneviève Benoît, inspectrice en matière de sécurité à Postes Canada, de Genny Byrne, responsable des opérations politiques pour le Parti conservateur du Canada, et de Theresa Kelm, détective à Ottawa. Une ordonnance de non-publication nous interdit de dévoiler la teneur de leurs témoignages, comme tous les autres entendus jusqu'ici. La Couronne a fait entendre 25 témoins pendant la première phase de l'enquête préliminaire, qui a débuté le 11 mars. L'exercice est maintenant suspendu et reprendra le 8 avril. L'Ebola et l'égoïsme Il y a des nouvelles qui vous gâchent une journée. Ça vient de m’arriver. Lisez, vous aussi : Le secrétaire général de l’ONU a révélé qu’il ne reste actuellement que 100 000 $ dans le fonds destiné à combattre la présente épidémie d’Ebola. 100 000 $ ! ? C’est ce que l’on donne à Sidney Crosby pour jouer un seul match de hockey. Tous les pays de la Terre ne sont pas capables d’en trouver plus pour combattre un fléau qui a tué des milliers de personnes.

Procès Magnotta: les traces de sang dans l'appartement ont été bien mal nettoyées MONTRÉAL - Les jurés au procès de Luka Rocco Magnotta, accusé du meurtre prémédité de l'étudiant chinois Jun Lin, en mai 2012, ont appris mercredi que les policiers montréalais avaient finalement retrouvé la tête de la victime grâce à une information transmise par un avocat de Toronto. L'enquêteur Antonio Paradiso, de la section des crimes majeurs au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), a raconté au tribunal qu'il avait reçu le 1er juillet 2012 par télécopieur un message adressé à son nom. Me Raphael J. Feldstein, qu'il n'avait jamais rencontré, lui indiquait grosso modo la marche à suivre pour «trouver ce qu'il cherchait» au parc Angrignon, dans le sud-ouest de Montréal.

Magnotta diagnostiqué schizophrène paranoïde en 2005 Une lettre rédigée par le psychiatre de Magnotta figurait au dossier du tribunal qui a condamné l'homme pour fraude en 2005. Selon la lettre du spécialiste, il souffrait d'un trouble psychiatrique majeur. Le docteur Thuraisamy Sooriabalan, du Rouge Valley Health System, à Toronto, y indique que Magnotta souffrait de schizophrénie paranoïde depuis au moins l'an 2000, et qu'il avait été hospitalisé à plusieurs reprises. L'actualité du virus Ebola en temps réel Crédits : Charting the Path of the Deadly Ebola Virus in Central Africa. PLoS Biol 3/11/2005 Sur cette page, suivez l'actualité de la nouvelle épidémie du virus Ebola, apparue en Guinée en février 2014. Cette page est mise à jour dès que l'actualité l'exige.

Luka Rocco Magnotta, «symbole d'un processus de décivilisation» FIGAROVOX/CHRONIQUE - Chaque semaine, Mathieu Bock-Côté analyse, pour FigaroVox, l'actualité vue du Québec. Il revient cette semaine sur le cas Luka Rocco Magnotta, le «démembreur de Montréal», dont le procès se tient actuellement. Mathieu Bock-Côté est sociologue (Ph.D). Il est chargé de cours à HEC Montréal et chroniqueur au Journal de Montréal ainsi qu'à la radio de Radio-Canada. Il est l'auteur de plusieurs livres, parmi lesquels Exercices politiques (VLB, 2013), Fin de cycle: aux origines du malaise politique québécois (Boréal, 2012) et La dénationalisation tranquille: mémoire, identité et multiculturalisme dans le Québec post-référendaire (Boréal, 2007).

Sur les traces de Luka Rocco Magnotta «Il aurait pu nous retracer» Étienne Clotis vit à 6000 km du Canada. Pourtant, il hésite encore à se faire photographier par peur de la vengeance de Luka Rocco Magnotta. «S'il est libéré, je vais regretter de l'avoir fait», dit-il. Jamais le jeune Français n'oubliera le voyage en avion qui l'a ramené vers Paris après trois semaines de vacances au Québec en mai 2012. Pas plus qu'il n'oubliera le choc en apprenant qu'il avait passé sept heures assis à côté de Luka Magnotta.

Virus Ebola Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Historique[modifier | modifier le code] Les deux premières épidémies recensées par l'OMS ont eu lieu en 1976, au Soudan (151 morts pour 284 cas[1]) et au Zaïre (280 décès pour 318 cas). Un cas mortel est identifié au Zaïre en 1977. De nouvelles contaminations surviennent au Soudan en 1979 : 22 décès pour 34 cas. En 1989, une épidémie touche les singes d'une animalerie de Reston, États-Unis. Luka Rocco Magnotta, le «dépeceur de Montréal», face à la justice Le procès de Luka Rocco Magnotta, accusé d'avoir tué un étudiant chinois dans des conditions atroces avant de diffuser la vidéo de son crime sur internet, s'est ouvert ce lundi au Canada. Le tueur présumé a plaidé non coupable. En mai 2012, sa traque avait mobilisé les autorités de Montréal jusqu'à Berlin, en passant par Paris. Plus de deux ans après, le Canadien Luka Rocco Magnotta, surnommé le «dépeceur de Montréal», se retrouve depuis ce lundi face à la justice de son pays: il est accusé d'avoir tué et découpé un étudiant chinois avant de diffuser les images sordides de son crime sur internet... mais aussi d'avoir envoyé les mains et les pieds de sa victime par la poste dans des écoles et des partis politiques.

Related: